Les Mardis de Confluences – conférence du 17 octobre 2017

Mardi 17 octobre 2017 à 18h |

Maison de la Recherche Germaine Tillion
5 bis boulevard Lavoisier – Campus de Belle Beille

Conférence de Jean-François Sirinelli  – Professeur émérite à Sciences Po Paris

La conférence est disponible sur Canal UA à partir du lien ci-dessous

http://canal-ua.univ-angers.fr/avc/courseaccess?id=3758

« Le populisme en France depuis la fin du 19e siècle »

Entrée libre et gratuite

Quand l’historien étudie les sensibilités politiques françaises d’extrême droite, deux constats s’imposent à lui. D’une part, il apparaît que la fin du XIXe siècle constitue un moment fondateur, où cette extrême droite acquiert déjà une partie de ses traits constitutifs. Le point est d’autant plus important que, d’autre part, s’observe ensuite, tout au long du XXe siècle, une sorte de métabolisme de l’intermittence : l’extrême droite connaît de brusques poussées et de longs effacements.

Depuis les dernières décennies du siècle dernier, l’installation durable du Front National en position électorale haute pose la question de son identification dans le paysage politique, ainsi que celle de sa comparaison avec certains populismes européens.

 

Dans le cadre de ce cycle de conférences résolument pluridisciplinaire proposé par la SFR Confluences,   des historien.ne.s, géographes, sociologues, anthropologues, politologues, économistes, juristes, linguistes et littéraires débattront  du concept de « populismes ». À travers leurs interventions, ils s’efforceront de le cerner, avec des outils conceptuels variés et au travers de terrains divers.

Le « populisme » est un mot qui revient avec force depuis quelques années. Pourtant, à y regarder de plus près, ce terme, utilisé au singulier, souvent de manière hâtive, renvoie à des réalités multiformes, diverses sur les plans historique, culturel et sociologique. La question des populismes et des démocraties en dérive reste, plus que jamais, un sujet d’étude important pour les sciences humaines et sociales. Le populisme semble cristalliser de nombreux conflits au sein de la société, tout en proposant, par ailleurs, des réponses : « Le populisme est une forme de réponse – que l’on peut juger mauvaise – aux dysfonctionnements de la démocratie.» Pierre Rosanvallon. Au moment où un sentiment de rejet des institutions et des élites semble traverser les sociétés, et où des dynamiques viennent bouleverser les systèmes, transformations intensifiées et accélérées par les médias, de nombreuses questions se posent.

  • Le terme même de « populisme » est-il satisfaisant pour décrire ces changements ?
  • Comment définir le concept de populisme par-delà les lieux communs dont il est souvent investi ?
  • Qui sont aujourd’hui celles et ceux qui sont qualifié.e.s de populistes ?
  • En quoi les populismes questionnent-ils les systèmes démocratiques, ou d’autres formes de systèmes politiques et rhétoriques ?
  • Et comment tout cela se reflète-t-il dans les différentes disciplines des sciences sociales ?

Chadia Arab, géographe, chargée de recherche au CNRS, UMR ESO-Angers – Espaces et sociétés, Université d’Angers

Taïna Tuhkunen, professeure d’études américaines, EA 3 L.AM, Université d’Angers

Contact : annie.ribrault@univ-angers.fr

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *