Atlas des Tsiganes

Les dessous de la question rom

Sorti le 4 avril aux éditions Autrement, l’Atlas des Tsiganes a pour ambition de « mettre des cartes sur un sujet confus », explique Samuel Delépine, co-auteur de l’Atlas et maître de conférences en géographie sociale à l’UA. Son objectif n’était pas d’ethniciser mais d’aborder les problématiques économiques et sociales autour des populations dites Tsiganes. Le géographe analyse également les mesures politiques prises en France et en Europe à l’égard des roms.

Sur les Tsiganes, les raccourcis vont bon train. Pour preuve, politiques et médias français ont récemment montré du doigt les Roms, stigmatisant et amalgamant gens du voyage français et migrants roms roumains.

L’histoire et la diversité des Tsiganes sont ignorées. Que sait-on de leur internement en France avant (et après !) l’occupation allemande et de leur génocide partout en Europe ? Qui sait que les Français d’origine tsigane ont en France un statut administratif bien particulier, avec un carnet de circulation permettant de contrôler leurs déplacements et une mise sous condition de leur droit de vote ?

Cet atlas remet en cause l’existence d’un « problème public rom ». Roms, Gitans, Sintis, Travellers, gens du voyage… migrants, nomades ou sédentaires, ils se heurtent partout en Europe et plus ou moins violemment aux problèmes d’emploi, de santé, de logement ou de scolarisation. Leur point commun : être catalogués comme une catégorie ethnique ignorante de leur diversité.

LES AUTEURS
Samuel Delépine
est maître de conférences en géographie sociale à l’Université d’Angers et membre du collectif de l’UMR Espaces et Sociétés. Il est spécialiste des tsiganes (auxquels il a consacré sa thèse) et a écrit plusieurs ouvrages sur le sujet dont Quartiers Tsiganes (L’Harmattan, 2007). Il a également participé à plusieurs publications du Conseil de l’Europe et a récemment dirigé un numéro de la revue Études tsiganes.
Alexandre Nicolas
est cartographe-géomaticien indépendant et officier géographe. Il a travaillé sur plusieurs atlas Autrement.

Samuel Delépine a présenté son approche de la « question rom » lors d’une conférence organisée par le CLER à la MSH le 22 mai dernier.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *