Enluminure d'enfant au berceau, 1402

Présentation du projet Filiation illégitime et bâtardise dans les sociétés médiévale et moderne: histoire, droit, lettres

Carole Avignon (MCF Histoire du Moyen Age, CERHIO-Angers, UMR 6258) coordonne un projet de recherche sur la filiation illégitime et la bâtardise dans les sociétés médiévale et moderne. Ce projet, soutenu par le conseil scientifique de l’Université d’Angers, s’inscrit dans les axes de recherche du projet quinquennal 2012-2016 de l’UMR 6258-CERHIO qui regroupe dans l’axe 2 : fonctionnement et représentations des sociétés : justices et norme ; enfance et parenté ; histoire du genre. Ce projet rejoint également les problématiques de la SFR Confluences : axe 1 : Écritures et cultures ; axe 2 : Changement social / Genre.

En prenant comme observatoire la question de la filiation, réalité sociale mais aussi lien de droit entre des parents et un enfant, on est amené à questionner des relations juridiques fondamentales au sein de la famille (hériter et transmettre), mais aussi des rapports de force complexes au sein de la société (par la détermination des compétences législatives et juridictionnelles en matière de filiation, conjointes au mariage ; par la place assignée aux illégitimes dans la société, mais aussi aux légitimés, qui ne jouissent pas toujours des mêmes opportunités que les légitimes). Ces questions sont affaire de nuances. La « macule de bâtardise » (dont on se demandera pour qui elle est pertinente) se conçoit-elle, se justifie-t-elle, s’énonce-t-elle, se manifeste-t-elle, se compense-t-elle ou se résout-elle de la même façon en toute circonstance? Les conditions juridiques du bâtard sont coutumières au Moyen âge ; elles sont donc loin d’être uniformes et des considérations sociales peuvent rendre inopérants les principes du droit. En outre, l’exclusion des enfants illégitimes n’est ni homogène, ni totale, ni rédhibitoire (droits aux aliments ; incidences de la renaissance du testament etc.) C’est le constat de cette complexité, de cette pluralité de déclinaisons de l’écart à la norme (ou aux normes réglementaires selon qu’il s’agit de celle du législateur, ecclésiastique ou séculier, du pasteur, du docteur, du juge etc.) qui motive le présent projet de recherche sur les représentations de l’illégitimité dans les sociétés médiévale et moderne, dans une approche pluridisciplinaire.

Enluminure d'enfant au berceau, 1402
Enfant au berceau 1402, Vocabularius breviloquus Johannes Reuchlin - BM Troyes inc. 080-f. 000a- copy IRHT-CNRS
D’octobre 2011 à juin 2012 ont eu lieu des réunions de travail internes au groupe de chercheurs et d’enseignants chercheurs  du CERHIO-Angers, du CERIEC, du 3LAM et du Centre Jean Bodin impliqués dans le projet. Pour l’année 2013 sont programmées trois rencontres scientifiques (janvier, juin et octobre 2013) qui permettront d’accueillir des collègues français et étrangers (historiens, juristes et spécialistes de littérature française et européenne). De jeunes chercheurs (doctorants ou jeunes docteurs) de plusieurs universités françaises et étrangères seront également invités à présenter leurs recherches spécialement consacrées à la question de la bâtardise, de la filiation naturelle ou de l’illégitimité. Des étudiants en master recherche en histoire ou en littérature de l’université d’Angers, mais aussi en histoire du droit des universités d’Angers, de Rennes ou de Nantes, pourront être orientés vers des sujets ayant trait à ces questions. Un atelier de travail leur sera dédié au cours de l’année universitaire 2012-2013. Une publication synthétique sera mise en œuvre à l’issue de l’année 2013.

Les rencontres scientifiques dans leur ensemble doivent permettre de préciser un état de la question dans les différents champs disciplinaires mobilisés, de préciser la méthodologie et les corpus documentaires à privilégier afin d’étudier la place de la thématique et du lexique de l’écart à la norme en matière de filiation dans différents corpus réglementaires, de questionner la pertinence de l’étude de la bâtardise comme observatoire de la parenté vécue, de repérer les différents marqueurs identitaires de la bâtardise, entre exclusion et assimilation dans les sociétés médiévale et moderne, ou d’étudier l’utilité littéraire de la figure du bâtard et de la thématique de l’illégitimité dans différents genres littéraires du Moyen âge au XVIIIe siècle. Ces premiers axes de réflexion ciblant la filiation entre normes (réglementaires et sociales) et déviances, l’histoire sociale de la famille et de la parenté, ou la question de l’ordre, du désordre, de la régulation au sein des familles et de la société doivent permettre de mieux apprécier la diversité des discours, des représentations et de la place assignée et/ ou réellement vécue par les enfants nés en dehors d’un légitime mariage.
À partir d’une première approche typologique des descendances hors mariage dont on questionnera l’écart à la norme en soi (selon que l’enfant naturel est né d’un inceste, d’un rapt, d’un viol, d’un adultère, d’une fornication simple, d’un concubinage, d’un mariage clandestin (que le couple, ou la femme séduite n’aurait pas réussi à prouver en justice), d’un mariage interconfessionnel devenu illicite etc.), on étudiera le vocabulaire  de l’illégitimité de cette filiation, les formes de représentations du bâtard (victime de la réputation viciée de sa mère ? victime de l’infériorité de son statut social, même dans la noblesse ?). Devront être pris en compte les différents moments de la vie sociale durant lesquels ces questions d’identification ou de fama peuvent être posées : naissance (abandons ou infanticides, modalités d’intégration dans un groupe domestique : droits au aliments); baptême et insertion dans l’ecclesia ; mariage ; entrée dans les ordres ; héritage ; action en justice etc. La différence des sexes devra être ici moins démontrée que décrite, d’un groupe social à l’autre, tout en posant la question de l’incidence d’un possible filtre documentaire. Pour proposer une étude pertinente de la filiation naturelle pensée comme illégitime, il sera donc nécessaire de faire varier un certain nombre de référents (chronologiques ; juridictionnels ; sociaux : roture/noblesse/genre ; etc.), en tenant compte des différents rapports de force ou équilibres entre morale chrétienne, droit canonique, droit coutumier, doctrine, jurisprudence en jeu selon les époques ou les espaces concernés. L’étude sur le temps long doit permettre de mieux appréhender apprécier l’incidence des variables juridictionnelles, politiques, sociales, confessionnelles et culturelles sur les représentations du « bâtard », et sur la place de l’enfant illégitime du XIIe au XVIIIe siècle. Une comparaison à l’échelle européenne s’imposera aussi (Pays Bas, Espagne, Italie, Angleterre, Empire etc.) pour mieux apprécier l’incidence éventuelle des tensions ou conflits de compétence entre Église et État en matière de droit de la famille mais aussi les dynamiques propres à chacun de ces espaces politiques.

Carole Avignon
2 juillet 2012


Une réflexion au sujet de « Présentation du projet Filiation illégitime et bâtardise dans les sociétés médiévale et moderne: histoire, droit, lettres »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *