Résumés des communications proposées le 21 janvier 2013

Filiation illégitime et bâtardise dans les sociétés médiévale et moderne

Des documents aux problématiques

 

Journée d’étude du 21 janvier 2013

Université d’Angers

 

Résumés proposés par les participants

 

Approches réglementaires et normatives

 

Emmanuelle Santinelli-Foltz

Université de Valenciennes ; CALHISTE – EA 4343

Enfants nés in ou extra legitimo matrimonio : quelles différences au haut Moyen Âge ?

Dans ce projet qui cherche à analyser sur la longue durée la question de la filiation illégitime, la présente communication a pour objet de balayer les premiers siècles du Moyen Âge (VIe-XIe siècles), à partir d’un corpus diversifié – même si la documentation provient le plus souvent du même milieu (élites religieuses, voire laïques) – de manière à saisir ce qui relève à la fois des normes, des pratiques et des représentations. Il s’agira donc à partir de sondages réalisés dans les sources narratives (histoires, chroniques, annales, vies de saint-e-s), mais aussi législatives (lois barbares, capitulaires, canons), moralistes, pénitentielles, épistolaires et diplomatiques, de repérer, dans un premier temps, les enfants nés (ou les naissances) en dehors du mariage légitime – que les autorités religieuses soutenues par les pouvoirs civils définissent plus nettement à partir de l’époque carolingienne. Tout en soulignant les limites de la documentation, cela permettra de comprendre dans quels cadres ceux-ci sont évoqués et de quelles manières ils retiennent l’attention. Il s’agira notamment de pointer ce qui les distinguent ou non des autres enfants, notamment de leurs demi-frères ou sœurs issus d’une union légitime lorsqu’il y en a, de manière à dégager les analyses pertinentes pour le haut Moyen Âge. Comment perçoit-on ces enfants ? Les considère-t-on différemment des enfants reconnus légitimes, notamment en termes d’héritage et d’avenir en lien avec les stratégies familiales ? Quels place et rôle ont-il au sein des groupes familiaux ? Les filles sont-elles considérées de la même façon que les garçons ? La question de la naissance illégitime se pose-t-elle, pour les enfants, de la même façon selon qu’elle est le fait du père ou de la mère ? Quelques remarques préliminaires réalisées à partir du corpus réuni chercheront ainsi à ébaucher une confrontation de ce que les sources laissent percevoir quant aux normes, aux pratiques et aux représentations, ainsi qu’à préciser les évolutions qu’elle enregistrent au cours des 5 siècles envisagés, précédant la réforme grégorienne qui aboutit, entre autres, à différencier plus nettement les enfants nés in legitimo matrimonio de ceux qui sont nés extra legitimo matrimonio.

 

 

 

Marta Peguera-Poch

Université de Nancy 2

 

La place des bâtards et des questions de filiation dans la coutume à l’époque moderne

 

Le duc de Montmorency avait fait une promesse de mariage à Mademoiselle de Pienne, contre la volonté du connétable et du roi, qui lui destinaient Diane, fille naturelle d’Henri II. Le pape tardant à relever le duc de sa promesse, le connétable s’adressa à la chancellerie royale, qui prépara l’édit de 1556. Celui-ci manifeste la volonté du pouvoir royal de légiférer sur le mariage. En effet, la monarchie souhaite préserver l’ordre dans les familles. Or, une union non reconnue ou non acceptée –par exemple, une mésalliance–,  sème le trouble. Et le trouble dans la famille est le trouble dans l’Etat. Comment dissuader de contracter ces unions indésirables ? En flétrissant leur fruit. C’est donc la considération qui entoure l’institution matrimoniale qui détermine la condition juridique du bâtard.

Pendant la période moderne (XVIe-XVIIIe siècle), cette condition juridique continue d’être réglée pour l’essentiel par les normes de droit canonique, qui cherchent un équilibre entre la protection du mariage et les droits de l’enfant. L’intervention du pouvoir laïc en la matière entraînera un durcissement de la condition du bâtard, notamment en matière patrimoniale. C’est surtout sous cet angle que les différentes sources de cette période envisagent la bâtardise : coutumes, législation royale, écrits doctrinaux et jurisprudence. C’est donc le droit patrimonial du bâtard, issu de ces différentes sources, qui sera le cœur de la communication. Une situation qui est marquée par un certain nombre d’incapacités, mais qui n’est pas toujours irréversible, puisque la légitimation peut modifier le régime juridique auquel est soumis le bâtard.

 

 


Didier Boisson

Université d’Angers ; CERHIO-Angers UMR 6258

Bâtardise et confession religieuse. L’exemple des réformés français au XVIIIe siècle

De la Révocation de l’édit de Nantes de 1685 à l’édit de tolérance de 1787, les réformés français, qui doivent théoriquement répondre à une obligation de catholicité, ont des attitudes très diverses à l’égard des baptêmes, mariages et sépultures qui doivent être inscrits dans les registres paroissiaux. Si les protestants refusent dans leur grande majorité de mourir catholiques, certains couples acceptent cependant de se marier à l’église et de faire baptiser leurs enfants. Toutefois, ces comportements varient beaucoup d’une région à une autre, d’une communauté à une autre, mais aussi selon la politique plus ou moins répressive du pouvoir ou de l’Église catholique. L’obligation de catholicité est plus facilement refusée dans les provinces à fortes minorités protestantes, c’est-à-dire le croissant réformé et la Normandie, où les Églises réformées se sont progressivement réorganisées après 1715, que dans des communautés isolées qui ne peuvent accueillir qu’exceptionnellement un pasteur clandestin.

Nous sommes donc en présence, pour les couples qui refusent le mariage catholique, d’une forme d’illégitimité particulière dans la mesure où si l’enfant n’est pas reconnu comme né d’un légitime mariage, dans les faits il est souvent considéré comme légitime et né d’une union légitime. Cette situation paradoxale a été créée par la loi. C’est cette question du mariage protestant et de l’illégitimité des enfants nés de ces unions qui, parallèlement à la dénonciation des persécutions dont sont victimes les réformés en particulier à partir de 1761 et de l’affaire Calas, aboutit à l’édit de tolérance de novembre 1787. Cet édit n’accorde en aucune façon une quelconque liberté de culte aux réformés, mais leur accorde un état civil en leur donnant la possibilité de déclarer les naissances, les mariages et les décès des membres de leurs communautés. Et c’est dès le début des années 1750 que des voix s’élèvent dans le royaume pour protester contre cette situation dans laquelle se trouvent les réformés.

L’objectif de cette communication est donc de comprendre comment la loi a engendré cette illégitimité et comment catholiques et réformés se sont comportés face à cette situation d’illégitimité.

 

Famille et société à l’épreuve de la bâtardise

 

Lucie Laumonier

Université de Sherbrooke et Montpellier – 3

 

Bâtards et enfants naturels : la place des enfants illégitimes dans les familles montpelliéraines

(XIVe-XVe siècles)

 

L’attitude de la société tardo médiévale française à l’égard des enfants illégitimes est décrite de manière ambivalente dans l’historiographie, oscillant entre rejet et intégration au sein des groupes de parenté. La grande richesse des archives de Montpellier nous permet de constater leur présence discrète mais persistance dans la documentation. L’ambivalence soulignée par l’histoire de la famille s’y manifeste : certains enfants sont abandonnés par leurs parents tandis que d’autres reçoivent des legs importants ; la coutume oblige les pères à les entretenir mais ils sont interdits d’accès à la maîtrise universitaire. Alors comment dépasser ce constat et faire de l’illégitimité une voie d’accès à une meilleure appréhension des structures et dynamiques familiales ?

Un autre champ de l’historiographie peut servir de modèle à un premier niveau d’analyse. L’histoire des lépreux et léproseries a su transcender la dichotomie inclusion/exclusion, pourtant profondément ancrée dans la tradition, par le recours à l’histoire culturelle et des représentations. Leur rôle social de rédemption est mis en évidence par leur place au sein des structures d’assistance et des œuvres de charité. À Montpellier, les consuls sont les patrons d’une œuvre destinée aux enfants exposés, appelés « bâtards du consulat » à la fin du XVe siècle. Enfants illégitimes selon le consulat, abandonnés et rejetés par leur famille, ils sont néanmoins objets de la bienfaisance publique et privée, participant à la démarche de rédemption caractéristique des gestes charitables. Il s’agit donc de penser l’illégitimité, non en termes d’inclusion et d’exclusion, mais en termes de rôle social d’une part et de rôle au sein de la parenté, d’autre part.

Après avoir expliqué la législation montpelliéraine relative aux enfants illégitimes, on s’intéressa d’abord au sort des enfants recueillis par le consulat afin de discuter ce topos historique arguant que les enfants abandonnés sont bien souvent illégitimes. Dans un deuxième temps, les archives privées et en particulier les testaments nous permettront de comprendre  dans quelle mesure et de quelle manière les enfants illégitimes trouvent une place au sein des groupes de parenté. On verra que cette place est fondamentalement dépendante de la composition même des familles et du sexe de l’enfant. S’il est clair que les enfants illégitimes ont une place secondaire, celle-ci doit être observée au cas par cas, dans une démarche microhistorique permettant de nuancer chaque situation. C’est par la caractérisation des attitudes envers les enfants illégitimes, leur mise en perspective avec le contexte socioculturel et de production des sources que l’on parvient à mieux cerner le rôle et la place qu’ils occupent, au sein de la société et des familles montpelliéraines.

 


Identités et représentations

 

 

Laurent Hablot

Université de Poitiers

 

L’héraldique des bâtards, lecture comparée des armes de Jean et de Guy de Bourbon, bâtards de Louis Ie (1334)

 

A partir de la seconde moitié du XIVe siècle, les bâtards nobles peuvent, par l’accès aux armoiries de leur géniteur, faire connaître les liens qui les unissent à leur père. Mais ce partage héraldique ne prend sens que par comparaison aux autres systèmes de délégation d’armoiries, aux parents et aux familiers notamment. L’évolution des mises en forme des armes des bâtards souligne d’ailleurs la modification de leur statut dans la société de la fin du Moyen Age où ils deviennent à la fois plus proches et plus distincts du lignage. Le dossier complexe de la « reconnaissance » de deux frères « de Bourbon » par le duc Louis Ier de Bourbon en 1334 repose les problèmes de l’usage des signes d’identité – nom, statut, titre et armoiries – dans la filiation illégitime. L’héraldique pourrait-elle apporter une réponse à ces questions ?

 

Mª Dolores Alonso Rey Chevallier

Université d’Angers

La bâtardise dans quelques textes littéraires espagnols.

Le regard porté sur le bâtard dans le théâtre est ambivalent. Avec cette ambivalence W. Shakespeare construit un des bâtards les plus connu sde l’histoire du théâtre : Edmond le fils illégitime du comte de Gloucester qui trompe son frère dans Le roi Lear. L’objectif de notre travail est d’analyser quelle représentation de la bâtardise a été faite dans la littérature, quelle image du bâtard médiéval est donnée dans des textes espagnols de différents époques où il est le protagoniste. Nous étudierons d’abord les cas où le bâtard est fils unique, ensuite les cas où il est en fratrie et enfin le cas où le conflit entre frères-bâtards a une valeur symbolique. Lorsque le bâtard est le seul membre d’une famille, il est présenté comme un héros positif. Nous pouvons voir cette conception dramatique du bâtard dans deux pièces de Lope de Vega (1562-1635) où deux bâtards légendaires  sont les héros: Las mocedades de Bernardo del Carpio (1599-1608) et, sa suite, El Casamiento en la muerte( 1604) et la tragicomédie El bastardo Mudarra (1612). Le drame historique du XIXème siècle met en scène les aventures de bâtards médiévaux en fratrie. Le conflit entre fils légitime et fils illégitime est le cœur de la pièce. Nous avons choisi deux pièces qui annoncent le sujet de la bâtardise dans son titre. Elles nous intéressent parce qu’elles proposent une vision opposée du bâtard. La vision positive se trouve dans El bastardo (1838)de Antonio García Gutierrez tandis que la vision négative se trouve dans Pedro el bastardo (1888) de Juan Antonio Cavestany et José Velarde. Le fratricide entre deux frères bâtards est le symbole de la guerre civile. Francisco Ayala écrit Los usurpadores (1949) composé de récits d’épisodes historiques qui ont eu un retentissement littéraire. El abrazo, l’accolade, peut être lu de façon allégorique. L’assassinat du roi légitime Don Pedro (1350-1369) par son demi-frère, Enrique II, el Bastardo, et la guerre qui les opposait, considérée comme l’une des premières guerres civiles en Espagne, sont un moyen de parler de la dernière guerre civile (1936-1939).

 

Jean-François Bianco

Université d’Angers

 

L’enfant naturel dans l’oeuvre de Diderot  (Les Lettres à Sophie Volland) : réalités et fictions

Au dix-huitième siècle, comme à d’autres époques, un enfant naturel a la plus grande probabilité de devenir un « enfant perdu ». Faut-il être dès lors absolument fou pour vouloir, sciemment et froidement, le « créer » ? Qui peut se résoudre à transformer cette malheureuse et cruelle fatalité en un choix réfléchi ? C’est pourtant ce projet que présente Diderot dans les Lettres à Sophie Volland. Nous sommes en 1762. Il s’agit d’une « fille de trente-deux à trente-trois ans » (lettre du 18 juillet 1762) qui revendique en toute conscience le droit d’être mère sans être mariée. Elle renverse en quelque sorte le cliché romanesque de la femme « séduite et abandonnée ». Audace « féministe » ? Coup de force philosophique ? Expérience morale ? On s’est interrogé sur les tenants et les aboutissants de ce cas de conscience qui provoque un débat retors à propos de la légitimité entre Diderot et les soeurs Volland. Elisabeth de Fontenay avait abordé ce thème de la « légitime illégitimité » dans son Diderot ou le matérialisme enchanté (1981). Ce sont les raisons de cette « folie » que nous souhaitons étudier à nouveau. Ce sont les enjeux de cette figure, en amont du type littéraire traditionnel du bâtard, que nous nous efforcerons d’expliciter. C’est le statut de cet enfant dans les lettres, enfant virtuel avant d’être enfant naturel, que nous essayerons de préciser, quelque part entre la réalité et la fiction.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *