Exposition « Les Zoos humains : l’invention du sauvage »

csm_visuel_expo_ZH_94d053567c

 

L’exposition « Zoos humains » met en lumière l’histoire de femmes, d’hommes et d’enfants, venus d’Afrique, d’Asie, d’Océanie ou d’Amérique, exhibés en Occident dans des cirques, des cabarets, des foires, des zoos, des villages reconstitués dans le cadre des expositions universelles et coloniales.
C’est l’histoire de prétendus civilisés exploitant de prétendus sauvages. Du 16e siècle jusqu’à la veille de la Deuxième Guerre mondiale, des femmes, des hommes et même des enfants étaient amenés d’Afrique, d’Asie, des Amériques pour être exhibés en Occident, puis un peu partout dans le monde. De 1815 à 1940, ils auraient été près de 35000 à être ainsi « montrés » comme des choses, à travers le monde, et à avoir attisé la curiosité de près d’un milliard quatre cent millions de visiteurs.
L’exposition raconte cette histoire encore peu connue. Les panneaux, fort bien documentés, en rappelle les origines et les intérêts économiques que ces « zoos » humains ont pu générer au profit d’une Europe en plein essor colonialiste.
Elle permet aussi d’expliquer l’histoire du racisme et de mieux en comprendre les mécanismes.

L’exposition est une création de l’Association pour la Connaissance de l’Histoire de l’Afrique Contemporaine (ACHAC) en partenariat avec la Fondation Lilian Thuram, éducation contre le racisme. Elle a été présentée au musée du Quai Branly en 2011. Elle est composée de 19 totems graphiques et 250 documents d’époque

L’exposition fait une part à l’exhibition des Noirs aussi à Angers avec pour exemple « Le Village Noir » de 1906 où on exhibe 90 indigènes venus du Sénégal « , logés sous de petites huttes « se livrant aux occupations de leurs pays» y reconstituent la vie d’un village africain, avec ses fêtes et ses animations » indique l’exposition. Une démonstration qui attira les angevins de l’époque en nombre, curieux, « l’autre comme sujet d’apparence » explique Alain Fouquet, adjoint à la culture de la Ville « cette exposition est un devoir de mémoire qui n’est pas si vieux.Il faut assumer cette démarche, l’information permet de l’assumer »

 

Exposition itinérante, visible dans le hall de la MSH

(UFR  LLSH, campus de Belle-Beille, 5bis boulevard Lavoisier à Angers)

durant tout le mois de juin 2015.

Entrée libre et gratuite.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *