Mise en place de la commission « Confluences culturelles »

 

La SFR a décidé de créer une commission culturelle qui serait chargée d’impulser diverses actions d’animation scientifique (Mardis de Confluences, par exemple), de travailler en lien avec la commission Culture de l’Université, de créer et d’entretenir divers partenariats avec des associations ou des institutions culturelles. Tous les membres des laboratoires de la SFR, enseignants-chercheurs, doctorants, personnels administratifs des laboratoires et programmes de recherche ont été invités à y participer.

La première réunion de cette commission s’est déroulée le 11 juin 2015


Etaient présents :
Jean-René Morice, Jenny Claude, Christine Bard, Sandrine Emin, Dominique Sagot-Duvauroux, Frédérique Le Nan, Chadia Arab, Isabelle Trivisani, Floris Taton, Yvelin Ducotey, Pauline Boivineau, Mireille Loirat, Vincent Guérin, Blandine Charrier, Aurélie Reuillon, Annie Ribrault
Excusés :
Emmanuel Vernadakis, Arnaud De Lajartre, Chloé Langeard

Accueil des participants
Christine Bard propose un tour de table et laisse la parole à Jean-René Morice, Vice-Président en charge de la culture à La DCI, enseignant-chercheur à l’ESTHUA.

Jean-René Morice présente la commission culture de l’UA : elle rassemble les 8 composantes (un représentant enseignant par composante) + des BIATSS + des étudiants.
Il trace ensuite l’historique de la politique culturelle à l’UA, de 2005 à 2012. Sont évoqués les espaces culturels (dont la Maison de l’étudiant et la Passerelle) et souligne la création en 2012 du poste de vice-président en charge de la culture avec comme objectif l’ouverture de la DCI à des partenaires extérieurs (ex : le Quai, le NTA, le Chabada, l’ONPL ..) et les acteurs du territoire, dont la ville, ses élus et ses habitants.
A partir de cette date , le FSDIE et l’APERSU sont rattachés à la DCI.
Les axes de cette politique culturelle
La DCI a pour mission essentielle de faire en sorte que se développent des liens vers l’extérieur.
Pour cela, l’équipe a été reconfigurée, des membres nouveaux sont arrivés et des actions fortes ont été mises en place :
– Festival de la création universitaire, porté par les étudiants (durée 10 jours)
– Carte culture (3ème édition), permet la découverte mais aussi la pratique ( rencontres, visites, stages, ateliers avec 8 partenaires : la galerie sonore, les 400 coups, le Musée des beaux-arts, le THV, le Chabada, l’ONPL, Premiers Plans, l’ANO)
– La Galerie 5 et la galerie Dityvon
– Les résidences d’artistes (à venir) : la politique de la DCI est depuis peu conventionnée par la DRAC
Christine Bard remercie Jean-René Morice pour sa présentation. Elle précise que le périmètre d’action de la nouvelle commission de SFR n’est pas exactement celui –là, mais plutôt celui de la valorisation de la recherche en LLSHS. Ce qui implique de réfléchir à un autre nom que « commission culture » pour la SFR, et d’envisager un partenariat rapproché avec la DCI afin de conjuguer nos actions et énergies (ex : 10 jours, 10 conférences)

Elle rappelle les actions déjà initiées :
– Invitations d’enseignants-chercheurs au Quai
– Premiers plans
– Utilisation du hall de la Maison de la recherche Germaine Tillion pour des expositions
– Cycle des Mardis de Confluences
et présise les partenariats actuels de la SFR, qu’il conviendrait de rendre visibles et de formaliser :
– Les Lyriades
– Archives du féminisme
– Terre des Sciences
– HMIA (Histoire et mémoire de l’immigration en Anjou)

Elle liste ensuite ce qui est en cours de structuration :
La Fabrique-Le Quai : A la demande de Frédéric Bélier-Garcia, un comité de pilotage rassemblant des enseignants-chercheurs et des personnalités de l’enseignement supérieur vient d’être mis en place. Y participent pour l’Université d’Angers : Jean-René Morice, Christine Bard et Dominique Sagot-Duvauroux. Ce comité a en charge d’imaginer et d’élaborer un programme de rendez-vous, fruit d’une collaboration entre le Quai et les Universités.
Les thèmes envisagés sont pour la saison 2015-2016 :

-Francité, french touch en décembre
-Sport et philosophie, Deleuze en jeu (Edwige Chirouter – Université de Nantes ; Christophe Guibert et Vincent Couëffé ; programme Enjeux CERHIO) en décembre
-A la recherche du fond (Patrick Gillet, ICO – Hélène Howa, UA) en mars
-La semaine sainte vue par Judas et Pilate (Elisabeth Mathieu, UA) en mars
-L’injure de Rabelais à Charlie (GEDI : Félicien Lemaire, Antoine Béguin, Pauline Boivineau) en mai
-L’humain augmenté, vers un nouvel homme (Vincent Guérin, UA et Terre des Sciences) en juin

Et pour la saison 2016-2017 : Le Nu et Mauvaises filles

Premiers plans :
Dominique Sagot commence par rappeler que la formule (tables-rondes thématiques entre professionnels et chercheurs et projections-débats) existe depuis 7 ans mais qu’elle s’essoufle. La thématique retenue cette année est « la première fois ». Il propose de monter un évènement autour de « l’économie d’un premier film » et « l’esthétique d’un premier film ». Yvelin Ducotey, doctorant au CRILA, se montre intéressé .
Jean-René Morice précise l’importance des tables-rondes portées par Dominique Sagot. Il souligne l’intérêt de la DCI pour une exposition montée en partenariat entre la galerie Dityvon et le festival. Il souligne par ailleurs l’intérêt qu’il y aurait à créer un master cinéma. Il rappelle que des partenariats culturels lient le CNDC et l’UA et qu’il est prévu la mise en place d’un double master avec l’université d’Austin dès 2017.
Expositions :
Annie Ribrault souligne que Le hall de la Maison de la recherche n’est pas vraiment adapté à ce jour pour accueillir des expositions. Jean-René Morice précise qu’une aide matérielle, logistique et financière peut être sollicitée auprès de la DCI. En 2016, la MDR accueille l’exposition « Les zoos humains » en juin et « 1915-2015 : un siècle d’immigration au féminin » en septembre.
Jean-René Morice nous informe du partenariat avec l’Artothèque qui permet de choisir des œuvres pour pouvoir les exposer dans son bureau, ainsi que du projet d’un couloir de l’art.
A venir : EcoLitt, exposition itinérante en juin 2016 qu’il conviendra d’accompagner après la fin du programme. Exposition à la BU en octobre «Traits d’esprit, des images pour ne pas se prosterner (contact / Didier Boisson)

Résidence d’artiste :
Un financement tripartite entre la DRAC, l’ESTHUA et la DCI va permettre la venue d’un artiste en résidence de septembre à décembre.
Une artiste travaillant sur les archives du féminisme n’a pas été retenue mais il serait intéressant d’envisager sa candidature pour les années à venir.
Pauline Boivineau fait part de son souhait de faire venir Arsène Juteau dans le cadre d’un partenariat entre le programme GEDI et la DCI.
Jean-René Morice précise à cette occasion qu’il est possible de solliciter la DCI pour une aide financière( se rapprocher de Jenny Claude pour obtenir le dossier à compléter)

Proposition de nom pour la commission de la SFR :
Après échanges, le nom retenu est celui de « Confluences culturelles »
Rédigé par Frédérique Le Nan, Pauline Boivineau et Annie Ribrault


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *