Représentations picturales du paysage nord-américain

   

J. F. Cropsey Starruca Viaduct, Pennsylvania (1865)

Dans le cadre du cycle « Les mardis de Confluences », portant cette année sur les Amériques, Confluence organise une conférence-débat :  

Lauric Guillaud (Professeur à l’Université d’Angers, CRILA) 

Représentations picturales du paysage nord-américain au XIXe siècle : mythe et idéologie. Du « regard magistral au Destin Manifeste »

 Le 10 mai 2011 à 18h à la MSH (5 bis Bd Lavoisier)

 Seance animée par Christine Bard (Profeseure à l’Université d’Angers, directrice de Confluences)

 Entrée libre, ouverte à tous.

 Présentation

  

  

Au XIXe siècle se développent des modalités visuelles à partir de l’art du paysage en perspective, et en particulier dans la représentation des paysages de l’Ouest américain. En effet, nombre d’artistes ont recours aux « prospects », « vistas » et autres échappées visuelles, reflets des discours nationalistes qui accompagnent la marche vers l’Ouest et prélude à l’appropriation coloniale des terres et à l’extraction de leurs ressources. Elles fournissent un matériau ou un vocabulaire visuel qui projette l’espace dans le temps en constituant ce qu’Albert Boime a appelé « the Magisterial Gaze » (le « Regard magistral »), regard impérial et impérialiste s’étendant depuis quelque hauteur ou promontoire pour embrasser ce qui s’offre à lui jusqu’à l’horizon. Les mêmes tableaux qui exaltent le sublime des paysages n’invitent pas seulement à la contemplation ; ils constituent en fait la retraduction esthétisée de l’idéologie nationaliste et conquérante de la « Destinée Manifeste ».  

Après avoir brièvement retracé l’histoire du « mythe visuel de l’Amérique » (P. Carmignani), Lauric Guillaud présentera quelques exemples significatifs du « Magisterial Gaze » à travers la peinture de la Hudson River School, avant d’évoquer les limites et les paradoxes de cette modalité visuelle qui relève de l’idéologie du temps. La mise en œuvre d’un véritable endoctrinement visuel montre que « le savoir détermine le voir » (P. Carmignani).  

 Lauric Guillaud, professeur à l’Université d’Angers, est notamment l’auteur de Frontières barbares. Le mythe de la Wilderness (Ed. E-dite, Paris, 2000), La Terreur et le sacré. La Nuit gothique américaine (Ed. M. Houdiard, Paris, 2003), et Le Nouveau Monde, autopsie d’un mythe (Paris, Ed. M. Houdiard, octobre 2007). Il a enfin traduit L’Essai sur le paysage américain de Thomas Cole (Paris, Ed. M. Houdiard, 2004).   


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *