22 mars 2016 / séminaire « les circuits alimentaires de proximité : des dynamiques forcément solidaires ? »

Le prochain séminaire de l’axe 4  de la SFR Confluences aura lieu le 22 mars 2016 de 14 heures à 17 heures, à la Maison de la Recherche Germaine Tillion de l’Université d’Angers.

Il portera sur:

Les circuits alimentaires de proximité : des dynamiques forcément solidaires ?

 Trois interventions suivies d’un débat :

Marius Chevalier-Jacquemin, Université de Limoges (UMR Géolab) : « Les circuits alimentaires de proximité : quel dosage entre liberté individuelle, action collective et organisation hiérarchique ? » Exemples en région Poitou-Charentes/Limousin

Gilles Maréchal a dirigé des recherches sur les circuits courts alimentaires au sein de la Fédération régionale des Civam de Bretagne. Il abordera deux dimensions des solidarités alimentaires : l’accès pour tous à l’alimentation saine (Bretagne) et le programme brésilien de lutte contre la faim par la mobilisation de l’alimentation locale.

Julien Noël : enseignant-chercheur à l’Université d’Angers (UMR ESO) :

Ses activités de recherche portent sur la valorisation des ressources alimentaires au sein des filières agro-halieutiques. Il évoquera les solidarités alimentaires en Bretagne et les organisations de producteurs en circuits courts à partir des filières halieutiques.

Contact:  genevieve.pierre@univ-angers.fr     

Geneviève PIERRE
UMR ESO 6590

Présentation

Depuis les années 2000, la relocalisation des circuits alimentaires a fait l’objet de nombreux programmes scientifiques, souvent à l’interface recherche/action (Praly et al, 2014) . Les réflexions portent sur la nature du lien producteurs/consommateurs et sur les modalités du rapprochement entre production alimentaire/consommation. Ils s’intéressent à la gamme des acteurs impliqués ou à la durabilité de pratiques organisées à côté des systèmes alimentaires conventionnels. Parallèlement, les effets des circuits alimentaires alternatifs sur l’économie, les territoires et les sociétés constituent un enjeu central bien compris par la politique publique. L’approvisionnement en proximité a été promu comme un élément fort du développement durable des intercommunalités et agglomérations, des Pays, des Régions. Il repose sur la multiplication des dispositifs territorialisés de l’action publique (Agendas 21 locaux, Plans climat territoire) et des régulations nationales : Grenelle de l’Environnement (2009-2010) et plan national pour les circuits courts en 2009 ; plan national de l’alimentation (2010) et plans régionaux pour une offre alimentaire sûre, diversifiée et durable ; lois de modernisation agricole (2010) et d’avenir pour l’agriculture (2014) ; loi consommation de 2014 (17/03/2014).
Le séminaire s’inscrit dans les réflexions de l’axe 4 de la Structure Fédérative de Recherche (SFR) Confluences de l’Université d’Angers portant sur « innovations, développements, solidarités ». Il cherche à revisiter l’intérêt des circuits alimentaires de proximité à l’aune de la construction ou de la mise en évidence de solidarités, nouvelles ou renouvelées, au sein du territoire. Celles-ci peuvent s’exprimer de façons diverses, compte-tenu de la variété des modèles en présence : vente directe, restauration collective en proximité, points de vente collectifs, marchés de plein vent, magasins de producteurs. Quelles formes d’associations et d’entraide ces circuits alternatifs mettent-ils en évidence ? Comment les solidarités s’organisent-elles entre producteurs et consommateurs (avec création de nouvelles formes de coopérations/coopératives) ? Entre consommateurs eux-mêmes ? Avec quels autres partenaires ? Au contraire, les circuits de proximités ne procèdent-ils pas de démarches supportées par quelques consommateurs ou publics privilégiés ou « initiés » ? Existe-t-il une typologie particulière des collectivités locales qui ont installé un approvisionnement en proximité pour leur restauration collective ? Enfin, à quelle échelle les solidarités alimentaires « de proximité » s’organisent-elles? Quel est le rôle de l’action publique territorialisée des collectivités locales pour corriger d’éventuels « effets de club »?

La réflexion sera menée à partir des trois interventions suivantes :

Marius Chevalier-Jacquemin est enseignant-chercheur à l’Université de Limoges. Il travaille sur les circuits de proximité agro-alimentaires (production de connaissances et diffusion auprès des acteurs de Limousin et Poitou Charentes dans le cadre de l’observatoire des circuits de proximité).
Chevallier M., Dellier J., Richard F., Plumecocq G., « Dynamiques et structuration des circuits courts agroalimentaires en Limousin : distance institutionnelle, proximités spatiale et relationnelle », Géographie, Economie et Société, 2014.
Richard F., Chevallier M., Lagarde V., Dellier J., « Gentrification rurale et performance des circuits courts agroalimentaires de proximité en Limousin », Norois, 2014.
Son intervention porte sur : « Les circuits alimentaires de proximité : quel dosage entre liberté individuelle, action collective et organisation hiérarchique ? »
Les circuits de proximité sont souvent portés par des groupes. Bien que divers par la composition, leur ancienneté, leurs valeurs, ces groupes rencontrent des problématiques communes. Quelle part de liberté individuelle ? Quel degré d’implication de chaque membre pour le collectif ? Quelle répartition/concentration du pouvoir ? L’action collective est souvent considérée comme une valeur. Cependant, la liste des critiques qui sont adressées aux démarches coopératives ramène souvent à la perspective d’Oppenheimer d’un nécessaire échec politique ou économique des coopératives ou à la perspective de l’isomorphisme institutionnel qui permet de comprendre comment les dimensions collectives tendent à s’effacer au profit de dimensions individuelles et hiérarchiques. Une quarantaine d’entretiens auprès d’une vingtaine de groupes permettent d’analyser comment ces tendances générales sont à l’œuvre dans les initiatives limousines.

Gilles Maréchal est aujourd’hui consultant et formateur indépendant, fondateur du cabinet Terralim – Territoires et alimentation. A l’Université de Rennes, il est chargé de cours dans les masters « analyse de projet et développement durable » et dans le Master « les Amériques ». Au sein de la Fédération régionale des Civam de Bretagne il a dirigé des travaux de recherche sur les circuits courts alimentaires. Il a notamment publié :
MARECHAL Gilles (dir.), 2008, Les circuits courts alimentaires ; Bien manger dans les territoires, Dijon, Éducagri Éditions, 213 p.
Son intervention aborde deux dimensions des solidarités alimentaires, dans des terrains différents : l’accès à l’alimentation saine / food justice, et l’exemple du Brésil avec son programme de lutte contre la faim par la mobilisation de l’alimentation locale.

Julien Noël : enseignant-chercheur à l’Université d’Angers (UMR ESO) :
Ses activités de recherche portent sur l’analyse des structures et des fonctionnements des territoires ruraux et littoraux à l’interface environnement/développement à travers la valorisation des ressources alimentaires au sein des filières agro-halieutiques. Il a participé au programme de recherche régional (Pays de la Loire) VALPARESO (valorisation des productions alimentaires ligériennes et réseaux d’acteurs en 2012-2014) et au programme Solalter (2013-2014) sur les « solidarités alimentaires territorialisées à partir des circuits courts en Bretagne. Il a publié récemment : Margétic C et Noel J., 2014, « Quand l’alimentation recrée du territoire. Premières réflexions à partir de démarches de qualification de produits agricoles et halieutiques dans l’Ouest français », in Fournier M. (dir.), Labellisation et mise en marque des territoires, Clermont-Ferrand, Presses Universitaires Blaise Pascal, Collection Ceramac, vol 34, p. 277-294.
Son intervention porte sur : « Circuits alimentaires et dynamiques de (re)territorialisation. Retour d’expériences de recherche-action menées dans le grand Ouest français (2012-2015).
Elle propose une réflexion sur les dynamiques de ré-ancrage spatial autour de l’alimentation opérées dans le Grand Ouest français ces dernières années par le biais des circuits courts et/ou de proximité, des systèmes localisés et/ou territorialisés. Les formes de solidarités territoriales mises en œuvre par ces circuits sont questionnées à partir des stratégies poursuivies par les acteurs, stratégies qui relèvent de représentations et de valeurs et qui portent sur des pratiques et des échelles d’action organisées. Pour ce faire, plusieurs résultats d’enquêtes de terrain menées dans deux projets de recherche-actions seront présentés : la « Valorisation des productions alimentaires ligériennes et réseaux d’acteurs » (VALPARESO, 2012-2013, Pays de la Loire) et programme sur les « Solidarités alimentaires territorialisées » (SOLALTER, 2013-2015, Bretagne).
Le séminaire sera modéré par Geneviève Pierre, MCF HDR en géographie sociale à l’Université d’Angers (UMR ESO), co-animatrice de l’axe 4 de la SFR Confluences et spécialiste des circuits courts agro-énergétiques.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *