Tous les articles par Annie RIBRAULT

Conférence de G. Vigarello / Mardi 15 octobre 2013

Dans le cadre des mardis du Genre proposés par la SFR Confluences, la Maison des sciences humaines a accueilli, le 15 octobre, Georges Vigarello, directeur de recherche à l’École des hautes études en sciences sociales, pour présenter son travail sur l’Histoire de la virilité.

Après l’Histoire du corps,qu’il avait codirigée avec Alain Corbin et Jean-Jacques Courtine, Georges Vigarello s’est attaqué en 2011 à l’Histoire de la virilité. De l’Antiquité à nos jours, l’ouvrage de trois tomes et pas moins de 1700 pages propose un parcours au cours duquel la virilité est une ­valeur incertaine, une notion variable. Pour autant, une caractéristique semble avoir traversé les époques : la virilité serait continuellement en crise. « Il s’agit d’une notion qui, d’emblée, est difficile et contestée, note Georges Vigarello. Lorsqu’on est dans une position d’ascendant, on est contesté. Dans une situation humaine d’asymétrie, il y a des altercations« . Autrement dit, à travers les temps, les cadets tentent toujours de prendre la place des ainés. Ces derniers, en revanche, sont obsédés par la crainte d’une « éfféminisation » de la société. En résulte ainsi des crises de la virilité, pouvant prendre des formes différentes selon les périodes.

De l’épée au mousquet

La Renaissance marque le passage du chevalier au cavalier. C’est une véritable rupture de modèle culturel. « Ce que l’on attend du courtisan, c’est qu’il ait une sociabilité bien différente de celui du chevalier, assure Georges Vigarello. Il doit être sensible à la danse, à la musique. Il intègre le parfum, le linge. Il utilise le mousquet, qui demande bien plus d’agilité et de ruse que le combat à l’épée. Ces changements de comportement vont être très contestés par les vieux barons. » À l’arrivée de ces nouvelles règles sociales, la virilité est ainsi, et pour la première fois, remise en cause.

Émancipation de la femme

Au XIXe siècle, s’amorce un virage. Une première émancipation marque la contestation par les femmes de la domination des hommes. Les places susceptibles d’être masculines – le travail, l’accès aux études supérieures, au divorce…- sont acquises par les femmes. « Il y a un déplacement des activités domestiques, qui sont des activités dominées, vers les activités dominantes, de responsabilité, développe Georges Vigarello. Cette crise est nouvelle car elle ne concerne plus les ascendants et les dominés en tant qu’hommes, mais elle confronte directement les hommes et les femmes« .

Et de nos jours ?

À partir de 1914, la femme s’empare de l’univers social. Parallèlement, « au combat, les hommes se terrent dans les tranchées. Cela atteint terriblement l’image du soldat et l’image du viril. Depuis, des repères très forts comme celui de l’uniforme, ont disparus« . La référence à la force s’est également déplacée. Dans le sport, le courage appartient autant aux femmes qu’aux hommes. De même, le plaisir sexuel, le désir féminin se sont affirmés. Ainsi, la « surcompensation » pousse les corps bodybuildés à peupler nos écrans ; des « conservatoires virils » se développent dans certains milieux comme le rugby ou le judo ; « l’imaginaire » du viril s’amplifie au cinéma ; le « combat féministe » s’accentue ; les « tentatives de basculement » incitent les hommes à changer leur place dans le modèle familial… Autant de conséquences d’une nouvelle remise en question de la virilité.

Baptiste CROCHET
baptiste.crochet@univ-angers.fr

Calendrier du séminaire Mardis du genre 2013-2014

Date

Intervenant.e.s

Titre de l’intervention

à la MSH

12h-14h

24 /9

Réunion de rentrée

Kahlo

15 /10

Georges  Vigarello, directeur de recherche à l’EHESS « Histoire de la virilité » Tillion

12/11

Arnaud Alessandrin, docteur en sociologie, Université de Bordeaux, chercheur au Centre Emile Durkeim, co-auteur de Géographie des homophobies (2013)Karine Espineira, docteure en sciences de l’information et de la communication, a dirigé avec Maud-Yeuse Thomas et Arnaud Alessandrin La Transyclopédie (2013) « Glossaire des transidentités »  « Construction et traitement médiatique des transidentités : maltraitrance médiatique et réponse militante » Kahlo

3 /12

Christine Bard, professeure d’histoire contemporaine, directrice de la Structure Fédérative de Recherche Confluences – Université d’Angers « Des suffragettes aux Femen : le corps dans l’agir féministe » Kahlo

21 /1

Marie Line Bertrand, professeure d’espagnol, doctorante en histoire, Université d’AngersMireille Douspis, docteur es-lettres, auteure de L’influence de l’histoire contemporaine dans l’œuvre de Marguerite Yourcenar et de L’idéologie politique de Marguerite Yourcenar d’après son œuvre romanesque « Les identités politiques d’Anna Kuliscioff (1853-1855-1857-1925)« L’antiféminisme de Marguerite Yourcenar » Kahlo

11 /2

Nahéma Hanafi, maîtresse de conférences en histoire, Université d’Angers « Flux et reflux féminins au siècle des lumières » Kahlo

25 /3

Stéphane Leroy, professeur de géographie à l’Université d’Angers, auteur (avec Nadine Cattan) de L’Atlas mondial des sexualités (Autrement, 2013)Denis Trauchessec, doctorant en géographie, Université d’Angers (Par ici ou par là. Oasis subversive d’une sexualité entre hommes dans l’espace public) « D’une ville l’autres ou de l’intérêt d’étudier la géographie des homosexualités masculines »

 

 

« Drague dans l’espace public »

Kahlo

15/4

Mathilde Plard, chargée de recherche en géographie, laboratoire de recherche ESO – Université d’AngersNasima Moujoud, maîtresse de conférences en anthropologie, Université Pierre Mendès France Grenoble 2 « Parcours migratoires : des ajustements identitaires. L’expérience de femmes aînées immigrantes à Montréal »« Ce que les femmes parties seules nous apprennent sur la migration » Kahlo

13 /5

Caroline Renaud-Duparc, maitresse de conférences en droit privé, Université d’Angerset Jimmy Charruau, doctorant en droit public, Université d’Angers (sur La notion de non-discrimination dans le droit public français) « Genre, injure et discrimination à l’aune du droit » Kahlo

Colloque Gilles Ménage les 12-13 juin 2013

Organisé conjointement par le CERHIO, le CERIEC et la SFR, le colloque Gille Ménage se tiendra à la MSH les 12 et 13 juin prochain. Six temps sont au programme:
Ménage, Angers et la République des Lettres.
Ménage, grammairien philologue.
Ménage et ses contemporains écrivains.
Fécondité d’une œuvre plurielle.
La fabrique de la langue.
Ménage après Ménage.
pour plus de renseignement: Isabelle.Trivisani@univ-angers.fr

Les saisons des migrations le mardi 16 avril 2013 à 18h avec Patricia Lambert

« Des filles de parole. Discours et pratiques de descendantes de migrants », voici une conférence proposée par Patricia LAMBERT, Maîtresse de conférences en sciences du langage, à l’ENS de Lyon.

« Mon intervention traitera de la problématique du rôle des langues et du langage dans l’expression et la construction identitaires d’adolescentes en contexte post-migratoire. Dans le champ sociolinguistique, les migrations représentent depuis près de quarante ans des contextes d’observation privilégiés pour des recherches sur les situations plurilingues. En France, une partie de ces travaux a débuté au détour de l’accession à l’indépendance des anciennes colonies. Les recherches sur les pratiques langagières de descendants de migrants originaires de pays du Maghreb se sont ainsi progressivement développées, apportant différents éclairages sur la manière dont des éléments des langues d’origine familiale étaient acquis, mobilisés et investis – pratiquement et symboliquement – au sein de différents réseaux de socialisation langagière. C’est dans la continuité de ces recherches que je situerai mon propos, en m’efforçant de construire un point de vue critique par rapport à des représentations communément véhiculées dans le débat public sur les migrations, le langage et les langues. La focalisation de représentations sur certaines dimensions de la diversité sociale, linguistique, culturelle et ethnique contribue notamment à l’essentialisation d’une partie des descendants de migrants maghrébins de milieux populaires. Sur le plan langagier, la typification de ces jeunes adultes ou adolescents articule généralement l’usage d’un style de parole spécifique et le refus ou l’incapacité à déployer des conduites langagières formellement, fonctionnellement et socialement adaptées (en français et dans les langues héritées des migrations). Si la mise scène médiatique focalise essentiellement les attentions sur des garçons, cette figure d’altérité radicale se décline également au féminin. Des adolescentes font ainsi l’objet d’évaluations sociales d’autant plus négatives que les attentes normatives à l’égard des filles les voudraient langagièrement plus policées que les garçons. À partir de données empiriques issues d’un travail ethnographique au long cours, on examinera comment les répertoires communicatifs d’adolescentes régulièrement catégorisées comme « jeunes des quartiers » se construisent, sont mis en œuvre et socialement évalués, notamment au sein de l’institution scolaire. Je m’attacherai en particulier à montrer comment les significations sociales attribuées à certaines de leurs pratiques jouent localement un rôle non négligeable dans le masquage de l’étendue des répertoires communicatifs et des registres identitaires de ces jeunes filles. »

Journée d’études « Quand le corps dit le genre »

Confusion des genres I Carine Parola
Confusion des genres I, Carine Parola
Confusion des genres II, Carine Parola
Confusion des genres II, Carine Parola

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Après une journée en 2012 consacrée à l’étude de l’expression verbale du genre, le Groupe interdisciplinaire d’études sur le genre de l’Université d’Angers (SFR Confluences) organise une nouvelle journée d’étude dédiée à l’expression non-verbale du genre:

 « Quand le corps dit le genre »
Mercredi 13 mars 2013 – 10h-17h

 Programme:

10h30-10h45. Christine Bard. Professeure d’histoire contemporaine, CERHIO UMR CNRS 6258 – Université d’Angers.
Introduction à la journée.
10h45-11h15. Michel Nassiet. Professeur d’histoire moderne, CERHIO UMR CNRS 6258 – Université d’Angers.
Sexualité et pouvoir au XVIe siècle.
11h15-11h45. Elizabeth Claire. Chargée de recherche en histoire, CNRS – EHESS/CRH.
Le geste de l’intimité : la culture genrée du bal à l’aube du XIXe siècle.
11h45-12h15. Emmanuel Jaurand. Professeur de géographie, UMR ESO, UMR CNRS 6590, Rennes.
L’effet « dégenrant » et désexualisant du nudisme : une utopie à l’épreuve des territoires.
12h15-12h30. Débat.

12h30-14h. Déjeuner.

14h-14h30. Pauline Boivineau. Doctorante en histoire contemporaine, CERHIO UMR CNRS 6258 – Université d’Angers.
Anne-Marie Reynaud : une femme et une chorégraphe engagée. Du « Four Solaire » au CND.

14h30-15h. Floris Taton. Doctorante en histoire contemporaine, CERHIO UMR CNRS 6258 – Université d’Angers.
Interroger le genre par le biais du travestissement, une approche proposée par les artistes féministes de la performance.

15h. Pause.
15h15-15h45.
Rachele Borghi. Post-doctorante en géographie à l’Université Rennes 2.
Le post porno et l’usage du corps a-genre comme outil de lutte politique et féministe.

15h45-16h15. Carine Parola. Photographe.
Le corps photographié comme reflet du discours sur les valeurs sociales et l’évolution des mœurs.

16h15-17h. Débat et Conclusion.


Amphi G. Tillion, MSH Confluences
5bis bd Lavoisier, Angers
Entrée libre et gratuite

Publication – Protection juridique du végétal et ses enjeux économiques

Les actes du colloque La protection du végétal et ses enjeux économiques, organisé en novembre 2011 par le Centre Jean-Bodin, GRANEM et CERHIO Angers viennent d’être publiés aux Editions Economica sous la direction de Serge Blondel, Sophie Lambert-Wiber et Camille Maréchal.

Cet ouvrage rassemble des contributions de chercheurs et praticiens appartenant à des champs disciplinaires variés tels que le droit, l’économie et l’histoire.

La première partie explore les aspects historiques, épistémologiques, techniques du thème choisi, et se clôt sur le contexte international.

La deuxième partie approfondit les enjeux, qui concernent l’économie, la concurrence, la compétitivité des entreprises, ou encore le développement durable. Cela met notamment en évidence le rôle ambivalent joué par la protection du végétal, au service de l’innovation mais également des stratégies d’appropriation.

La dernière partie est consacrée aux outils de la protection juridique du végétal, à savoir le brevet et le certificat d’obtention végétale. Elle analyse notamment les différences mais également les liens qu’entretiennent ces deux régimes juridiques.

Serge Blondel est Professeur d’économie à l’Université d’Angers, Faculté de droit, d’économie et de gestion. Il est responsable de l’UMR GRANEM et codirige le Master 2 Droit et stratégies des entreprises du végétal.
Sophie Lambert-Wiber, membre du Centre Jean Bodin, est Maître de conférences en droit privé et sciences criminelles à l’Université d’Angers, Faculté de droit, d’économie et de gestion. Elle codirige le Master 2 Droit et stratégies des entreprises du végétal.
Camille Maréchal, Maître de conférences en droit privé, a publié
Concurrence et propriété intellectuelle (Litec, 2009), ainsi que des articles en droit de la propriété intellectuelle et en droit civil. Elle enseigne le droit des affaires et le droit civil à l’université d’Angers, Faculté de droit, d’économie et de gestion.

Mardis de Confluences 2012-2013: les saisons des migrations

Les saisons des migrations [1]

La question des migrations, en ces temps de mondialisation conflictuelle, reste, plus que jamais un sujet d’étude important pour l’ensemble des sciences sociales et humaines. « C’est que les migrations sont un phénomène social total » (Liauzu, 1996) [2] .
Gildas Simon (1998)  rappelle cette forte contradiction qui apparaît entre « la libération des images, de l’information, des échanges, et le renforcement du protectionnisme sur le plan migratoire au Nord, comme d’ailleurs au Sud » [3]. Et pourtant, les hommes et les femmes n’ont jamais été autant mobiles que ce dernier siècle, inscrivant leurs déplacements dans une société en mouvement.
C’est pourquoi la réflexion proposée dans ce séminaire se veut résolument pluridisciplinaire et sera conduite par des  anthropologues, des sociologues, des géographes, des historiens, des sociolinguistes, des économistes et des artistes. Les interventions, par ailleurs, concerneront plus particulièrement telle ou telle composante  sociale des populations migrantes. Il s’agit de penser et de comprendre comment, pourquoi, selon quelles modalités, la dynamique de la pluralité (Liauzu) qui accompagne nécessairement tous les phénomènes migratoires reste problématique.
Les migrations internationales et, la mondialisation, la féminisation, le développement, les nouvelles technologies, les pratiques langagières, la jeunesse (etc…) seront certaines des thématiques que nous aborderons lors de ce cycle de conférences.
Un mardi par mois, des chercheurs viendront traiter une question précise, et parfois ils seront accompagnés également d’artistes, de réalisateurs, de membres de la société civile travaillant sur la thématique abordée.

Programmation et coordination:
Chadia Arab, géographe, chargée de recherche au CNRS, UMR ESO-Angers – Espaces et sociétés (6590)
Dalila Morsly, sociolinguiste, professeure émérite de l’université d’Angers

Références:
[1] Le titre du séminaire nous est inspiré du roman de Tayeb Salih, Saison de la migration vers le Nord, 1966
[2] LIAUZU, Claude, 1996, Histoire des migrations en Méditerranée occidentale, Paris, Éditions Complexe.
[3]  SIMON, Gildas, 1998, La planétarisation des migrations internationales. In La planète « nomade ». Les mobilités géographiques d’aujourd’hui. Festival International de Géographie de Saint Diez, Belin, pp.59-76

 

Programme complet (également téléchargeable ici)

Mardi 23 Octobre 2012, 18h – 20h : Migration et développement au Mali
Patrick GONIN, Professeur de géographie, Université de Poitiers,
Hamedy DIARRA, Président du Haut Conseil des Maliens de France et Vice-président du FORIM (Forum des Organisations de Solidarité Internationales Issues des Migrations)

Mardi 6 novembre 2012, 18h-20h : Migration et écriture ; critique et création en littérature
Christiane CHAULET-ACHOUR, Professeure de littérature, Université de Cergy-Pontoise.

Mardi 18 décembre 2012, 18h-20h, Histoire longue et migrations actuelles en Europe : les cas suédois et néerlandais (XVI-XXIème siècle)
Gildas SIMON, Professeur émérite en géographie, Université de Poitiers.
Débat animé par Christian Pihet, Professeur de géographie, Université d’Angers.

Mardi 22 janvier 2013, 18h-20h : Ce que les femmes seules nous apprennent sur la migration
Nassima MOUJOUD, Maîtresse de conférences en anthropologie, Université de Grenoble.
(en partenariat avec le Groupe Genre de l’Université d’Angers)

Jeudi 14 février 2013, 18h-20h : Jeunesse et origines : ethnicité et rapports sociaux
Mohamed MARWAN, Sociologue, chargé de recherche au CNRS à l’ENS à Paris.

Mardi 12 mars 2013, 18h-20h : Projection : C’est comme ça. Histoire d’Angevins venus d’ailleurs (1960-1980), documentaire réalisé par Julien Aouidad et l’Association Histoire et Mémoire de l’Immigration en Anjou.
Débat animé par Yves Denéchère, Professeur d’Histoire, Université d’Angers.

Mardi 16 avril 2013, 18h-20h : Des filles de parole. Discours et pratiques de descendantes de migrants
Patricia LAMBERT, Maîtresse de conférences en sciences du langage, CNRS, Université de Lyon 2.

Mardi 14 mai 2013, 18h-20h : Roms et migrations
Martin OLIVERA, anthropologue, Université Paris X.
Débat animé par Samuel Delépine, Maître de conférences en géographie, Université d’Angers.

Mardi 4 juin 2013, 18h-20h : Projection : Mouss et Hakim, origines contrôlées
Débat avec la réalisatrice, Samia CHALA.

 

Groupe genre: programme des activités 2012-2013

Toutes ces activités ont lieu à la Maison des sciences humaines Confluences de l’Université d’Angers.

Séminaire : de 12h à 14h, salle Frida Kahlo
16 octobre 2012  : Manuella Roupnel (sociologue, MCF à l’IUT Carrières sociales d’Angers-Cholet), Les chômeuses de Moulinex
13 novembre 2012 : Erika Flahault (sociologue, ESO, MCF à l’Université du Maine), Associations féministes et genre : une relation ambivalente
4 décembre 2012 : Emmanuel Gratton (sociologue clinicien, MCF département de Psychologie, Université d’Angers), Injures sexistes et homophobes
22 janvier 2013 : exceptionnellement de 18h à 20h, avec le Cycle « Migrations » de Confluences Nasima Moujoud (anthropologue, LAHRA UMR 5190, MCF à l’IUT Carrières sociales, Université Pierre Mendes France Grenoble 2) : Ce que les femmes seules nous apprennent sur la migration
12 février 2013 : Les femmes politiques en Maine-et-Loire, avec Corinne Bouchoux, sénatrice du Maine-et-Loire, et des femmes maires du département, animée par Fanny Bugnon (Dr en Histoire, CERHIO) et Dalila Morsly (PU émérite, Linguistique, Université d’Angers)
9 avril 2013 : Georges Vigarello (DR à l’EHESS, Histoire), Histoire de la virilité
7 mai 2013 : Frédérique Le Nan (Langue et littérature du Moyen Âge, CERIEC, MCF HDR à l’Université d’Angers), Comment faire trace ou le silence des femmes dans la lyrique occitane

Journées d’études : amphi Germaine Tillion
5 décembre 2012 : journée d’études doctorales de l’école doctorale SCE (Christine Bard, PU, Histoire, CERHIO et Michele Ryan-Sautour, MCF Anglais, CRILA) : Nouvelles recherches sur le genre
13 mars 2013 : Journée d’études organisée par Christine Bard, Pauline Boivineau (doctorante, Histoire, CERHIO), Emmanuel Jaurand, (PU Géographie, ESO), Floris Taton, (doctorante allocataire, Histoire, CERHIO) : Quand le corps dit le genre

 

Ce séminaire s’intègre également dans une programmation plus vaste sur les trois sites universitaires de la Région: Angers, Le Mans et Nantes.
Cliquez ici pour consulter le programme complet.

Colloque Figures de l’Utopie, hier et aujourd’hui

Plan de la cité de Palmanova, gravure peinteDans le langage courant actuel, « utopique » veut dire impossible, une utopie étant une construction de l’Imaginaire. Ainsi historiens et créateurs nous décrivent l’utopie comme un système clos visant à codifier a priori des formes instituées pour la vie sociale, culturelle, éducative. L’épanouissement du genre utopique correspond à une période où l’on pense que les hommes et femmes devraient construire autrement leurs formes d’organisation politique et sociale, que d’autres modes de vie, d’autres mondes sont possibles.
Y aurait-il aujourd’hui une fin des utopies (vs. Uchronies) ? Les formes historiques de l’Utopie éclairent-elles notre présent ? Y a-t-il une fin de l’histoire, quand, dans la confusion actuelle, fait rage le combat entre les prophètes du déclin et ceux du renouveau religieux ? Nous plaçons-nous dans un renouveau des perspectives cycliques? Notre actualité participe-t-elle d’une régression généralisée ou peut-elle contribuer au contraire à projeter vers l’avenir de nouveaux modèles alternatifs de société ou de contre-société (Nouvel Age, altermondialisme) quand se réinvente et s’actualise le concept de Citoyen du Monde ? Comme  l’idéologie, elle pose la question des « références ultimes », références à la fois d’ordre social et culturel pour qu’utopie, idéologie et culture fassent système, entre Utopies fermées et utopies ouvertes.

D’où le projet de ce colloque visant à mettre en évidence et exposer dans notre société mondialisée, diverses formes émergentes d’Utopies susceptibles d’ouvrir la voie à l’expression des significations imaginaires culturelles et sociales et à nos modalités d’être ensemble (utopies concrètes), quand elles visent à les questionner si ce n’est à les renouveler.

Le choix des organisateurs est d’étudier dans l’Histoire et le temps présent les créateurs et acteurs des Utopies, particulièrement dans les domaines français et américains.

Direction du colloque: Christine Bard et Lauric Guillaud pour l’Université d’Angers, Georges Bertin pour le Cnam Pays de la Loire.

Jeudi 27 et vendredi 28 septembre 2012
Faculté des lettres, langues et sciences humaines
Maison des sciences humaines
Inscription obligatoire, gratuite pour les étudiants, doctorants et membres des laboratoires partenaires

Télécharger le programme du colloque et le bulletin d’inscription

Colloque « Traces du végétal »

Empreintes et collages de feuilles. Oeuvre de Sandrine de Borman
Le colloque international pluridisciplinaire “Traces du végétal” aura lieu à l’Université d’Angers, les 13, 14 et 15 juin 2012 à la Maison des sciences humaines (Faculté des lettres, langues et sciences humaines, 5 bis Bd Lavoisier).  Il est organisé par l’axe Cultures du végétal de la Structure fédérative de recherche Confluences, les laboratoires CERIEC, CERHIO et ESO, avec le soutien de  l’Université d’Angers, du Conseil général du Maine-et-Loire, d’Angers Loire-M, du CNRS-ISCC et du Jardin botanique national de Belgique.
Le programme comprend des communications en littérature, histoire, géographie, histoire de l’art, psychologie, anthropologie. Deux événements artistiques accompagnent le colloque à la MSH : une exposition des œuvres de Sandrine de Borman (Belgique) du 13 au 15 juin et une représentation théâtrale – Hortus Minor – d’Isabelle Dumont (Belgique), le mercredi 13 juin à 17h.
Entrée libre.
Programme et inscriptions sur http://vegetal.hypotheses.org/colloque
Contacts :
Isabelle Trivisani (CERIEC) isabelle.trivisani@univ-angers.fr
 Nuscia Tiabi (ESO) nucia.taibi@univ-angers.fr
Cristiana Oghina-Pavie (CERHIO) cristiana.pavie@univ-angers.fr

Les mots pour dire le genre: journée d’étude

Première journée d’étude organisée par le Groupe genre de l’université d’Angers

Mercredi 6 juin 2012, de 10h à 17h

Le discours est un outil remarquable de la fabrique sociale du genre. Derrière une apparente évidence et neutralité, la langue, la mise en mots, la nomination et le récit de soi participent d’une catégorisation qui révèle généralement la domination du masculin. Judith Butler a mis en évidence l’effet performatif du discours, qui non seulement traduit mais construit une hiérarchie aussi forte que subtile de l’ordre social genré. En étudiant les différences entre langues (français, espagnol, anglais, arabe), cette règle semble immuable, mais s’applique avec des nuances liées à l’histoire, aux sociétés et aux cultures des pays. De fait, on ne peut que souligner l’intérêt potentiel d’une critique et d’une transformation de la langue, à dessein de révéler voire de contester la hiérarchie du masculin et du féminin.
Les interventions de la journée d’étude développeront des exemples pris dans l’écriture littéraire comme dans la pratique courante contemporaine. Il convient toutefois d’ajouter que le discours sur lequel porte notre intérêt n’est qu’un des vecteurs de la construction du genre, qu’il convient de replacer dans un univers codé plus vaste, avec le langage du corps si évident au théâtre en particulier.

Télécharger le programme

Entrée libre et gratuite
Amphithéâtre Germaine Tillion, Maison des sciences humaines

Atlas des Tsiganes

Les dessous de la question rom

Sorti le 4 avril aux éditions Autrement, l’Atlas des Tsiganes a pour ambition de « mettre des cartes sur un sujet confus », explique Samuel Delépine, co-auteur de l’Atlas et maître de conférences en géographie sociale à l’UA. Son objectif n’était pas d’ethniciser mais d’aborder les problématiques économiques et sociales autour des populations dites Tsiganes. Le géographe analyse également les mesures politiques prises en France et en Europe à l’égard des roms.

Sur les Tsiganes, les raccourcis vont bon train. Pour preuve, politiques et médias français ont récemment montré du doigt les Roms, stigmatisant et amalgamant gens du voyage français et migrants roms roumains.

L’histoire et la diversité des Tsiganes sont ignorées. Que sait-on de leur internement en France avant (et après !) l’occupation allemande et de leur génocide partout en Europe ? Qui sait que les Français d’origine tsigane ont en France un statut administratif bien particulier, avec un carnet de circulation permettant de contrôler leurs déplacements et une mise sous condition de leur droit de vote ?

Cet atlas remet en cause l’existence d’un « problème public rom ». Roms, Gitans, Sintis, Travellers, gens du voyage… migrants, nomades ou sédentaires, ils se heurtent partout en Europe et plus ou moins violemment aux problèmes d’emploi, de santé, de logement ou de scolarisation. Leur point commun : être catalogués comme une catégorie ethnique ignorante de leur diversité.

LES AUTEURS
Samuel Delépine
est maître de conférences en géographie sociale à l’Université d’Angers et membre du collectif de l’UMR Espaces et Sociétés. Il est spécialiste des tsiganes (auxquels il a consacré sa thèse) et a écrit plusieurs ouvrages sur le sujet dont Quartiers Tsiganes (L’Harmattan, 2007). Il a également participé à plusieurs publications du Conseil de l’Europe et a récemment dirigé un numéro de la revue Études tsiganes.
Alexandre Nicolas
est cartographe-géomaticien indépendant et officier géographe. Il a travaillé sur plusieurs atlas Autrement.

Samuel Delépine a présenté son approche de la « question rom » lors d’une conférence organisée par le CLER à la MSH le 22 mai dernier.

Archives du féminisme: histoire et mémoire des féminismes

L’association Archives du féminisme organise le 24 mars 2012 à la MSH Confluences une journée d’études intitulée « Histoire et mémoire des féminismes ».

L’association, qui vise à sauvegarder, faire connaître et valoriser les fonds d’archives féministes, travaille en étroite collaboration avec le Centre des archives du féminisme à la Bibliothèque Universitaire d’Angers. Elle est liée par convention à l’Université d’Angers depuis 2011 et elle est soutenue par la région Pays de la Loire, la délégation régionale aux droits des femmes et à l’égalité, et par le laboratoire d’histoire CERHIO (UMR CNRS 6258) de la faculté des lettres, langues et sciences humaines de l’Université d’Angers.
« Archives du féminisme » est également le titre d’une collection éditée par les Presses universitaires de Rennes.

Découvrez les activités de l’association sur leur site.

Le programme détaillé de la journée.

 

Samedi 24 mars
9h30 – 17h30
Maison des sciences humaines Confluences
Amphithéâtre Germaine Tillion
5bis bd Lavoisier, Angers

Entrée libre et ouverte à toutes et tous

Enjeux, problématiques et situation de la traduction de la poésie contemporaine

Traduire la poésie: journée d’étude pluridisciplinaire

En cette saison propice à la poésie (c’est le Printemps des poètes) le CERIEC et le 3L.AM s’associent à la faculté des lettres, langues et sciences humaines pour organiser, dans le cadre de l’axe « Écritures et cultures » de Confluences une journée d’étude consacrée aux enjeux de la traduction poétique.

Le programme de cette journée, qui devrait particulièrement intéresser les étudiants du Master 2 Traduction, propose des regards croisés sur les enjeux, problématiques et situation de la traduction de la poésie contemporaine, avec des intervenants spécialisés dans des aires linguistiques diversifiées: poésie nord- et sud-américaine, italienne et anglaise.

Vous pouvez télécharger ici le programme détaillé.

Vendredi 16 mars 2012
10h30 – 17h30
Maison des sciences humaines Confluences
Salle Frida Kahlo
5bis bd Lavoisier, Angers

Entrée libre