Archives de catégorie : Actualités / News

Conférence de G. Vigarello / Mardi 15 octobre 2013

Dans le cadre des mardis du Genre proposés par la SFR Confluences, la Maison des sciences humaines a accueilli, le 15 octobre, Georges Vigarello, directeur de recherche à l’École des hautes études en sciences sociales, pour présenter son travail sur l’Histoire de la virilité.

Après l’Histoire du corps,qu’il avait codirigée avec Alain Corbin et Jean-Jacques Courtine, Georges Vigarello s’est attaqué en 2011 à l’Histoire de la virilité. De l’Antiquité à nos jours, l’ouvrage de trois tomes et pas moins de 1700 pages propose un parcours au cours duquel la virilité est une ­valeur incertaine, une notion variable. Pour autant, une caractéristique semble avoir traversé les époques : la virilité serait continuellement en crise. « Il s’agit d’une notion qui, d’emblée, est difficile et contestée, note Georges Vigarello. Lorsqu’on est dans une position d’ascendant, on est contesté. Dans une situation humaine d’asymétrie, il y a des altercations« . Autrement dit, à travers les temps, les cadets tentent toujours de prendre la place des ainés. Ces derniers, en revanche, sont obsédés par la crainte d’une « éfféminisation » de la société. En résulte ainsi des crises de la virilité, pouvant prendre des formes différentes selon les périodes.

De l’épée au mousquet

La Renaissance marque le passage du chevalier au cavalier. C’est une véritable rupture de modèle culturel. « Ce que l’on attend du courtisan, c’est qu’il ait une sociabilité bien différente de celui du chevalier, assure Georges Vigarello. Il doit être sensible à la danse, à la musique. Il intègre le parfum, le linge. Il utilise le mousquet, qui demande bien plus d’agilité et de ruse que le combat à l’épée. Ces changements de comportement vont être très contestés par les vieux barons. » À l’arrivée de ces nouvelles règles sociales, la virilité est ainsi, et pour la première fois, remise en cause.

Émancipation de la femme

Au XIXe siècle, s’amorce un virage. Une première émancipation marque la contestation par les femmes de la domination des hommes. Les places susceptibles d’être masculines – le travail, l’accès aux études supérieures, au divorce…- sont acquises par les femmes. « Il y a un déplacement des activités domestiques, qui sont des activités dominées, vers les activités dominantes, de responsabilité, développe Georges Vigarello. Cette crise est nouvelle car elle ne concerne plus les ascendants et les dominés en tant qu’hommes, mais elle confronte directement les hommes et les femmes« .

Et de nos jours ?

À partir de 1914, la femme s’empare de l’univers social. Parallèlement, « au combat, les hommes se terrent dans les tranchées. Cela atteint terriblement l’image du soldat et l’image du viril. Depuis, des repères très forts comme celui de l’uniforme, ont disparus« . La référence à la force s’est également déplacée. Dans le sport, le courage appartient autant aux femmes qu’aux hommes. De même, le plaisir sexuel, le désir féminin se sont affirmés. Ainsi, la « surcompensation » pousse les corps bodybuildés à peupler nos écrans ; des « conservatoires virils » se développent dans certains milieux comme le rugby ou le judo ; « l’imaginaire » du viril s’amplifie au cinéma ; le « combat féministe » s’accentue ; les « tentatives de basculement » incitent les hommes à changer leur place dans le modèle familial… Autant de conséquences d’une nouvelle remise en question de la virilité.

Baptiste CROCHET
baptiste.crochet@univ-angers.fr

Actualité de la recherche – Séminaire Paris-7 « Famille, parenté, genre »

Vous trouverez ci-joint le programme du séminaire de D. Lett, à Paris-7, dans lequel quelques séances seront consacrées aux thématiques du groupe de travail, pour les périodes médiévales  et modernes.

Séminaire de Doctorat et Master 2, 2013-2014 – Histoire médiévale, Paris-Diderot (Paris 7) – Salle 104, Bâtiment Olympe de Gouges (M° Bibliothèque François-Mitterrand)

Lundi de 16 h à 18 h 

Didier LETT

Famille, parenté et genre au Moyen Âge

(XIIe-XVe siècles)

 

En s’appuyant sur les diverses sources de la fin de l’époque médiévale (hagiographie, procès, actes notariés, statuts communaux, chroniques, iconographie, etc..), essentiellement en France, Italie et Angleterre (mais pas exclusivement), ce séminaire propose d’étudier la famille, la parenté et le genre en intégrant pleinement les apports de la micro-histoire et de la sociohistoire, en s’intéressant aux acteurs et aux actrices familiaux et à la parenté pratique. Les thèmes qui seront abordés en 2013-2014, en relation étroite avec les sujets des étudiants de Master 2 et des Doctorants et de l’actualité de la recherche seront, entre autres, l’enfance et la jeunesse, l’illégitimité, les rapports de sexe à l’intérieur de la famille et au travail et le célibat.

Séance 1 : 30 septembre : Didier Lett, « Les enfants au Moyen Âge : bilan historiographique et nouvelles problématiques ».

Séance 2 : 14 octobre : Isabelle Robin (Paris IV), « Les enfants à l’Epoque moderne : bilan historiographique et nouvelles problématiques ».

Séance 3 : 28 octobre : Marie-Lise Fieyre (Doctorante, Paris 7), « Les enfants illégitimes : bilan historiographique et nouvelles problématiques ».

Séance 4 : 18 novembre : Sylvie Steinberg (Rouen), « Les bâtards. Filiation et descendance, XVIe-XVIIe siècle »

Séance 5 : 2 décembre (séance commune avec le séminaire transpériode sur le genre de l’Université de Paris 1, Salle Perroy, de 9 h à 11 h) : Didier Lett, « Masculin, féminin au Moyen Âge, XIIe-XVe siècle ».

Séance 6 : 16 décembre : Didier Lett « Paternité et masculinité : quelques pistes de réflexion ».

Séance 7 : 20 janvier : Didier Lett, « Les jeunes dans les statuts communaux des Marches à la fin du Moyen Âge ».

Séance 8 : 3 février : Manuela Martini (Paris 7), « Genre, famille et travail au XIXe siècle ».

Séance 9 : 3 mars : Antoni Furio (Université de Valence, Esp.) : « L’entreprise familiale dans les villages valenciens à la fin du Moyen Âge ».

Séance 10 : 17 mars : Sharon Farmer (Université de Santa-Barbara, E. U) : « Le travail des femmes dans l’industrie de la soie à Paris à la fin du Moyen Âge ».

Séances 11 : 31 mars : Lucie Laumonier (Docteure, Montpellier 3), « Genre et célibat à Montpellier à la fin du Moyen du Moyen Âge ».

Séance 12 : 28 avril : Didier Lett, «  Construire une histoire sociale à partir des sources judiciaires des Marches à la fin du Moyen Âge ».

Journée d’études « Quand le corps dit le genre »

Confusion des genres I Carine Parola
Confusion des genres I, Carine Parola
Confusion des genres II, Carine Parola
Confusion des genres II, Carine Parola

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Après une journée en 2012 consacrée à l’étude de l’expression verbale du genre, le Groupe interdisciplinaire d’études sur le genre de l’Université d’Angers (SFR Confluences) organise une nouvelle journée d’étude dédiée à l’expression non-verbale du genre:

 « Quand le corps dit le genre »
Mercredi 13 mars 2013 – 10h-17h

 Programme:

10h30-10h45. Christine Bard. Professeure d’histoire contemporaine, CERHIO UMR CNRS 6258 – Université d’Angers.
Introduction à la journée.
10h45-11h15. Michel Nassiet. Professeur d’histoire moderne, CERHIO UMR CNRS 6258 – Université d’Angers.
Sexualité et pouvoir au XVIe siècle.
11h15-11h45. Elizabeth Claire. Chargée de recherche en histoire, CNRS – EHESS/CRH.
Le geste de l’intimité : la culture genrée du bal à l’aube du XIXe siècle.
11h45-12h15. Emmanuel Jaurand. Professeur de géographie, UMR ESO, UMR CNRS 6590, Rennes.
L’effet « dégenrant » et désexualisant du nudisme : une utopie à l’épreuve des territoires.
12h15-12h30. Débat.

12h30-14h. Déjeuner.

14h-14h30. Pauline Boivineau. Doctorante en histoire contemporaine, CERHIO UMR CNRS 6258 – Université d’Angers.
Anne-Marie Reynaud : une femme et une chorégraphe engagée. Du « Four Solaire » au CND.

14h30-15h. Floris Taton. Doctorante en histoire contemporaine, CERHIO UMR CNRS 6258 – Université d’Angers.
Interroger le genre par le biais du travestissement, une approche proposée par les artistes féministes de la performance.

15h. Pause.
15h15-15h45.
Rachele Borghi. Post-doctorante en géographie à l’Université Rennes 2.
Le post porno et l’usage du corps a-genre comme outil de lutte politique et féministe.

15h45-16h15. Carine Parola. Photographe.
Le corps photographié comme reflet du discours sur les valeurs sociales et l’évolution des mœurs.

16h15-17h. Débat et Conclusion.


Amphi G. Tillion, MSH Confluences
5bis bd Lavoisier, Angers
Entrée libre et gratuite

Publication – Protection juridique du végétal et ses enjeux économiques

Les actes du colloque La protection du végétal et ses enjeux économiques, organisé en novembre 2011 par le Centre Jean-Bodin, GRANEM et CERHIO Angers viennent d’être publiés aux Editions Economica sous la direction de Serge Blondel, Sophie Lambert-Wiber et Camille Maréchal.

Cet ouvrage rassemble des contributions de chercheurs et praticiens appartenant à des champs disciplinaires variés tels que le droit, l’économie et l’histoire.

La première partie explore les aspects historiques, épistémologiques, techniques du thème choisi, et se clôt sur le contexte international.

La deuxième partie approfondit les enjeux, qui concernent l’économie, la concurrence, la compétitivité des entreprises, ou encore le développement durable. Cela met notamment en évidence le rôle ambivalent joué par la protection du végétal, au service de l’innovation mais également des stratégies d’appropriation.

La dernière partie est consacrée aux outils de la protection juridique du végétal, à savoir le brevet et le certificat d’obtention végétale. Elle analyse notamment les différences mais également les liens qu’entretiennent ces deux régimes juridiques.

Serge Blondel est Professeur d’économie à l’Université d’Angers, Faculté de droit, d’économie et de gestion. Il est responsable de l’UMR GRANEM et codirige le Master 2 Droit et stratégies des entreprises du végétal.
Sophie Lambert-Wiber, membre du Centre Jean Bodin, est Maître de conférences en droit privé et sciences criminelles à l’Université d’Angers, Faculté de droit, d’économie et de gestion. Elle codirige le Master 2 Droit et stratégies des entreprises du végétal.
Camille Maréchal, Maître de conférences en droit privé, a publié
Concurrence et propriété intellectuelle (Litec, 2009), ainsi que des articles en droit de la propriété intellectuelle et en droit civil. Elle enseigne le droit des affaires et le droit civil à l’université d’Angers, Faculté de droit, d’économie et de gestion.

Mardis de Confluences 2012-2013: les saisons des migrations

Les saisons des migrations [1]

La question des migrations, en ces temps de mondialisation conflictuelle, reste, plus que jamais un sujet d’étude important pour l’ensemble des sciences sociales et humaines. « C’est que les migrations sont un phénomène social total » (Liauzu, 1996) [2] .
Gildas Simon (1998)  rappelle cette forte contradiction qui apparaît entre « la libération des images, de l’information, des échanges, et le renforcement du protectionnisme sur le plan migratoire au Nord, comme d’ailleurs au Sud » [3]. Et pourtant, les hommes et les femmes n’ont jamais été autant mobiles que ce dernier siècle, inscrivant leurs déplacements dans une société en mouvement.
C’est pourquoi la réflexion proposée dans ce séminaire se veut résolument pluridisciplinaire et sera conduite par des  anthropologues, des sociologues, des géographes, des historiens, des sociolinguistes, des économistes et des artistes. Les interventions, par ailleurs, concerneront plus particulièrement telle ou telle composante  sociale des populations migrantes. Il s’agit de penser et de comprendre comment, pourquoi, selon quelles modalités, la dynamique de la pluralité (Liauzu) qui accompagne nécessairement tous les phénomènes migratoires reste problématique.
Les migrations internationales et, la mondialisation, la féminisation, le développement, les nouvelles technologies, les pratiques langagières, la jeunesse (etc…) seront certaines des thématiques que nous aborderons lors de ce cycle de conférences.
Un mardi par mois, des chercheurs viendront traiter une question précise, et parfois ils seront accompagnés également d’artistes, de réalisateurs, de membres de la société civile travaillant sur la thématique abordée.

Programmation et coordination:
Chadia Arab, géographe, chargée de recherche au CNRS, UMR ESO-Angers – Espaces et sociétés (6590)
Dalila Morsly, sociolinguiste, professeure émérite de l’université d’Angers

Références:
[1] Le titre du séminaire nous est inspiré du roman de Tayeb Salih, Saison de la migration vers le Nord, 1966
[2] LIAUZU, Claude, 1996, Histoire des migrations en Méditerranée occidentale, Paris, Éditions Complexe.
[3]  SIMON, Gildas, 1998, La planétarisation des migrations internationales. In La planète « nomade ». Les mobilités géographiques d’aujourd’hui. Festival International de Géographie de Saint Diez, Belin, pp.59-76

 

Programme complet (également téléchargeable ici)

Mardi 23 Octobre 2012, 18h – 20h : Migration et développement au Mali
Patrick GONIN, Professeur de géographie, Université de Poitiers,
Hamedy DIARRA, Président du Haut Conseil des Maliens de France et Vice-président du FORIM (Forum des Organisations de Solidarité Internationales Issues des Migrations)

Mardi 6 novembre 2012, 18h-20h : Migration et écriture ; critique et création en littérature
Christiane CHAULET-ACHOUR, Professeure de littérature, Université de Cergy-Pontoise.

Mardi 18 décembre 2012, 18h-20h, Histoire longue et migrations actuelles en Europe : les cas suédois et néerlandais (XVI-XXIème siècle)
Gildas SIMON, Professeur émérite en géographie, Université de Poitiers.
Débat animé par Christian Pihet, Professeur de géographie, Université d’Angers.

Mardi 22 janvier 2013, 18h-20h : Ce que les femmes seules nous apprennent sur la migration
Nassima MOUJOUD, Maîtresse de conférences en anthropologie, Université de Grenoble.
(en partenariat avec le Groupe Genre de l’Université d’Angers)

Jeudi 14 février 2013, 18h-20h : Jeunesse et origines : ethnicité et rapports sociaux
Mohamed MARWAN, Sociologue, chargé de recherche au CNRS à l’ENS à Paris.

Mardi 12 mars 2013, 18h-20h : Projection : C’est comme ça. Histoire d’Angevins venus d’ailleurs (1960-1980), documentaire réalisé par Julien Aouidad et l’Association Histoire et Mémoire de l’Immigration en Anjou.
Débat animé par Yves Denéchère, Professeur d’Histoire, Université d’Angers.

Mardi 16 avril 2013, 18h-20h : Des filles de parole. Discours et pratiques de descendantes de migrants
Patricia LAMBERT, Maîtresse de conférences en sciences du langage, CNRS, Université de Lyon 2.

Mardi 14 mai 2013, 18h-20h : Roms et migrations
Martin OLIVERA, anthropologue, Université Paris X.
Débat animé par Samuel Delépine, Maître de conférences en géographie, Université d’Angers.

Mardi 4 juin 2013, 18h-20h : Projection : Mouss et Hakim, origines contrôlées
Débat avec la réalisatrice, Samia CHALA.

 

Colloque « Traces du végétal »

Empreintes et collages de feuilles. Oeuvre de Sandrine de Borman
Le colloque international pluridisciplinaire “Traces du végétal” aura lieu à l’Université d’Angers, les 13, 14 et 15 juin 2012 à la Maison des sciences humaines (Faculté des lettres, langues et sciences humaines, 5 bis Bd Lavoisier).  Il est organisé par l’axe Cultures du végétal de la Structure fédérative de recherche Confluences, les laboratoires CERIEC, CERHIO et ESO, avec le soutien de  l’Université d’Angers, du Conseil général du Maine-et-Loire, d’Angers Loire-M, du CNRS-ISCC et du Jardin botanique national de Belgique.
Le programme comprend des communications en littérature, histoire, géographie, histoire de l’art, psychologie, anthropologie. Deux événements artistiques accompagnent le colloque à la MSH : une exposition des œuvres de Sandrine de Borman (Belgique) du 13 au 15 juin et une représentation théâtrale – Hortus Minor – d’Isabelle Dumont (Belgique), le mercredi 13 juin à 17h.
Entrée libre.
Programme et inscriptions sur http://vegetal.hypotheses.org/colloque
Contacts :
Isabelle Trivisani (CERIEC) isabelle.trivisani@univ-angers.fr
 Nuscia Tiabi (ESO) nucia.taibi@univ-angers.fr
Cristiana Oghina-Pavie (CERHIO) cristiana.pavie@univ-angers.fr

Archives du féminisme: histoire et mémoire des féminismes

L’association Archives du féminisme organise le 24 mars 2012 à la MSH Confluences une journée d’études intitulée « Histoire et mémoire des féminismes ».

L’association, qui vise à sauvegarder, faire connaître et valoriser les fonds d’archives féministes, travaille en étroite collaboration avec le Centre des archives du féminisme à la Bibliothèque Universitaire d’Angers. Elle est liée par convention à l’Université d’Angers depuis 2011 et elle est soutenue par la région Pays de la Loire, la délégation régionale aux droits des femmes et à l’égalité, et par le laboratoire d’histoire CERHIO (UMR CNRS 6258) de la faculté des lettres, langues et sciences humaines de l’Université d’Angers.
« Archives du féminisme » est également le titre d’une collection éditée par les Presses universitaires de Rennes.

Découvrez les activités de l’association sur leur site.

Le programme détaillé de la journée.

 

Samedi 24 mars
9h30 – 17h30
Maison des sciences humaines Confluences
Amphithéâtre Germaine Tillion
5bis bd Lavoisier, Angers

Entrée libre et ouverte à toutes et tous

Enjeux, problématiques et situation de la traduction de la poésie contemporaine

Traduire la poésie: journée d’étude pluridisciplinaire

En cette saison propice à la poésie (c’est le Printemps des poètes) le CERIEC et le 3L.AM s’associent à la faculté des lettres, langues et sciences humaines pour organiser, dans le cadre de l’axe « Écritures et cultures » de Confluences une journée d’étude consacrée aux enjeux de la traduction poétique.

Le programme de cette journée, qui devrait particulièrement intéresser les étudiants du Master 2 Traduction, propose des regards croisés sur les enjeux, problématiques et situation de la traduction de la poésie contemporaine, avec des intervenants spécialisés dans des aires linguistiques diversifiées: poésie nord- et sud-américaine, italienne et anglaise.

Vous pouvez télécharger ici le programme détaillé.

Vendredi 16 mars 2012
10h30 – 17h30
Maison des sciences humaines Confluences
Salle Frida Kahlo
5bis bd Lavoisier, Angers

Entrée libre

Le végétal dans tous ses états

L’Ecole doctorale Sociétés-Cultures-Echanges du PRES L’UNAM a organisé une journée d’études sur le thème du végétal le 14 mars 2012 à la Maison des Sciences Humaines de l’Université d’Angers. Cette journée rejoint les recherches de l’axe “Cultures du végétal” de Confluences.

Programme :

9h30 : Ouverture des travaux par Yves Denéchère, directeur de l’École doctorale SCE.

9h40 : Cristiana Oghina-Pavie (Université d’Angers),  L’Anjou et le végétal : histoire et innovation. 

10h30 Claire Salomon-Bayet (Université Paris 1), L’herbier de Jean-Jacques Rousseau

11h20 – 11h20 Pause

11h20 : Maëlle Levacher (Université de Nantes), La fonction rhétorique du végétal chez Buffon

14h : Isabelle Trivisani (Université d’Angers), L’intitulé  végétal à l’époque moderne

14h50 : Bruno Bajou, (Université de Nantes), Orobanche, un exemple de la difficile émergence de la notion de plante parasite

15h40 – 15h50 Pause

15h50 : Anne-Elisabeth Le Boulc’h (Université de Nantes), La greffe végétale, un problème idéologique ? Approche comparée des travaux de Lucien Daniel et Ivan Mitchourine

16h40 : Conclusion par Stéphane Tirard (Université de Nantes)

Cycle Roumanie – Portrait de la Roumanie dans la crise

Une nouvelle conférence des Mardis de Confluences est prévue le mardi 13 mars à 17h30. Ce sont des géographes et un économiste qui ce mois-ci offrent leur regard sur la Roumanie, thème du cycle de conférences jusqu’en juin 2012. La programmation est assurée par le Centre ligérien d’études roumaines (CLER).

Emmanuel Bioteau (Géographe, Université d’Angers, ESO-Angers), Alexandru Dragan (Géographe, Master Chargé de Développement Entreprises et Territoires, Université d’Angers et Université de l’Ouest de Timisoara, Roumanie), avec la participation de Sébastien Fleuret (Géographe, CNRS, ESO-Angers) et Pascal Glémain (Economiste, CeRESS, ESSCA Angers) interviendront sur les thèmes :

« Retour sur les effets de la transition en Roumanie et l’impact de la crise financière actuelle »
« Rapports entre minorités, santé, microfinance »

La crise économique de 2008 met en lumière les difficultés conjoncturelles ainsi que le retard, voire la dégradation structurelle des États d’Europe centrale et orientale membres de l’Union européenne. La Roumanie est de ceux-là. Mais quelles en sont les conséquences pour la population au quotidien ?
Les conférenciers proposent de présenter dans un premier temps les principaux effets visibles de la crise sur l’économie et sur le niveau de vie de la population roumaine : à partir de données statistiques publiques et par comparaisons avec les États voisins, notamment la Hongrie.

Dans un second temps, deux champs exploratoires de la question seront ouverts :
– Les solutions de microfinancement pour les créateurs d’entreprises. Au travers de cette entrée il s’agira de montrer comment se développe et se structure l’offre en microfinance en Roumanie, et de discuter de ses apports potentiels à la lutte contre les difficultés économiques actuelles. Il s’agira aussi de débattre des déséquilibres internes au pays.
– Ces mêmes déséquilibres internes seront au centre de l’approche des problématiques en santé en Roumanie actuelle. Depuis le début des années 1990, différentes réformes ont été engagées dans le système de santé publique et dans le système assurantiel en santé en Roumanie. Elles conduisent à un recours croissant à l’offre privée en santé. Il en résulte un système à deux, voire trois vitesses, qui pose la question de l’offre à destination des populations les plus démunies dans la crise.
Ce portrait de la Roumanie dans la crise donne à voir le pays sous un angle différent, et cherchera à montrer quelles sont les perspectives à courts et moyens termes pour la population roumaine.

Rendez-vous le mardi 13 mars à 17h30
Maison des sciences humaines Confluences
5 bis boulevard Lavoisier, Angers
Amphithéâtre Germaine Tillion

Entrée libre et ouverte à tout.e.s

Le président de l’association Amis-CLER
emmanuel.bioteau@univ-angers.fr

Groupe genre: résumé de la réunion du 16 janvier 2012

Le groupe genre de l’université d’Angers a réuni 17 collègues chercheur.e.s le 16 janvier dernier. Voici un court résumé des échanges :

Outil de publication
Le site Musea, en ligne depuis 2004, est aujourd’hui obsolète dans sa forme et dans ses outils : fenêtre trop petite, contenu des expositions sous flash et donc difficile à référencer dans les moteurs de recherche, concept de musée virtuel à faire évoluer.
Il s’agirait donc de profiter d’une nécessaire rénovation de Musea pour transformer le site en un espace de publication original et innovant, piloté par le groupe genre : Musea Nova, revue hypermédia (texte, image, son, vidéo).
La faisabilité du projet est actuellement à l’étude.

JE « Les mots pour dire le genre » – 6 juin 2012
La variété des domaines de recherche envisagés reflète la diversité des personnes présentes :
fictions, espaces publics, sources normatives médiévales, médias, linguistique, poésie, langage cinématographique, statistique textuelle, rapports psychiatriques, danse, graffiti, musique, corps…

Face à cette abondance thématique et pour déterminer un périmètre à la journée d’études le groupe décide de limiter les domaines étudiés le 6 juin au mot en tant qu’expression du genre à travers le langage verbal : écriture, lexique, discours, linguistique… Une autre journée pourra plus spécifiquement se consacrer aux langages non verbaux (corps, musique, danse) et aux signes et symboles exprimant le genre.

Nom du groupe
Faute d’inspiration la proposition d’utiliser « 2GUA – Groupe Genre de l’Université d’Angers » comme nom provisoire est adoptée. Acronyme, nom propre symbolique, nom(s) commun(s) : tout est possible.
Vous pouvez utiliser les commentaires pour faire vos propositions !

La prochaine réunion du groupe est prévue le mercredi 15 février à 16h, à la Maison des sciences humaines.

Journée d’étude – La plage: corps et territorialités

L’Université d’Angers, l’UMR 6590 Espaces et Sociétés et l’UFR Ingénierie du Tourisme du Bâtiment et des Services organisent, en partenariat avec Confluences, une journée d’étude consacrée à:

La plage : corps et territorialités

Le mardi 20 mars 2012
Campus de Saint-Serge, UFR ITBS, Amphi ESTHUA
9h30 – 16h30

Alors que la plage est devenue un lieu touristique emblématique, elle a pu susciter ironie et condescendance chez des scientifiques, voire chez certains auteurs de guides touristiques, condensées dans la formule du « bronzer idiot » et de la « foule grégaire ». Derrière cette disqualification et l’assimilation de la plage à l’espace d’une anomie, pointent les représentations sociales dominantes voire la paresse intellectuelle. Ce n’est qu’à la fin des années 1980, avec le « tournant culturel » et les travaux d’Alain Corbin (1988), suivis de ceux de Jean-Didier Urbain (1994), que la plage devient un objet dans le champ des sciences sociales. De fait, la reconnaissance de l’intérêt scientifique d’un « territoire du vide » de plus en plus fréquenté, investi de sens et révélateur de cultures, montre ainsi un retard de plus de deux à trois siècles par rapport à son « invention » comme théâtre social par les élites européennes. En géographie, la plage a d’abord été abordée en tant qu’objet biophysique, élément d’une géodynamique des littoraux, et tardivement en tant qu’espace des sociétés. Dans la géographie française, le numéro 67 de la revue Géographie et Cultures, « La plage : un territoire atypique » (2008) fait figure d’intéressante exception.
Espace construit, approprié et révélateur des représentations des groupes sociaux et des individus, la plage constitue un vrai laboratoire pour aborder les relations entre territorialités et corporéités. Médium assurant la relation entre l’individu d’une part, l’espace et les autres d’autre part (Duncan, 1996), le corps détermine l’expérience géographique de chacun. Son apparence et sa posture sont révélatrices des manières de vivre d’un individu et de sa façon de se placer dans le jeu social (Ory, 2008). Au-delà, le corps est un marqueur de l’appropriation de l’espace et un vecteur d’affirmation d’une identité aussi bien sociale, qu’ethnique ou de genre. Les interventions de la journée, faites par un historien et quatre géographes, développeront le rôle du corps dans l’émergence de la plage comme territoire touristique et dans la construction d’identités dans divers contextes spatiaux et culturels.
– CORBIN, Alain, 1988, Le territoire du vide. L’Occident et le désir du rivage 1750-1840, Flammarion.
– DUNCAN, Nancy (dir.), 1996, Bodyspace. Destabilizing geographies of gender and sexuality, Routledge.
– LAGEISTE, Jérôme et RIEUCAU, Jean, 2008, « La plage, un territoire atypique », Géographie et Cultures, 67.
– ORY, Pascal, 2008, L’invention du bronzage, Editions Complexe.
– URBAIN, Jean-Didier, 1994, Sur la plage, Payot.

 

Télécharger le programme complet

Contacts:
vincent.coeffe(arobase)univ-angers.fr
emmanuel.jaurand(arobase)univ-angers.fr
benjamin.taunay(arobase)univ-angers.fr

 

Journée d’étude: La retraduction des grandes oeuvres

Dans le cadre de l’axe Écritures et Cultures, les équipes de recherche du CERIEC (UPRES EA 922) et du 3L.AM (UPRES EA 4335) organisent, en partenariat avec Confluences, une journée d’étude sur le thème:

La retraduction des grandes œuvres

Cette journée propose une rencontre avec trois traductrices ayant retraduit de grands auteurs: Elisabeth Kargl (Elfriede Jelinek), Tiphaine Samoyault (James Joyce) et Aline Schulman (Miguel Cervantès).

Rendez-vous le vendredi 20 janvier de 14h à 17h30, dans l’amphithéâtre Germaine Tillion (Maison des sciences humaines, 5 bis bd Lavoisier, 49045 Angers).

L’entrée est libre et ouverte à tous.

Création d’un groupe d’études sur le genre

La thématique du genre traverse toutes les disciplines de l’UFR Lettres, langues et sciences humaines ; elle recèle un fort potentiel de recherches au sein de la composante et même au-delà. Il est aujourd’hui nécessaire de conforter, renouveler et valoriser ces études en les intégrant de manière plus visible aux recherches menées à l’Université d’Angers. L’Université, en adhérant à l’Institut du genre (GIS CNRS), encourage cette thématique en LLSHS.

Pour toutes ces raisons, et en s’appuyant sur la dimension pluridisciplinaire des activités sur le genre conduites à l’UA depuis les quinze dernières années, la MSH-Confluences lance la création d’un groupe d’études sur le genre. La première réunion du groupe a eu lieu le 6 décembre 2011 ; il est ouvert aux collègues et aux doctorant.e.s de toutes les composantes intéressés et/ou travaillant déjà sur ce thème.

Pour tester une première thématique de recherche et lancer les activités du groupe une journée d’étude va être organisée sur le thème « Les mots pour le dire (le genre) », mot étant ici synonyme de mode d’expression, de signe, pour couvrir tous les domaines disciplinaires permettant de mettre en lumière l’accès à l’expression du genre : à travers le langage, les vêtements, l’appropriation de l’espace… La date retenue est le mercredi 6 juin 2012.

Une prochaine réunion du groupe est prévue le lundi 16 janvier à 16h.
Cette réunion est ouverte à toutes celles et ceux qui souhaitent s’investir dans ce groupe d’études.

Pour plus de renseignements, contacter Christine Bard (christine.bard@univ-angers.fr)

Cycle Roumanie – « Logement précaire et habitat d’urgence à Bucarest et en Roumanie »

Le cycle de conférences « Les mardis de Confluences » concerne cette année la Roumanie.
La deuxième rencontre de l’année aura exceptionnellement lieu un vendredi, le 9 décembre, de 17h à 18h30 dans l’amphi Germaine Tillion de la Maison des sciences humaines (5 bis Bd Lavoisier).

Pour cette seconde conférence nous avons le plaisir d’accueillir Catalin Berescu, de l’Université d’architecture et d’urbanisme Ion Mincu (Bucarest), et également président de l’Association pour la Transition Urbaine à Bucarest. Il interviendra sur le thème:

Logement précaire et habitat d’urgence à Bucarest et en Roumanie

L’entrée est libre et ouverte à tous

 

Contact:
Président de l’association Amis- CLER : Emmanuel Bioteau (emmanuel.bioteau@univ-angers.fr)
Bureau de l’association: Cristiana Oghina-Pavie (cristiana.pavie@univ-angers.fr), Samuel Delepine (samuel.delepine@univ-angers.fr)