Archives de catégorie : Groupe Genre de l’Université d’Angers

Le groupe genre de l’université d’Angers s’inscrit dans le cadre suivant :
– l’adhésion de l’Université d’Angers au GIS Genre du CNRS ;
– ce groupe sur le genre, inscrit dans les activités de la SFR Confluences, est à la fois trans-axes, trans-Facultés, et trans-statuts (ouvert à tous, des doctorants aux HDR) ;
– études sur le genre ne signifie pas études sur les femmes : il s’agit bien de comprendre le genre dans toutes ses dimensions et variétés, du masculin au féminin. Le groupe interdisciplinaire peut également soutenir des études disciplinaires et/ou individuelles.

JE « Injures sexistes et homophobes »

aff_gedi_injures_sexistes_420x297mm_v3Journée d’étude

Injures sexistes et LGBT-phobes

VENDREDI 14 NOVEMBRE

 

Cette journée est organisée dans le cadre du programme GEDI – Genre et discriminations sexistes et homophobes – porté par la SFR Confluences de l’Université d’Angers et financé par la Région Pays de la Loire.

 

 

Gratuit / inscription obligatoire avant le 9 novembre.

Renseignements et inscriptions :

Mireille Loirat | mireille.loirat@univ-angers.fr

02 41 22 63 65

http://gedi.hypotheses.org/

 

Programme :

9h | Café d’accueil

 9h30h | Introduction

Christine Bard | Directrice de la SFR Confluences et du programme GEDI

 9h45-12h15

Des outils pour l’analyse : approches multidisciplinaires

Animé par Nahema Hanafi (MCF, Histoire, CERHIO, Université d’Angers)

Aux sources de l’injure sexiste et homophobe. Le cas d’un moraliste français du XIIe siècle

Frédérique Le Nan | MCF HDR, Littérature médiévale | CERIEC, Université d’Angers

L’histoire des injures sexuelles : un outil d’analyse sémantique, psycho-sociologique et politique de la violence sexiste

Sylvie Lausberg | Psychanalyste | Chargée de mission au Centre d’Action Laïque, Belgique

L’injure diagnostique : psychopathologie, ‘scène de l’interpellation’, contre-transferts

Thamy Ayouch | Psychanalyste et MCF en psychologie clinique | Université de Lille 3, Université Paris 7, Universidade de São Paulo

Le pouvoir de l’injure

Caroline Dayer | MCF, Psychologie et sciences de l’éducation | Université de Genève

L’injure transphobe [et plus, si haine avérée]

Karine Espineira | Docteure, Sciences de l’information et de la communication | LIRCES, Université de Nice Sophia Antipolis

Débat

12h15-13h30 | Déjeuner

 13h30-15h30 | Autour du Droit

Animé par Félicien Lemaire (PU, Droit public, Centre Jean Bodin,

Université d’Angers)

Répression et prévention du langage discriminatoire

Daniel Borrillo | MCF HDR, Droit privé | CREDOF, Université de Paris Ouest Nanterre La Défense

La répression des injures sexistes

Caroline Renaud-Duparc | MCF, Droit privé | Centre Jean Bodin, Université d’Angers

Du sexisme comme nouvelle incrimination. L’exemple de la Belgique

Jimmy Charruau | Doctorant, Droit public | Centre Jean Bodin, Université d’Angers

Approche juridique des injures homophobes à la lumière de théories féministes

Etienne Deshoulières | Droit | Avocat au barreau de Paris, SOS homophobie

Débat

 15h30-15h45 | Pause

 15h45-17h15 | Table-ronde : sur la lesbophobie

Animée par Christine Bard (PU, Histoire, CERHIO, Université d’Angers)

Les violences contre les lesbiennes et la construction d’une identité lesbienne de résistance (1970-1982)

Ilana Eloit | Doctorante, Histoire | Gender Institute de la London School of Economics

Ce que nous dit l’insulte lesbophobe. Analyse des rapports et des enquêtes de SOS homophobie

Stéphanie Arc | Journaliste, SOS homophobie

Usages de l’espace public et lesbianisme : sanctions sociales et contournements

Natacha Chetcuti | Docteure, Sociologie | CRESPPA, équipe « Genre, travail, mobilité », CNRS, Paris

De l’injure à la lesbophobie institutionnelle

Suzette Robichon | Militante associative

Débat

17h30-18h30

Être convoqué-e-s

Conférence de Didier Eribon | PU, Université d’Amiens

18h30-19h | Conclusion

Chadia Arab (Chargée de recherche CNRS, Géographie, ESO, Université d’Angers) et Emmanuel Gratton (MCF, Sociologie, LPPL, Université d’Angers)

Conférence sur les « Zoos humains »

csm_visuel_expo_ZH_94d053567c

            Conférence sur les « Zoos humains »

            Nicolas Bancel, historien

Introduction de Christine Bard, professeure d’histoire contemporaine

 

 

 

Lundi 6 octobre  16h-18h

Université d’Angers

Faculté LLSH

Maison des sciences humaines, Amphi Tillion

 

Cette conférence est proposée en parallèle de l’exposition « Zoos humains, l’invention du sauvage » qui se déroule du 12 juillet au 28 décembre 2014 au Muséum des sciences naturelles d’Angers.

L’exposition « Zoos humains » met en lumière l’histoire de femmes, d’hommes et d’enfants, venus d’Afrique, d’Asie, d’Océanie ou d’Amérique, exhibés en Occident dans des cirques, des cabarets, des foires, des zoos, des villages reconstitués dans le cadre des expositions universelles et coloniales.

Un processus qui commence au 16ème siècle dans les cours royales et va croître jusqu’au milieu du 20ème siècle en Europe, en Amérique et au Japon.

C’est un immense « spectacle« , avec ses figurants, ses décors, ses imprésarios, ses drames et ses récits. C’est aussi une histoire oubliée, au carrefour des histoires coloniales, de la sciences, du racisme et de celle du monde du spectacle et des expositions universelles.

Conférence de G. Vigarello / Mardi 15 octobre 2013

Dans le cadre des mardis du Genre proposés par la SFR Confluences, la Maison des sciences humaines a accueilli, le 15 octobre, Georges Vigarello, directeur de recherche à l’École des hautes études en sciences sociales, pour présenter son travail sur l’Histoire de la virilité.

Après l’Histoire du corps,qu’il avait codirigée avec Alain Corbin et Jean-Jacques Courtine, Georges Vigarello s’est attaqué en 2011 à l’Histoire de la virilité. De l’Antiquité à nos jours, l’ouvrage de trois tomes et pas moins de 1700 pages propose un parcours au cours duquel la virilité est une ­valeur incertaine, une notion variable. Pour autant, une caractéristique semble avoir traversé les époques : la virilité serait continuellement en crise. « Il s’agit d’une notion qui, d’emblée, est difficile et contestée, note Georges Vigarello. Lorsqu’on est dans une position d’ascendant, on est contesté. Dans une situation humaine d’asymétrie, il y a des altercations« . Autrement dit, à travers les temps, les cadets tentent toujours de prendre la place des ainés. Ces derniers, en revanche, sont obsédés par la crainte d’une « éfféminisation » de la société. En résulte ainsi des crises de la virilité, pouvant prendre des formes différentes selon les périodes.

De l’épée au mousquet

La Renaissance marque le passage du chevalier au cavalier. C’est une véritable rupture de modèle culturel. « Ce que l’on attend du courtisan, c’est qu’il ait une sociabilité bien différente de celui du chevalier, assure Georges Vigarello. Il doit être sensible à la danse, à la musique. Il intègre le parfum, le linge. Il utilise le mousquet, qui demande bien plus d’agilité et de ruse que le combat à l’épée. Ces changements de comportement vont être très contestés par les vieux barons. » À l’arrivée de ces nouvelles règles sociales, la virilité est ainsi, et pour la première fois, remise en cause.

Émancipation de la femme

Au XIXe siècle, s’amorce un virage. Une première émancipation marque la contestation par les femmes de la domination des hommes. Les places susceptibles d’être masculines – le travail, l’accès aux études supérieures, au divorce…- sont acquises par les femmes. « Il y a un déplacement des activités domestiques, qui sont des activités dominées, vers les activités dominantes, de responsabilité, développe Georges Vigarello. Cette crise est nouvelle car elle ne concerne plus les ascendants et les dominés en tant qu’hommes, mais elle confronte directement les hommes et les femmes« .

Et de nos jours ?

À partir de 1914, la femme s’empare de l’univers social. Parallèlement, « au combat, les hommes se terrent dans les tranchées. Cela atteint terriblement l’image du soldat et l’image du viril. Depuis, des repères très forts comme celui de l’uniforme, ont disparus« . La référence à la force s’est également déplacée. Dans le sport, le courage appartient autant aux femmes qu’aux hommes. De même, le plaisir sexuel, le désir féminin se sont affirmés. Ainsi, la « surcompensation » pousse les corps bodybuildés à peupler nos écrans ; des « conservatoires virils » se développent dans certains milieux comme le rugby ou le judo ; « l’imaginaire » du viril s’amplifie au cinéma ; le « combat féministe » s’accentue ; les « tentatives de basculement » incitent les hommes à changer leur place dans le modèle familial… Autant de conséquences d’une nouvelle remise en question de la virilité.

Baptiste CROCHET
baptiste.crochet@univ-angers.fr

Calendrier du séminaire Mardis du genre 2013-2014

Date

Intervenant.e.s

Titre de l’intervention

à la MSH

12h-14h

24 /9

Réunion de rentrée

Kahlo

15 /10

Georges  Vigarello, directeur de recherche à l’EHESS « Histoire de la virilité » Tillion

12/11

Arnaud Alessandrin, docteur en sociologie, Université de Bordeaux, chercheur au Centre Emile Durkeim, co-auteur de Géographie des homophobies (2013)Karine Espineira, docteure en sciences de l’information et de la communication, a dirigé avec Maud-Yeuse Thomas et Arnaud Alessandrin La Transyclopédie (2013) « Glossaire des transidentités »  « Construction et traitement médiatique des transidentités : maltraitrance médiatique et réponse militante » Kahlo

3 /12

Christine Bard, professeure d’histoire contemporaine, directrice de la Structure Fédérative de Recherche Confluences – Université d’Angers « Des suffragettes aux Femen : le corps dans l’agir féministe » Kahlo

21 /1

Marie Line Bertrand, professeure d’espagnol, doctorante en histoire, Université d’AngersMireille Douspis, docteur es-lettres, auteure de L’influence de l’histoire contemporaine dans l’œuvre de Marguerite Yourcenar et de L’idéologie politique de Marguerite Yourcenar d’après son œuvre romanesque « Les identités politiques d’Anna Kuliscioff (1853-1855-1857-1925)« L’antiféminisme de Marguerite Yourcenar » Kahlo

11 /2

Nahéma Hanafi, maîtresse de conférences en histoire, Université d’Angers « Flux et reflux féminins au siècle des lumières » Kahlo

25 /3

Stéphane Leroy, professeur de géographie à l’Université d’Angers, auteur (avec Nadine Cattan) de L’Atlas mondial des sexualités (Autrement, 2013)Denis Trauchessec, doctorant en géographie, Université d’Angers (Par ici ou par là. Oasis subversive d’une sexualité entre hommes dans l’espace public) « D’une ville l’autres ou de l’intérêt d’étudier la géographie des homosexualités masculines »

 

 

« Drague dans l’espace public »

Kahlo

15/4

Mathilde Plard, chargée de recherche en géographie, laboratoire de recherche ESO – Université d’AngersNasima Moujoud, maîtresse de conférences en anthropologie, Université Pierre Mendès France Grenoble 2 « Parcours migratoires : des ajustements identitaires. L’expérience de femmes aînées immigrantes à Montréal »« Ce que les femmes parties seules nous apprennent sur la migration » Kahlo

13 /5

Caroline Renaud-Duparc, maitresse de conférences en droit privé, Université d’Angerset Jimmy Charruau, doctorant en droit public, Université d’Angers (sur La notion de non-discrimination dans le droit public français) « Genre, injure et discrimination à l’aune du droit » Kahlo

Actualité de la recherche – Séminaire Paris-7 « Famille, parenté, genre »

Vous trouverez ci-joint le programme du séminaire de D. Lett, à Paris-7, dans lequel quelques séances seront consacrées aux thématiques du groupe de travail, pour les périodes médiévales  et modernes.

Séminaire de Doctorat et Master 2, 2013-2014 – Histoire médiévale, Paris-Diderot (Paris 7) – Salle 104, Bâtiment Olympe de Gouges (M° Bibliothèque François-Mitterrand)

Lundi de 16 h à 18 h 

Didier LETT

Famille, parenté et genre au Moyen Âge

(XIIe-XVe siècles)

 

En s’appuyant sur les diverses sources de la fin de l’époque médiévale (hagiographie, procès, actes notariés, statuts communaux, chroniques, iconographie, etc..), essentiellement en France, Italie et Angleterre (mais pas exclusivement), ce séminaire propose d’étudier la famille, la parenté et le genre en intégrant pleinement les apports de la micro-histoire et de la sociohistoire, en s’intéressant aux acteurs et aux actrices familiaux et à la parenté pratique. Les thèmes qui seront abordés en 2013-2014, en relation étroite avec les sujets des étudiants de Master 2 et des Doctorants et de l’actualité de la recherche seront, entre autres, l’enfance et la jeunesse, l’illégitimité, les rapports de sexe à l’intérieur de la famille et au travail et le célibat.

Séance 1 : 30 septembre : Didier Lett, « Les enfants au Moyen Âge : bilan historiographique et nouvelles problématiques ».

Séance 2 : 14 octobre : Isabelle Robin (Paris IV), « Les enfants à l’Epoque moderne : bilan historiographique et nouvelles problématiques ».

Séance 3 : 28 octobre : Marie-Lise Fieyre (Doctorante, Paris 7), « Les enfants illégitimes : bilan historiographique et nouvelles problématiques ».

Séance 4 : 18 novembre : Sylvie Steinberg (Rouen), « Les bâtards. Filiation et descendance, XVIe-XVIIe siècle »

Séance 5 : 2 décembre (séance commune avec le séminaire transpériode sur le genre de l’Université de Paris 1, Salle Perroy, de 9 h à 11 h) : Didier Lett, « Masculin, féminin au Moyen Âge, XIIe-XVe siècle ».

Séance 6 : 16 décembre : Didier Lett « Paternité et masculinité : quelques pistes de réflexion ».

Séance 7 : 20 janvier : Didier Lett, « Les jeunes dans les statuts communaux des Marches à la fin du Moyen Âge ».

Séance 8 : 3 février : Manuela Martini (Paris 7), « Genre, famille et travail au XIXe siècle ».

Séance 9 : 3 mars : Antoni Furio (Université de Valence, Esp.) : « L’entreprise familiale dans les villages valenciens à la fin du Moyen Âge ».

Séance 10 : 17 mars : Sharon Farmer (Université de Santa-Barbara, E. U) : « Le travail des femmes dans l’industrie de la soie à Paris à la fin du Moyen Âge ».

Séances 11 : 31 mars : Lucie Laumonier (Docteure, Montpellier 3), « Genre et célibat à Montpellier à la fin du Moyen du Moyen Âge ».

Séance 12 : 28 avril : Didier Lett, «  Construire une histoire sociale à partir des sources judiciaires des Marches à la fin du Moyen Âge ».

Journée d’études « Quand le corps dit le genre »

Confusion des genres I Carine Parola
Confusion des genres I, Carine Parola
Confusion des genres II, Carine Parola
Confusion des genres II, Carine Parola

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Après une journée en 2012 consacrée à l’étude de l’expression verbale du genre, le Groupe interdisciplinaire d’études sur le genre de l’Université d’Angers (SFR Confluences) organise une nouvelle journée d’étude dédiée à l’expression non-verbale du genre:

 « Quand le corps dit le genre »
Mercredi 13 mars 2013 – 10h-17h

 Programme:

10h30-10h45. Christine Bard. Professeure d’histoire contemporaine, CERHIO UMR CNRS 6258 – Université d’Angers.
Introduction à la journée.
10h45-11h15. Michel Nassiet. Professeur d’histoire moderne, CERHIO UMR CNRS 6258 – Université d’Angers.
Sexualité et pouvoir au XVIe siècle.
11h15-11h45. Elizabeth Claire. Chargée de recherche en histoire, CNRS – EHESS/CRH.
Le geste de l’intimité : la culture genrée du bal à l’aube du XIXe siècle.
11h45-12h15. Emmanuel Jaurand. Professeur de géographie, UMR ESO, UMR CNRS 6590, Rennes.
L’effet « dégenrant » et désexualisant du nudisme : une utopie à l’épreuve des territoires.
12h15-12h30. Débat.

12h30-14h. Déjeuner.

14h-14h30. Pauline Boivineau. Doctorante en histoire contemporaine, CERHIO UMR CNRS 6258 – Université d’Angers.
Anne-Marie Reynaud : une femme et une chorégraphe engagée. Du « Four Solaire » au CND.

14h30-15h. Floris Taton. Doctorante en histoire contemporaine, CERHIO UMR CNRS 6258 – Université d’Angers.
Interroger le genre par le biais du travestissement, une approche proposée par les artistes féministes de la performance.

15h. Pause.
15h15-15h45.
Rachele Borghi. Post-doctorante en géographie à l’Université Rennes 2.
Le post porno et l’usage du corps a-genre comme outil de lutte politique et féministe.

15h45-16h15. Carine Parola. Photographe.
Le corps photographié comme reflet du discours sur les valeurs sociales et l’évolution des mœurs.

16h15-17h. Débat et Conclusion.


Amphi G. Tillion, MSH Confluences
5bis bd Lavoisier, Angers
Entrée libre et gratuite

Groupe genre: programme des activités 2012-2013

Toutes ces activités ont lieu à la Maison des sciences humaines Confluences de l’Université d’Angers.

Séminaire : de 12h à 14h, salle Frida Kahlo
16 octobre 2012  : Manuella Roupnel (sociologue, MCF à l’IUT Carrières sociales d’Angers-Cholet), Les chômeuses de Moulinex
13 novembre 2012 : Erika Flahault (sociologue, ESO, MCF à l’Université du Maine), Associations féministes et genre : une relation ambivalente
4 décembre 2012 : Emmanuel Gratton (sociologue clinicien, MCF département de Psychologie, Université d’Angers), Injures sexistes et homophobes
22 janvier 2013 : exceptionnellement de 18h à 20h, avec le Cycle « Migrations » de Confluences Nasima Moujoud (anthropologue, LAHRA UMR 5190, MCF à l’IUT Carrières sociales, Université Pierre Mendes France Grenoble 2) : Ce que les femmes seules nous apprennent sur la migration
12 février 2013 : Les femmes politiques en Maine-et-Loire, avec Corinne Bouchoux, sénatrice du Maine-et-Loire, et des femmes maires du département, animée par Fanny Bugnon (Dr en Histoire, CERHIO) et Dalila Morsly (PU émérite, Linguistique, Université d’Angers)
9 avril 2013 : Georges Vigarello (DR à l’EHESS, Histoire), Histoire de la virilité
7 mai 2013 : Frédérique Le Nan (Langue et littérature du Moyen Âge, CERIEC, MCF HDR à l’Université d’Angers), Comment faire trace ou le silence des femmes dans la lyrique occitane

Journées d’études : amphi Germaine Tillion
5 décembre 2012 : journée d’études doctorales de l’école doctorale SCE (Christine Bard, PU, Histoire, CERHIO et Michele Ryan-Sautour, MCF Anglais, CRILA) : Nouvelles recherches sur le genre
13 mars 2013 : Journée d’études organisée par Christine Bard, Pauline Boivineau (doctorante, Histoire, CERHIO), Emmanuel Jaurand, (PU Géographie, ESO), Floris Taton, (doctorante allocataire, Histoire, CERHIO) : Quand le corps dit le genre

 

Ce séminaire s’intègre également dans une programmation plus vaste sur les trois sites universitaires de la Région: Angers, Le Mans et Nantes.
Cliquez ici pour consulter le programme complet.

Les mots pour dire le genre: journée d’étude

Première journée d’étude organisée par le Groupe genre de l’université d’Angers

Mercredi 6 juin 2012, de 10h à 17h

Le discours est un outil remarquable de la fabrique sociale du genre. Derrière une apparente évidence et neutralité, la langue, la mise en mots, la nomination et le récit de soi participent d’une catégorisation qui révèle généralement la domination du masculin. Judith Butler a mis en évidence l’effet performatif du discours, qui non seulement traduit mais construit une hiérarchie aussi forte que subtile de l’ordre social genré. En étudiant les différences entre langues (français, espagnol, anglais, arabe), cette règle semble immuable, mais s’applique avec des nuances liées à l’histoire, aux sociétés et aux cultures des pays. De fait, on ne peut que souligner l’intérêt potentiel d’une critique et d’une transformation de la langue, à dessein de révéler voire de contester la hiérarchie du masculin et du féminin.
Les interventions de la journée d’étude développeront des exemples pris dans l’écriture littéraire comme dans la pratique courante contemporaine. Il convient toutefois d’ajouter que le discours sur lequel porte notre intérêt n’est qu’un des vecteurs de la construction du genre, qu’il convient de replacer dans un univers codé plus vaste, avec le langage du corps si évident au théâtre en particulier.

Télécharger le programme

Entrée libre et gratuite
Amphithéâtre Germaine Tillion, Maison des sciences humaines

Groupe genre: résumé de la réunion du 16 janvier 2012

Le groupe genre de l’université d’Angers a réuni 17 collègues chercheur.e.s le 16 janvier dernier. Voici un court résumé des échanges :

Outil de publication
Le site Musea, en ligne depuis 2004, est aujourd’hui obsolète dans sa forme et dans ses outils : fenêtre trop petite, contenu des expositions sous flash et donc difficile à référencer dans les moteurs de recherche, concept de musée virtuel à faire évoluer.
Il s’agirait donc de profiter d’une nécessaire rénovation de Musea pour transformer le site en un espace de publication original et innovant, piloté par le groupe genre : Musea Nova, revue hypermédia (texte, image, son, vidéo).
La faisabilité du projet est actuellement à l’étude.

JE « Les mots pour dire le genre » – 6 juin 2012
La variété des domaines de recherche envisagés reflète la diversité des personnes présentes :
fictions, espaces publics, sources normatives médiévales, médias, linguistique, poésie, langage cinématographique, statistique textuelle, rapports psychiatriques, danse, graffiti, musique, corps…

Face à cette abondance thématique et pour déterminer un périmètre à la journée d’études le groupe décide de limiter les domaines étudiés le 6 juin au mot en tant qu’expression du genre à travers le langage verbal : écriture, lexique, discours, linguistique… Une autre journée pourra plus spécifiquement se consacrer aux langages non verbaux (corps, musique, danse) et aux signes et symboles exprimant le genre.

Nom du groupe
Faute d’inspiration la proposition d’utiliser « 2GUA – Groupe Genre de l’Université d’Angers » comme nom provisoire est adoptée. Acronyme, nom propre symbolique, nom(s) commun(s) : tout est possible.
Vous pouvez utiliser les commentaires pour faire vos propositions !

La prochaine réunion du groupe est prévue le mercredi 15 février à 16h, à la Maison des sciences humaines.

Journée d’étude – La plage: corps et territorialités

L’Université d’Angers, l’UMR 6590 Espaces et Sociétés et l’UFR Ingénierie du Tourisme du Bâtiment et des Services organisent, en partenariat avec Confluences, une journée d’étude consacrée à:

La plage : corps et territorialités

Le mardi 20 mars 2012
Campus de Saint-Serge, UFR ITBS, Amphi ESTHUA
9h30 – 16h30

Alors que la plage est devenue un lieu touristique emblématique, elle a pu susciter ironie et condescendance chez des scientifiques, voire chez certains auteurs de guides touristiques, condensées dans la formule du « bronzer idiot » et de la « foule grégaire ». Derrière cette disqualification et l’assimilation de la plage à l’espace d’une anomie, pointent les représentations sociales dominantes voire la paresse intellectuelle. Ce n’est qu’à la fin des années 1980, avec le « tournant culturel » et les travaux d’Alain Corbin (1988), suivis de ceux de Jean-Didier Urbain (1994), que la plage devient un objet dans le champ des sciences sociales. De fait, la reconnaissance de l’intérêt scientifique d’un « territoire du vide » de plus en plus fréquenté, investi de sens et révélateur de cultures, montre ainsi un retard de plus de deux à trois siècles par rapport à son « invention » comme théâtre social par les élites européennes. En géographie, la plage a d’abord été abordée en tant qu’objet biophysique, élément d’une géodynamique des littoraux, et tardivement en tant qu’espace des sociétés. Dans la géographie française, le numéro 67 de la revue Géographie et Cultures, « La plage : un territoire atypique » (2008) fait figure d’intéressante exception.
Espace construit, approprié et révélateur des représentations des groupes sociaux et des individus, la plage constitue un vrai laboratoire pour aborder les relations entre territorialités et corporéités. Médium assurant la relation entre l’individu d’une part, l’espace et les autres d’autre part (Duncan, 1996), le corps détermine l’expérience géographique de chacun. Son apparence et sa posture sont révélatrices des manières de vivre d’un individu et de sa façon de se placer dans le jeu social (Ory, 2008). Au-delà, le corps est un marqueur de l’appropriation de l’espace et un vecteur d’affirmation d’une identité aussi bien sociale, qu’ethnique ou de genre. Les interventions de la journée, faites par un historien et quatre géographes, développeront le rôle du corps dans l’émergence de la plage comme territoire touristique et dans la construction d’identités dans divers contextes spatiaux et culturels.
– CORBIN, Alain, 1988, Le territoire du vide. L’Occident et le désir du rivage 1750-1840, Flammarion.
– DUNCAN, Nancy (dir.), 1996, Bodyspace. Destabilizing geographies of gender and sexuality, Routledge.
– LAGEISTE, Jérôme et RIEUCAU, Jean, 2008, « La plage, un territoire atypique », Géographie et Cultures, 67.
– ORY, Pascal, 2008, L’invention du bronzage, Editions Complexe.
– URBAIN, Jean-Didier, 1994, Sur la plage, Payot.

 

Télécharger le programme complet

Contacts:
vincent.coeffe(arobase)univ-angers.fr
emmanuel.jaurand(arobase)univ-angers.fr
benjamin.taunay(arobase)univ-angers.fr

 

Création d’un groupe d’études sur le genre

La thématique du genre traverse toutes les disciplines de l’UFR Lettres, langues et sciences humaines ; elle recèle un fort potentiel de recherches au sein de la composante et même au-delà. Il est aujourd’hui nécessaire de conforter, renouveler et valoriser ces études en les intégrant de manière plus visible aux recherches menées à l’Université d’Angers. L’Université, en adhérant à l’Institut du genre (GIS CNRS), encourage cette thématique en LLSHS.

Pour toutes ces raisons, et en s’appuyant sur la dimension pluridisciplinaire des activités sur le genre conduites à l’UA depuis les quinze dernières années, la MSH-Confluences lance la création d’un groupe d’études sur le genre. La première réunion du groupe a eu lieu le 6 décembre 2011 ; il est ouvert aux collègues et aux doctorant.e.s de toutes les composantes intéressés et/ou travaillant déjà sur ce thème.

Pour tester une première thématique de recherche et lancer les activités du groupe une journée d’étude va être organisée sur le thème « Les mots pour le dire (le genre) », mot étant ici synonyme de mode d’expression, de signe, pour couvrir tous les domaines disciplinaires permettant de mettre en lumière l’accès à l’expression du genre : à travers le langage, les vêtements, l’appropriation de l’espace… La date retenue est le mercredi 6 juin 2012.

Une prochaine réunion du groupe est prévue le lundi 16 janvier à 16h.
Cette réunion est ouverte à toutes celles et ceux qui souhaitent s’investir dans ce groupe d’études.

Pour plus de renseignements, contacter Christine Bard (christine.bard@univ-angers.fr)