Archives de catégorie : Les mardis de Confluences

Conférences organisés par la SFR Confluences à la Maison de la recherche Germaine Tillion. Ces conférences ont lieu environ un mardi par mois de 18h à 20h, sont gratuites et ouvertes à tous les publics.

Les Mardis de Confluences – conférence du 17 octobre 2017

Mardi 17 octobre 2017 à 18h |

Maison de la Recherche Germaine Tillion
5 bis boulevard Lavoisier – Campus de Belle Beille

Conférence de Jean-François Sirinelli  – Professeur émérite à Sciences Po Paris

La conférence est disponible sur Canal UA à partir du lien ci-dessous

http://canal-ua.univ-angers.fr/avc/courseaccess?id=3758

« Le populisme en France depuis la fin du 19e siècle »

Entrée libre et gratuite

Quand l’historien étudie les sensibilités politiques françaises d’extrême droite, deux constats s’imposent à lui. D’une part, il apparaît que la fin du XIXe siècle constitue un moment fondateur, où cette extrême droite acquiert déjà une partie de ses traits constitutifs. Le point est d’autant plus important que, d’autre part, s’observe ensuite, tout au long du XXe siècle, une sorte de métabolisme de l’intermittence : l’extrême droite connaît de brusques poussées et de longs effacements.

Depuis les dernières décennies du siècle dernier, l’installation durable du Front National en position électorale haute pose la question de son identification dans le paysage politique, ainsi que celle de sa comparaison avec certains populismes européens.

Continuer la lecture de Les Mardis de Confluences – conférence du 17 octobre 2017

Cycle 2017-2018 des Mardis de Confluences

 

 

 

LES MARDIS DE CONFLUENCES

Cycle de conférences-débats

2017-2018

LES POPULISMES

Le « populisme » est un mot qui revient avec force depuis quelques années. Pourtant, à y regarder de plus près, ce terme, utilisé au singulier, souvent de manière hâtive, renvoie à des réalités multiformes, diverses sur les plans historique, culturel et sociologique .La question des populismes et des démocraties en dérive reste, plus que jamais, un sujet d’étude important pour les sciences humaines et sociales. Le populisme semble cristalliser de nombreux conflits au sein de la société, tout en proposant, par ailleurs, des réponses : « Le populisme est une forme de réponse – que l’on peut juger mauvaise – aux dysfonctionnements de la démocratie.» Pierre Rosanvallon. Au moment où un sentiment de rejet des institutions et des élites semble traverser les sociétés, et où des dynamiques viennent bouleverser les systèmes, transformations intensifiées et accélérées par les médias, de nombreuses questions se posent.

Le terme même de « populisme » est-il satisfaisant pour décrire ces changements ?  Comment définir le concept de populisme par-delà les lieux communs dont il est souvent investi ? Qui sont aujourd’hui celles et ceux qui sont qualifié.e.s de populistes ? En quoi les populismes questionnent-ils les systèmes démocratiques, ou d’autres formes de systèmes politiques et rhétoriques ? Et comment tout cela se reflète-t-il dans les différentes disciplines des sciences sociales ?

 Dans le cadre de ce cycle de conférences résolument pluridisciplinaire proposé par la SFR Confluences, nous débattrons du concept de « populismes » avec des historien.ne.s, géographes, sociologues, anthropologues, politologues, économistes, juristes, linguistes et littéraires qui, à travers leurs interventions, s’efforceront de le cerner, avec des outils conceptuels variés et au travers de terrains divers.

Chadia Arab, géographe, chargée de recherche au CNRS, UMR ESO-Angers – Espaces et sociétés, Université d’Angers

Taïna Tuhkunen, professeure de littérature américaine, EA 3 L.AM, Université d’Angers

PROGRAMME

  • Mardi 17 octobre 2017, 18h-20h :

Conférence « Le populisme en France depuis la fin du 19e siècle »    

Jean-François Sirinelli, professeur émérite à Sciences Po Paris

Animation :  Christine Bard et Dominique Sagot Duvauroux

Maison de la recherche Germaine Tillion, 5 bis bd Lavoisier, ANGERS

  • Mardi 5 décembre 2017, 18h-20h :

Table ronde « Les mots pour dire le populisme »

Frédérique Le Nan, maîtresse de conférences HDR en littérature et langue, Université d’Angers

Cécile Meynard, professeure de littérature du XIXe siècle, Université d’Angers

François Hourmant, maître de conférences HDR en sciences politiques, Université d’Angers

Samuel Delépine, maître de conférences en géographie, « populisme et anti-tsiganisme »

Martin Foucaud, doctorant en géographie du tourisme, « populisme et tourisme en Espagne »

 Animation : Chadia Arab

Espace Culturel de l’université d’Angers, 40 Rue de Rennes, ANGERS

Continuer la lecture de Cycle 2017-2018 des Mardis de Confluences

Les Mardis de Confluences – conférence du 10 janvier 2017

 

sam_0690

Mardi 10 janvier 2017      

18h-20h     

Maison de la recherche Germaine Tillion – UFR LLSH – Campus de Belle-Beille – Angers

 « QUAND LE ROCK S’INVITE DANS L’ESPACE PUBLIC »

Les débats engendrés autour du metal par le Hellfest

 Présentation :

Lorsqu’on discute de vivre ensemble et d’enjeux démocratiques, on a tendance à considérer que les pratiques culturelles passent après d’autres sujets qui relèveraient de domaines plus sérieux comme la politique ou à l’économie. Peut-être parce qu’on estime que les jugements sur la culture (et en particulier lorsqu’il s’agit d’artistes ou de contenus liés aux industries culturelles), comme les préférences musicales, relèvent de la sphère privée. L’exemple des controverses autour du Hellfest (festival clissonnais qui programme de la musique metal) entre 2008 et 2010 permettra au contraire de souligner à quel point la sphère publique est composée d’individus et de collectifs aux points de vue contradictoires, mais pourtant tous constitutifs du monde social.

Intervenant :

Gérôme Guibert est maître de conférences en sociologie et directeur adjoint de l’institut de la communication et des médias (UFR Arts & Médias, Université Paris 3 Sorbonne Nouvelle). Ses recherches sont liées aux pratiques musicales qu’il aborde à partir de questions d’économie et de territoire. Il travaille sur la culture heavy metal depuis plus de dix ans. Il est membre du comité scientifique de la revue MMS (Metal Music Studies, Intellect Books) et a organisé en 2014 le colloque international « heavy metal & sciences sociales : un état des lieux de la recherche francophone » à Angers.

 

Coordonnateur du cycle : Arnaud de Lajartre

Contact : Annie Ribrault

 

 

Les Mardis de Confluences / conférence du 11 octobre 2016

image-conf-1

« TERRORISME ET MONDIALISATION  »

Conférence du cycle 2016-2017 des Mardis de Confluences
« L’ Après-Charlie »

Mardi 11 octobre 2016        18h-20h  / Maison de la recherche  Germaine Tillion – UFR LLSH – Campus de Belle-Beille

Présentation:

Le « djihad mondialisé ». Ainsi les observateurs parlent-ils souvent des nombreux attentats de Daech et autres organisations terroristes fondamentalistes au sein des différents continents. Mais cette question des rapports entre terrorisme et mondialisation n’est pas nouvelle, comme le prouvera notre intervenante. En effet, Jenny RAFLIK interrogera l’histoire de cette relation sulfureuse entre terrorisme et mondialisation du XIXème siècle à aujourd’hui : au-delà de la coïncidence chronologique entre les phases de la mondialisation et les grandes vagues de terrorisme, quels sont les liens entre les deux phénomènes ? Cette interrogation nous conduira à interroger quelques stéréotypes ou préjugés sur le terrorisme contemporain.

Intervenante :

Jenny RAFLIK est enseignante-chercheuse en histoire contemporaine à l’Université de Cergy-Pontoise, et spécialiste de l’histoire du terrorisme.

Elle a récemment publié un ouvrage « Terrorisme et mondialisation » (Gallimard – 2016) et est régulièrement invitée par les médias pour développer ce sujet dans une approche historique.

Conférence sur le site du canal UA / en écoute à partir du lien ci-après : http://canal-ua.univ-angers.fr/avc/courseaccess?id=2660

Une vue du public présent à la conférence :

https://zimbra.univ-angers.fr/service/home/~/?auth=co&loc=fr&id=247514&part=4

Coordinateur du cycle :    Arnaud de Lajartre

Contact :      Annie Ribrault

Pause littéraire / lundi 30 mai midi / Jean-François Troin

Pause littéraire à l’Espace culturel

Le 30 mai 2016

La planète des Z'U - Auteur : Jean-François Troin

Pour clore cette 1ère année des Mardis de Confluences dédiés à l’Après Charlie, un rendez-vous convivial vous est proposé le lundi 30 mai de 12h15 à 13h30 à l’Espace culturel pour une pause littéraire sur un thème qui nous concerne tous : le petit monde des universités…

Le questionnement sur les attentats de Charlie Hebdo nous avait déjà conduits à aborder le sujet de la caricature (des femmes politiques). Le 30 mai, ce sera le tour des universitaires : en cette fin d’année, il sera temps et salvateur de rire de nous-mêmes, de nos manies, de nos codes, de nos ambitions, de notre système, etc.

Un cocktail sera proposé à l’ensemble des participants.

Jean-François Troin, Géographe, spécialiste du monde arabo-musulman et Professeur émérite de l’Université de Tours, a effectué une partie de sa carrière d’enseignant au Maroc où il a séjourné  onze ans. Son ouvrage La Planète des Z’u. Des univers s’y terrent, (Éditions du Petit Pavé, 2014) est une fiction qu’il a écrite après avoir observé tout au long de sa carrière ses « chers collègues.»

Informations pratiques :

Achat possible du roman au prix de 25 euros

Renseignez-vous par e-mail  > annie.ribrault @ univ-angers.fr

Maison de la recherche Germaine Tillion

 

Coordinateur du cycle : Arnaud de Lajartre

Les Mardis de Confluences – conférence du 8 mars 2016

9782228913140_couv_300

« Où est Charlie? Femmes terroristes : que trouble la violence politique des femmes ? »

Mardi 8 mars 2016
18h-20h
Maison de la recherche Germaine Tillion

Présentation :
« Un terroriste sur deux est une femme » s’inquiète-t-on dans les années 1970 et 1980. Synonyme de réactivation de la violence politique dans les démocraties occidentales, cette période signe la résurgence des actes violents et collectifs motivés par des raisons politiques avec la présence remarquable et remarquée de femmes. Surnommées par les médias les « amazones de la terreur », les militantes d’organisations révolutionnaires armées comme la Fraction armée rouge (RAF) en Allemagne ou Action directe en France apparaissent comme une énigme sociale. Tour à tour décrites comme des furies, des sorcières, des pasionarias, ou encore des amoureuses manipulées par des hommes pygmalions, elles sont confrontées à une hypertrophie du regard et à une mise en abîme où histoire et mythes se rencontrent. La violence politique des femmes se heurte en somme aux « silences de l’histoire » (Michelle Perrot), aux normes et aux imaginaires sociaux, dans une période marquée par la deuxième vague féministe. Perçues comme des symboles d’un désordre social et sexué, les « femmes terroristes » sont ainsi confrontées à la classique négation de la capacité des femmes à être violentes, à la disqualification politique de leur action et à l’amalgame entre féminisme et terrorisme, éclairant ainsi la construction contemporaine et sexuée du militantisme violent.

Intervenante :
Fanny BUGNON, Maîtresse de conférences en histoire / études de genre. Université de Rennes 2.

Coordinateur du cycle : Arnaud de Lajartre
Contact : Annie Ribrault – Maison de la recherche Germaine Tillion

Les Mardis de Confluences – conférence du 9 février 2016

« Où est Charlie?

Les caricatures de femmes politiques »

Mardi 9 février 2016
18h-20h
Maison de la recherche Germaine Tillion – UFR LLSH – Campus de Belle-Beille

Présentation :
On dit que les caricatures et les dessins d’humour ont remarquablement résisté, surtout en France, au pouvoir de la photographie, du cinéma et de la télévision.
Mais qu’en est-il de leur pouvoir de représentation et d’action sur l’image de la femme, surtout depuis l’entrée des femmes dans l’espace public?
Cette conférence s’ouvrira sur le versant verbal du mot « caricature », lorsque Armelle Le Bras-Chopard évoquera le traitement caricatural dont les femmes continuent souvent à faire l’objet, y compris au Parlement. Avec Taïna Tuhkunen, nous aborderons le versant graphique et cinématographique de la question, tout en examinant certaines des caricatures extraites de l’ouvrage On les aura! de Catherine Beaunez, caricaturiste présente à la conférence. Le dialogue ainsi amorcé avec la dessinatrice d’humour s’élargira, dans un troisième temps, de manière à permettre au public de participer aux discussions autour de ce sujet qui nous fera revisiter l’univers tricolore de la politique française dans un éclairage volontairement provocateur.
Intervenants :
Catherine Beaunez, dessinatrice de presse et d’humour
Armelle Le Bras-Chopard, professeure émérite de science politique, Université de Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines
Taïna Tuhkunen, professeure de littérature et de cinéma nord-américains, Université d’Angers
Coordinateur du cycle : Arnaud de Lajartre
Contact : Annie Ribrault /MRGT

Les Mardis de Confluences – conférence du 12/1/2016

Croisés-Naples.SanGenaro.XIVe

représentation de deux chevaliers croisés, en prière.
Provenance: Naples, église San Genaro, XIVe siècle.

« Où est Charlie ? Les religions et la guerre »

Mardi 12 janvier 2016
18h-20h
Maison de la recherche Germaine Tillion

5bis, boulevard Lavoisier – campus de Belle-Beille  – Angers
Présentation :
« Tuez-les tous, Dieu reconnaîtra les siens ! » Cette phrase, d’ailleurs sans doute jamais prononcée par l’envoyé du pape auquel elle est attribuée au début du XIIIe siècle lors de la croisade contre les hérétiques cathares dans la France du Midi, est emblématique des relations souvent ambigües entre les religions et la guerre. Cependant, au milieu du XVIe siècle, Sébastien Castellion écrit : « Tuer un homme, ce n’est pas défendre une doctrine, c’est tuer un homme ».
La conférence, à deux voix, propose d’en éclairer certains épisodes dans l’histoire du christianisme et de l’islam. Un premier temps analysera le discours des textes religieux (bible et coran) sur la question de la guerre. Un second temps envisagera la « guerre sainte » (croisade et djihâd) au cours du Moyen Âge. Un troisième temps se penchera sur les guerres de religion entre catholiques et protestants, et l’émergence d’un discours sur ce que nous appelons aujourd’hui tolérance et laïcité.
Intervenants :
Didier Boisson, Jean-Michel Matz (UMR CERHIO)

 

Pour la captation sonore de la conférence :

cliquez ici

Calendrier du cycle 2015-2016 des Mardis de Confluences

Calendrier 2015-2016 du cycle de conférences des Mardis de Confluences « Où est Charlie ? »

30/11  – Vincent GUERIN, docteur en histoire contemporaine Caroline RENAUD-DUPARC, maîtresse de conférences en droit privé et sciences criminelles, Université d’Angers  Corinne BOUCHOUX, Sénatrice de Maine et Loire et historienne « Au nom de Charlie : plus de sécurité aux dépens des libertés individuelles ? » Amphi E  Faculté des Lettres 18h-20h

12/1  – Jean-Michel MATZ, professeur d’université en histoire    médiévale, Université d’Angers     Didier BOISSON, professeur d’université en histoire moderne, Université d’Angers « Les religions et la guerre : Intolérance et tolérance » 18h-20h – Amphi Tillion Maison de la recherche (sous réserve )

9/2   –  Taïna TUHKUNEN, professeur d’université en littérature et études cinématographiques, Université d’Angers     Armelle LE BRAS-CHOPARD, professeure émérite de science politique, Université Versailles-Saint Quentin      Catherine BEAUNEZ, dessinatrice d’humour « Les caricatures de femmes politiques »  18h-20h  lieu à définir

8/3  –  Fanny BUGNON, Maîtresse de conférences en histoire / études de genre, Université de Rennes 2 « Femmes terroristes : que trouble la violence politique des femmes ? »   18h-20h  lieu à définir

Les Mardis de Confluences – conférence du 30 novembre 2015

Mardis de Confluences 2015-2016
« Où est Charlie ? »

La SFR Confluences redémarre son cycle de conférences débats ouvertes à tous.

Après le thème des « Performances », c’est désormais aux tenants et aux aboutissants des attentats de Charlie hebdo que différents chercheurs en sciences humaines vont s’intéresser de novembre 2015 à mai 2016. Ce cycle intitulé « Où est Charlie ? » ne questionnera pas exclusivement l’attentat survenu dans les locaux de Charlie Hebdo en janvier dernier, mais portera plus globalement sur la violence terroriste, ses motifs, ses racines, ses conséquences.
Seront ainsi abordés par des chercheurs en droit, en histoire, en littérature, etc., les attentats du World Trade Center, la surveillance globale, les liens entre guerre et religions, la liberté d’expression et le droit à la caricature, dont celle des femmes politiques, ainsi que le rôle des femmes dans le terrorisme.

Et pour débuter le cycle, les Mardis de Confluences démarrent par … un « Lundi de Confluences » : lundi 30 novembre, 18 h / 20 h, Maison de la recherche Germaine Tillion, campus de Belle-Beille
« Au nom de Charlie : plus de sécurité aux dépens des libertés individuelles ? »

Dans un premier temps, avec Vincent Guérin, docteur en histoire contemporaine, nous nous déplacerons outre Atlantique, aux États-Unis, pour observer, dans l’après-après 11 septembre, la pointe avancée des politiques antiterroristes. Nous nous focaliserons sur un dispositif en devenir : FAST pour Future Attribute Screening Technology. Développé par le Department Homeland Security, FAST a pour objectif explicite de détecter et désamorcer une « intention » malveillante. Il repose sur le postulat qu’une personne qui souhaite commettre un crime a un comportement « remarquable » qui se traduit sur le plan comportemental, physiologique, etc.

Dans un second temps, avec Caroline Renaud-Duparc, maître de conférences en droit privé et sciences criminelles, nous verrons, dans la perspective ouverte par les travaux du professeur Mireille Delmas-Marty, comment dans le droit pénal français, notamment depuis la loi relative à la rétention de sûreté adoptée le 25 février 2008, on observe, via l’internationnalisation du droit et de la menace terroriste, un glissement normatif sécuritaire : le passage d’une culpabilité/punition à une dangerosité/neutralisation et conjointement l’affaiblissement de la responsabilité et du libre arbitre, au risque d’une déshumanisation du droit pénal.

Enfin, avec Corinne Bouchoux, sénatrice de Maine-et-Loire et historienne, nous verrons comment le législateur a saisi ce sujet.

Arnaud de Lajartre directeur-adjoint de la SFR Confluences
Responsable du cycle des Mardis de Confluences

Les Mardis de Confluences – conférence du 7 avril 2015

 

Caprices stephane.tasse

Cycle de conférences des Mardis de Confluences

SFR Confluences – Université d’Angers en partenariat avec Terre des Sciences
PERFORMANCE ET THEATRE
Mardi 7 avril 18h-20h
Amphi Tillion
MSH site d’Angers – UFR LLSH – Campus de Belle-Beille – Université d’Angers

Continuer la lecture de Les Mardis de Confluences – conférence du 7 avril 2015

Les Mardis de Confluences – conférence du 3 février 2015

ed042283d9f63a35b4c5076996b04f51

L’ECONOMIE SOCIALE ET SOLIDAIRE FACE A LA PERFORMANCE

Institut Municipal

mardi 3 février 18h-20h   entrée libre et gratuite

« La performance économique peut-elle être sociale et solidaire ? ». Ainsi s’intitule une tribune récente de Jean-Paul Delevoye, président du Conseil Economique, Social et Environnemental, parue dans Libération (4 novembre 2014). S’il y est indiqué que « plus personne aujourd’hui ne peut résumer l’ESS à une économie du pansement », il est ajouté que « le décrochage entre la performance économique et la performance s’accroît ».

Continuer la lecture de Les Mardis de Confluences – conférence du 3 février 2015

Les Mardis de Confluences – conférence du 13 janvier 2015

INTEGRALE WEEK-END

Conférence-débat « La performance du politique »

 

 

 

 

Depuis le début de l’année 2014, La SFR Confluences organise des conférences-débats, ouvertes à tous, sur le thème de la performance. Après les performances sportive, artistique (ORLAN), biotechnologique, scolaire, etc.., c’est au tour du champ politique de se trouver questionné par cette injonction sociétale. Pour analyser ce phénomène, un enseignant-chercheur (F. Hourmant) croisera son regard scientifique avec celui d’une « praticienne » de la performance politique bien connue des angevins : Roselyne Bachelot, conseillère générale et régionale, puis plusieurs fois député et ministre, et désormais chroniqueuse éditorialiste.

Continuer la lecture de Les Mardis de Confluences – conférence du 13 janvier 2015

Les Mardis de Confluences : conférence du 14 octobre « Le végétal performant »

Arcimboldovertemnus.jpeg

                       

 

Cycle de conférences-débats organisé en partenariat avec La Maison des Projets de la Ville d’Angers et Terre des Sciences

 « le végétal performant »

Mardi 14 octobre – 18 h / 20 h – Institut municipal – Entrée libre et gratuite

 Résumés des 2 conférences

Bertrand GUEST (maître de conférences en littérature générale et comparée à l’Université d’Angers) : S’il sera bien question de la « performance » tant nutritive que matérielle du végétal, Bertrand Guest abordera aussi son omniprésence et son efficace de longue date dans nos imaginaires, de l’architecture médiévale à la littérature contemporaine, à travers une promenade dans l’entrelacs de nos racines et des ramifications complexes de nos sociétés, fondées depuis longtemps bien que d’une façon changeante sur un substrat végétal. Le règne végétal s’avèrera sans doute le motif idéal pour une interrogation critique de la notion contemporaine de performance, à partir du paradoxe selon lequel le plus efficace des organismes est parfois aussi le plus lent et le plus apparemment inactif. L’objectif pourrait dès lors devenir de répondre à cette question: d’où nous vient l’idée que ce qui végète est moins « performant » ?

 

 

Jean-Pierre RENOU (directeur de l’Institut de Recherches en Horticulture et Semences, directeur de recherches à l’INRA) : La notion de performance est toute relative et dépendante de l’environnement dans lequel elle est amenée à s’exercer. Dans l’inconscient collectif, un végétal « performant » est celui qui rend le plus de services à l’homme, en terme de nutrition (répondre aux besoins alimentaires), voire de santé (diététique et nutraceutique), quelquefois de qualité de vie (plantes d’ornement ou espaces naturels protégés). Il faut cependant prendre conscience qu’il n’y a pas de performance absolue, mais que tout est affaire de compromis. Une variété végétale peut être considérée comme « performante » sur un caractère donné quand elle est cultivée seule dans une parcelle donnée avec un environnement donné, et être tout simplement incapable de se reproduire dans un espace naturel où elle subira une compétition féroce de la part des espèces sauvages indigènes. Dans ce cadre, elle sera alors dénuée de toute « performance ». Les anglo-saxons utilisent depuis longtemps la notion de « trade-off » (troc) pour expliquer la façon dont les être vivants gèrent l’affectation des « dépenses » consenties par les organismes pour faire face aux situations rencontrées. Par exemple un gain génétique en rendement peut s’accompagner d’une perte de qualité nutritive ou d’une plus grande sensibilité aux agressions climatiques ou biotiques. Inversement le développement d’une résistance à une maladie, parce qu’elle sera « couteuse » en énergie peut s’accompagner d’une baisse de qualité nutritive, ou de rendement. Pendant longtemps les dispositifs agricoles ont simplifié l’équation en tentant de contrôler l’environnement des plantes (techniques de culture et de récolte améliorées, irrigation, engrais, pesticides …..) et ont permis d’augmenter drastiquement la productivité agricole en combinant ces progrès techniques au progrès génétique (cf. la révolution verte liée à la découverte des céréales à paille courte). Mais les contraintes pesant sur l’environnement  évoluent et nous amènent à revoir la notion de performance de façon plus intégrative, y compris au niveau de la parcelle cultivée. C’est à dire plus en terme de recherche de meilleurs compromis : la meilleure productivité dans le plus grand respect de l’environnement pour préserver sa durabilité. C’est le double défi actuel de la sécurité alimentaire et de l’agroécologie. C’est un changement de paradigme pour les biologistes et agronomes qui ne peuvent plus adresser les questions d’amélioration (génétiques et techniques) autrement que de façon globalisée pour optimiser les coûts de « trade-off ». Un végétal cultivé devra être « globalement performant », avant d’être « le meilleur dans un domaine spécifique ».

 

 

Coordonnateur du cycle : Arnaud De Lajartre –enseignant-chercheur – Directeur adjoint de la SFR Confluences

Contact :
Annie Ribrault   -MSH/SFR- 02 41 22 63 90

annie.ribrault@univ-angers.fr