Archives de catégorie : Transversal

Les Mardis de Confluences – conférence du 30 novembre 2015

Mardis de Confluences 2015-2016
« Où est Charlie ? »

La SFR Confluences redémarre son cycle de conférences débats ouvertes à tous.

Après le thème des « Performances », c’est désormais aux tenants et aux aboutissants des attentats de Charlie hebdo que différents chercheurs en sciences humaines vont s’intéresser de novembre 2015 à mai 2016. Ce cycle intitulé « Où est Charlie ? » ne questionnera pas exclusivement l’attentat survenu dans les locaux de Charlie Hebdo en janvier dernier, mais portera plus globalement sur la violence terroriste, ses motifs, ses racines, ses conséquences.
Seront ainsi abordés par des chercheurs en droit, en histoire, en littérature, etc., les attentats du World Trade Center, la surveillance globale, les liens entre guerre et religions, la liberté d’expression et le droit à la caricature, dont celle des femmes politiques, ainsi que le rôle des femmes dans le terrorisme.

Et pour débuter le cycle, les Mardis de Confluences démarrent par … un « Lundi de Confluences » : lundi 30 novembre, 18 h / 20 h, Maison de la recherche Germaine Tillion, campus de Belle-Beille
« Au nom de Charlie : plus de sécurité aux dépens des libertés individuelles ? »

Dans un premier temps, avec Vincent Guérin, docteur en histoire contemporaine, nous nous déplacerons outre Atlantique, aux États-Unis, pour observer, dans l’après-après 11 septembre, la pointe avancée des politiques antiterroristes. Nous nous focaliserons sur un dispositif en devenir : FAST pour Future Attribute Screening Technology. Développé par le Department Homeland Security, FAST a pour objectif explicite de détecter et désamorcer une « intention » malveillante. Il repose sur le postulat qu’une personne qui souhaite commettre un crime a un comportement « remarquable » qui se traduit sur le plan comportemental, physiologique, etc.

Dans un second temps, avec Caroline Renaud-Duparc, maître de conférences en droit privé et sciences criminelles, nous verrons, dans la perspective ouverte par les travaux du professeur Mireille Delmas-Marty, comment dans le droit pénal français, notamment depuis la loi relative à la rétention de sûreté adoptée le 25 février 2008, on observe, via l’internationnalisation du droit et de la menace terroriste, un glissement normatif sécuritaire : le passage d’une culpabilité/punition à une dangerosité/neutralisation et conjointement l’affaiblissement de la responsabilité et du libre arbitre, au risque d’une déshumanisation du droit pénal.

Enfin, avec Corinne Bouchoux, sénatrice de Maine-et-Loire et historienne, nous verrons comment le législateur a saisi ce sujet.

Arnaud de Lajartre directeur-adjoint de la SFR Confluences
Responsable du cycle des Mardis de Confluences

Exposition « Les Zoos humains : l’invention du sauvage »

csm_visuel_expo_ZH_94d053567c

 

L’exposition « Zoos humains » met en lumière l’histoire de femmes, d’hommes et d’enfants, venus d’Afrique, d’Asie, d’Océanie ou d’Amérique, exhibés en Occident dans des cirques, des cabarets, des foires, des zoos, des villages reconstitués dans le cadre des expositions universelles et coloniales.
C’est l’histoire de prétendus civilisés exploitant de prétendus sauvages. Du 16e siècle jusqu’à la veille de la Deuxième Guerre mondiale, des femmes, des hommes et même des enfants étaient amenés d’Afrique, d’Asie, des Amériques pour être exhibés en Occident, puis un peu partout dans le monde. De 1815 à 1940, ils auraient été près de 35000 à être ainsi « montrés » comme des choses, à travers le monde, et à avoir attisé la curiosité de près d’un milliard quatre cent millions de visiteurs.
L’exposition raconte cette histoire encore peu connue. Les panneaux, fort bien documentés, en rappelle les origines et les intérêts économiques que ces « zoos » humains ont pu générer au profit d’une Europe en plein essor colonialiste.
Elle permet aussi d’expliquer l’histoire du racisme et de mieux en comprendre les mécanismes.

Continuer la lecture de Exposition « Les Zoos humains : l’invention du sauvage »

Ouvrages de la collection « Archives du féminisme »

Archives 2

 

1. Christine Bard, Annie Metz, Valérie Neveu dir., Guide des sources de l’histoire du féminisme
Presses Universitaires de Rennes, collection « Archives du féminisme », 2006, 442 p, 22 euros.

2. Christine Bard, Janine Mossuz-Lavau dir., Le Planning familial : histoire et mémoire
Presses Universitaires de Rennes – Collection « Archives du féminisme », 2007, 210 p, 16 euros.

3. Françoise Flamant, À tire d’elles. Itinéraires de féministes radicales des années 1970
Presses Universitaires de Rennes, collection « Archives du féminisme », 2007, 173 p, 15 euros.

4. François Chaignaud, L’affaire Berger-Levrault : le féminisme à l’épreuve (1897-1905)
Presses Universitaires de Rennes, collection « Archives du féminisme », 2009, 267 p. 18 euros

5. Colette Cosnier, Les dames du Femina. Un féminisme mystifié
Presses Universitaires de Rennes, collection « Archives du féminisme », 2009, 308 p. 20 euros.

6. Sandrine Dauphin, L’Etat et les droits des femmes. Des institutions au service de l’égalité ?
Presses Universitaires de Rennes, collection « Archives du féminisme », 2010, 134 p. 12 euros

7. Alice Primi, Femmes de progrès. Françaises et Allemandes engagées dans leur siècle 1848-1870
Presses Universitaires de Rennes, collection « Archives du féminisme », 2010, 317 p. 20 euros

8. Séverine Liatard, Colette Audry (1906-1990). Engagements et identités d’une intellectuelle
Presses Universitaires de Rennes, collection « Archives du féminisme », 2010, 395 p. 22 euros.

9. Geneviève Lefort, L’éducation des mères. Olympe Gevin-Cassal, inspectrice générale de l’enfance (1859-1945)
Presses Universitaires de Rennes, collection « Archives du féminisme », 2011, 289 p., 18 euros.

10. Christine Bard dir., Les féministes de la deuxième vague,
Presses Universitaires de Rennes, collection « Archives du féminisme », 2012, 260 p., 18 euros.

11. Karen Offen, Les Féminismes en Europe, traduit de l’américain par Geneviève Knibiehler, avant-propos d’Yvonne Knibiehler
Presses Universitaires de Rennes, collection « Archives du féminisme », 2012, 542 p., 24 euros.

12. Anne-Sarah Bouglé-Moalic, Le vote des Françaises. Cent ans de débats 1848-1944,
Presses Universitaires de Rennes, collection « Archives du féminisme », 2012, 362 p., 19 euros. Prix spécial de l’Assemblée nationale.

13. Bibia Pavard, Si je veux, quand je veux. Contraception et avortement dans la société française (1956-1979)
Presses Universitaires de Rennes, collection « Archives du féminisme », 2012, 358 p., 19 euros. Prix de la ville de Paris

14. Christine Lévy dir., Genre et modernité au Japon. La revue Seitô et la femme nouvelle, 2014
Presses Universitaires de Rennes, collection « Archives du féminisme », 352 p. 20 euros

15. Cécile Formaglio, « Féministe d’abord » : Cécile Brunschvicg (1877-1946)
Presses Universitaires de Rennes, collection « Archives du féminisme », 2014, 336 p., 22 euros.

16. Fabienne Dumont, Des sorcières comme les autres. Artistes et féministes dans la France
des années 1970,
Presses Universitaires de Rennes, collection « Archives du féminisme », 2014, 570 p. 26 euros.

17. David Steel, Marie Souvestre 1835-1905. Pédagogue pionnière et féministe
Presses Universitaires de Rennes, collection « Archives du féminisme », 2014, 208 p., 18 euros.

18. Alban Jacquemart, Les Hommes dans les mouvements féministes. Socio-histoire d’un engagement improbable, préface d’Olivier Fillieule
Presses Universitaires de Rennes, collection « Archives du féminisme », 2015, 342 p., 22 euros.

19. Frédéric Chauvaud, François Dubasque, Pierre Rossignol, Louis Vibrac dir., Les Vies d’André Léo. Romancière, féministe et communarde, préface de Michelle Perrot,
Presses Universitaires de Rennes, collection « Archives du féminisme », 2015, 353 p., 20 euros.

20. Brigitte Rollet, Jacqueline Audry., La femme à la caméra
Presses Universitaires de Rennes, collection « Archives du féminisme », 2015, 234 p., 19 euros.

 

 

Lundi 4 mai – Conférences « Panthéonisation » à la MSH

Pantheon_200x200px

A l’occasion de la panthéonisation qui aura lieu en mai, le CERHIO et la SFR Confluences organisent le
LUNDI 4 MAI, de 17h à 20h, à la MSH,
une conférence qui aura pour titre :
« L’entrée de Geneviève Anthonioz de Gaulle, Pierre Brossolette, Germaine Tillion, Jean Zay au Panthéon : une mise en perspective historienne et mémorielle »

avec : Christine Bard (Professeure d’histoire contemporaine, Université d’Angers) : Le Panthéon aujourd’hui : quelles attentes ?


et Jacqueline Sainclivier (professeure émérite d’histoire contemporaine, Université de Rennes 2) : Eclairages sur le choix de ces quatre résistants.

Interventions suivies d’échanges avec la salle.

Entrée libre et gratuite.

Les Mardis de Confluences – conférence du 7 avril 2015

 

Caprices stephane.tasse

Cycle de conférences des Mardis de Confluences

SFR Confluences – Université d’Angers en partenariat avec Terre des Sciences
PERFORMANCE ET THEATRE
Mardi 7 avril 18h-20h
Amphi Tillion
MSH site d’Angers – UFR LLSH – Campus de Belle-Beille – Université d’Angers

Continuer la lecture de Les Mardis de Confluences – conférence du 7 avril 2015

Programme de recherche « Enjeu(x) » : appel à candidatures pour deux contrats doctoraux

Le programme “EnJeu[x]: Enfance & Jeunesse” vise à structurer le périmètre thématique scientifique de l’enfance et de la jeunesse.

La Convention Internationale des Droits de l’Enfant (1989) définit l’enfance comme la période d’âge comprise entre 0 et 18 ans. Le terme jeunesse recouvre toute ou en partie cette tranche d’âge en fonction des acceptions et se prolonge au-delà. Le programme se concentre donc sur cette période sans s’interdire d’élargir un peu en fonction des processus étudiés. Les problématiques de la petite enfance (jusqu’à 6 ans), de l’âge scolaire (6 à 13 ans), de l’adolescence sont concernées par les recherches à développer dans EnJeu[x] dans une démarche résolument pluridisciplinaire à l’instar des child studies/children studies/chilhood studies anglo-saxonnes.

Ce domaine de recherche – à la fois nouveau, interdisciplinaire et émergent – développe une nouvelle approche de l’étude des enfants et des jeunes, dans une perspective diachronique et transnationale. Il s’agit de comprendre l’enfance et la jeunesse pour améliorer la qualité de vie et le bien-être des enfants et des jeunes, pour optimiser les services qui leur sont proposés, pour leur permettre d’exercer leurs droits et d’affirmer leur parole.

Continuer la lecture de Programme de recherche « Enjeu(x) » : appel à candidatures pour deux contrats doctoraux

Les Mardis de Confluences – conférence du 3 février 2015

ed042283d9f63a35b4c5076996b04f51

L’ECONOMIE SOCIALE ET SOLIDAIRE FACE A LA PERFORMANCE

Institut Municipal

mardi 3 février 18h-20h   entrée libre et gratuite

« La performance économique peut-elle être sociale et solidaire ? ». Ainsi s’intitule une tribune récente de Jean-Paul Delevoye, président du Conseil Economique, Social et Environnemental, parue dans Libération (4 novembre 2014). S’il y est indiqué que « plus personne aujourd’hui ne peut résumer l’ESS à une économie du pansement », il est ajouté que « le décrochage entre la performance économique et la performance s’accroît ».

Continuer la lecture de Les Mardis de Confluences – conférence du 3 février 2015

Vendredi 23 janvier / Séminaire du CLER : « La formation des travailleurs sociaux : regards croisés franco-roumains »

Séminaire du Centre Ligérien d’Etudes Roumaines

La formation des travailleurs sociaux : regards croisés franco-roumains

VENDREDI 23 JANVIER 2015

9h30-12h30

Amphi Tillion – Maison des Sciences Humaines – ANGERS

Entrée libre et gratuite.

Continuer la lecture de Vendredi 23 janvier / Séminaire du CLER : « La formation des travailleurs sociaux : regards croisés franco-roumains »

Les Mardis de Confluences – conférence du 13 janvier 2015

INTEGRALE WEEK-END

Conférence-débat « La performance du politique »

 

 

 

 

Depuis le début de l’année 2014, La SFR Confluences organise des conférences-débats, ouvertes à tous, sur le thème de la performance. Après les performances sportive, artistique (ORLAN), biotechnologique, scolaire, etc.., c’est au tour du champ politique de se trouver questionné par cette injonction sociétale. Pour analyser ce phénomène, un enseignant-chercheur (F. Hourmant) croisera son regard scientifique avec celui d’une « praticienne » de la performance politique bien connue des angevins : Roselyne Bachelot, conseillère générale et régionale, puis plusieurs fois député et ministre, et désormais chroniqueuse éditorialiste.

Continuer la lecture de Les Mardis de Confluences – conférence du 13 janvier 2015

Assemblée générale 2014 de la SFR Confluences

mshphoto   L’assemblée générale de la SFR Confluences se tiendra le

 VENDREDI 21 NOVEMBRE APRES-MIDI

  à la Maison des Sciences Humaines, sur le campus de Belle-Beille.

 

Vous pouvez consulter le programme à partir du lien ci-dessous :

http://www.univ-angers.fr/fr/recherche/unites-et-structures-de-recherche/institut-federatif-de-recherche/confluences/ag-de-la-sfr.html

JE « Injures sexistes et homophobes »

aff_gedi_injures_sexistes_420x297mm_v3Journée d’étude

Injures sexistes et LGBT-phobes

VENDREDI 14 NOVEMBRE

 

Cette journée est organisée dans le cadre du programme GEDI – Genre et discriminations sexistes et homophobes – porté par la SFR Confluences de l’Université d’Angers et financé par la Région Pays de la Loire.

 

 

Gratuit / inscription obligatoire avant le 9 novembre.

Renseignements et inscriptions :

Mireille Loirat | mireille.loirat@univ-angers.fr

02 41 22 63 65

http://gedi.hypotheses.org/

 

Programme :

9h | Café d’accueil

 9h30h | Introduction

Christine Bard | Directrice de la SFR Confluences et du programme GEDI

 9h45-12h15

Des outils pour l’analyse : approches multidisciplinaires

Animé par Nahema Hanafi (MCF, Histoire, CERHIO, Université d’Angers)

Aux sources de l’injure sexiste et homophobe. Le cas d’un moraliste français du XIIe siècle

Frédérique Le Nan | MCF HDR, Littérature médiévale | CERIEC, Université d’Angers

L’histoire des injures sexuelles : un outil d’analyse sémantique, psycho-sociologique et politique de la violence sexiste

Sylvie Lausberg | Psychanalyste | Chargée de mission au Centre d’Action Laïque, Belgique

L’injure diagnostique : psychopathologie, ‘scène de l’interpellation’, contre-transferts

Thamy Ayouch | Psychanalyste et MCF en psychologie clinique | Université de Lille 3, Université Paris 7, Universidade de São Paulo

Le pouvoir de l’injure

Caroline Dayer | MCF, Psychologie et sciences de l’éducation | Université de Genève

L’injure transphobe [et plus, si haine avérée]

Karine Espineira | Docteure, Sciences de l’information et de la communication | LIRCES, Université de Nice Sophia Antipolis

Débat

12h15-13h30 | Déjeuner

 13h30-15h30 | Autour du Droit

Animé par Félicien Lemaire (PU, Droit public, Centre Jean Bodin,

Université d’Angers)

Répression et prévention du langage discriminatoire

Daniel Borrillo | MCF HDR, Droit privé | CREDOF, Université de Paris Ouest Nanterre La Défense

La répression des injures sexistes

Caroline Renaud-Duparc | MCF, Droit privé | Centre Jean Bodin, Université d’Angers

Du sexisme comme nouvelle incrimination. L’exemple de la Belgique

Jimmy Charruau | Doctorant, Droit public | Centre Jean Bodin, Université d’Angers

Approche juridique des injures homophobes à la lumière de théories féministes

Etienne Deshoulières | Droit | Avocat au barreau de Paris, SOS homophobie

Débat

 15h30-15h45 | Pause

 15h45-17h15 | Table-ronde : sur la lesbophobie

Animée par Christine Bard (PU, Histoire, CERHIO, Université d’Angers)

Les violences contre les lesbiennes et la construction d’une identité lesbienne de résistance (1970-1982)

Ilana Eloit | Doctorante, Histoire | Gender Institute de la London School of Economics

Ce que nous dit l’insulte lesbophobe. Analyse des rapports et des enquêtes de SOS homophobie

Stéphanie Arc | Journaliste, SOS homophobie

Usages de l’espace public et lesbianisme : sanctions sociales et contournements

Natacha Chetcuti | Docteure, Sociologie | CRESPPA, équipe « Genre, travail, mobilité », CNRS, Paris

De l’injure à la lesbophobie institutionnelle

Suzette Robichon | Militante associative

Débat

17h30-18h30

Être convoqué-e-s

Conférence de Didier Eribon | PU, Université d’Amiens

18h30-19h | Conclusion

Chadia Arab (Chargée de recherche CNRS, Géographie, ESO, Université d’Angers) et Emmanuel Gratton (MCF, Sociologie, LPPL, Université d’Angers)

Film et débat « L’évolution de l’urbanisme en Roumanie depuis 1989 »

Santier in lucru_affichePar URBAN BALKAN PROJECT

Projection suivie d’un débat

 mardi 21 octobre 2014 à 17H

Faculté des Lettres, langues et sciences humaines

 Amphithéâtre Germaine Tillion – Maison des Sciences Humaines

 

 

 

L’évolution de l’urbanisme en Roumanie depuis 1989

21 décembre 1989, 12h08, le régime communiste du dictateur roumain Nicolae Ceaucescu est renversé. Alors que les grands chantiers urbains qu’il a lancés sont encore en cours de réalisation, un vent nouveau souffle sur les villes. La mise en place d’un système politique démocratique et l’ouverture à l’économie de marché sonnent la fin d’une organisation urbaine planifiée par le pouvoir central et dictée par la croissance massive et conjointe du secteur industriel et de l’urbanisation. Les investisseurs roumains et étrangers se mettent alors en branle pour conquérir ce nouveau marché bientôt intégré à l’Union Européenne.

Près de 25 ans plus tard, paysage et fonctionnement urbains s’en trouvent transformés. Les centres civiques, zones industrielles et blocs de logements subissent la concurrence des malls, business centers et gated communities. Conjointement à l’évolution des besoins et des aspirations des citadins roumains, les mutations urbaines ont profondément bouleversé les centres et les périphéries mais surtout la manière de penser et de faire la ville en Roumanie.

Pour en savoir plus :

http://www.kisskissbankbank.com/santier-in-lucru-les-villes-d-apres

Conférence organisée par

le Centre ligérien d’études roumaines (CLER) et la SFR Confluences

Les Mardis de Confluences : conférence du 14 octobre « Le végétal performant »

Arcimboldovertemnus.jpeg

                       

 

Cycle de conférences-débats organisé en partenariat avec La Maison des Projets de la Ville d’Angers et Terre des Sciences

 « le végétal performant »

Mardi 14 octobre – 18 h / 20 h – Institut municipal – Entrée libre et gratuite

 Résumés des 2 conférences

Bertrand GUEST (maître de conférences en littérature générale et comparée à l’Université d’Angers) : S’il sera bien question de la « performance » tant nutritive que matérielle du végétal, Bertrand Guest abordera aussi son omniprésence et son efficace de longue date dans nos imaginaires, de l’architecture médiévale à la littérature contemporaine, à travers une promenade dans l’entrelacs de nos racines et des ramifications complexes de nos sociétés, fondées depuis longtemps bien que d’une façon changeante sur un substrat végétal. Le règne végétal s’avèrera sans doute le motif idéal pour une interrogation critique de la notion contemporaine de performance, à partir du paradoxe selon lequel le plus efficace des organismes est parfois aussi le plus lent et le plus apparemment inactif. L’objectif pourrait dès lors devenir de répondre à cette question: d’où nous vient l’idée que ce qui végète est moins « performant » ?

 

 

Jean-Pierre RENOU (directeur de l’Institut de Recherches en Horticulture et Semences, directeur de recherches à l’INRA) : La notion de performance est toute relative et dépendante de l’environnement dans lequel elle est amenée à s’exercer. Dans l’inconscient collectif, un végétal « performant » est celui qui rend le plus de services à l’homme, en terme de nutrition (répondre aux besoins alimentaires), voire de santé (diététique et nutraceutique), quelquefois de qualité de vie (plantes d’ornement ou espaces naturels protégés). Il faut cependant prendre conscience qu’il n’y a pas de performance absolue, mais que tout est affaire de compromis. Une variété végétale peut être considérée comme « performante » sur un caractère donné quand elle est cultivée seule dans une parcelle donnée avec un environnement donné, et être tout simplement incapable de se reproduire dans un espace naturel où elle subira une compétition féroce de la part des espèces sauvages indigènes. Dans ce cadre, elle sera alors dénuée de toute « performance ». Les anglo-saxons utilisent depuis longtemps la notion de « trade-off » (troc) pour expliquer la façon dont les être vivants gèrent l’affectation des « dépenses » consenties par les organismes pour faire face aux situations rencontrées. Par exemple un gain génétique en rendement peut s’accompagner d’une perte de qualité nutritive ou d’une plus grande sensibilité aux agressions climatiques ou biotiques. Inversement le développement d’une résistance à une maladie, parce qu’elle sera « couteuse » en énergie peut s’accompagner d’une baisse de qualité nutritive, ou de rendement. Pendant longtemps les dispositifs agricoles ont simplifié l’équation en tentant de contrôler l’environnement des plantes (techniques de culture et de récolte améliorées, irrigation, engrais, pesticides …..) et ont permis d’augmenter drastiquement la productivité agricole en combinant ces progrès techniques au progrès génétique (cf. la révolution verte liée à la découverte des céréales à paille courte). Mais les contraintes pesant sur l’environnement  évoluent et nous amènent à revoir la notion de performance de façon plus intégrative, y compris au niveau de la parcelle cultivée. C’est à dire plus en terme de recherche de meilleurs compromis : la meilleure productivité dans le plus grand respect de l’environnement pour préserver sa durabilité. C’est le double défi actuel de la sécurité alimentaire et de l’agroécologie. C’est un changement de paradigme pour les biologistes et agronomes qui ne peuvent plus adresser les questions d’amélioration (génétiques et techniques) autrement que de façon globalisée pour optimiser les coûts de « trade-off ». Un végétal cultivé devra être « globalement performant », avant d’être « le meilleur dans un domaine spécifique ».

 

 

Coordonnateur du cycle : Arnaud De Lajartre –enseignant-chercheur – Directeur adjoint de la SFR Confluences

Contact :
Annie Ribrault   -MSH/SFR- 02 41 22 63 90

annie.ribrault@univ-angers.fr

Conférence sur les « Zoos humains »

csm_visuel_expo_ZH_94d053567c

            Conférence sur les « Zoos humains »

            Nicolas Bancel, historien

Introduction de Christine Bard, professeure d’histoire contemporaine

 

 

 

Lundi 6 octobre  16h-18h

Université d’Angers

Faculté LLSH

Maison des sciences humaines, Amphi Tillion

 

Cette conférence est proposée en parallèle de l’exposition « Zoos humains, l’invention du sauvage » qui se déroule du 12 juillet au 28 décembre 2014 au Muséum des sciences naturelles d’Angers.

L’exposition « Zoos humains » met en lumière l’histoire de femmes, d’hommes et d’enfants, venus d’Afrique, d’Asie, d’Océanie ou d’Amérique, exhibés en Occident dans des cirques, des cabarets, des foires, des zoos, des villages reconstitués dans le cadre des expositions universelles et coloniales.

Un processus qui commence au 16ème siècle dans les cours royales et va croître jusqu’au milieu du 20ème siècle en Europe, en Amérique et au Japon.

C’est un immense « spectacle« , avec ses figurants, ses décors, ses imprésarios, ses drames et ses récits. C’est aussi une histoire oubliée, au carrefour des histoires coloniales, de la sciences, du racisme et de celle du monde du spectacle et des expositions universelles.