Archives de catégorie : Transversal

Programme de recherche « Enjeu(x) » : appel à candidatures pour deux contrats doctoraux

Le programme “EnJeu[x]: Enfance & Jeunesse” vise à structurer le périmètre thématique scientifique de l’enfance et de la jeunesse.

La Convention Internationale des Droits de l’Enfant (1989) définit l’enfance comme la période d’âge comprise entre 0 et 18 ans. Le terme jeunesse recouvre toute ou en partie cette tranche d’âge en fonction des acceptions et se prolonge au-delà. Le programme se concentre donc sur cette période sans s’interdire d’élargir un peu en fonction des processus étudiés. Les problématiques de la petite enfance (jusqu’à 6 ans), de l’âge scolaire (6 à 13 ans), de l’adolescence sont concernées par les recherches à développer dans EnJeu[x] dans une démarche résolument pluridisciplinaire à l’instar des child studies/children studies/chilhood studies anglo-saxonnes.

Ce domaine de recherche – à la fois nouveau, interdisciplinaire et émergent – développe une nouvelle approche de l’étude des enfants et des jeunes, dans une perspective diachronique et transnationale. Il s’agit de comprendre l’enfance et la jeunesse pour améliorer la qualité de vie et le bien-être des enfants et des jeunes, pour optimiser les services qui leur sont proposés, pour leur permettre d’exercer leurs droits et d’affirmer leur parole.

Continuer la lecture de Programme de recherche « Enjeu(x) » : appel à candidatures pour deux contrats doctoraux

Les Mardis de Confluences – conférence du 3 février 2015

ed042283d9f63a35b4c5076996b04f51

L’ECONOMIE SOCIALE ET SOLIDAIRE FACE A LA PERFORMANCE

Institut Municipal

mardi 3 février 18h-20h   entrée libre et gratuite

« La performance économique peut-elle être sociale et solidaire ? ». Ainsi s’intitule une tribune récente de Jean-Paul Delevoye, président du Conseil Economique, Social et Environnemental, parue dans Libération (4 novembre 2014). S’il y est indiqué que « plus personne aujourd’hui ne peut résumer l’ESS à une économie du pansement », il est ajouté que « le décrochage entre la performance économique et la performance s’accroît ».

Continuer la lecture de Les Mardis de Confluences – conférence du 3 février 2015

Vendredi 23 janvier / Séminaire du CLER : « La formation des travailleurs sociaux : regards croisés franco-roumains »

Séminaire du Centre Ligérien d’Etudes Roumaines

La formation des travailleurs sociaux : regards croisés franco-roumains

VENDREDI 23 JANVIER 2015

9h30-12h30

Amphi Tillion – Maison des Sciences Humaines – ANGERS

Entrée libre et gratuite.

Continuer la lecture de Vendredi 23 janvier / Séminaire du CLER : « La formation des travailleurs sociaux : regards croisés franco-roumains »

Les Mardis de Confluences – conférence du 13 janvier 2015

INTEGRALE WEEK-END

Conférence-débat « La performance du politique »

 

 

 

 

Depuis le début de l’année 2014, La SFR Confluences organise des conférences-débats, ouvertes à tous, sur le thème de la performance. Après les performances sportive, artistique (ORLAN), biotechnologique, scolaire, etc.., c’est au tour du champ politique de se trouver questionné par cette injonction sociétale. Pour analyser ce phénomène, un enseignant-chercheur (F. Hourmant) croisera son regard scientifique avec celui d’une « praticienne » de la performance politique bien connue des angevins : Roselyne Bachelot, conseillère générale et régionale, puis plusieurs fois député et ministre, et désormais chroniqueuse éditorialiste.

Continuer la lecture de Les Mardis de Confluences – conférence du 13 janvier 2015

Assemblée générale 2014 de la SFR Confluences

mshphoto   L’assemblée générale de la SFR Confluences se tiendra le

 VENDREDI 21 NOVEMBRE APRES-MIDI

  à la Maison des Sciences Humaines, sur le campus de Belle-Beille.

 

Vous pouvez consulter le programme à partir du lien ci-dessous :

http://www.univ-angers.fr/fr/recherche/unites-et-structures-de-recherche/institut-federatif-de-recherche/confluences/ag-de-la-sfr.html

JE « Injures sexistes et homophobes »

aff_gedi_injures_sexistes_420x297mm_v3Journée d’étude

Injures sexistes et LGBT-phobes

VENDREDI 14 NOVEMBRE

 

Cette journée est organisée dans le cadre du programme GEDI – Genre et discriminations sexistes et homophobes – porté par la SFR Confluences de l’Université d’Angers et financé par la Région Pays de la Loire.

 

 

Gratuit / inscription obligatoire avant le 9 novembre.

Renseignements et inscriptions :

Mireille Loirat | mireille.loirat@univ-angers.fr

02 41 22 63 65

http://gedi.hypotheses.org/

 

Programme :

9h | Café d’accueil

 9h30h | Introduction

Christine Bard | Directrice de la SFR Confluences et du programme GEDI

 9h45-12h15

Des outils pour l’analyse : approches multidisciplinaires

Animé par Nahema Hanafi (MCF, Histoire, CERHIO, Université d’Angers)

Aux sources de l’injure sexiste et homophobe. Le cas d’un moraliste français du XIIe siècle

Frédérique Le Nan | MCF HDR, Littérature médiévale | CERIEC, Université d’Angers

L’histoire des injures sexuelles : un outil d’analyse sémantique, psycho-sociologique et politique de la violence sexiste

Sylvie Lausberg | Psychanalyste | Chargée de mission au Centre d’Action Laïque, Belgique

L’injure diagnostique : psychopathologie, ‘scène de l’interpellation’, contre-transferts

Thamy Ayouch | Psychanalyste et MCF en psychologie clinique | Université de Lille 3, Université Paris 7, Universidade de São Paulo

Le pouvoir de l’injure

Caroline Dayer | MCF, Psychologie et sciences de l’éducation | Université de Genève

L’injure transphobe [et plus, si haine avérée]

Karine Espineira | Docteure, Sciences de l’information et de la communication | LIRCES, Université de Nice Sophia Antipolis

Débat

12h15-13h30 | Déjeuner

 13h30-15h30 | Autour du Droit

Animé par Félicien Lemaire (PU, Droit public, Centre Jean Bodin,

Université d’Angers)

Répression et prévention du langage discriminatoire

Daniel Borrillo | MCF HDR, Droit privé | CREDOF, Université de Paris Ouest Nanterre La Défense

La répression des injures sexistes

Caroline Renaud-Duparc | MCF, Droit privé | Centre Jean Bodin, Université d’Angers

Du sexisme comme nouvelle incrimination. L’exemple de la Belgique

Jimmy Charruau | Doctorant, Droit public | Centre Jean Bodin, Université d’Angers

Approche juridique des injures homophobes à la lumière de théories féministes

Etienne Deshoulières | Droit | Avocat au barreau de Paris, SOS homophobie

Débat

 15h30-15h45 | Pause

 15h45-17h15 | Table-ronde : sur la lesbophobie

Animée par Christine Bard (PU, Histoire, CERHIO, Université d’Angers)

Les violences contre les lesbiennes et la construction d’une identité lesbienne de résistance (1970-1982)

Ilana Eloit | Doctorante, Histoire | Gender Institute de la London School of Economics

Ce que nous dit l’insulte lesbophobe. Analyse des rapports et des enquêtes de SOS homophobie

Stéphanie Arc | Journaliste, SOS homophobie

Usages de l’espace public et lesbianisme : sanctions sociales et contournements

Natacha Chetcuti | Docteure, Sociologie | CRESPPA, équipe « Genre, travail, mobilité », CNRS, Paris

De l’injure à la lesbophobie institutionnelle

Suzette Robichon | Militante associative

Débat

17h30-18h30

Être convoqué-e-s

Conférence de Didier Eribon | PU, Université d’Amiens

18h30-19h | Conclusion

Chadia Arab (Chargée de recherche CNRS, Géographie, ESO, Université d’Angers) et Emmanuel Gratton (MCF, Sociologie, LPPL, Université d’Angers)

Film et débat « L’évolution de l’urbanisme en Roumanie depuis 1989 »

Santier in lucru_affichePar URBAN BALKAN PROJECT

Projection suivie d’un débat

 mardi 21 octobre 2014 à 17H

Faculté des Lettres, langues et sciences humaines

 Amphithéâtre Germaine Tillion – Maison des Sciences Humaines

 

 

 

L’évolution de l’urbanisme en Roumanie depuis 1989

21 décembre 1989, 12h08, le régime communiste du dictateur roumain Nicolae Ceaucescu est renversé. Alors que les grands chantiers urbains qu’il a lancés sont encore en cours de réalisation, un vent nouveau souffle sur les villes. La mise en place d’un système politique démocratique et l’ouverture à l’économie de marché sonnent la fin d’une organisation urbaine planifiée par le pouvoir central et dictée par la croissance massive et conjointe du secteur industriel et de l’urbanisation. Les investisseurs roumains et étrangers se mettent alors en branle pour conquérir ce nouveau marché bientôt intégré à l’Union Européenne.

Près de 25 ans plus tard, paysage et fonctionnement urbains s’en trouvent transformés. Les centres civiques, zones industrielles et blocs de logements subissent la concurrence des malls, business centers et gated communities. Conjointement à l’évolution des besoins et des aspirations des citadins roumains, les mutations urbaines ont profondément bouleversé les centres et les périphéries mais surtout la manière de penser et de faire la ville en Roumanie.

Pour en savoir plus :

http://www.kisskissbankbank.com/santier-in-lucru-les-villes-d-apres

Conférence organisée par

le Centre ligérien d’études roumaines (CLER) et la SFR Confluences

Les Mardis de Confluences : conférence du 14 octobre « Le végétal performant »

Arcimboldovertemnus.jpeg

                       

 

Cycle de conférences-débats organisé en partenariat avec La Maison des Projets de la Ville d’Angers et Terre des Sciences

 « le végétal performant »

Mardi 14 octobre – 18 h / 20 h – Institut municipal – Entrée libre et gratuite

 Résumés des 2 conférences

Bertrand GUEST (maître de conférences en littérature générale et comparée à l’Université d’Angers) : S’il sera bien question de la « performance » tant nutritive que matérielle du végétal, Bertrand Guest abordera aussi son omniprésence et son efficace de longue date dans nos imaginaires, de l’architecture médiévale à la littérature contemporaine, à travers une promenade dans l’entrelacs de nos racines et des ramifications complexes de nos sociétés, fondées depuis longtemps bien que d’une façon changeante sur un substrat végétal. Le règne végétal s’avèrera sans doute le motif idéal pour une interrogation critique de la notion contemporaine de performance, à partir du paradoxe selon lequel le plus efficace des organismes est parfois aussi le plus lent et le plus apparemment inactif. L’objectif pourrait dès lors devenir de répondre à cette question: d’où nous vient l’idée que ce qui végète est moins « performant » ?

 

 

Jean-Pierre RENOU (directeur de l’Institut de Recherches en Horticulture et Semences, directeur de recherches à l’INRA) : La notion de performance est toute relative et dépendante de l’environnement dans lequel elle est amenée à s’exercer. Dans l’inconscient collectif, un végétal « performant » est celui qui rend le plus de services à l’homme, en terme de nutrition (répondre aux besoins alimentaires), voire de santé (diététique et nutraceutique), quelquefois de qualité de vie (plantes d’ornement ou espaces naturels protégés). Il faut cependant prendre conscience qu’il n’y a pas de performance absolue, mais que tout est affaire de compromis. Une variété végétale peut être considérée comme « performante » sur un caractère donné quand elle est cultivée seule dans une parcelle donnée avec un environnement donné, et être tout simplement incapable de se reproduire dans un espace naturel où elle subira une compétition féroce de la part des espèces sauvages indigènes. Dans ce cadre, elle sera alors dénuée de toute « performance ». Les anglo-saxons utilisent depuis longtemps la notion de « trade-off » (troc) pour expliquer la façon dont les être vivants gèrent l’affectation des « dépenses » consenties par les organismes pour faire face aux situations rencontrées. Par exemple un gain génétique en rendement peut s’accompagner d’une perte de qualité nutritive ou d’une plus grande sensibilité aux agressions climatiques ou biotiques. Inversement le développement d’une résistance à une maladie, parce qu’elle sera « couteuse » en énergie peut s’accompagner d’une baisse de qualité nutritive, ou de rendement. Pendant longtemps les dispositifs agricoles ont simplifié l’équation en tentant de contrôler l’environnement des plantes (techniques de culture et de récolte améliorées, irrigation, engrais, pesticides …..) et ont permis d’augmenter drastiquement la productivité agricole en combinant ces progrès techniques au progrès génétique (cf. la révolution verte liée à la découverte des céréales à paille courte). Mais les contraintes pesant sur l’environnement  évoluent et nous amènent à revoir la notion de performance de façon plus intégrative, y compris au niveau de la parcelle cultivée. C’est à dire plus en terme de recherche de meilleurs compromis : la meilleure productivité dans le plus grand respect de l’environnement pour préserver sa durabilité. C’est le double défi actuel de la sécurité alimentaire et de l’agroécologie. C’est un changement de paradigme pour les biologistes et agronomes qui ne peuvent plus adresser les questions d’amélioration (génétiques et techniques) autrement que de façon globalisée pour optimiser les coûts de « trade-off ». Un végétal cultivé devra être « globalement performant », avant d’être « le meilleur dans un domaine spécifique ».

 

 

Coordonnateur du cycle : Arnaud De Lajartre –enseignant-chercheur – Directeur adjoint de la SFR Confluences

Contact :
Annie Ribrault   -MSH/SFR- 02 41 22 63 90

annie.ribrault@univ-angers.fr

Conférence sur les « Zoos humains »

csm_visuel_expo_ZH_94d053567c

            Conférence sur les « Zoos humains »

            Nicolas Bancel, historien

Introduction de Christine Bard, professeure d’histoire contemporaine

 

 

 

Lundi 6 octobre  16h-18h

Université d’Angers

Faculté LLSH

Maison des sciences humaines, Amphi Tillion

 

Cette conférence est proposée en parallèle de l’exposition « Zoos humains, l’invention du sauvage » qui se déroule du 12 juillet au 28 décembre 2014 au Muséum des sciences naturelles d’Angers.

L’exposition « Zoos humains » met en lumière l’histoire de femmes, d’hommes et d’enfants, venus d’Afrique, d’Asie, d’Océanie ou d’Amérique, exhibés en Occident dans des cirques, des cabarets, des foires, des zoos, des villages reconstitués dans le cadre des expositions universelles et coloniales.

Un processus qui commence au 16ème siècle dans les cours royales et va croître jusqu’au milieu du 20ème siècle en Europe, en Amérique et au Japon.

C’est un immense « spectacle« , avec ses figurants, ses décors, ses imprésarios, ses drames et ses récits. C’est aussi une histoire oubliée, au carrefour des histoires coloniales, de la sciences, du racisme et de celle du monde du spectacle et des expositions universelles.

Les Mardis de Confluences – conférence du 17 juin

école ralentir

Mardi 17 juin   :     L’écolier doit-il être performant ?

 

                                                    Mardis de Confluences

            Cycle de conférences-débats organisé en partenariat avec la Maison des Projets et Terre des Sciences


( SFR Confluences – Université d’Angers )

 


 

L’exigence de performance, qui semble s’imposer de plus en plus dans nos vies privées comme professionnelles, s’applique-t-elle également aux enfants ? L’écolier doit-il être performant, et si oui, comment le mesure-t-on ? La performance de l’enfant à l’école est en effet une performance tout à fait spécifique que l’on pourrait qualifier de contre performance, ou d’anti performance. Les traits propres de l’univers scolaire, et plus largement ceux de l’univers savant, impliquent en effet une rupture avec les nécessités sociales et pratiques, et leurs exigences de performance, de réussite ou de réalisation. Dans cette perspective la suspension ou l’annulation de la performance sociale sont capitales pour que l’élève accède à la « performance » scolaire. 

 

Sous cet angle, la question de l’évolution de l’aménagement hebdomadaire des temps éducatifs et périscolaires de l’enfant permet de ré-interroger l’organisation et le cadre pédagogique dans lesquels peut (doit ?) s’épanouir cette performance de l’écolier. La performance ou l’efficacité des individus à être réceptifs aux informations délivrées durant la journée dépend étroitement de leur rythme de vigilance et de l’attention qu’ils prêtent aux objets de leur environnement, en lien avec l’attrait et la durée des activités exercées durant cette période journalière.

Tenter de remédier à l’explosion de la fréquence des problèmes attentionnels pose la question de la durée et de l’alternance des activités scolaires et périscolaires. Du côté des élèves, la performance attentionnelle dépend de la prise de conscience des objectifs de l’apprentissage, de la forme de motivation qui ne sauraient être détachées de leur chronobiologie.

INTERVENANTS :

Christophe DORÉ, professeur de philosophie, formateur à l’ESPE de Nantes

Christophe BOUJON, maître de conférences en psychologie à l’Université d’Angers, auteur de l’ouvrage « Attention et réussite scolaire »

 

LIEU :

Maison des Projets d’Angers – 12 place Imbach – Angers           18h-20h – Entrée libre et gratuite

 

Coordonnateur du cycle : Arnaud de Lajartre – Maître de conférences en droit à l’Université d’Angers, directeur-adjoint de la SFR Confluences

Contact : Annie Ribrault   -MSH/SFR- 02 41 22 63 90            annie.ribrault@univ-angers.fr

Les Mardis de Confluences – conférence du 27 mai

644224

 

 

Mardi 27 mai :   

Performance technologique :   l’homme « bionique » est-il pour maintenant ?

 

L’homme, la femme « bionique », désigne une créature faite de parties organiques et artificielles.

 

L’athlète Oscar Pistorius et l’athlète, mannequin et actrice, Aimee Mullins en sont des figures célèbres.

Augmenter l’humain par la technologie, le rendre plus fort, plus rapide, plus intelligent, etc. Quelle est la part de réalité et de fantasme ?

Qu’en est-il du posthumain, comme dépassement du biologique, souhaité par les transhumanistes ?

 

Vincent GUERIN, docteur en histoire contemporaine

Daniel LEWKOWICZ, chercheur en neurosciences

 

Lieu :

MSH –5bis boulevard Lavoisier – campus de Belle-Beille Angers           18h-20h – Entrée libre et gratuite

 

Le cycle des Mardis de Confluences est organisé en partenariat avec la Maison des Projets de la Ville d’Angers et Terre des Sciences.

Coordonnateur du cycle : Arnaud De Lajartre –enseignant-chercheur

Contact :
Annie Ribrault   -MSH/SFR- 02 41 22 63 90

annie.ribrault@univ-angers.fr

Les Mardis de Confluences – conférence du 8 avril : ORLAN

ORLAN

ORLAN

Mardi 8 avril   

18h-20h    Amphi A de la Faculté des Lettres, langues et sciences humaines  – 11 Bd Lavoisier Campus de Belle-Beille – Angers

Entrée libre et gratuite

 

 

 Dans le cadre du cycle de conférences « Les Mardis de Confluences » s’attachant cette année à explorer la notion de performance, la SFR Confluences accueille le 8 avril à l’Université d’Angers l’artiste ORLAN.

N’ayant de cesse depuis le milieu des années 1960 d’interroger le corps, ses identités et les pressions qu’il subit, ORLAN diversifie les approches en multipliant les formes de création.

La photographie, l’installation, la vidéo, le dessin, la sculpture et bien sûr la performance lui permettent de faire du corps, de son corps, une œuvre.

Politiques, féministes et engagées, ses créations n’ont de cesse de surprendre par leur originalité et leur audace. Il faut rappeler qu’ORLAN fut la première artiste, dans les années 1990, à utiliser la chirurgie comme medium lors de ses performances en bloc opératoire (Opera Surgery, 1991).

L’hybridation du corps ressort de son travail ainsi que les empreintes laissées dans la chair par une société normée. Aujourd’hui encore ORLAN propose des œuvres qui mélangent images de l’artiste et iconographies venues d’ailleurs pour mieux explorer la notion de standard au-delà des frontières de l’Occident (Self-hybridations amérindiennes, 2005-2008).

Faite Chevalier de l’ordre du Mérite en 2010, ORLAN est sûrement l’une des artistes françaises dont l’œuvre est la plus reconnue sur la scène internationale. Elle a reçu le prix E-Réputation en 2013, révélant qu’elle est la plasticienne la plus populaire sur le net français.

C’est donc une très grande joie et un honneur de recevoir à Angers  cette grande artiste dont la conférence va nous permettre d’explorer l’ampleur de son travail et de sa vision.

 

Les Mardis de Confluences : cycle de conférences organisé en partenariat avec la Maison des Projets de la Ville d’Angers et Terre des Sciences.

Coordonnateur du cycle : Arnaud De Lajartre – enseignant chercheur

Contact : Annie Ribrault       MSH/SFR- 02 41 22 63 90     annie.ribrault@univ-angers.fr

Les Mardis de Confluences – conférence du 18 mars

 

Conférence 3

 

 

IFEPSA fiche ERI Mardis de Confluences

 SFR Confluences – Université d’Angers 

 

 Mardi 18 mars 2014 

La « perf » en sport , un exploit physique ou mental ?

 

Depuis plusieurs décennies, la performance sportive de haut niveau bénéficie d’un apport scientifique des plus aboutis lorsqu’il s’agit de l’expliquer ou mieux encore de la prédire. En marge du microcosme du sport professionnel, ces modèles de la performance résonnent souvent comme un véritable diktat de la pratique sportive du sportif amateur assidu ou occasionnel. Planification de l’entraînement, travail intermittent, assouplissements, hygiène de vie, gestion des blessures, préparation physique, récupération, sont autant de concepts qui s’invitent dans l’organisation de l’activité sportive du plus commun du sportif. Cette quête de performance individuelle nous invite à questionner les conséquences psychologiques liées à l’application de ces modèles de performance sportive, qu’elles soient d’ordre motivationnel (comment évoluent dans le temps nos motivations ?) ou d’ordre affectif (quel plaisir prenons-nous ?).

 

Nicolas HAUW, enseignant-chercheur IFEPSA-UCO

David MAILLOCHON, coureur d’ultra-trail, coach sportif.

 

 Lieu : Maison des projets (12 place Imbach – Angers)

18h-20h

Entrée libre et gratuite

Les Mardis de Confluences / conférence du 18 février

photo (1)

 

 

18 février 2014 

(Contre-)performance et gouvernance urbaine : la ville lente ?

 

Il y a près de 15 ans naissait en Italie un réseau international des villes du bien vivre, baptisé « Cittaslow ». Les 170 villes adhérant aujourd’hui à ce mouvement, empreint par un nouvel urbanisme et par la décroissance, s’engagent à ralentir le rythme de vie de leurs citoyens. Dans une société obsédée par l’accélération permanente du temps, cette gouvernance questionne à la fois la notion de développement durable (quelle différence entre ces deux modèles ?) et celle du bien-être humain : comment la ville peut-elle faire notre bonheur ?

 

Colette LAURICHESSE, conseillère municipale chargée de la labellisation de Segonzac, première commune de France admise dans le réseau « Citta slow »

Emmanuelle QUINIOU, Directrice de l’AURA (Agence d’Urbanisme de la Région Angevine).

 

Lieu : Amphi Tillion à la MSH- 18h-20h, entrée libre et gratuite

Université d’Angers

UFR LLSH

Maison des sciences humaines

5bis, boulevard Lavoisier

49045 Angers cedex 01

Contact : Annie Ribrault   02 41 22 63 90       annie.ribrault@univ-angers.fr