Archives par mot-clé : Ecritures et cultures

Colloque Figures de l’Utopie, hier et aujourd’hui

Plan de la cité de Palmanova, gravure peinteDans le langage courant actuel, « utopique » veut dire impossible, une utopie étant une construction de l’Imaginaire. Ainsi historiens et créateurs nous décrivent l’utopie comme un système clos visant à codifier a priori des formes instituées pour la vie sociale, culturelle, éducative. L’épanouissement du genre utopique correspond à une période où l’on pense que les hommes et femmes devraient construire autrement leurs formes d’organisation politique et sociale, que d’autres modes de vie, d’autres mondes sont possibles.
Y aurait-il aujourd’hui une fin des utopies (vs. Uchronies) ? Les formes historiques de l’Utopie éclairent-elles notre présent ? Y a-t-il une fin de l’histoire, quand, dans la confusion actuelle, fait rage le combat entre les prophètes du déclin et ceux du renouveau religieux ? Nous plaçons-nous dans un renouveau des perspectives cycliques? Notre actualité participe-t-elle d’une régression généralisée ou peut-elle contribuer au contraire à projeter vers l’avenir de nouveaux modèles alternatifs de société ou de contre-société (Nouvel Age, altermondialisme) quand se réinvente et s’actualise le concept de Citoyen du Monde ? Comme  l’idéologie, elle pose la question des « références ultimes », références à la fois d’ordre social et culturel pour qu’utopie, idéologie et culture fassent système, entre Utopies fermées et utopies ouvertes.

D’où le projet de ce colloque visant à mettre en évidence et exposer dans notre société mondialisée, diverses formes émergentes d’Utopies susceptibles d’ouvrir la voie à l’expression des significations imaginaires culturelles et sociales et à nos modalités d’être ensemble (utopies concrètes), quand elles visent à les questionner si ce n’est à les renouveler.

Le choix des organisateurs est d’étudier dans l’Histoire et le temps présent les créateurs et acteurs des Utopies, particulièrement dans les domaines français et américains.

Direction du colloque: Christine Bard et Lauric Guillaud pour l’Université d’Angers, Georges Bertin pour le Cnam Pays de la Loire.

Jeudi 27 et vendredi 28 septembre 2012
Faculté des lettres, langues et sciences humaines
Maison des sciences humaines
Inscription obligatoire, gratuite pour les étudiants, doctorants et membres des laboratoires partenaires

Télécharger le programme du colloque et le bulletin d’inscription

Enjeux, problématiques et situation de la traduction de la poésie contemporaine

Traduire la poésie: journée d’étude pluridisciplinaire

En cette saison propice à la poésie (c’est le Printemps des poètes) le CERIEC et le 3L.AM s’associent à la faculté des lettres, langues et sciences humaines pour organiser, dans le cadre de l’axe « Écritures et cultures » de Confluences une journée d’étude consacrée aux enjeux de la traduction poétique.

Le programme de cette journée, qui devrait particulièrement intéresser les étudiants du Master 2 Traduction, propose des regards croisés sur les enjeux, problématiques et situation de la traduction de la poésie contemporaine, avec des intervenants spécialisés dans des aires linguistiques diversifiées: poésie nord- et sud-américaine, italienne et anglaise.

Vous pouvez télécharger ici le programme détaillé.

Vendredi 16 mars 2012
10h30 – 17h30
Maison des sciences humaines Confluences
Salle Frida Kahlo
5bis bd Lavoisier, Angers

Entrée libre

Journée d’étude: La retraduction des grandes oeuvres

Dans le cadre de l’axe Écritures et Cultures, les équipes de recherche du CERIEC (UPRES EA 922) et du 3L.AM (UPRES EA 4335) organisent, en partenariat avec Confluences, une journée d’étude sur le thème:

La retraduction des grandes œuvres

Cette journée propose une rencontre avec trois traductrices ayant retraduit de grands auteurs: Elisabeth Kargl (Elfriede Jelinek), Tiphaine Samoyault (James Joyce) et Aline Schulman (Miguel Cervantès).

Rendez-vous le vendredi 20 janvier de 14h à 17h30, dans l’amphithéâtre Germaine Tillion (Maison des sciences humaines, 5 bis bd Lavoisier, 49045 Angers).

L’entrée est libre et ouverte à tous.

Conférence de Marina Muresanu sur Ionescu et Cioran

Pour l’année 2011-2012 le cycle de conférences Les mardis de Confluences aura pour thème la Roumanie.

Le Centre ligérien d’études roumaines (CLER) nouvellement créé à l’initiative de Confluences est partenaire de ces conférences. L’association Amis-CLER organise une assemblée générale le 8 novembre à 17h30.

Pour la première rencontre de l’année, nous avons le plaisir de vous inviter le 8 novembre 2011 à 18h à la Maison des sciences humaines Confluences, l’amphitheâtre Germaine Tillion  (5bis Bd Lavoisier 49045 Angers), pour la conférence de 

 Marina Muresanu-Ionescu : Le Paris de Ionesco et Cioran. Stratégie(s) et ambiguïté(s) de l’exil

La façon dont Eugène Ionesco et Emile Cioran perçoivent Paris, vivent et créent à Paris est indissolublement liée à la nature de leur exil. Selon les périodes, les aléas de l’histoire, les méandres de leur vie, leur Paris est un espace protecteur, source de félicité ou bien de peurs et d’inquiétudes, « paradis » ou « enfer ». A base de nombreuses citations tirées des textes autobiographiques de Ionesco et de Cioran, journaux intimes, entretiens, ainsi que des documents récents à l’appui, la conférence se propose de saisir « l’état parisien » des deux auteurs, les « Parisiens de Roumanie », les « vrai-faux Roumains ». Des incursions dans des biographies tourmentées, controversées sur la toile de fond d’une époque historique trouble et complexe.

Marina Muresanu Ionescu est professeur à l’Université « Al.I. Cuza » de Iasi (Roumanie) et à l’Université Jean Monnet de Saint-Etienne.  Depuis plusieurs années, elle joue un rôle de premier plan dans les relations entre la France et la Roumanie.  Ses ouvrages les plus récents portent sur Eminescu et Nerval : un intertexte possible (2008), L’enseignement du français langue étrangère (2007), Pour une sémiotique du narratif. Une lecture de Nerval (2007), sans citer les nombreux articles publiés en France, en Roumanie et ailleurs.

Marina Muresanu Ionescu est à l’origine de nombreuses initiatives en faveur de la francophonie en Roumanie : Séminaire d’Etudes Francophones, fondation d’une troupe de théâtre étudiant francophone, une série éditoriale « Espaces francophones »…  Les Journées de la Francophonie, ample manifestation culturelle et scientifique qu’elle a initié avec le Centre  Culturel Français de Iasi, en 1995 a déjà connu 14 éditions. L’ordre des Palmes Académiques de la République Française et le prix de la revue « Cronica » et du Centre culturel français de Iasi récompensent son engagement pour la promotion de la francophonie.

Depuis son séjour en tant que lectrice de langue et civilisation roumaine à l’Université d’Angers en 1992-1994, Marina Muresanu Ionescu est restée attachée à l’Anjou et à la sensibilité que les Angevins manifestent pour la Roumanie.

Entrée libre, ouverte à tous.

Contact

Président de l’association Amis- CLER : Emmanuel Bioteau (emmanuel.bioteau@univ-angers.fr)

Membre du bureau de l’association: Cristiana Oghina-Pavie (cristiana.pavie@univ-angers.fr), Samuel Delepine (samuel.delepine@univ-angers.fr)