Archives par mot-clé : genre

Actualité de la recherche – Séminaire Paris-7 « Famille, parenté, genre »

Vous trouverez ci-joint le programme du séminaire de D. Lett, à Paris-7, dans lequel quelques séances seront consacrées aux thématiques du groupe de travail, pour les périodes médiévales  et modernes.

Séminaire de Doctorat et Master 2, 2013-2014 – Histoire médiévale, Paris-Diderot (Paris 7) – Salle 104, Bâtiment Olympe de Gouges (M° Bibliothèque François-Mitterrand)

Lundi de 16 h à 18 h 

Didier LETT

Famille, parenté et genre au Moyen Âge

(XIIe-XVe siècles)

 

En s’appuyant sur les diverses sources de la fin de l’époque médiévale (hagiographie, procès, actes notariés, statuts communaux, chroniques, iconographie, etc..), essentiellement en France, Italie et Angleterre (mais pas exclusivement), ce séminaire propose d’étudier la famille, la parenté et le genre en intégrant pleinement les apports de la micro-histoire et de la sociohistoire, en s’intéressant aux acteurs et aux actrices familiaux et à la parenté pratique. Les thèmes qui seront abordés en 2013-2014, en relation étroite avec les sujets des étudiants de Master 2 et des Doctorants et de l’actualité de la recherche seront, entre autres, l’enfance et la jeunesse, l’illégitimité, les rapports de sexe à l’intérieur de la famille et au travail et le célibat.

Séance 1 : 30 septembre : Didier Lett, « Les enfants au Moyen Âge : bilan historiographique et nouvelles problématiques ».

Séance 2 : 14 octobre : Isabelle Robin (Paris IV), « Les enfants à l’Epoque moderne : bilan historiographique et nouvelles problématiques ».

Séance 3 : 28 octobre : Marie-Lise Fieyre (Doctorante, Paris 7), « Les enfants illégitimes : bilan historiographique et nouvelles problématiques ».

Séance 4 : 18 novembre : Sylvie Steinberg (Rouen), « Les bâtards. Filiation et descendance, XVIe-XVIIe siècle »

Séance 5 : 2 décembre (séance commune avec le séminaire transpériode sur le genre de l’Université de Paris 1, Salle Perroy, de 9 h à 11 h) : Didier Lett, « Masculin, féminin au Moyen Âge, XIIe-XVe siècle ».

Séance 6 : 16 décembre : Didier Lett « Paternité et masculinité : quelques pistes de réflexion ».

Séance 7 : 20 janvier : Didier Lett, « Les jeunes dans les statuts communaux des Marches à la fin du Moyen Âge ».

Séance 8 : 3 février : Manuela Martini (Paris 7), « Genre, famille et travail au XIXe siècle ».

Séance 9 : 3 mars : Antoni Furio (Université de Valence, Esp.) : « L’entreprise familiale dans les villages valenciens à la fin du Moyen Âge ».

Séance 10 : 17 mars : Sharon Farmer (Université de Santa-Barbara, E. U) : « Le travail des femmes dans l’industrie de la soie à Paris à la fin du Moyen Âge ».

Séances 11 : 31 mars : Lucie Laumonier (Docteure, Montpellier 3), « Genre et célibat à Montpellier à la fin du Moyen du Moyen Âge ».

Séance 12 : 28 avril : Didier Lett, «  Construire une histoire sociale à partir des sources judiciaires des Marches à la fin du Moyen Âge ».

Journée d’études « Quand le corps dit le genre »

Confusion des genres I Carine Parola
Confusion des genres I, Carine Parola
Confusion des genres II, Carine Parola
Confusion des genres II, Carine Parola

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Après une journée en 2012 consacrée à l’étude de l’expression verbale du genre, le Groupe interdisciplinaire d’études sur le genre de l’Université d’Angers (SFR Confluences) organise une nouvelle journée d’étude dédiée à l’expression non-verbale du genre:

 « Quand le corps dit le genre »
Mercredi 13 mars 2013 – 10h-17h

 Programme:

10h30-10h45. Christine Bard. Professeure d’histoire contemporaine, CERHIO UMR CNRS 6258 – Université d’Angers.
Introduction à la journée.
10h45-11h15. Michel Nassiet. Professeur d’histoire moderne, CERHIO UMR CNRS 6258 – Université d’Angers.
Sexualité et pouvoir au XVIe siècle.
11h15-11h45. Elizabeth Claire. Chargée de recherche en histoire, CNRS – EHESS/CRH.
Le geste de l’intimité : la culture genrée du bal à l’aube du XIXe siècle.
11h45-12h15. Emmanuel Jaurand. Professeur de géographie, UMR ESO, UMR CNRS 6590, Rennes.
L’effet « dégenrant » et désexualisant du nudisme : une utopie à l’épreuve des territoires.
12h15-12h30. Débat.

12h30-14h. Déjeuner.

14h-14h30. Pauline Boivineau. Doctorante en histoire contemporaine, CERHIO UMR CNRS 6258 – Université d’Angers.
Anne-Marie Reynaud : une femme et une chorégraphe engagée. Du « Four Solaire » au CND.

14h30-15h. Floris Taton. Doctorante en histoire contemporaine, CERHIO UMR CNRS 6258 – Université d’Angers.
Interroger le genre par le biais du travestissement, une approche proposée par les artistes féministes de la performance.

15h. Pause.
15h15-15h45.
Rachele Borghi. Post-doctorante en géographie à l’Université Rennes 2.
Le post porno et l’usage du corps a-genre comme outil de lutte politique et féministe.

15h45-16h15. Carine Parola. Photographe.
Le corps photographié comme reflet du discours sur les valeurs sociales et l’évolution des mœurs.

16h15-17h. Débat et Conclusion.


Amphi G. Tillion, MSH Confluences
5bis bd Lavoisier, Angers
Entrée libre et gratuite

Groupe genre: programme des activités 2012-2013

Toutes ces activités ont lieu à la Maison des sciences humaines Confluences de l’Université d’Angers.

Séminaire : de 12h à 14h, salle Frida Kahlo
16 octobre 2012  : Manuella Roupnel (sociologue, MCF à l’IUT Carrières sociales d’Angers-Cholet), Les chômeuses de Moulinex
13 novembre 2012 : Erika Flahault (sociologue, ESO, MCF à l’Université du Maine), Associations féministes et genre : une relation ambivalente
4 décembre 2012 : Emmanuel Gratton (sociologue clinicien, MCF département de Psychologie, Université d’Angers), Injures sexistes et homophobes
22 janvier 2013 : exceptionnellement de 18h à 20h, avec le Cycle « Migrations » de Confluences Nasima Moujoud (anthropologue, LAHRA UMR 5190, MCF à l’IUT Carrières sociales, Université Pierre Mendes France Grenoble 2) : Ce que les femmes seules nous apprennent sur la migration
12 février 2013 : Les femmes politiques en Maine-et-Loire, avec Corinne Bouchoux, sénatrice du Maine-et-Loire, et des femmes maires du département, animée par Fanny Bugnon (Dr en Histoire, CERHIO) et Dalila Morsly (PU émérite, Linguistique, Université d’Angers)
9 avril 2013 : Georges Vigarello (DR à l’EHESS, Histoire), Histoire de la virilité
7 mai 2013 : Frédérique Le Nan (Langue et littérature du Moyen Âge, CERIEC, MCF HDR à l’Université d’Angers), Comment faire trace ou le silence des femmes dans la lyrique occitane

Journées d’études : amphi Germaine Tillion
5 décembre 2012 : journée d’études doctorales de l’école doctorale SCE (Christine Bard, PU, Histoire, CERHIO et Michele Ryan-Sautour, MCF Anglais, CRILA) : Nouvelles recherches sur le genre
13 mars 2013 : Journée d’études organisée par Christine Bard, Pauline Boivineau (doctorante, Histoire, CERHIO), Emmanuel Jaurand, (PU Géographie, ESO), Floris Taton, (doctorante allocataire, Histoire, CERHIO) : Quand le corps dit le genre

 

Ce séminaire s’intègre également dans une programmation plus vaste sur les trois sites universitaires de la Région: Angers, Le Mans et Nantes.
Cliquez ici pour consulter le programme complet.

Les mots pour dire le genre: journée d’étude

Première journée d’étude organisée par le Groupe genre de l’université d’Angers

Mercredi 6 juin 2012, de 10h à 17h

Le discours est un outil remarquable de la fabrique sociale du genre. Derrière une apparente évidence et neutralité, la langue, la mise en mots, la nomination et le récit de soi participent d’une catégorisation qui révèle généralement la domination du masculin. Judith Butler a mis en évidence l’effet performatif du discours, qui non seulement traduit mais construit une hiérarchie aussi forte que subtile de l’ordre social genré. En étudiant les différences entre langues (français, espagnol, anglais, arabe), cette règle semble immuable, mais s’applique avec des nuances liées à l’histoire, aux sociétés et aux cultures des pays. De fait, on ne peut que souligner l’intérêt potentiel d’une critique et d’une transformation de la langue, à dessein de révéler voire de contester la hiérarchie du masculin et du féminin.
Les interventions de la journée d’étude développeront des exemples pris dans l’écriture littéraire comme dans la pratique courante contemporaine. Il convient toutefois d’ajouter que le discours sur lequel porte notre intérêt n’est qu’un des vecteurs de la construction du genre, qu’il convient de replacer dans un univers codé plus vaste, avec le langage du corps si évident au théâtre en particulier.

Télécharger le programme

Entrée libre et gratuite
Amphithéâtre Germaine Tillion, Maison des sciences humaines

Groupe genre: résumé de la réunion du 16 janvier 2012

Le groupe genre de l’université d’Angers a réuni 17 collègues chercheur.e.s le 16 janvier dernier. Voici un court résumé des échanges :

Outil de publication
Le site Musea, en ligne depuis 2004, est aujourd’hui obsolète dans sa forme et dans ses outils : fenêtre trop petite, contenu des expositions sous flash et donc difficile à référencer dans les moteurs de recherche, concept de musée virtuel à faire évoluer.
Il s’agirait donc de profiter d’une nécessaire rénovation de Musea pour transformer le site en un espace de publication original et innovant, piloté par le groupe genre : Musea Nova, revue hypermédia (texte, image, son, vidéo).
La faisabilité du projet est actuellement à l’étude.

JE « Les mots pour dire le genre » – 6 juin 2012
La variété des domaines de recherche envisagés reflète la diversité des personnes présentes :
fictions, espaces publics, sources normatives médiévales, médias, linguistique, poésie, langage cinématographique, statistique textuelle, rapports psychiatriques, danse, graffiti, musique, corps…

Face à cette abondance thématique et pour déterminer un périmètre à la journée d’études le groupe décide de limiter les domaines étudiés le 6 juin au mot en tant qu’expression du genre à travers le langage verbal : écriture, lexique, discours, linguistique… Une autre journée pourra plus spécifiquement se consacrer aux langages non verbaux (corps, musique, danse) et aux signes et symboles exprimant le genre.

Nom du groupe
Faute d’inspiration la proposition d’utiliser « 2GUA – Groupe Genre de l’Université d’Angers » comme nom provisoire est adoptée. Acronyme, nom propre symbolique, nom(s) commun(s) : tout est possible.
Vous pouvez utiliser les commentaires pour faire vos propositions !

La prochaine réunion du groupe est prévue le mercredi 15 février à 16h, à la Maison des sciences humaines.

Journée d’étude – La plage: corps et territorialités

L’Université d’Angers, l’UMR 6590 Espaces et Sociétés et l’UFR Ingénierie du Tourisme du Bâtiment et des Services organisent, en partenariat avec Confluences, une journée d’étude consacrée à:

La plage : corps et territorialités

Le mardi 20 mars 2012
Campus de Saint-Serge, UFR ITBS, Amphi ESTHUA
9h30 – 16h30

Alors que la plage est devenue un lieu touristique emblématique, elle a pu susciter ironie et condescendance chez des scientifiques, voire chez certains auteurs de guides touristiques, condensées dans la formule du « bronzer idiot » et de la « foule grégaire ». Derrière cette disqualification et l’assimilation de la plage à l’espace d’une anomie, pointent les représentations sociales dominantes voire la paresse intellectuelle. Ce n’est qu’à la fin des années 1980, avec le « tournant culturel » et les travaux d’Alain Corbin (1988), suivis de ceux de Jean-Didier Urbain (1994), que la plage devient un objet dans le champ des sciences sociales. De fait, la reconnaissance de l’intérêt scientifique d’un « territoire du vide » de plus en plus fréquenté, investi de sens et révélateur de cultures, montre ainsi un retard de plus de deux à trois siècles par rapport à son « invention » comme théâtre social par les élites européennes. En géographie, la plage a d’abord été abordée en tant qu’objet biophysique, élément d’une géodynamique des littoraux, et tardivement en tant qu’espace des sociétés. Dans la géographie française, le numéro 67 de la revue Géographie et Cultures, « La plage : un territoire atypique » (2008) fait figure d’intéressante exception.
Espace construit, approprié et révélateur des représentations des groupes sociaux et des individus, la plage constitue un vrai laboratoire pour aborder les relations entre territorialités et corporéités. Médium assurant la relation entre l’individu d’une part, l’espace et les autres d’autre part (Duncan, 1996), le corps détermine l’expérience géographique de chacun. Son apparence et sa posture sont révélatrices des manières de vivre d’un individu et de sa façon de se placer dans le jeu social (Ory, 2008). Au-delà, le corps est un marqueur de l’appropriation de l’espace et un vecteur d’affirmation d’une identité aussi bien sociale, qu’ethnique ou de genre. Les interventions de la journée, faites par un historien et quatre géographes, développeront le rôle du corps dans l’émergence de la plage comme territoire touristique et dans la construction d’identités dans divers contextes spatiaux et culturels.
– CORBIN, Alain, 1988, Le territoire du vide. L’Occident et le désir du rivage 1750-1840, Flammarion.
– DUNCAN, Nancy (dir.), 1996, Bodyspace. Destabilizing geographies of gender and sexuality, Routledge.
– LAGEISTE, Jérôme et RIEUCAU, Jean, 2008, « La plage, un territoire atypique », Géographie et Cultures, 67.
– ORY, Pascal, 2008, L’invention du bronzage, Editions Complexe.
– URBAIN, Jean-Didier, 1994, Sur la plage, Payot.

 

Télécharger le programme complet

Contacts:
vincent.coeffe(arobase)univ-angers.fr
emmanuel.jaurand(arobase)univ-angers.fr
benjamin.taunay(arobase)univ-angers.fr

 

Création d’un groupe d’études sur le genre

La thématique du genre traverse toutes les disciplines de l’UFR Lettres, langues et sciences humaines ; elle recèle un fort potentiel de recherches au sein de la composante et même au-delà. Il est aujourd’hui nécessaire de conforter, renouveler et valoriser ces études en les intégrant de manière plus visible aux recherches menées à l’Université d’Angers. L’Université, en adhérant à l’Institut du genre (GIS CNRS), encourage cette thématique en LLSHS.

Pour toutes ces raisons, et en s’appuyant sur la dimension pluridisciplinaire des activités sur le genre conduites à l’UA depuis les quinze dernières années, la MSH-Confluences lance la création d’un groupe d’études sur le genre. La première réunion du groupe a eu lieu le 6 décembre 2011 ; il est ouvert aux collègues et aux doctorant.e.s de toutes les composantes intéressés et/ou travaillant déjà sur ce thème.

Pour tester une première thématique de recherche et lancer les activités du groupe une journée d’étude va être organisée sur le thème « Les mots pour le dire (le genre) », mot étant ici synonyme de mode d’expression, de signe, pour couvrir tous les domaines disciplinaires permettant de mettre en lumière l’accès à l’expression du genre : à travers le langage, les vêtements, l’appropriation de l’espace… La date retenue est le mercredi 6 juin 2012.

Une prochaine réunion du groupe est prévue le lundi 16 janvier à 16h.
Cette réunion est ouverte à toutes celles et ceux qui souhaitent s’investir dans ce groupe d’études.

Pour plus de renseignements, contacter Christine Bard (christine.bard@univ-angers.fr)