Archives par mot-clé : histoire

Filiation illégitime et bâtardise – Lundi 21 janvier 2013 – Première journée d’étude – Université d’Angers

Filiation illégitime et bâtardise dans les sociétés médiévale et moderne

Première journée d’étude
Des documents aux problématiques

Lundi 21 janvier 2013
Maison des Sciences Humaines
Salle Frida Kahlo
5bis Bd Lavoisier 49045 Angers

 

En prenant comme observatoire la question de la filiation, réalité sociale mais aussi lien de droit entre des parents et un enfant, on est amené à questionner des relations juridiques fondamentales et des rapports de force complexes au sein de la famille et de la société. Dans le cadre du projet de recherche consacré à la filiation illégitime et à la bâtardise dans les sociétés médiévale et moderne coordonné par C. Avignon, trois rencontres scientifiques sont programmées sur l’année 2013 pour étudier les enjeux normatifs de l’illégitimité, les incidences sociales de la bâtardise, ainsi que la diversité des représentations du bâtard, entre rejet et intégration. La pluridisciplinarité du groupe de travail constitué permet d’assurer la diversification des observatoires documentaires et problématiques. L’étude sur le temps long, et l’approche comparée à l’échelle européenne qui sera privilégiée pour le colloque international d’octobre 2013, visent à mieux appréhender les spécificités des discours normatifs, des pratiques sociales et des représentations propres à chacun des espaces politiques et chacune des époques considérées, mais aussi à mieux apprécier l’incidence des variables juridictionnelles, politiques, sociales, religieuses et culturelles sur les statuts légaux et sociaux du « bâtard ».
Pour la journée d’étude du 21 janvier 2013, que complètera ensuite celle du 10 juin 2013, il a été proposé à des historiens, des historiens du droit et des spécialistes de littérature et de civilisation françaises et étrangères d’engager une réflexion méthodologique préliminaire, une lecture critique des sources disponibles ainsi qu’une analyse des problématiques les plus pertinentes pour aborder les questions relatives à cette filiation naturelle conçue comme illégitime.
La compréhension des formes, des enjeux et des limites d’une macule de bâtardise qui ne se conçoit, ne se justifie, ne s’énonce, ni ne se résout pareillement en toute circonstance est au coeur des préoccupations du groupe de recherche. Il s’agira donc autant que possible de préciser les manifestations (réglementaires, discursives, lexicales) de cet écart à la norme, de mieux apprécier la diversité des discours, des représentations et de la place assignée et/ou réellement vécue par les enfants nés en dehors d’un légitime mariage, afin de préciser les contours de la parenté vécue, de mieux penser les questions d’ordre et de désordre au sein des familles et de la société du Moyen Âge à l’époque moderne.

Programme

8h45 Accueil des participants
9h Introduction, CAROLE AVIGNON, Université d’Angers

Filiation naturelle, filiation illégitime :
Approches réglementaires et normatives
Président de séance : JOËL HAUTEBERT
9h30-10h15 EMMANUELLE SANTINELLI, Université de Valenciennes
« Enfants nés in ou ex legitimo matrimonio : quelles différences au haut Moyen Âge ? »
10h15–11h MARTA PEGUERA-POCH, Université de Nancy
« La place du bâtard et des questions de filiation dans la coutume (période moderne) »
11h–11h45 DIDIER BOISSON, Université d’Angers
« Bâtardise et confession religieuse. L’exemple des réformés français au XVIIIe siècle (1685-1787) »

Famille et Société à l’épreuve de la bâtardise
Président de séance : JEAN-MICHEL MATZ
14h–14h45 FRÉDÉRIC CHAUMOT, Université d’Angers
« La bâtardise au travers des comptabilités hospitalières en Anjou – Maine à la fin du Moyen Âge »
14h45–15h30 LUCIE LAUMONIER, Université de Sherbrooke et Montpellier-3
« Bâtards et enfants naturels. Autour du rôle et de la place des enfants illégitimes dans les familles montpelliéraines de la fin du Moyen Âge »

Identités et représentations
Présidente de séance : ELISABETH PINTO-MATHIEU
15h45–16h30 LAURENT HABLOT, Université de Poitiers
« L’héraldique des bâtards, lecture comparée des armes de Jean et Guy de Bourbon, bâtards de Louis Ier (1334) »
16h30–17h15 Maria – DOLORES CHEVALLIER, Université d’Angers
« La bâtardise dans quelques textes littéraires espagnols (du Moyen Âge au XXe siècle)»
17h15–18h JEAN-FRANÇOIS BIANCO, Université d’Angers
« L’enfant naturel dans l’oeuvre de Diderot : réalité et fictions »
———————————————————————————————–
ENTRÉE LIBRE – Inscription obligatoire avant le 15 janvier 2013
Contact : giliane.thibault@univ-angers.fr
Nom, Prénom : …………………………………………………………………………
Courriel : ………………………………………………………………………………….………………..……………
Université d’appartenance : ………………………….………………………………………………
Autre : ……………………………………………………………………….………………………………….

Mardis de Confluences 2012-2013: les saisons des migrations

Les saisons des migrations [1]

La question des migrations, en ces temps de mondialisation conflictuelle, reste, plus que jamais un sujet d’étude important pour l’ensemble des sciences sociales et humaines. « C’est que les migrations sont un phénomène social total » (Liauzu, 1996) [2] .
Gildas Simon (1998)  rappelle cette forte contradiction qui apparaît entre « la libération des images, de l’information, des échanges, et le renforcement du protectionnisme sur le plan migratoire au Nord, comme d’ailleurs au Sud » [3]. Et pourtant, les hommes et les femmes n’ont jamais été autant mobiles que ce dernier siècle, inscrivant leurs déplacements dans une société en mouvement.
C’est pourquoi la réflexion proposée dans ce séminaire se veut résolument pluridisciplinaire et sera conduite par des  anthropologues, des sociologues, des géographes, des historiens, des sociolinguistes, des économistes et des artistes. Les interventions, par ailleurs, concerneront plus particulièrement telle ou telle composante  sociale des populations migrantes. Il s’agit de penser et de comprendre comment, pourquoi, selon quelles modalités, la dynamique de la pluralité (Liauzu) qui accompagne nécessairement tous les phénomènes migratoires reste problématique.
Les migrations internationales et, la mondialisation, la féminisation, le développement, les nouvelles technologies, les pratiques langagières, la jeunesse (etc…) seront certaines des thématiques que nous aborderons lors de ce cycle de conférences.
Un mardi par mois, des chercheurs viendront traiter une question précise, et parfois ils seront accompagnés également d’artistes, de réalisateurs, de membres de la société civile travaillant sur la thématique abordée.

Programmation et coordination:
Chadia Arab, géographe, chargée de recherche au CNRS, UMR ESO-Angers – Espaces et sociétés (6590)
Dalila Morsly, sociolinguiste, professeure émérite de l’université d’Angers

Références:
[1] Le titre du séminaire nous est inspiré du roman de Tayeb Salih, Saison de la migration vers le Nord, 1966
[2] LIAUZU, Claude, 1996, Histoire des migrations en Méditerranée occidentale, Paris, Éditions Complexe.
[3]  SIMON, Gildas, 1998, La planétarisation des migrations internationales. In La planète « nomade ». Les mobilités géographiques d’aujourd’hui. Festival International de Géographie de Saint Diez, Belin, pp.59-76

 

Programme complet (également téléchargeable ici)

Mardi 23 Octobre 2012, 18h – 20h : Migration et développement au Mali
Patrick GONIN, Professeur de géographie, Université de Poitiers,
Hamedy DIARRA, Président du Haut Conseil des Maliens de France et Vice-président du FORIM (Forum des Organisations de Solidarité Internationales Issues des Migrations)

Mardi 6 novembre 2012, 18h-20h : Migration et écriture ; critique et création en littérature
Christiane CHAULET-ACHOUR, Professeure de littérature, Université de Cergy-Pontoise.

Mardi 18 décembre 2012, 18h-20h, Histoire longue et migrations actuelles en Europe : les cas suédois et néerlandais (XVI-XXIème siècle)
Gildas SIMON, Professeur émérite en géographie, Université de Poitiers.
Débat animé par Christian Pihet, Professeur de géographie, Université d’Angers.

Mardi 22 janvier 2013, 18h-20h : Ce que les femmes seules nous apprennent sur la migration
Nassima MOUJOUD, Maîtresse de conférences en anthropologie, Université de Grenoble.
(en partenariat avec le Groupe Genre de l’Université d’Angers)

Jeudi 14 février 2013, 18h-20h : Jeunesse et origines : ethnicité et rapports sociaux
Mohamed MARWAN, Sociologue, chargé de recherche au CNRS à l’ENS à Paris.

Mardi 12 mars 2013, 18h-20h : Projection : C’est comme ça. Histoire d’Angevins venus d’ailleurs (1960-1980), documentaire réalisé par Julien Aouidad et l’Association Histoire et Mémoire de l’Immigration en Anjou.
Débat animé par Yves Denéchère, Professeur d’Histoire, Université d’Angers.

Mardi 16 avril 2013, 18h-20h : Des filles de parole. Discours et pratiques de descendantes de migrants
Patricia LAMBERT, Maîtresse de conférences en sciences du langage, CNRS, Université de Lyon 2.

Mardi 14 mai 2013, 18h-20h : Roms et migrations
Martin OLIVERA, anthropologue, Université Paris X.
Débat animé par Samuel Delépine, Maître de conférences en géographie, Université d’Angers.

Mardi 4 juin 2013, 18h-20h : Projection : Mouss et Hakim, origines contrôlées
Débat avec la réalisatrice, Samia CHALA.

 

Colloque Figures de l’Utopie, hier et aujourd’hui

Plan de la cité de Palmanova, gravure peinteDans le langage courant actuel, « utopique » veut dire impossible, une utopie étant une construction de l’Imaginaire. Ainsi historiens et créateurs nous décrivent l’utopie comme un système clos visant à codifier a priori des formes instituées pour la vie sociale, culturelle, éducative. L’épanouissement du genre utopique correspond à une période où l’on pense que les hommes et femmes devraient construire autrement leurs formes d’organisation politique et sociale, que d’autres modes de vie, d’autres mondes sont possibles.
Y aurait-il aujourd’hui une fin des utopies (vs. Uchronies) ? Les formes historiques de l’Utopie éclairent-elles notre présent ? Y a-t-il une fin de l’histoire, quand, dans la confusion actuelle, fait rage le combat entre les prophètes du déclin et ceux du renouveau religieux ? Nous plaçons-nous dans un renouveau des perspectives cycliques? Notre actualité participe-t-elle d’une régression généralisée ou peut-elle contribuer au contraire à projeter vers l’avenir de nouveaux modèles alternatifs de société ou de contre-société (Nouvel Age, altermondialisme) quand se réinvente et s’actualise le concept de Citoyen du Monde ? Comme  l’idéologie, elle pose la question des « références ultimes », références à la fois d’ordre social et culturel pour qu’utopie, idéologie et culture fassent système, entre Utopies fermées et utopies ouvertes.

D’où le projet de ce colloque visant à mettre en évidence et exposer dans notre société mondialisée, diverses formes émergentes d’Utopies susceptibles d’ouvrir la voie à l’expression des significations imaginaires culturelles et sociales et à nos modalités d’être ensemble (utopies concrètes), quand elles visent à les questionner si ce n’est à les renouveler.

Le choix des organisateurs est d’étudier dans l’Histoire et le temps présent les créateurs et acteurs des Utopies, particulièrement dans les domaines français et américains.

Direction du colloque: Christine Bard et Lauric Guillaud pour l’Université d’Angers, Georges Bertin pour le Cnam Pays de la Loire.

Jeudi 27 et vendredi 28 septembre 2012
Faculté des lettres, langues et sciences humaines
Maison des sciences humaines
Inscription obligatoire, gratuite pour les étudiants, doctorants et membres des laboratoires partenaires

Télécharger le programme du colloque et le bulletin d’inscription

Présentation du projet Filiation illégitime et bâtardise dans les sociétés médiévale et moderne: histoire, droit, lettres

Carole Avignon (MCF Histoire du Moyen Age, CERHIO-Angers, UMR 6258) coordonne un projet de recherche sur la filiation illégitime et la bâtardise dans les sociétés médiévale et moderne. Ce projet, soutenu par le conseil scientifique de l’Université d’Angers, s’inscrit dans les axes de recherche du projet quinquennal 2012-2016 de l’UMR 6258-CERHIO qui regroupe dans l’axe 2 : fonctionnement et représentations des sociétés : justices et norme ; enfance et parenté ; histoire du genre. Ce projet rejoint également les problématiques de la SFR Confluences : axe 1 : Écritures et cultures ; axe 2 : Changement social / Genre.

En prenant comme observatoire la question de la filiation, réalité sociale mais aussi lien de droit entre des parents et un enfant, on est amené à questionner des relations juridiques fondamentales au sein de la famille (hériter et transmettre), mais aussi des rapports de force complexes au sein de la société (par la détermination des compétences législatives et juridictionnelles en matière de filiation, conjointes au mariage ; par la place assignée aux illégitimes dans la société, mais aussi aux légitimés, qui ne jouissent pas toujours des mêmes opportunités que les légitimes). Ces questions sont affaire de nuances. La « macule de bâtardise » (dont on se demandera pour qui elle est pertinente) se conçoit-elle, se justifie-t-elle, s’énonce-t-elle, se manifeste-t-elle, se compense-t-elle ou se résout-elle de la même façon en toute circonstance? Les conditions juridiques du bâtard sont coutumières au Moyen âge ; elles sont donc loin d’être uniformes et des considérations sociales peuvent rendre inopérants les principes du droit. En outre, l’exclusion des enfants illégitimes n’est ni homogène, ni totale, ni rédhibitoire (droits aux aliments ; incidences de la renaissance du testament etc.) C’est le constat de cette complexité, de cette pluralité de déclinaisons de l’écart à la norme (ou aux normes réglementaires selon qu’il s’agit de celle du législateur, ecclésiastique ou séculier, du pasteur, du docteur, du juge etc.) qui motive le présent projet de recherche sur les représentations de l’illégitimité dans les sociétés médiévale et moderne, dans une approche pluridisciplinaire.

Enluminure d'enfant au berceau, 1402
Enfant au berceau 1402, Vocabularius breviloquus Johannes Reuchlin - BM Troyes inc. 080-f. 000a- copy IRHT-CNRS
D’octobre 2011 à juin 2012 ont eu lieu des réunions de travail internes au groupe de chercheurs et d’enseignants chercheurs  du CERHIO-Angers, du CERIEC, du 3LAM et du Centre Jean Bodin impliqués dans le projet. Pour l’année 2013 sont programmées trois rencontres scientifiques (janvier, juin et octobre 2013) qui permettront d’accueillir des collègues français et étrangers (historiens, juristes et spécialistes de littérature française et européenne). De jeunes chercheurs (doctorants ou jeunes docteurs) de plusieurs universités françaises et étrangères seront également invités à présenter leurs recherches spécialement consacrées à la question de la bâtardise, de la filiation naturelle ou de l’illégitimité. Des étudiants en master recherche en histoire ou en littérature de l’université d’Angers, mais aussi en histoire du droit des universités d’Angers, de Rennes ou de Nantes, pourront être orientés vers des sujets ayant trait à ces questions. Un atelier de travail leur sera dédié au cours de l’année universitaire 2012-2013. Une publication synthétique sera mise en œuvre à l’issue de l’année 2013.

Les rencontres scientifiques dans leur ensemble doivent permettre de préciser un état de la question dans les différents champs disciplinaires mobilisés, de préciser la méthodologie et les corpus documentaires à privilégier afin d’étudier la place de la thématique et du lexique de l’écart à la norme en matière de filiation dans différents corpus réglementaires, de questionner la pertinence de l’étude de la bâtardise comme observatoire de la parenté vécue, de repérer les différents marqueurs identitaires de la bâtardise, entre exclusion et assimilation dans les sociétés médiévale et moderne, ou d’étudier l’utilité littéraire de la figure du bâtard et de la thématique de l’illégitimité dans différents genres littéraires du Moyen âge au XVIIIe siècle. Ces premiers axes de réflexion ciblant la filiation entre normes (réglementaires et sociales) et déviances, l’histoire sociale de la famille et de la parenté, ou la question de l’ordre, du désordre, de la régulation au sein des familles et de la société doivent permettre de mieux apprécier la diversité des discours, des représentations et de la place assignée et/ ou réellement vécue par les enfants nés en dehors d’un légitime mariage.
À partir d’une première approche typologique des descendances hors mariage dont on questionnera l’écart à la norme en soi (selon que l’enfant naturel est né d’un inceste, d’un rapt, d’un viol, d’un adultère, d’une fornication simple, d’un concubinage, d’un mariage clandestin (que le couple, ou la femme séduite n’aurait pas réussi à prouver en justice), d’un mariage interconfessionnel devenu illicite etc.), on étudiera le vocabulaire  de l’illégitimité de cette filiation, les formes de représentations du bâtard (victime de la réputation viciée de sa mère ? victime de l’infériorité de son statut social, même dans la noblesse ?). Devront être pris en compte les différents moments de la vie sociale durant lesquels ces questions d’identification ou de fama peuvent être posées : naissance (abandons ou infanticides, modalités d’intégration dans un groupe domestique : droits au aliments); baptême et insertion dans l’ecclesia ; mariage ; entrée dans les ordres ; héritage ; action en justice etc. La différence des sexes devra être ici moins démontrée que décrite, d’un groupe social à l’autre, tout en posant la question de l’incidence d’un possible filtre documentaire. Pour proposer une étude pertinente de la filiation naturelle pensée comme illégitime, il sera donc nécessaire de faire varier un certain nombre de référents (chronologiques ; juridictionnels ; sociaux : roture/noblesse/genre ; etc.), en tenant compte des différents rapports de force ou équilibres entre morale chrétienne, droit canonique, droit coutumier, doctrine, jurisprudence en jeu selon les époques ou les espaces concernés. L’étude sur le temps long doit permettre de mieux appréhender apprécier l’incidence des variables juridictionnelles, politiques, sociales, confessionnelles et culturelles sur les représentations du « bâtard », et sur la place de l’enfant illégitime du XIIe au XVIIIe siècle. Une comparaison à l’échelle européenne s’imposera aussi (Pays Bas, Espagne, Italie, Angleterre, Empire etc.) pour mieux apprécier l’incidence éventuelle des tensions ou conflits de compétence entre Église et État en matière de droit de la famille mais aussi les dynamiques propres à chacun de ces espaces politiques.

Carole Avignon
2 juillet 2012

Les mots pour dire le genre: journée d’étude

Première journée d’étude organisée par le Groupe genre de l’université d’Angers

Mercredi 6 juin 2012, de 10h à 17h

Le discours est un outil remarquable de la fabrique sociale du genre. Derrière une apparente évidence et neutralité, la langue, la mise en mots, la nomination et le récit de soi participent d’une catégorisation qui révèle généralement la domination du masculin. Judith Butler a mis en évidence l’effet performatif du discours, qui non seulement traduit mais construit une hiérarchie aussi forte que subtile de l’ordre social genré. En étudiant les différences entre langues (français, espagnol, anglais, arabe), cette règle semble immuable, mais s’applique avec des nuances liées à l’histoire, aux sociétés et aux cultures des pays. De fait, on ne peut que souligner l’intérêt potentiel d’une critique et d’une transformation de la langue, à dessein de révéler voire de contester la hiérarchie du masculin et du féminin.
Les interventions de la journée d’étude développeront des exemples pris dans l’écriture littéraire comme dans la pratique courante contemporaine. Il convient toutefois d’ajouter que le discours sur lequel porte notre intérêt n’est qu’un des vecteurs de la construction du genre, qu’il convient de replacer dans un univers codé plus vaste, avec le langage du corps si évident au théâtre en particulier.

Télécharger le programme

Entrée libre et gratuite
Amphithéâtre Germaine Tillion, Maison des sciences humaines

Archives du féminisme: histoire et mémoire des féminismes

L’association Archives du féminisme organise le 24 mars 2012 à la MSH Confluences une journée d’études intitulée « Histoire et mémoire des féminismes ».

L’association, qui vise à sauvegarder, faire connaître et valoriser les fonds d’archives féministes, travaille en étroite collaboration avec le Centre des archives du féminisme à la Bibliothèque Universitaire d’Angers. Elle est liée par convention à l’Université d’Angers depuis 2011 et elle est soutenue par la région Pays de la Loire, la délégation régionale aux droits des femmes et à l’égalité, et par le laboratoire d’histoire CERHIO (UMR CNRS 6258) de la faculté des lettres, langues et sciences humaines de l’Université d’Angers.
« Archives du féminisme » est également le titre d’une collection éditée par les Presses universitaires de Rennes.

Découvrez les activités de l’association sur leur site.

Le programme détaillé de la journée.

 

Samedi 24 mars
9h30 – 17h30
Maison des sciences humaines Confluences
Amphithéâtre Germaine Tillion
5bis bd Lavoisier, Angers

Entrée libre et ouverte à toutes et tous