Conférence des Mardis de Confluences “Ecologie(S) et Populisme(S)

Mardi 14 mai à 18h – Maison de la recherche Germaine Tillion – Entrée libre et gratuite


Bertrand Guest
Maître de Conférences en Littérature générale et comparée
Université d’Angers – 3L.AM (EA 4335)

La notion de populisme se charge peut-être encore plus de connotations problématiques (à commencer par la stigmatisation) lorsqu’elle est croisée avec celle d’écologie, autre concept passe-partout chargé de malentendus. S’il y a des populismes anti-écologiques (à commencer par le climatoscepticisme sous toutes ses formes), la thématique « écologique » est devenue incontournable au sein de toutes les sphères idéologiques, internes comme externes aux systèmes politiques établis (démocraties en tête). Mais que n’appelle-t-on pas par son nom ? Redéfinir ces deux mots l’un en regard de l’autre semble d’autant plus intéressant qu’il ne suffit pas, loin s’en faut, d’opposer une écologie sensément élitaire à un « peuple » soi-disant rétif aux questions d’environnement. Des écologies populaires aux carbofascismes en passant par l’écoblanchiment (greenwashing), la question écologique interroge de mille façons les mutations de la démocratie, et réciproquement. S’appuyant sur les travaux récents de l’écologie politique et culturelle mais, plus largement, au croisement des sciences humaines et de la littérature, d’Y. Citton à B. Latour, d’É. Chauvier à M. Macé, l’approche interdisciplinaire proposée pour décrire ce double nœud aura à cœur de croiser histoire des idées, histoire environnementale, analyse des discours et mémoire littéraire. L’enjeu étant d’espérer contribuer à démêler une grille complexe, d’émergence relativement neuve mais qui structure d’ores et déjà de plus en plus le champ politique des (é)lecteurs et (é)lectrices que nous sommes.

Xavier Metay, Cécile Chirat, Gilles Moret – militants du mouvement des Coquelicots


Le mouvement citoyen “Nous voulons des Coquelicots” lancé en septembre 2018 se développe de mois en mois en France. Des citoyens se retrouvent une fois par mois pour dire non aux pesticides de synthèse. Qu’est ce qui pousse des citoyens à s’engager dans ce combat ? Comment les associations de défense de l’environnement perçoivent ce type de mobilisation?

Lien audiovidéo vers la conférence :

https://univ-angers.cloud.panopto.eu/Panopto/Pages/Viewer.aspx?id=18f13c01-89b5-4c4b-84a1-aa4d00f9d4d6