Soutenance d’HDR de Chadia Arab “Les migrations marocaines au prisme d’une géographie intersectionnelle”, 10 décembre 2021

Soutenance d’HDR « Les migrations marocaines au prisme d’une géographie intersectionnelle. Entre dynamiques d’émancipation et processus de marginalisation. Espagne et Dubaï»
Soutenance d’HDR de Chadia Arab

Le vendredi 10 décembre a eu lieu la Soutenance de HDR (Habilitation à Diriger des Recherches) de Mme Chadia Arab, géographe et chercheuse au CNRS au laboratoire ESO (UMR 6590 Espaces, Sociétés et Territoires), dans les locaux de la Faculté de Droit, Economie et Gestion de l’Université d’Angers, à Angers. Pour l’occasion, étaient présents, en qualité de rapporteurs, Mohamed Charef, professeur de géographie à l’Université Ibn Zhor d’Agadir, Claire Hancock, professeure de géographie à l’Université Paris-Est,  et Olivier Pliez, Directeur de recherche au CNRS, UMR 5281. Le jury était composé de trois examinateurs : Marco MARTINELLO, Directeur de recherche FNRS, Université de Liège ; Adelina Miranda, professeure de sociologie à l’Université de Poitiers, UMR 7301, MIGRINTER ; Catherine Withol De Wenden, Directrice de recherche au CNRS, CERI Sciences PO. Il était présidé par Raymonde Séchet, professeure émérite de géographie à l’Université de Rennes, à l’UMR 6590 ESO. M. Christian Pihet, professeur émérite de géographie à Université d’Angers, UMR 6590 ESO y était également présent en tant que garant de cette HDR. A rejoint le jury, à titre d’invité et témoin, Driss El Yazami, en qualité de Président du Conseil de la Communauté Marocaine à l’Étranger, à Rabat.

Le sujet d’habilitation de la chercheuse invite à une analyse méthodologique poussée ainsi qu’à une longue réflexion intellectuelle. Le titre lui-même en donne un avant-goût théorique à la communauté scientifique : Les migrations marocaines au prisme d’une géographie intersectionnelle. Le sous-titre, à son tour,  donne la portée de  complexité de la question : Entre dynamiques d’émancipation et processus de marginalisation. L’approche  empirique porte sur deux enquêtes de terrain à Huelva dans le Sud de l’Espagne et Dubaï aux Émirats Arabes unis. Il faut revenir tout d’abord sur son parcours de recherche, d’engagement et de terrain pour mieux replacer le concept d’intersectionnalité au cœur du travail de la géographe. Il semble toujours difficile de dissocier l’itinéraire de recherche du parcours de vie du chercheur. Cela s’observe impeccablement bien dans le cas du récipiendaire Chadia Arab. 

Chadia Arab est née en France, à Angers, dans un quartier populaire, celui de la Roseraie, de parents marocains. À l’Université d’Angers elle obtient sa maîtrise avec la spécialité « géographie et aménagement du territoire ». Sa thèse sur la circulation migratoire des Ait Ayad en Europe (France, Espagne et Italie) est soutenue à l’Université de Poitiers en 2007. Elle est accueillie au Centre Jacques Berque en Sciences Humaines et Sociales de Rabat au Maroc entre 2002 et 2005. En 2009, elle obtient le concours du CNRS, devenant par la suite chercheuse au laboratoire ESO (Espaces et Sociétés) à l’Université d’Angers. Quelques travaux dans plusieurs revues scientifiques en pointe sur la géographie sociale permettent de retracer son évolution : avec Christelle Fifaten Hounsou, « « C’est comme ça. Histoires d’Angevins venus d’ailleurs de 1960 à 1980 » in Hommes & migrations,‎ 2014 ; avec Tarrius Alain « Arab Chadia, Dames de fraises, doigts de fée, les invisibles de la migration saisonnière marocaine en Espagne » in Revue européenne des migrations internationales,‎ 2019 ; « Chadia Arab : ses nouvelles recherches sur les Marocaines du Golfe » in Femmes du Maroc,‎ 1er avril 2020. Si les mouvements de migrations internationales s’imposent comme son objet de recherche fondamental, ses grilles de lecture oscillent au gré de ses enquêtes de terrain_ elle le désigne en termes d’empirisme et de posture d’« observatrice participante »_ , les écoles de pensée qui l’ont formé , mais aussi en fonction de l’engagement civil, sans compter l’héritage familial et culturel revendiqué. De fil en aiguille se  construit  un positionnement théorique d’une géographie intersectionnelle des migrations et d’une géographie décoloniale en construction. En un mot, la géographe se retrouve, peut-être malgré elle, à la confluence des points de vue.

Une telle confluence ne va pas de soi pour autant. Si les concepts de Gender Studies et postcolonial studies apportent à la chercheuse un nouvel éclairage sur les phénomènes migratoires, en ce qu’ils interviennent dans des frontières bâties et construites entre groupes sociaux et entre migrants et autochtones, elle reconnaît volontiers, et avec un solide recul qui convient à une situation de soutenance, que de tels concepts ont tardé à pénétrer les champs d’études géographiques par rapport aux champs d’études littéraires, historiques ou sociologiques. Loin de prétendre à une quelconque neutralité du chercheur, Chadia Arab n’en insiste pas moins sur une objectivité relative.

Soutenance d’HDR de Chadia Arab

Deux cas d’étude sont mis en comparaison sur le récit de l’immigration : d’un côté les migrations marocaines à Huelva en Espagne et d’autre côté les migrations marocaines à Dubaï. Ils signalent deux paradigmes différents de migrations où les rapports sexués et raciaux sont plus pertinemment mis en évidence et croisés avec une lecture de classe sociale. Les destinataires marocaines à la cueillette des fraises sont vouées à d’autres périples et statuts dans leur société d’accueil que celles de leurs compatriotes à Dubaï. Il faut en inférer des stratégies sociales de migration, d’installation et d’adaptation tout aussi différentes. Les femmes marocaines à Dubaï proviennent de profils sociologiques très diverses, certaines de milieux aisés, ce qui les a amenées à fréquenter les grandes écoles mais elles comptent également de candidates issues de milieux prolétaires et héritières d’immigration postcoloniale en Europe. À 64 % la migration marocaine à Dubaï est composée de femmes. Pour certaines, elles s’inscrivent dans un modèle de mobilité sociale par le mariage avec des autochtones ou des étrangers et en investissant des secteurs professionnels valorisés d’entreprenariat, de conseil ou de gestion. Pour d’autres, elles trouvent un emploi dans le monde de la nuit en coiffeuses ou en escortes avec le stigmate de prostituée qui leur est assignée. Dès lors se noue une géographie intersectionnelle qui s’inscrit dans une géographie des inégalités, une géographie décoloniale au sein d’une géographie plus englobante de la géographie sociale.

À Huelva, une sélection très forte intervient dans le recrutement de femmes migrantes. Des saisonnières  marocaines, au même titre que d’autres nationalités présentes, roumaines, polonaises, ukrainienne, et subissent les conséquences d’une politique ciblée et restrictive, conventionnée par l’Union Européenne entre les États marocain et espagnol. Il s’agit d’une migration clairement sexuée, puisque les hommes sont écartés de cette sélection. Elles sont également choisies avec des enfants en bas âge, pour être sûr qu’elles retournent ensuite chez elles au Maroc. Leur migration saisonnière en Espagne les place naturellement dans la perspective de retourner dans le pays d’origine puisque cette migration circulaire implique le retour, et ceci afin de contrôler les flux migratoire et peut être aussi permettre le développement du pays. La récente crise sanitaire de Covid-19 a révélé à quel point leur statut était fragile, voire absent juridiquement. En permanente situation de sursis, dans l’imminence de quitter le territoire à tout moment, leur visa fonctionnerait comme une arme à leur encontre. Pour les femmes marocaines binationales à Dubaï,  en revanche, leur passeport, selon Chadia Arab, pourrait être comme un avantage. Par un tel parallélisme, la dichotomie établie entre l’arme du visa et le privilège du  passeport devient un marqueur par excellence d’un rapport de classes et de race au sens sociologique du terme. Au fil d’observations comparées et renouvelées, la géographe conclut à des modèles théoriques de l’immigration jugés fiables par l’ensemble du Jury.

Le caractère novateur du projet de recherche de la chercheuse tient sans doute au lien solide et établi entre ses observations, sa démarche critique et ses résultats. Il tient en même temps à la cohérence entre son parcours et son positionnement théorique. Cela n’est pas sans un besoin presque impérieux de Chadia Arab de se justifier, de justifier son travail, comme le notaient d’un ton bienveillant ses pairs et ses juges. Certaines remarques émises par le jury ont, à ce titre, fourni l’occasion à l’impétrante à l’HDR de rebondir sur ses positions de principe su, son héritage familial, voire, pour Claire Hanckok et la présidente Raymonde Séchet, ses hésitations, ses inhibitions sur les questions du féminisme, de son rapport à la supposée neutralité du chercheur en France et de la part à faire entre engagement dans la « cité » et métier de chercheur, tout en clarifiant ses démarches dans le cadre explicatif d’une géographie décoloniale. D’autres voix, principalement parmi les rapporteurs, ne manquaient pas de souligner l’effet bénéfique et salutaire de sa prise de fonctions comme conseillère municipale à Angers entre 2014 et 2020 ou bien son habilité, par son approche méthodologique,  à faire « émerger des phénomènes géographiques latents » et à les rendre patents, ainsi que sa capacité d’adaptation aux différents contextes d’observation.  À l’unanimité, le jury reconnaissait la place et nécessité d’un profil comme le sien dans le paysage institutionnel de la recherche française. Aux dires de la présidente Mme Séchet, il participerait d’une décolonisation de la discipline géographique, à bien des égards jugée souhaitable.

Il faut retenir du projet de soutenance de Mme. Chadia Arab quatre lignes de force majeures qui se dégagent essentiellement. Elles sont la géographie décoloniale, les sexualités, les circulations transnationales et la géographie sociale. Elles cadrent dans trois axes transversaux de la SFR Confluences : l’Axe 2 Changement social : genre, jeunesse, discriminations, inégalités ; l’axe 5 Tourisme, développement et territoires et l’Axe 6 Santé, bien-être, âges et cadres de vie. Il s’agit bien là d’autant d’objets épistémologiques par où se structure sa problématique, à savoir par quel processus les mouvements de migration peuvent dériver en parcours d’émancipation. De l’aveu de la géographe, trois écoles de pensée l’ont formée à ce résultat : l’école de la géographie sociale à Angers et à l’UMR ESO, celle de la géographie des migrations à Poitiers au laboratoire Migrinter, et un regard indispensable des Suds grâce à son inscription pendant 3 ans au Maroc au Centre français de recherches Jacques Berque au Maroc. Son laboratoire d’analyse reste le Maroc mais elle a exprimé sa volonté d’élargir le champ de recherches à d’autres groupes migratoires que l’appartenance, et ce dans un dessein de décloisonnement, soulevé par l’intervention de Marco Martinello, en distance à Liège. En dehors de la sphère académique, la voix de l’invité Driss El Yazami rendait compte d’un changement de visage du Maroc en politique de migration interne et externe qu’il faudrait réactualiser à l’aune du débat académique et scientifique en cours. Prenant acte des points de vigilance des uns et des autres, Chadia Arab a mis un point d’honneur à défendre la liberté de parole au cours de ses multiples engagements professionnels et déontologiques. Elle serait de pair, au demeurant, avec une enquête réussie.

En trois mots-clés Raymonde Séchet a restitué le travail apprécié et retenu par le jury : frontières, travail et recherches. S’en est ensuivi de sa part un examen épuré et rigoureux de l’HDR soumise, de rigueur avant tout acte de délibération. Il lui est revenu l’honneur de clôturer la soutenance après quatre heures d’une intensive épreuve en échanges, rebondissements et discussions de méthodes, théories, principes et positions. L’heure est venue enfin de délibérer. Conformément aux formalités académiques en usage, le public a été prié de quitter l’amphithéâtre. Un sentiment de suspense s’emparait des visages du nombreux public présent. Par les enjeux qu’il comportait pour la recherche scientifique, pour l’impétrante, on attendait impatiemment le verdict final qui permet un dénouement attendu, permettant à Chadia ARAB d’obtenir le titre d’habilitation à diriger des recherches.

Chadia Arab entourée des membres du Jury

Compte-rendu rédigé par Tiago Rosa, étudiant en M1 “Pratiques de la recherche historique”, lors de son stage au sein de l’UMR TEMOS.


Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search