Conférence d’Alejandro Martinez “Bacilles, sauterelles et controverses scientifiques”, le 14 mars 2022 à 16h30

L’axe 3 “Cultures du végétal et environnement”, en partenariat avec la SFR QUASAV, invite Alejandro Martinez pour une conférence 

Bacilles, sauterelles et controverses scientifiques.
Félix d’Herelle (1873-1949) et les premiers essais de contrôle biologique des insectes nuisibles en Argentine

Le 14 mars 2022 à 16h30

Amphi Germaine Tillion, Maison de la Recherche Germaine Tillion

La conférence aura lieu en anglais.

Le Criquet pèlerin (Acridium peregrinum), vulgairement sauterelle volante et voyageuse d’Afrique, ses invasions en 1816, 1845, 1866. Études algériennes... par MM. Agnély, Lallemant et Darru,…Source Gallica, Bibliothèque Nationale de France

Alejandro Martinez (Universidad Nacional de La Plata, Argentine) effectue actuellement un séjour de recherche de deux mois à l’UMR TEMOS, dans le cadre du programme Scientific Collections on the Move: Provincial Museums, Archives, and Collecting Practices (1850–1950) – Horizon 2020 Marie Skłodowska-Curie RISE (https://scicomove.hypotheses.org/)

Résumé de la conférence

De la fin du XIXe siècle jusqu’au milieu du XXe siècle, les infestations de sauterelles ont été l’un des problèmes les plus graves à résoudre pour les agriculteurs argentins. Différentes méthodes ont été utilisées pour les arrêter : barrières de métal ou de tissu, différents types de pièges, leurs œufs ont été détruits, des lance-flammes et toutes sortes d’engins ont été utilisés, qui se sont souvent avérés inutiles. Les moyens chimiques, tels que l’arsenic, ont également eu leur tour, bien qu’en raison de leur toxicité pour les humains et le bétail, ils n’aient pas été largement utilisés. Dans l’historiographie de la lutte antiacridienne, le récit de ces moyens “mécaniques” et chimiques plus populaires et plus connus a jeté une ombre sur l’histoire des moyens biologiques et leur rôle dans la gestion d’insectes économiquement importants.

En Argentine en particulier, la lutte biologique contre les insectes nuisibles a démarré relativement tôt, entre la fin du XIXe siècle et le début du XXe siècle. L’un de ses principaux promoteurs de l’époque, l’entomologiste Angel Gallardo, proposait de suivre l’exemple des États-Unis et de certains pays européens qui ont introduit des espèces exotiques pour lutter contre les parasites agricoles par des “moyens scientifiques”. Dans cette optique, Gallardo se rend en France en 1911 et entre en contact avec le bactériologiste Félix d’Hérelle, qui a découvert un bacille capable d’infecter et de tuer les sauterelles, et l’invite à tester sa méthode en Argentine. Il s’agissait toutefois d’une tentative de résolution d’un problème complexe – qui retient encore l’attention des scientifiques aujourd’hui – par le biais d’une solution qui, bien qu’innovante, nécessitait encore beaucoup de recherches et de tests. La lutte biologique n’était pas seulement en contradiction flagrante avec les méthodes chimiques, mais c’était une activité qui nécessitait également, et nécessite toujours, de développer une compréhension détaillée des relations écologiques qui n’étaient pas claires. Son efficacité restait à prouver et en ce sens, malgré l’enthousiasme manifesté par certains, beaucoup étaient réticents et méfiants quant à l’utilité réelle de cette “nouvelle” méthode. Ainsi, l’avis des “experts” n’était pas unanime et les contestations n’étaient pas rares. Les différends avec d’autres collègues et groupes de recherche ont laissé une trace durable dans la carrière scientifique de Félix d’Hérelle. La plus célèbre d’entre elles, la dispute sur la priorité de la découverte du bactériophage, a été largement rapportée et discutée dans l’historiographie de ces dernières années.

Dans le cadre de cette conférence, nous souhaitons toutefois nous concentrer sur les étapes précédant cette découverte, alors que d’Hérelle débutait dans la bactériologie et cherchait à se faire une place dans le concert scientifique international. Son séjour en Amérique latine a constitué une étape stratégique dans sa formation et sa future carrière. Nous sommes particulièrement intéressés par les essais réalisés en Argentine et les conflits qui ont surgi autour de cette expérience.

This project has received funding from the European Union’s Horizon 2020 research and innovation programme under the Marie Skłodowska-Curie grant agreement No 101007579


Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search