Séminaire croisé ESTHUA – Axe 5 : “Quête de bien-être et masochisme : pourquoi les touristes consomment-ils volontairement de la douleur et des émotions négatives ? “, 22 janvier 2024, de 14h à 15h20

L’ESTHUA Faculté de Tourisme, Culture et Hospitalité propose, avec le soutien de l’Axe 5 “Tourisme, territoire, solidarités” de la SFR Confluences et du GIS Études Touristiques, un cycle de séminaires de recherche en tourisme.

Le prochain séminaire aura lieu le lundi 22 janvier 2024, de 14h à 15h20 à l’ESTHUA (Angers, Campus Saint-Serge), en salle 302 : 

Quête de bien-être et masochisme : pourquoi les touristes consomment-ils volontairement de la douleur et des émotions négatives ?

Avec Sarah PERONNE, Doctorante au laboratoire GRANEM, chargée de cours à l’ESTHUA

Synopsis
De nombreuses recherches en marketing stipulent que les émotions négatives pendant la consommation entraînent des réactions indésirables, tels que l’insatisfaction (Phillips et Baumgartner, 2002), les plaintes (Zeelenberg et Pieters, 2004), le bouche-à-oreille négatif (Kim et al., 2021). Mais alors, pourquoi certaines personnes consomment-elles volontairement des émotions négatives ou de la souffrance physique ? Films d’horreur, dark tourism, sauts en parachute, rafting, marathons, stages de survie, autant d’expériences marchandes qui proposent aux consommateurs de payer afin d’expérimenter, à court terme, des moments de difficulté, aussi bien physiques que psychologiques. Notre recherche porte sur le contexte expérientiel de ces expériences de consommation non hédoniques, à savoir, des expériences qui, par leur nature, impliquent des émotions négatives et/ou une douleur physique, ainsi que sur le sens et les bénéfices perçus d’une telle consommation ? Grâce à quatre observations participantes menées lors d’expériences touristiques et de loisirs variées (une retraite silencieuse, un Mud Day, un séjour de renforcement par le froid et un Escape Game d’horreur), nous avons notamment montré que, dans certaines conditions, la douleur et les émotions négatives représentent une étape nécessaire à la perception de bénéfices personnels, notamment en termes de divertissement, de bien-être eudémonique et de lien social.

Si vous ne pouvez pas assister en présentiel, merci de compléter ce formulaire de contact afin d’obtenir un lien de connexion Teams :

Cliquez ici pour accéder au formulaire



Citer ce billet
ivanacernanova (2023, 17 décembre). Séminaire croisé ESTHUA – Axe 5 : “Quête de bien-être et masochisme : pourquoi les touristes consomment-ils volontairement de la douleur et des émotions négatives ? “, 22 janvier 2024, de 14h à 15h20. Structure Fédérative de Recherche Confluences. Consulté le 23 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/vl0r

Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search