Tous les articles par Annie RIBRAULT

Exposition en mouvement

La SFR Confluences a soutenu l’exposition présentée à la MRGT le 26 juin dernier

L’exposition éphémère « Adolescents venus d’Afrique : parcours d’exil » a été présentée à la Maison de la recherche le 26 juin. Elle est le fruit du travail d’accompagnement de Mineurs non accompagnés mené par des étudiantes du master 2 Psychologie du traumatisme.

« Violence », « Terror », « Drogue », « Solitude »… Ces mots sont ceux laissés par de jeunes Africains. Ils résument une partie de ce qui a marqué leur dur voyage depuis leur pays d’origine jusqu’à la France.

Aubeline Vinay et deux jeunes accompagnés ont guidé les visiteurs

« Nous savons que les Mineurs non accompagnés vivent un traumatisme durant leur parcours d’exil, et peuvent présenter des symptômes post-traumatiques, indique Aubeline Vinay, professeure de psychologie clinique du lien social à l’UA. Mais il n’existait pas de prise en charge spécifique pour cela et le suivi individuel ne fonctionne pas ». D’où l’idée de créer un dispositif adapté.

Le programme est le fruit d’une collaboration entre l’association de l’Abri de la Providence (qui accueille 24 mineurs sur son site angevin), le Département de Maine-et-Loire et l’équipe de recherche BePsyLab, dirigée par Aubeline Vinay. Il a pris la forme d’ateliers animés par neuf volontaires, étudiantes à l’UA en master 2 Psychologie du traumatisme, parcours et contextes cliniques. À compter de septembre 2018, une douzaine de jeunes migrants se sont réunis toutes les deux semaines, durant 2 heures, pour échanger, partager et créer autour de leur expérience. Par la peinture, la musique, la danse, les participants étaient progressivement invités à s’exprimer. « L’objectif était qu’ils puissent raconter leur histoire, y compris ce qui avait pu les traumatiser », précise Aubeline Vinay, responsable du master. Continuer la lecture de Exposition en mouvement

Conférence des Mardis de Confluences “Ecologie(S) et Populisme(S)

Mardi 14 mai à 18h – Maison de la recherche Germaine Tillion – Entrée libre et gratuite


Bertrand Guest
Maître de Conférences en Littérature générale et comparée
Université d’Angers – 3L.AM (EA 4335)

La notion de populisme se charge peut-être encore plus de connotations problématiques (à commencer par la stigmatisation) lorsqu’elle est croisée avec celle d’écologie, autre concept passe-partout chargé de malentendus. S’il y a des populismes anti-écologiques (à commencer par le climatoscepticisme sous toutes ses formes), la thématique « écologique » est devenue incontournable au sein de toutes les sphères idéologiques, internes comme externes aux systèmes politiques établis (démocraties en tête). Mais que n’appelle-t-on pas par son nom ? Redéfinir ces deux mots l’un en regard de l’autre semble d’autant plus intéressant qu’il ne suffit pas, loin s’en faut, d’opposer une écologie sensément élitaire à un « peuple » soi-disant rétif aux questions d’environnement. Des écologies populaires aux carbofascismes en passant par l’écoblanchiment (greenwashing), la question écologique interroge de mille façons les mutations de la démocratie, et réciproquement. S’appuyant sur les travaux récents de l’écologie politique et culturelle mais, plus largement, au croisement des sciences humaines et de la littérature, d’Y. Citton à B. Latour, d’É. Chauvier à M. Macé, l’approche interdisciplinaire proposée pour décrire ce double nœud aura à cœur de croiser histoire des idées, histoire environnementale, analyse des discours et mémoire littéraire. L’enjeu étant d’espérer contribuer à démêler une grille complexe, d’émergence relativement neuve mais qui structure d’ores et déjà de plus en plus le champ politique des (é)lecteurs et (é)lectrices que nous sommes.

Xavier Metay, Cécile Chirat, Gilles Moret – militants du mouvement des Coquelicots


Le mouvement citoyen “Nous voulons des Coquelicots” lancé en septembre 2018 se développe de mois en mois en France. Des citoyens se retrouvent une fois par mois pour dire non aux pesticides de synthèse. Qu’est ce qui pousse des citoyens à s’engager dans ce combat ? Comment les associations de défense de l’environnement perçoivent ce type de mobilisation?

Lien audiovidéo vers la conférence :

https://univ-angers.cloud.panopto.eu/Panopto/Pages/Viewer.aspx?id=18f13c01-89b5-4c4b-84a1-aa4d00f9d4d6

Populisme et euroscepticisme

Mardi 2 avril 2019 à 18h

Maison de la recherche Germaine Tillion – Entrée libre et gratuite

Comprendre le populisme en Europe

Arnauld Leclerc, professeur de science politique à l’Université de Nantes, titulaire de la chaire Jean Monnet de Philosophie politique de l’Europe (UMR Droit et Changement Social).

Le populisme est une notion floue qui a fait l’objet de nombreux débats ces dernières années. La communication propose de revenir sur les origines de cette notion, son retour dans l’espace public au tournant des années 2000 et sur les débats qu’elle a occasionné ces dernières années. La notion a ainsi progressivement migré de l’univers médiatique vers l’univers académique. A la suite des travaux de Jan-Werner Muller (Qu’est-ce que le populisme ? Définir la menace [2016]), plusieurs critères peuvent être articulés pour définir le populisme dont le principal est celui d’une revendication au monopole moral de représentation du peuple. Malgré tout, l’unité intellectuel des populismes ne peut pas être surestimée car ces mouvements s’opposent sur plusieurs points centraux.

Populisme et euroscepticisme

Laetitia Langlois, MCF en civilisation britannique contemporaine, spécialiste de la question européenne, membre du laboratoire 3L.AM

Le vote en faveur du Brexit le 23 juin 2016 représente la victoire ultime de l’euroscepticisme au Royaume-Uni. Après 43 ans d’une relation houleuse et difficile avec l’Union Européenne et ses institutions, le Royaume-Uni devenait le premier pays à officiellement demander son départ de l’UE. Cette victoire est la victoire du parti UKIP et plus particulièrement de son leader emblématique, Nigel Farage, qui depuis les années 90 avait bâti sa carrière politique sur la sortie de l’Europe.  La victoire du Brexit est fondée sur un discours simpliste mais extrêmement persuasif de la part du camp « Leave » : un récit construit sur une série d’oppositions binaires entre élites européennes et peuple (et il conviendra de définir ce que la notion de « peuple » représente dans le discours de Nigel Farage), entre institutions supranationales et souveraineté du parlement britannique, entre immigrés et nationaux.  Ainsi, il est possible d’affirmer à la lecture des discours de Nigel Farage ou l’analyse des sondages du vote que le populisme se nourrit et prospère de sa critique constante de l’Union Européenne. Plus inquiétant, le référendum a fait ressortir les mauvaises passions du Royaume-Uni : racisme, xénophobie, nationalisme et anti-establishment. Mais le Royaume-Uni est loin d’être un cas isolé : Hongrie, Italie, Suède, France sont autant d’exemples de pays européens dont les partis de la droite radicale associent populisme et euroscepticisme dans un discours savamment élaboré. Ainsi, le rejet de l’Europe s’identifie désormais à des concepts bien plus violents et destructeurs tels que nationalisme, identitarisme, anti-establishment et autoritarisme. Les travaux de nombreux chercheurs sur cette question constitueront le cadre théorique qui nous permettra d’analyser les liens très étroits entre euroscepticisme et populisme.

Vous pouvez accéder à l’enregistrement audio-vidéo à partir du lien ci-dessous :

https://canal-ua.univ-angers.fr/avc/courseaccess?id=5460