Archives de catégorie : CLER – Centre ligérien d’études roumaines

Le Centre Ligérien d’Etudes Roumaines (CLER) a été créé en avril 2011.
Le Centre se donne pour objectifs de :
− promouvoir la recherche et les travaux étudiants portant sur la Roumanie,
− offrir un appui aux travaux portant sur la Roumanie,
− créer des ponts entre recherche et vie associative et culturelle locale.
Le Centre s’inscrit dans le programme Confluences de la Maison des Sciences Humaines
Une association des Amis du CLER appuie ses activités.

Les événements passés :

Vendredi 23 janvier / Séminaire du CLER : « La formation des travailleurs sociaux : regards croisés franco-roumains »

Séminaire du Centre Ligérien d’Etudes Roumaines

La formation des travailleurs sociaux : regards croisés franco-roumains

VENDREDI 23 JANVIER 2015

9h30-12h30

Amphi Tillion – Maison des Sciences Humaines – ANGERS

Entrée libre et gratuite.

Continuer la lecture de Vendredi 23 janvier / Séminaire du CLER : « La formation des travailleurs sociaux : regards croisés franco-roumains »

Film et débat « L’évolution de l’urbanisme en Roumanie depuis 1989 »

Santier in lucru_affichePar URBAN BALKAN PROJECT

Projection suivie d’un débat

 mardi 21 octobre 2014 à 17H

Faculté des Lettres, langues et sciences humaines

 Amphithéâtre Germaine Tillion – Maison des Sciences Humaines

 

 

 

L’évolution de l’urbanisme en Roumanie depuis 1989

21 décembre 1989, 12h08, le régime communiste du dictateur roumain Nicolae Ceaucescu est renversé. Alors que les grands chantiers urbains qu’il a lancés sont encore en cours de réalisation, un vent nouveau souffle sur les villes. La mise en place d’un système politique démocratique et l’ouverture à l’économie de marché sonnent la fin d’une organisation urbaine planifiée par le pouvoir central et dictée par la croissance massive et conjointe du secteur industriel et de l’urbanisation. Les investisseurs roumains et étrangers se mettent alors en branle pour conquérir ce nouveau marché bientôt intégré à l’Union Européenne.

Près de 25 ans plus tard, paysage et fonctionnement urbains s’en trouvent transformés. Les centres civiques, zones industrielles et blocs de logements subissent la concurrence des malls, business centers et gated communities. Conjointement à l’évolution des besoins et des aspirations des citadins roumains, les mutations urbaines ont profondément bouleversé les centres et les périphéries mais surtout la manière de penser et de faire la ville en Roumanie.

Pour en savoir plus :

http://www.kisskissbankbank.com/santier-in-lucru-les-villes-d-apres

Conférence organisée par

le Centre ligérien d’études roumaines (CLER) et la SFR Confluences

Atlas des Tsiganes

Les dessous de la question rom

Sorti le 4 avril aux éditions Autrement, l’Atlas des Tsiganes a pour ambition de « mettre des cartes sur un sujet confus », explique Samuel Delépine, co-auteur de l’Atlas et maître de conférences en géographie sociale à l’UA. Son objectif n’était pas d’ethniciser mais d’aborder les problématiques économiques et sociales autour des populations dites Tsiganes. Le géographe analyse également les mesures politiques prises en France et en Europe à l’égard des roms.

Sur les Tsiganes, les raccourcis vont bon train. Pour preuve, politiques et médias français ont récemment montré du doigt les Roms, stigmatisant et amalgamant gens du voyage français et migrants roms roumains.

L’histoire et la diversité des Tsiganes sont ignorées. Que sait-on de leur internement en France avant (et après !) l’occupation allemande et de leur génocide partout en Europe ? Qui sait que les Français d’origine tsigane ont en France un statut administratif bien particulier, avec un carnet de circulation permettant de contrôler leurs déplacements et une mise sous condition de leur droit de vote ?

Cet atlas remet en cause l’existence d’un « problème public rom ». Roms, Gitans, Sintis, Travellers, gens du voyage… migrants, nomades ou sédentaires, ils se heurtent partout en Europe et plus ou moins violemment aux problèmes d’emploi, de santé, de logement ou de scolarisation. Leur point commun : être catalogués comme une catégorie ethnique ignorante de leur diversité.

LES AUTEURS
Samuel Delépine
est maître de conférences en géographie sociale à l’Université d’Angers et membre du collectif de l’UMR Espaces et Sociétés. Il est spécialiste des tsiganes (auxquels il a consacré sa thèse) et a écrit plusieurs ouvrages sur le sujet dont Quartiers Tsiganes (L’Harmattan, 2007). Il a également participé à plusieurs publications du Conseil de l’Europe et a récemment dirigé un numéro de la revue Études tsiganes.
Alexandre Nicolas
est cartographe-géomaticien indépendant et officier géographe. Il a travaillé sur plusieurs atlas Autrement.

Samuel Delépine a présenté son approche de la « question rom » lors d’une conférence organisée par le CLER à la MSH le 22 mai dernier.

Cycle Roumanie – Portrait de la Roumanie dans la crise

Une nouvelle conférence des Mardis de Confluences est prévue le mardi 13 mars à 17h30. Ce sont des géographes et un économiste qui ce mois-ci offrent leur regard sur la Roumanie, thème du cycle de conférences jusqu’en juin 2012. La programmation est assurée par le Centre ligérien d’études roumaines (CLER).

Emmanuel Bioteau (Géographe, Université d’Angers, ESO-Angers), Alexandru Dragan (Géographe, Master Chargé de Développement Entreprises et Territoires, Université d’Angers et Université de l’Ouest de Timisoara, Roumanie), avec la participation de Sébastien Fleuret (Géographe, CNRS, ESO-Angers) et Pascal Glémain (Economiste, CeRESS, ESSCA Angers) interviendront sur les thèmes :

« Retour sur les effets de la transition en Roumanie et l’impact de la crise financière actuelle »
« Rapports entre minorités, santé, microfinance »

La crise économique de 2008 met en lumière les difficultés conjoncturelles ainsi que le retard, voire la dégradation structurelle des États d’Europe centrale et orientale membres de l’Union européenne. La Roumanie est de ceux-là. Mais quelles en sont les conséquences pour la population au quotidien ?
Les conférenciers proposent de présenter dans un premier temps les principaux effets visibles de la crise sur l’économie et sur le niveau de vie de la population roumaine : à partir de données statistiques publiques et par comparaisons avec les États voisins, notamment la Hongrie.

Dans un second temps, deux champs exploratoires de la question seront ouverts :
– Les solutions de microfinancement pour les créateurs d’entreprises. Au travers de cette entrée il s’agira de montrer comment se développe et se structure l’offre en microfinance en Roumanie, et de discuter de ses apports potentiels à la lutte contre les difficultés économiques actuelles. Il s’agira aussi de débattre des déséquilibres internes au pays.
– Ces mêmes déséquilibres internes seront au centre de l’approche des problématiques en santé en Roumanie actuelle. Depuis le début des années 1990, différentes réformes ont été engagées dans le système de santé publique et dans le système assurantiel en santé en Roumanie. Elles conduisent à un recours croissant à l’offre privée en santé. Il en résulte un système à deux, voire trois vitesses, qui pose la question de l’offre à destination des populations les plus démunies dans la crise.
Ce portrait de la Roumanie dans la crise donne à voir le pays sous un angle différent, et cherchera à montrer quelles sont les perspectives à courts et moyens termes pour la population roumaine.

Rendez-vous le mardi 13 mars à 17h30
Maison des sciences humaines Confluences
5 bis boulevard Lavoisier, Angers
Amphithéâtre Germaine Tillion

Entrée libre et ouverte à tout.e.s

Le président de l’association Amis-CLER
emmanuel.bioteau@univ-angers.fr