Archives de catégorie : Filiation illégitime et bâtardise

Carole Avignon (MCF Histoire du Moyen Âge) coordonne un projet de recherche et un groupe de travail sur la filiation illégitime et la bâtardise dans les sociétés médiévale et moderne. Le projet se propose de dépasser le cloisonnement des sources et des problématiques, dans une approche pluridisciplinaire (histoire, droit, lettres). Des membres du CERHIO-Angers, du Centre Jean Bodin, du CERIEC et du 3L.AM ont ainsi été associés au projet.
En prenant comme observatoire la question de la filiation, réalité sociale mais aussi lien de droit, on est amené à questionner des relations juridiques fondamentales au sein de la famille mais aussi des rapports de force complexes au sein de la société. L’étude sur le temps long doit permettre de mieux appréhender les spécificités des discours normatifs, des pratiques sociales et des représentations propres à chacune des époques considérées, mais aussi de mieux apprécier l’incidence des variables juridictionnelles, politiques, sociales, religieuses et culturelles sur les représentations du bâtard, la place de l’enfant illégitime et du légitimé ou les expressions et les enjeux de l’écart à la norme du XIIe au XVIIIe siècle.

Famille et société à l’épreuve de la bâtardise – Résumés des communications de la journée d’étude du 10 juin 2013

 

Résumés des communications de la deuxième Journée d’étude du groupe Filiation illégitime

 10 juin 2013

Famille et société à l’épreuve de la bâtardise : normes, pratiques, représentations

 

 

 

 SESSION 1

 

La bâtardise dans les sciences sociales  

 

Isabelle Séguy (Chargée de rercherche, INED)

 

« L’illégitimité à l’époque moderne : entre construction sociale et indicateur moral. Le regard de l’historienne démographe »

 

La mesure de l’illégitimité a été introduite par les premiers arithméticiens politiques qui, à la fin du XVIIIe siècle, cherchaient à évaluer la fécondité en fonction d’un nombre moyen de naissances et de mariages, d’une part, et du nombre total de la population, d’autre part. Elle a été reprise par les démographes qui cherchaient à définir les limites de la « fécondité naturelle », c’est-à-dire celle qu’aurait une population en l’absence de tout contrôle des naissances, qu’il convenait donc de prendre dans le cadre strict de couples mariés. Les historiens-démographes ont continué à distinguer les naissances « légitimes et naturelles » des naissances hors mariage, et fourni une large matière pour des analyses de l’illégitimité selon les régions, les périodes, les catégories de populations, etc. Et l’étude du comportement sexuel des populations anciennes a longtemps été un des thèmes favoris des historiens de la famille qui cherchaient à explorer tout à la fois la vie privée des hommes et des femmes et leurs attitudes morales dans une société marquée par la rigueur post- tridentine. Leurs résultats ne portent cependant que la partie visible des comportements sexuels hors mariage, une toute petite partie. Considérer l’illégitimité comme indicateur moral nous apparaît d’autant plus biaisé qu’il ne pointe bien souvent que sur la population féminine et, qui plus est, sur ces éléments les plus vulnérables, alors que cette notion est étroitement liée aux pratiques successorales et aux normes d’union en vigueur.

 

 

 

 

 

SESSION 2

 

Représentations littéraires et perceptions sociales

 

 Elisabeth Mathieu (professeur, littérature médiévale, Université d’Angers)

 

 

« Une bâtardise fictive : le personnage de Ferrand dans Baudouin de Flandre »

 

Le propos de cette communication est de voir pourquoi le romancier du XVe siècle invente une filiation biologique (Ferrand de Portugal, fils du roi Philippe Auguste!) et quels en sont les enjeux narratifs.

 

 

Alice Duda (doctorante, sous la direction de Bertrand Schnerb, histoire médiévale, Université de Lille-3)

 

« La perception des bâtards au XVe siècle : l’exemple des pays bourguignons »

 

 

 

Cette communication s’appuiera essentiellement sur des actes de la chancellerie bourguignonne (lettres de légitimation, lettres de rémission) ainsi que sur une source littéraire : Les Cent Nouvelles nouvelles qui permettront de montrer que le thème de la bâtardise n’est pas tabou à la cour de Bourgogne (avec un duc comme Philippe le Bon et ses nombreux bâtards, cela n’est guère surprenant) et qu’il prête même à rire. Plusieurs points seront abordés. Les lettres de légitimation apporteront un éclairage significatif sur le vocabulaire employé pour qualifier les bâtards et les typologies que peuvent dresser les historiens à partir de ces termes. La question de savoir si le bâtard est une menace pour la famille sera ensuite évoquée, en déclinant l’idée de menace sur plusieurs plans (aussi bien pour l’époux ou l’épouse légitime que pour les enfants légitimes mais aussi pour la famille “en général”, quand des jeunes filles nobles qui commettent des infanticides afin de ne pas déshonorer leur famille). Dans cette optique, la réaction des époux / épouses face aux bâtards de leur femme/mari légitimes sera analysée. Sera également abordée la question de la place du bâtard dans une société chrétienne. Le concept de bâtardocratie permet aussi de montrer que les bâtards de l’élite ne sont pas nécessairement perçus comme une menace dans la société, mais qu’au contraire ils peuvent y trouvent leur place.

 

 SESSION 3

 

Famille et société à l’épreuve de la bâtardise : le prisme des sources judiciaires et juridiques

 

 Sara Mc Dougall (assistant professor, History, CUNY John Jay College of Criminal Justice)

 

 

« Couples en marge, adultères et filiation : les enfants illégitimes dans les sources judiciaires du XVe siècle »

 

Cette intervention prend pour sujet les enfants illégitimes des roturiers dans la France du Nord. Nous pourrions supposer que les femmes enceintes d’enfants illégitimes avaient souvent recours à l’avortement ou l’infanticide. Cependant, nous avons peu de preuves concernant ces pratiques. L’abandon des enfants illégitimes est certainement une autre possibilité qui peut se présenter, mais les sources du nord de la France nous renseignent beaucoup moins sur le sujet que celles d’Italie. Certaines mères gardaient leurs enfants illégitimes, ou les donnaient à leurs propres familles ou à la famille paternelle. Mon intervention abordera la question de ces parents et de leurs enfants. Comment étaient-ils traités par leurs parents et leurs communautés? Je me demanderai ce que nous pouvons apprendre au sujet des enfants illégitimes de roturiers en étudiant la documentation laissée par l’officialité de Troyes au XVe siècle.

 

 

 

 

 

Charlotte Pichot (M2, histoire médiévale, sous la direction de Myriam Soria, Université de Poitiers)

 

« Le refus des naissances illégitimes dans le Centre et le Poitou (XIVe-XVe siècles) »

 

Au Moyen Âge, la sexualité n’est acceptée qu’au sein d’une union matrimoniale et dans le but de procréer. Dès lors, les naissances extra – conjugales révèlent, aux yeux de tous, un adultère. À travers sa grossesse, la femme enceinte célibataire, porte souvent seule la preuve du péché de chair. Or, au Moyen Âge, l’honneur féminin est principalement conditionné par le critère de chasteté sinon par la fidélité et le comportement vertueux de la femme envers son mari. Le refus de la naissance illégitime peut apparaître alors comme une condition de préservation de son honneur. Mais, cachant un péché de chair et attentant à la vie d’un enfant, la contraception, l’avortement, l’infanticide et parfois l’abandon, sont sévèrement jugés par l’Église et les autorités judiciaires. La communication présente s’attachera à analyser le refus de l’enfant illégitime dans sa dimension criminelle, à travers l’avortement et l’infanticide. Pour le bas Moyen Âge, les lettres de rémission fournissent encore un certain nombre d’affaires relatives à des avortements et à des infanticides contre des enfants illégitimes. À partir des inventaires et des éditions du Trésor des chartes établis pour le Poitou médiéval et les pays de Loire moyenne, nous proposerons une étude exhaustive de ces crimes pour les XIVe et XVe siècles. Bien que biaisées par le discours favorable aux suppliants, les lettres de rémission permettent tout de même d’appréhender l’envers de l’action, ses circonstances, son déroulement et ses protagonistes. C’est en effet à travers l’étude des coupables, de leurs motivations, des raisons aussi de la grâce royale que nous allons tenter de mieux appréhender l’avortement et l’infanticide à l’encontre des enfants illégitimes.

 

 

 

 

 

Justine Morault (M2, Histoire du droit, sous la direction de Joël Hautebert, Université d’Angers)

 

« La bâtardise dans les recueils d’arrêtistes du Parlement de Paris (XVIIe-XVIIIe siècles) »

 

 Notre recherche s’appuie sur divers recueils d’arrêts notamment ceux du parlement de Paris. Les arrêtistes ou «arrestographes» appartiennent au monde judiciaire. Ceux- ci sont magistrats ou encore avocats. D’abord utilisés pour un usage personnel c’est à l’initiative des imprimeurs que les notes de ces juristes ont été publiées. A l’approche de la révolution, ces recueils deviennent plus riches, plus détaillés permettant également au lecteur de prendre connaissance de la jurisprudence des cours souveraines, dans un objectif de simplification du droit en vigueur les arrêts des parlements n’étant bien entendu pas encore motivés. De nombreux arrêts rendus par les parlements touchent les questions juridiques liées à la bâtardise. Nous nous intéresserons seulement dans ce développement aux affaires civiles. La jurisprudence s’appuie essentiellement sur le droit coutumier, dont les règles sont globalement suivies. Dans un premier temps nous aborderons la question de la filiation et du mariage des bâtards, puis nous porterons notre attention sur leur légitimation.

 

SESSION 4

 

Famille et société à l’épreuve de la bâtardise : études de cas dans la noblesse

 

 Marie-Lise Fieyre (doctorante, histoire médiévale, sous la direction de Didier Lett, Paris-VII, Paris-Diderot)

 

« Bâtardes alliances. Mariages et fratries chez les Bourbon à la fin du XVe siècle »

 

Des généalogies de l’époque moderne aux monographies plus récentes, les bâtards sont généralement considérés selon un modèle de symétrie/exclusion. Quand ils ne sont pas simplement éludés, ils sont évoqués séparément des enfants légitimes. L’irrégularité juridique de leur naissance a influencé cette manière de penser le bâtard comme un être naturellement distinct de la fratrie à laquelle il appartient. Nous proposons donc ici de revenir sur cette opposition à partir d’une étude de cas et notamment à partir de l’observation des fratries à travers les alliances contractées par ses membres. L’analyse repose sur les mariages envisagés et/ou effectifs des enfants issus de deux fratries successives des ducs Charles Ier et Jean II de Bourbon au XVe siècle. Les alliances se replacent alors dans un contexte particulier qui est celui de l’influence d’une famille apanagiste de haute noblesse dans le royaume de France à la fin du Moyen Âge. Le but est de comprendre comment les alliances matrimoniales s’organisent, en prenant simultanément en compte les enfants légitimes et les bâtards. Les contrats de mariage forment la base du corpus documentaire mais ce ne sont pas les seuls documents à nous fournir des informations sur les alliances. D’autres sources peuvent renseigner sur les modalités des mariages comme les projets de contrats, les négociations prénuptiales, les quittances dotales etc. À travers ces sources, le but est de comprendre les différences de niveau social, et les répartitions des rôles entre les membres mariés de la fratrie : légitime, illégitime, aîné, cadet, fille ou garçon. Ils permettent aussi d’appréhender les aspirations sociales ou politiques du groupe familial à travers les alliances conclues ; ou encore de montrer comment les alliances sont pensées et motivées en fonction de la légitimité ou non de l’individu. C’est donc dans le cadre d’une stratégie plus générale que le bâtard trouve sa place, notamment par le biais d’alliances qui sont spécifiques à sa situation dans la fratrie.

 

 

 

Véronique Garrigues (docteur, histoire moderne, Framespa)

 

« Filiation illégitime et parents irréguliers : noblesse et bâtardise à l’époque moderne (le cas des Monluc) »

 

À partir du cas de la famille des Monluc, de la période des guerres de religion à celle de la Fronde, il sera abordé les liens qui unissent les bâtards et leurs parents dans une perspective historique et anthropologique. En utilisant le régime juridique qui encadre le statut de la bâtardise, il convient de s’interroger sur la façon dont la filiation s’énonce (légitimée, cachée, refusée) et d’analyser comment les enfants illégitimes s’intègrent alors dans un système de parenté, le lignage noble. La progressive incapacité du bâtard, tant dans le droit canonique que royal, tend à confondre filiation (en droit) et parenté (la famille) : or les enfants illégitimes, exclus de la filiation, ne sont pas pour autant écartés des lignages nobles. Confrontés aux lettres de légitimations, correspondances, procès, actes notariés permettent de sonder des relations plus complexes que celles énoncées par les coutumes ou la législation royale. Dire la bâtardise est pour les contemporains l’intégration d’un discours normatif mais également idéologique (autour de l’hérédité et du sang). Être bâtard implique des pratiques sociales, qui débutent à la naissance (parents spirituels, prénom), se poursuivent par des choix éducatifs et une carrière, choisie ou subie. Comment s’éprouvent les sentiments de filiation face à une identité juridique de plus en plus restrictive de la parenté tout au long de l’Ancien Régime ?

 

 

 

 

 

 

 

 

Actualité de la recherche – Séminaire Paris-7 “Famille, parenté, genre”

Vous trouverez ci-joint le programme du séminaire de D. Lett, à Paris-7, dans lequel quelques séances seront consacrées aux thématiques du groupe de travail, pour les périodes médiévales  et modernes.

Séminaire de Doctorat et Master 2, 2013-2014 – Histoire médiévale, Paris-Diderot (Paris 7) – Salle 104, Bâtiment Olympe de Gouges (M° Bibliothèque François-Mitterrand)

Lundi de 16 h à 18 h 

Didier LETT

Famille, parenté et genre au Moyen Âge

(XIIe-XVe siècles)

 

En s’appuyant sur les diverses sources de la fin de l’époque médiévale (hagiographie, procès, actes notariés, statuts communaux, chroniques, iconographie, etc..), essentiellement en France, Italie et Angleterre (mais pas exclusivement), ce séminaire propose d’étudier la famille, la parenté et le genre en intégrant pleinement les apports de la micro-histoire et de la sociohistoire, en s’intéressant aux acteurs et aux actrices familiaux et à la parenté pratique. Les thèmes qui seront abordés en 2013-2014, en relation étroite avec les sujets des étudiants de Master 2 et des Doctorants et de l’actualité de la recherche seront, entre autres, l’enfance et la jeunesse, l’illégitimité, les rapports de sexe à l’intérieur de la famille et au travail et le célibat.

Séance 1 : 30 septembre : Didier Lett, « Les enfants au Moyen Âge : bilan historiographique et nouvelles problématiques ».

Séance 2 : 14 octobre : Isabelle Robin (Paris IV), « Les enfants à l’Epoque moderne : bilan historiographique et nouvelles problématiques ».

Séance 3 : 28 octobre : Marie-Lise Fieyre (Doctorante, Paris 7), « Les enfants illégitimes : bilan historiographique et nouvelles problématiques ».

Séance 4 : 18 novembre : Sylvie Steinberg (Rouen), « Les bâtards. Filiation et descendance, XVIe-XVIIe siècle »

Séance 5 : 2 décembre (séance commune avec le séminaire transpériode sur le genre de l’Université de Paris 1, Salle Perroy, de 9 h à 11 h) : Didier Lett, « Masculin, féminin au Moyen Âge, XIIe-XVe siècle ».

Séance 6 : 16 décembre : Didier Lett « Paternité et masculinité : quelques pistes de réflexion ».

Séance 7 : 20 janvier : Didier Lett, « Les jeunes dans les statuts communaux des Marches à la fin du Moyen Âge ».

Séance 8 : 3 février : Manuela Martini (Paris 7), « Genre, famille et travail au XIXe siècle ».

Séance 9 : 3 mars : Antoni Furio (Université de Valence, Esp.) : « L’entreprise familiale dans les villages valenciens à la fin du Moyen Âge ».

Séance 10 : 17 mars : Sharon Farmer (Université de Santa-Barbara, E. U) : « Le travail des femmes dans l’industrie de la soie à Paris à la fin du Moyen Âge ».

Séances 11 : 31 mars : Lucie Laumonier (Docteure, Montpellier 3), « Genre et célibat à Montpellier à la fin du Moyen du Moyen Âge ».

Séance 12 : 28 avril : Didier Lett, «  Construire une histoire sociale à partir des sources judiciaires des Marches à la fin du Moyen Âge ».

ANNONCE – 2e journée d’étude FILIATION ILLEGITIME ET BATARDISE – 10 juin 2013

 

Filiation illégitime et bâtardise

dans les sociétés

médiévale et moderne

 

Deuxième journée d’étude

 

Famille et société à l’épreuve de la bâtardise

Normes, pratiques, représentations

 

Lundi 10 juin 2013

 

Maison des Sciences Humaines

Salle Germaine Tillion

5bis, Bd Lavoisier -49045 Angers Cedex 01

 

Organisée par Carole Avignon

Programme

 

10h                       Carole Avignon – Université d’Angers

Présentation

 

La bâtardise dans les sciences sociales :

états de la recherche

 

10h15-10h45         Isabelle Séguy – INED – CNRS

L’illégitimité à l’époque moderne : entre construction sociale et indicateur moral. Le regard de l’historienne démographe

 

10h45–11h15       Justine Morault – Université d’Angers

40 ans d’histoire du droit pénal de l’Ancien Régime en matière de filiation illégitime

 

11h15-11h30        Discussion

 

Représentations littéraires

et perceptions sociales

 

11h45-12h15         Elisabeth Mathieu –  Université d’Angers

Une bâtardise fictive : le personnage de Ferrand dans Baudouin de Flandre

 

12h15-12h45         Alice Duda – Université de Lille-3

La perception des bâtards au XVe siècle : l’exemple des pays bourguignons

 

12h45-13h          Discussion

 

 

Famille et société à l’épreuve de bâtardise :

le prisme des sources judiciaires

 

14h30-15h            Sara Mc Dougall, JohnJayCollege of Criminal Justice, New York

Couples en marge, adultères et filiation : les enfants illégitimes dans les sources judiciaires du XVe siècle

 

15h–15h30            Charlotte Pichot – Université de Poitiers

Le refus des naissances illégitimes dans le Centre et le Poitou (XIVe-XVe siècles)

 

15h30–16h             Bertrand Coüetout du Tertre- Université d’Angers

La bâtardise dans les recueils d’arrêtistes du Parlement de Paris (XVIIe-XVIIIe siècles)

 

16h-16h30   Discussion

 

 

Famille et société à l’épreuve de la bâtardise : études de cas dans la noblesse

 

16h
Bâtardes alliances. Mariages et fratries chez les Bourbon à la fin du XVe siècle.45-17h15         Marie-Lise Fieyre –  Université de Paris-VII

 

 

17h15-17h45         Véronique Garrigues – Framespa – Toulouse

Filiation illégitime et parenté irrégulière : noblesse et bâtardise à l’époque moderne (le cas des Monluc)

 

17h45-18h            Discussion

Résumés des communications proposées le 21 janvier 2013

Filiation illégitime et bâtardise dans les sociétés médiévale et moderne

Des documents aux problématiques

 

Journée d’étude du 21 janvier 2013

Université d’Angers

 

Résumés proposés par les participants

 

Approches réglementaires et normatives

 

Emmanuelle Santinelli-Foltz

Université de Valenciennes ; CALHISTE – EA 4343

Enfants nés in ou extra legitimo matrimonio : quelles différences au haut Moyen Âge ?

Dans ce projet qui cherche à analyser sur la longue durée la question de la filiation illégitime, la présente communication a pour objet de balayer les premiers siècles du Moyen Âge (VIe-XIe siècles), à partir d’un corpus diversifié – même si la documentation provient le plus souvent du même milieu (élites religieuses, voire laïques) – de manière à saisir ce qui relève à la fois des normes, des pratiques et des représentations. Il s’agira donc à partir de sondages réalisés dans les sources narratives (histoires, chroniques, annales, vies de saint-e-s), mais aussi législatives (lois barbares, capitulaires, canons), moralistes, pénitentielles, épistolaires et diplomatiques, de repérer, dans un premier temps, les enfants nés (ou les naissances) en dehors du mariage légitime – que les autorités religieuses soutenues par les pouvoirs civils définissent plus nettement à partir de l’époque carolingienne. Tout en soulignant les limites de la documentation, cela permettra de comprendre dans quels cadres ceux-ci sont évoqués et de quelles manières ils retiennent l’attention. Il s’agira notamment de pointer ce qui les distinguent ou non des autres enfants, notamment de leurs demi-frères ou sœurs issus d’une union légitime lorsqu’il y en a, de manière à dégager les analyses pertinentes pour le haut Moyen Âge. Comment perçoit-on ces enfants ? Les considère-t-on différemment des enfants reconnus légitimes, notamment en termes d’héritage et d’avenir en lien avec les stratégies familiales ? Quels place et rôle ont-il au sein des groupes familiaux ? Les filles sont-elles considérées de la même façon que les garçons ? La question de la naissance illégitime se pose-t-elle, pour les enfants, de la même façon selon qu’elle est le fait du père ou de la mère ? Quelques remarques préliminaires réalisées à partir du corpus réuni chercheront ainsi à ébaucher une confrontation de ce que les sources laissent percevoir quant aux normes, aux pratiques et aux représentations, ainsi qu’à préciser les évolutions qu’elle enregistrent au cours des 5 siècles envisagés, précédant la réforme grégorienne qui aboutit, entre autres, à différencier plus nettement les enfants nés in legitimo matrimonio de ceux qui sont nés extra legitimo matrimonio.

 

 

 

Marta Peguera-Poch

Université de Nancy 2

 

La place des bâtards et des questions de filiation dans la coutume à l’époque moderne

 

Le duc de Montmorency avait fait une promesse de mariage à Mademoiselle de Pienne, contre la volonté du connétable et du roi, qui lui destinaient Diane, fille naturelle d’Henri II. Le pape tardant à relever le duc de sa promesse, le connétable s’adressa à la chancellerie royale, qui prépara l’édit de 1556. Celui-ci manifeste la volonté du pouvoir royal de légiférer sur le mariage. En effet, la monarchie souhaite préserver l’ordre dans les familles. Or, une union non reconnue ou non acceptée –par exemple, une mésalliance–,  sème le trouble. Et le trouble dans la famille est le trouble dans l’Etat. Comment dissuader de contracter ces unions indésirables ? En flétrissant leur fruit. C’est donc la considération qui entoure l’institution matrimoniale qui détermine la condition juridique du bâtard.

Pendant la période moderne (XVIe-XVIIIe siècle), cette condition juridique continue d’être réglée pour l’essentiel par les normes de droit canonique, qui cherchent un équilibre entre la protection du mariage et les droits de l’enfant. L’intervention du pouvoir laïc en la matière entraînera un durcissement de la condition du bâtard, notamment en matière patrimoniale. C’est surtout sous cet angle que les différentes sources de cette période envisagent la bâtardise : coutumes, législation royale, écrits doctrinaux et jurisprudence. C’est donc le droit patrimonial du bâtard, issu de ces différentes sources, qui sera le cœur de la communication. Une situation qui est marquée par un certain nombre d’incapacités, mais qui n’est pas toujours irréversible, puisque la légitimation peut modifier le régime juridique auquel est soumis le bâtard.

 

 


Didier Boisson

Université d’Angers ; CERHIO-Angers UMR 6258

Bâtardise et confession religieuse. L’exemple des réformés français au XVIIIe siècle

De la Révocation de l’édit de Nantes de 1685 à l’édit de tolérance de 1787, les réformés français, qui doivent théoriquement répondre à une obligation de catholicité, ont des attitudes très diverses à l’égard des baptêmes, mariages et sépultures qui doivent être inscrits dans les registres paroissiaux. Si les protestants refusent dans leur grande majorité de mourir catholiques, certains couples acceptent cependant de se marier à l’église et de faire baptiser leurs enfants. Toutefois, ces comportements varient beaucoup d’une région à une autre, d’une communauté à une autre, mais aussi selon la politique plus ou moins répressive du pouvoir ou de l’Église catholique. L’obligation de catholicité est plus facilement refusée dans les provinces à fortes minorités protestantes, c’est-à-dire le croissant réformé et la Normandie, où les Églises réformées se sont progressivement réorganisées après 1715, que dans des communautés isolées qui ne peuvent accueillir qu’exceptionnellement un pasteur clandestin.

Nous sommes donc en présence, pour les couples qui refusent le mariage catholique, d’une forme d’illégitimité particulière dans la mesure où si l’enfant n’est pas reconnu comme né d’un légitime mariage, dans les faits il est souvent considéré comme légitime et né d’une union légitime. Cette situation paradoxale a été créée par la loi. C’est cette question du mariage protestant et de l’illégitimité des enfants nés de ces unions qui, parallèlement à la dénonciation des persécutions dont sont victimes les réformés en particulier à partir de 1761 et de l’affaire Calas, aboutit à l’édit de tolérance de novembre 1787. Cet édit n’accorde en aucune façon une quelconque liberté de culte aux réformés, mais leur accorde un état civil en leur donnant la possibilité de déclarer les naissances, les mariages et les décès des membres de leurs communautés. Et c’est dès le début des années 1750 que des voix s’élèvent dans le royaume pour protester contre cette situation dans laquelle se trouvent les réformés.

L’objectif de cette communication est donc de comprendre comment la loi a engendré cette illégitimité et comment catholiques et réformés se sont comportés face à cette situation d’illégitimité.

 

Famille et société à l’épreuve de la bâtardise

 

Lucie Laumonier

Université de Sherbrooke et Montpellier – 3

 

Bâtards et enfants naturels : la place des enfants illégitimes dans les familles montpelliéraines

(XIVe-XVe siècles)

 

L’attitude de la société tardo médiévale française à l’égard des enfants illégitimes est décrite de manière ambivalente dans l’historiographie, oscillant entre rejet et intégration au sein des groupes de parenté. La grande richesse des archives de Montpellier nous permet de constater leur présence discrète mais persistance dans la documentation. L’ambivalence soulignée par l’histoire de la famille s’y manifeste : certains enfants sont abandonnés par leurs parents tandis que d’autres reçoivent des legs importants ; la coutume oblige les pères à les entretenir mais ils sont interdits d’accès à la maîtrise universitaire. Alors comment dépasser ce constat et faire de l’illégitimité une voie d’accès à une meilleure appréhension des structures et dynamiques familiales ?

Un autre champ de l’historiographie peut servir de modèle à un premier niveau d’analyse. L’histoire des lépreux et léproseries a su transcender la dichotomie inclusion/exclusion, pourtant profondément ancrée dans la tradition, par le recours à l’histoire culturelle et des représentations. Leur rôle social de rédemption est mis en évidence par leur place au sein des structures d’assistance et des œuvres de charité. À Montpellier, les consuls sont les patrons d’une œuvre destinée aux enfants exposés, appelés « bâtards du consulat » à la fin du XVe siècle. Enfants illégitimes selon le consulat, abandonnés et rejetés par leur famille, ils sont néanmoins objets de la bienfaisance publique et privée, participant à la démarche de rédemption caractéristique des gestes charitables. Il s’agit donc de penser l’illégitimité, non en termes d’inclusion et d’exclusion, mais en termes de rôle social d’une part et de rôle au sein de la parenté, d’autre part.

Après avoir expliqué la législation montpelliéraine relative aux enfants illégitimes, on s’intéressa d’abord au sort des enfants recueillis par le consulat afin de discuter ce topos historique arguant que les enfants abandonnés sont bien souvent illégitimes. Dans un deuxième temps, les archives privées et en particulier les testaments nous permettront de comprendre  dans quelle mesure et de quelle manière les enfants illégitimes trouvent une place au sein des groupes de parenté. On verra que cette place est fondamentalement dépendante de la composition même des familles et du sexe de l’enfant. S’il est clair que les enfants illégitimes ont une place secondaire, celle-ci doit être observée au cas par cas, dans une démarche microhistorique permettant de nuancer chaque situation. C’est par la caractérisation des attitudes envers les enfants illégitimes, leur mise en perspective avec le contexte socioculturel et de production des sources que l’on parvient à mieux cerner le rôle et la place qu’ils occupent, au sein de la société et des familles montpelliéraines.

 


Identités et représentations

 

 

Laurent Hablot

Université de Poitiers

 

L’héraldique des bâtards, lecture comparée des armes de Jean et de Guy de Bourbon, bâtards de Louis Ie (1334)

 

A partir de la seconde moitié du XIVe siècle, les bâtards nobles peuvent, par l’accès aux armoiries de leur géniteur, faire connaître les liens qui les unissent à leur père. Mais ce partage héraldique ne prend sens que par comparaison aux autres systèmes de délégation d’armoiries, aux parents et aux familiers notamment. L’évolution des mises en forme des armes des bâtards souligne d’ailleurs la modification de leur statut dans la société de la fin du Moyen Age où ils deviennent à la fois plus proches et plus distincts du lignage. Le dossier complexe de la « reconnaissance » de deux frères « de Bourbon » par le duc Louis Ier de Bourbon en 1334 repose les problèmes de l’usage des signes d’identité – nom, statut, titre et armoiries – dans la filiation illégitime. L’héraldique pourrait-elle apporter une réponse à ces questions ?

 

Mª Dolores Alonso Rey Chevallier

Université d’Angers

La bâtardise dans quelques textes littéraires espagnols.

Le regard porté sur le bâtard dans le théâtre est ambivalent. Avec cette ambivalence W. Shakespeare construit un des bâtards les plus connu sde l’histoire du théâtre : Edmond le fils illégitime du comte de Gloucester qui trompe son frère dans Le roi Lear. L’objectif de notre travail est d’analyser quelle représentation de la bâtardise a été faite dans la littérature, quelle image du bâtard médiéval est donnée dans des textes espagnols de différents époques où il est le protagoniste. Nous étudierons d’abord les cas où le bâtard est fils unique, ensuite les cas où il est en fratrie et enfin le cas où le conflit entre frères-bâtards a une valeur symbolique. Lorsque le bâtard est le seul membre d’une famille, il est présenté comme un héros positif. Nous pouvons voir cette conception dramatique du bâtard dans deux pièces de Lope de Vega (1562-1635) où deux bâtards légendaires  sont les héros: Las mocedades de Bernardo del Carpio (1599-1608) et, sa suite, El Casamiento en la muerte( 1604) et la tragicomédie El bastardo Mudarra (1612). Le drame historique du XIXème siècle met en scène les aventures de bâtards médiévaux en fratrie. Le conflit entre fils légitime et fils illégitime est le cœur de la pièce. Nous avons choisi deux pièces qui annoncent le sujet de la bâtardise dans son titre. Elles nous intéressent parce qu’elles proposent une vision opposée du bâtard. La vision positive se trouve dans El bastardo (1838)de Antonio García Gutierrez tandis que la vision négative se trouve dans Pedro el bastardo (1888) de Juan Antonio Cavestany et José Velarde. Le fratricide entre deux frères bâtards est le symbole de la guerre civile. Francisco Ayala écrit Los usurpadores (1949) composé de récits d’épisodes historiques qui ont eu un retentissement littéraire. El abrazo, l’accolade, peut être lu de façon allégorique. L’assassinat du roi légitime Don Pedro (1350-1369) par son demi-frère, Enrique II, el Bastardo, et la guerre qui les opposait, considérée comme l’une des premières guerres civiles en Espagne, sont un moyen de parler de la dernière guerre civile (1936-1939).

 

Jean-François Bianco

Université d’Angers

 

L’enfant naturel dans l’oeuvre de Diderot  (Les Lettres à Sophie Volland) : réalités et fictions

Au dix-huitième siècle, comme à d’autres époques, un enfant naturel a la plus grande probabilité de devenir un « enfant perdu ». Faut-il être dès lors absolument fou pour vouloir, sciemment et froidement, le « créer » ? Qui peut se résoudre à transformer cette malheureuse et cruelle fatalité en un choix réfléchi ? C’est pourtant ce projet que présente Diderot dans les Lettres à Sophie Volland. Nous sommes en 1762. Il s’agit d’une « fille de trente-deux à trente-trois ans » (lettre du 18 juillet 1762) qui revendique en toute conscience le droit d’être mère sans être mariée. Elle renverse en quelque sorte le cliché romanesque de la femme « séduite et abandonnée ». Audace « féministe » ? Coup de force philosophique ? Expérience morale ? On s’est interrogé sur les tenants et les aboutissants de ce cas de conscience qui provoque un débat retors à propos de la légitimité entre Diderot et les soeurs Volland. Elisabeth de Fontenay avait abordé ce thème de la « légitime illégitimité » dans son Diderot ou le matérialisme enchanté (1981). Ce sont les raisons de cette « folie » que nous souhaitons étudier à nouveau. Ce sont les enjeux de cette figure, en amont du type littéraire traditionnel du bâtard, que nous nous efforcerons d’expliciter. C’est le statut de cet enfant dans les lettres, enfant virtuel avant d’être enfant naturel, que nous essayerons de préciser, quelque part entre la réalité et la fiction.