Archives de catégorie : Groupe Genre de l’Université d’Angers

Le groupe genre de l’université d’Angers s’inscrit dans le cadre suivant :
– l’adhésion de l’Université d’Angers au GIS Genre du CNRS ;
– ce groupe sur le genre, inscrit dans les activités de la SFR Confluences, est à la fois trans-axes, trans-Facultés, et trans-statuts (ouvert à tous, des doctorants aux HDR) ;
– études sur le genre ne signifie pas études sur les femmes : il s’agit bien de comprendre le genre dans toutes ses dimensions et variétés, du masculin au féminin. Le groupe interdisciplinaire peut également soutenir des études disciplinaires et/ou individuelles.

JE “Injures sexistes et homophobes”

aff_gedi_injures_sexistes_420x297mm_v3Journée d’étude

Injures sexistes et LGBT-phobes

VENDREDI 14 NOVEMBRE

Cette journée est organisée dans le cadre du programme GEDI – Genre et discriminations sexistes et homophobes – porté par la SFR Confluences de l’Université d’Angers et financé par la Région Pays de la Loire.

Gratuit / inscription obligatoire avant le 9 novembre.

Renseignements et inscriptions :

Mireille Loirat | mireille.loirat@univ-angers.fr

02 41 22 63 65 / http://gedi.hypotheses.org/

Programme :

9h | Café d’accueil

9h30h | Introduction

Christine Bard | Directrice de la SFR Confluences et du programme GEDI

9h45-12h15

Des outils pour l’analyse : approches multidisciplinaires

Animé par Nahema Hanafi (MCF, Histoire, CERHIO, Université d’Angers)

Aux sources de l’injure sexiste et homophobe. Le cas d’un moraliste français du XIIe siècle

Frédérique Le Nan | MCF HDR, Littérature médiévale | CERIEC, Université d’Angers

L’histoire des injures sexuelles : un outil d’analyse sémantique, psycho-sociologique et politique de la violence sexiste

Sylvie Lausberg | Psychanalyste | Chargée de mission au Centre d’Action Laïque, Belgique

L’injure diagnostique : psychopathologie, ‘scène de l’interpellation’, contre-transferts

Thamy Ayouch | Psychanalyste et MCF en psychologie clinique | Université de Lille 3, Université Paris 7, Universidade de São Paulo

Le pouvoir de l’injure

Caroline Dayer | MCF, Psychologie et sciences de l’éducation | Université de Genève

L’injure transphobe [et plus, si haine avérée]

Karine Espineira | Docteure, Sciences de l’information et de la communication | LIRCES, Université de Nice Sophia Antipolis

Débat

12h15-13h30 | Déjeuner

13h30-15h30 | Autour du Droit

Animé par Félicien Lemaire (PU, Droit public, Centre Jean Bodin,

Université d’Angers)

Répression et prévention du langage discriminatoire

Daniel Borrillo | MCF HDR, Droit privé | CREDOF, Université de Paris Ouest Nanterre La Défense

La répression des injures sexistes

Caroline Renaud-Duparc | MCF, Droit privé | Centre Jean Bodin, Université d’Angers

Du sexisme comme nouvelle incrimination. L’exemple de la Belgique

Jimmy Charruau | Doctorant, Droit public | Centre Jean Bodin, Université d’Angers

Approche juridique des injures homophobes à la lumière de théories féministes

Etienne Deshoulières | Droit | Avocat au barreau de Paris, SOS homophobie

Débat

15h30-15h45 | Pause

15h45-17h15 | Table-ronde : sur la lesbophobie

Animée par Christine Bard (PU, Histoire, CERHIO, Université d’Angers)

Les violences contre les lesbiennes et la construction d’une identité lesbienne de résistance (1970-1982)

Ilana Eloit | Doctorante, Histoire | Gender Institute de la London School of Economics

Ce que nous dit l’insulte lesbophobe. Analyse des rapports et des enquêtes de SOS homophobie

Stéphanie Arc | Journaliste, SOS homophobie

Usages de l’espace public et lesbianisme : sanctions sociales et contournements

Natacha Chetcuti | Docteure, Sociologie | CRESPPA, équipe “Genre, travail, mobilité”, CNRS, Paris

De l’injure à la lesbophobie institutionnelle

Suzette Robichon | Militante associative

Débat

17h30-18h30

Être convoqué-e-s

Conférence de Didier Eribon | PU, Université d’Amiens

18h30-19h | Conclusion

Chadia Arab (Chargée de recherche CNRS, Géographie, ESO, Université d’Angers) et Emmanuel Gratton (MCF, Sociologie, LPPL, Université d’Angers)

Conférence sur les “Zoos humains”

csm_visuel_expo_ZH_94d053567c

            Conférence sur les “Zoos humains”

            Nicolas Bancel, historien

Introduction de Christine Bard, professeure d’histoire contemporaine

 

 

 

Lundi 6 octobre  16h-18h

Université d’Angers

Faculté LLSH

Maison des sciences humaines, Amphi Tillion

 

Cette conférence est proposée en parallèle de l’exposition “Zoos humains, l’invention du sauvage” qui se déroule du 12 juillet au 28 décembre 2014 au Muséum des sciences naturelles d’Angers.

L’exposition “Zoos humains” met en lumière l’histoire de femmes, d’hommes et d’enfants, venus d’Afrique, d’Asie, d’Océanie ou d’Amérique, exhibés en Occident dans des cirques, des cabarets, des foires, des zoos, des villages reconstitués dans le cadre des expositions universelles et coloniales.

Un processus qui commence au 16ème siècle dans les cours royales et va croître jusqu’au milieu du 20ème siècle en Europe, en Amérique et au Japon.

C’est un immense “spectacle“, avec ses figurants, ses décors, ses imprésarios, ses drames et ses récits. C’est aussi une histoire oubliée, au carrefour des histoires coloniales, de la sciences, du racisme et de celle du monde du spectacle et des expositions universelles.

Conférence de G. Vigarello / Mardi 15 octobre 2013

Dans le cadre des mardis du Genre proposés par la SFR Confluences, la Maison des sciences humaines a accueilli, le 15 octobre, Georges Vigarello, directeur de recherche à l’École des hautes études en sciences sociales, pour présenter son travail sur l’Histoire de la virilité.

Après l’Histoire du corps,qu’il avait codirigée avec Alain Corbin et Jean-Jacques Courtine, Georges Vigarello s’est attaqué en 2011 à l’Histoire de la virilité. De l’Antiquité à nos jours, l’ouvrage de trois tomes et pas moins de 1700 pages propose un parcours au cours duquel la virilité est une ­valeur incertaine, une notion variable. Pour autant, une caractéristique semble avoir traversé les époques : la virilité serait continuellement en crise. “Il s’agit d’une notion qui, d’emblée, est difficile et contestée, note Georges Vigarello. Lorsqu’on est dans une position d’ascendant, on est contesté. Dans une situation humaine d’asymétrie, il y a des altercations“. Autrement dit, à travers les temps, les cadets tentent toujours de prendre la place des ainés. Ces derniers, en revanche, sont obsédés par la crainte d’une “éfféminisation” de la société. En résulte ainsi des crises de la virilité, pouvant prendre des formes différentes selon les périodes.

De l’épée au mousquet

La Renaissance marque le passage du chevalier au cavalier. C’est une véritable rupture de modèle culturel. “Ce que l’on attend du courtisan, c’est qu’il ait une sociabilité bien différente de celui du chevalier, assure Georges Vigarello. Il doit être sensible à la danse, à la musique. Il intègre le parfum, le linge. Il utilise le mousquet, qui demande bien plus d’agilité et de ruse que le combat à l’épée. Ces changements de comportement vont être très contestés par les vieux barons.” À l’arrivée de ces nouvelles règles sociales, la virilité est ainsi, et pour la première fois, remise en cause.

Émancipation de la femme

Au XIXe siècle, s’amorce un virage. Une première émancipation marque la contestation par les femmes de la domination des hommes. Les places susceptibles d’être masculines – le travail, l’accès aux études supérieures, au divorce…- sont acquises par les femmes. “Il y a un déplacement des activités domestiques, qui sont des activités dominées, vers les activités dominantes, de responsabilité, développe Georges Vigarello. Cette crise est nouvelle car elle ne concerne plus les ascendants et les dominés en tant qu’hommes, mais elle confronte directement les hommes et les femmes“.

Et de nos jours ?

À partir de 1914, la femme s’empare de l’univers social. Parallèlement, “au combat, les hommes se terrent dans les tranchées. Cela atteint terriblement l’image du soldat et l’image du viril. Depuis, des repères très forts comme celui de l’uniforme, ont disparus“. La référence à la force s’est également déplacée. Dans le sport, le courage appartient autant aux femmes qu’aux hommes. De même, le plaisir sexuel, le désir féminin se sont affirmés. Ainsi, la “surcompensation” pousse les corps bodybuildés à peupler nos écrans ; des “conservatoires virils” se développent dans certains milieux comme le rugby ou le judo ; “l’imaginaire” du viril s’amplifie au cinéma ; le “combat féministe” s’accentue ; les “tentatives de basculement” incitent les hommes à changer leur place dans le modèle familial… Autant de conséquences d’une nouvelle remise en question de la virilité.

Baptiste CROCHET
baptiste.crochet@univ-angers.fr

Calendrier du séminaire Mardis du genre 2013-2014

Date

Intervenant.e.s

Titre de l’intervention

à la MSH

12h-14h

24 /9

Réunion de rentrée

Kahlo

15 /10

Georges  Vigarello, directeur de recherche à l’EHESS « Histoire de la virilité » Tillion

12/11

Arnaud Alessandrin, docteur en sociologie, Université de Bordeaux, chercheur au Centre Emile Durkeim, co-auteur de Géographie des homophobies (2013)Karine Espineira, docteure en sciences de l’information et de la communication, a dirigé avec Maud-Yeuse Thomas et Arnaud Alessandrin La Transyclopédie (2013) « Glossaire des transidentités »  « Construction et traitement médiatique des transidentités : maltraitrance médiatique et réponse militante » Kahlo

3 /12

Christine Bard, professeure d’histoire contemporaine, directrice de la Structure Fédérative de Recherche Confluences – Université d’Angers « Des suffragettes aux Femen : le corps dans l’agir féministe » Kahlo

21 /1

Marie Line Bertrand, professeure d’espagnol, doctorante en histoire, Université d’AngersMireille Douspis, docteur es-lettres, auteure de L’influence de l’histoire contemporaine dans l’œuvre de Marguerite Yourcenar et de L’idéologie politique de Marguerite Yourcenar d’après son œuvre romanesque « Les identités politiques d’Anna Kuliscioff (1853-1855-1857-1925)« L’antiféminisme de Marguerite Yourcenar » Kahlo

11 /2

Nahéma Hanafi, maîtresse de conférences en histoire, Université d’Angers « Flux et reflux féminins au siècle des lumières » Kahlo

25 /3

Stéphane Leroy, professeur de géographie à l’Université d’Angers, auteur (avec Nadine Cattan) de L’Atlas mondial des sexualités (Autrement, 2013)Denis Trauchessec, doctorant en géographie, Université d’Angers (Par ici ou par là. Oasis subversive d’une sexualité entre hommes dans l’espace public) « D’une ville l’autres ou de l’intérêt d’étudier la géographie des homosexualités masculines »

 

 

« Drague dans l’espace public »

Kahlo

15/4

Mathilde Plard, chargée de recherche en géographie, laboratoire de recherche ESO – Université d’AngersNasima Moujoud, maîtresse de conférences en anthropologie, Université Pierre Mendès France Grenoble 2 « Parcours migratoires : des ajustements identitaires. L’expérience de femmes aînées immigrantes à Montréal »« Ce que les femmes parties seules nous apprennent sur la migration » Kahlo

13 /5

Caroline Renaud-Duparc, maitresse de conférences en droit privé, Université d’Angerset Jimmy Charruau, doctorant en droit public, Université d’Angers (sur La notion de non-discrimination dans le droit public français) « Genre, injure et discrimination à l’aune du droit » Kahlo