Archives de catégorie : Les mardis de Confluences

Conférences organisés par la SFR Confluences à la Maison de la recherche Germaine Tillion. Ces conférences ont lieu environ un mardi par mois de 18h à 20h, sont gratuites et ouvertes à tous les publics.

Les mots pour dire les héritages

La SFR Confluences a le plaisir de vous inviter au lancement du cycle 2019-2020 des Mardis de Confluences.

Après avoir porté pendant 3 années sur “Les populismes”, la thématique retenue pour le nouveau cycle est celle des «héritages».

Cette thématique sera interrogée au prisme de : l’art, la culture, l’économie, le management, la littérature, la psychologie, les langues, la géographie, l’histoire, les sciences politiques, la sociologie …

Afin de croiser les regards des différentes disciplines de la SFR Confluences, nous vous convions, pour lancer ce cycle, à une table ronde sur «Les mots pour dire les héritages»,

Mardi 1er octobre
18h-20h

Maison de la recherche Germaine Tillion

Entrée libre et gratuite

Regards croisés interdisciplinaires sur le concept d’héritage avec :

  • Alix Bernard, psychologue
  • Hervé Davodeau, géographe
  • Arnaud De Lajartre, juriste
  • Frédérique Le Nan, médiéviste
  • Pierre-Henri Ortiz, historien
  • Bruno Séjourné, économiste
  • Thomas Williams, angliciste

Pour accéder à l’enregistrement de la conférence :

https://univ-angers.cloud.panopto.eu/Panopto/Pages/Viewer.aspx?id=4a79bdfe-ba49-497c-9ee7-aad9010e23a5

“Généalogie du POPULIsme depuis la mort de franco”

Mardi 26 février 2019 à 18h à la Maison de la recherche Germaine Tillion

Entrée libre et gratuite

Conférence donnée dans le cadre du cycle des Mardis de Confluences par Xavier Casals, historien, Université de Barcelone. La conférence sera animée par Manuelle Peloille, professeur en civilisation espagnole et directrice du laboratoire angevin 3LAM.

L’Espagne n’a pas eu jusqu’ici de parti d’extrême droite ou d’extrême gauche important, et l’euroscepticisme y est peu influent. Les Espagnols sont même les plus pro-européens de l’Union européenne (UE) : 82 % d’opinions favorables par rapport à une moyenne communautaire de 62 % . Cependant, la lente croissance des dynamiques populistes a fini par bouleverser le paysage politique : ces forces délimitent désormais les lignes de la majorité des secteurs idéologiques, à gauche et à droite, mais aussi du côté du nationalisme catalan.
Nous présenterons ici, à titre d’hypothèse, trois étapes qui permettent de comprendre l’évolution du populisme depuis trente ans. Le stade initial correspond aux années 1990 (1989-2000). Trois leaders controversés (José Mª Ruiz Mateos, Jesús Gil et Mario Conde) ont jeté les bases d’un berlusconisme avant la lettre. Cette première vague s’est conclue avec les élections législatives de 2000.
Peu après, on a assisté à l’essor de nouveaux partis en Catalogne, marquant le début d’une deuxième vague, mais restreinte à ce territoire. Les élections locales de 2003 voient l’irruption l’ultra-droitière Plataforma per Catalunya [Plateforme pour la Catalogne, PxC] et l’ultra-gauchiste Candidatura d’Unitat Popular [Candidature d’Unité Populaire, CUP]. Trois ans plus tard, c’est l’entrée au Parlement de Ciudadanos (Citoyens, C’s), porte-parole d’un nationalisme espagnol décomplexé. Tous ces changements ont mis sur les rails un processus qui a transformé la Catalogne en laboratoire politique de l’Espagne et débouché en 2017 sur la proclamation unilatérale de l’indépendance.
La troisième vague a commencé avec l’arrivée de Podemos (Nous Pouvons) et de C’s aux Parlement européen (PE, 2014) et espagnol (2015). Elle a vu l’expansion des dynamiques populistes à l’ensemble de l’Espagne et reste encore inachevée. Son dernier jalon a été l’essor d’un parti d’extrême droite, Vox, aux élections andalouses de 2018.

Le lien audio-vidéo vers la conférence :http://canal-ua.univ-angers.fr/avc/courseaccess?id=5348

http://canal-ua.univ-angers.fr/avc/courseaccess?id=5348

Conférence-débat des Mardis de Confluences / Mardi 29 mai à 18h à la MRGT

Le populisme désigne un type de discours et de courants politiques qui fait appel aux intérêts du « peuple » et prône son recours en opposant ses intérêts à ceux de l’élite, du « système ».  La plupart des observateurs en font l’un des chancres de la démocratie représentative.

Et pourtant jusque dans nos territoires, quartiers du centre ville, quartiers populaires, communes rurales, on constate une progression voire un enracinement des partis et des discours « populistes ». Diffus le plus souvent, mais aussi avec de fortes concentrations sur des territoires en difficultés et en mutation,  des citoyen.ne.s en nombre significatif s’y reconnaissent.

Mais quelles sont précisément les formes territoriales du populisme aujourd’hui? Quelle est la géographie électorale de ce populisme? La démocratie est-elle mise en péril ? Il y sera donc question de Le Pen, des identitaires, de Mélenchon et des Insoumis, de Wauquiez et de la refondation de la droite et de la gauche.

Christian Pihet et Albin Wagner tenteront de répondre à ces questions.  Animation : Chadia Arab

Mardi 29 mai à 18h à la MRGT

Entrée libre et gratuite.

“Les populismes dans les Amériques”

Mardi 13 février à 18h à la Maison de la recherche Germaine Tillion

« Les populismes dans les Amériques »

Intervenants :

 Marie-Cécile Naves, Chercheuse à l’Institut des relations internationales et stratégiques, directrice de publication de chronik.fr

Alvar de La Llosa, Professeur d’études hispano-américaines, Université de Lyon 2

http://canal-ua.univ-angers.fr/avc/courseaccess?id=4191

Dans l’imaginaire collectif, le terme « populisme/s » renvoyait, jusqu’à récemment, surtout à des régimes perçus comme anti-démocratiques. Aujourd’hui, il s’associe, le plus souvent, à l’administration de l’actuel président des Etats-Unis, l’irascible twitteur Donald Trump.

L’Amérique latine, avec ses caudillos du XIXe siècle, semble avoir constitué un creuset de certaines formes de populisme du « Nouveau monde », se prolongeant jusqu’aux XXe et XXIe siècles à travers des figures telles que Juan et « Evita » Perón, Getulio Vargas, Alberto Fujimori, Saúl Menem, Hugo Chávez, Evo Morales, Cristina Fernández de Kirchner, Mauricio Macri et bien d’autres, qualifiés – à tort ou à raison – comme « populistes ». Voilà pourquoi il est intéressant, et même urgent, d’examiner les diverses manifestations américaines de ce terme aux contours flous.

C’est ce que nous proposent deux spécialistes de l’Amérique, Continuer la lecture de “Les populismes dans les Amériques”