Archives de catégorie : Les mardis de Confluences

Conférences organisés par la SFR Confluences à la Maison de la recherche Germaine Tillion. Ces conférences ont lieu environ un mardi par mois de 18h à 20h, sont gratuites et ouvertes à tous les publics.

Les Mardis de Confluences – conférence du 13 janvier 2015

INTEGRALE WEEK-END

Conférence-débat « La performance du politique »

 

 

 

 

Depuis le début de l’année 2014, La SFR Confluences organise des conférences-débats, ouvertes à tous, sur le thème de la performance. Après les performances sportive, artistique (ORLAN), biotechnologique, scolaire, etc.., c’est au tour du champ politique de se trouver questionné par cette injonction sociétale. Pour analyser ce phénomène, un enseignant-chercheur (F. Hourmant) croisera son regard scientifique avec celui d’une « praticienne » de la performance politique bien connue des angevins : Roselyne Bachelot, conseillère générale et régionale, puis plusieurs fois député et ministre, et désormais chroniqueuse éditorialiste.

Continuer la lecture de Les Mardis de Confluences – conférence du 13 janvier 2015

Les Mardis de Confluences : conférence du 14 octobre « Le végétal performant »

Arcimboldovertemnus.jpeg

                       

 

Cycle de conférences-débats organisé en partenariat avec La Maison des Projets de la Ville d’Angers et Terre des Sciences

 « le végétal performant »

Mardi 14 octobre – 18 h / 20 h – Institut municipal – Entrée libre et gratuite

 Résumés des 2 conférences

Bertrand GUEST (maître de conférences en littérature générale et comparée à l’Université d’Angers) : S’il sera bien question de la « performance » tant nutritive que matérielle du végétal, Bertrand Guest abordera aussi son omniprésence et son efficace de longue date dans nos imaginaires, de l’architecture médiévale à la littérature contemporaine, à travers une promenade dans l’entrelacs de nos racines et des ramifications complexes de nos sociétés, fondées depuis longtemps bien que d’une façon changeante sur un substrat végétal. Le règne végétal s’avèrera sans doute le motif idéal pour une interrogation critique de la notion contemporaine de performance, à partir du paradoxe selon lequel le plus efficace des organismes est parfois aussi le plus lent et le plus apparemment inactif. L’objectif pourrait dès lors devenir de répondre à cette question: d’où nous vient l’idée que ce qui végète est moins « performant » ?

 

 

Jean-Pierre RENOU (directeur de l’Institut de Recherches en Horticulture et Semences, directeur de recherches à l’INRA) : La notion de performance est toute relative et dépendante de l’environnement dans lequel elle est amenée à s’exercer. Dans l’inconscient collectif, un végétal « performant » est celui qui rend le plus de services à l’homme, en terme de nutrition (répondre aux besoins alimentaires), voire de santé (diététique et nutraceutique), quelquefois de qualité de vie (plantes d’ornement ou espaces naturels protégés). Il faut cependant prendre conscience qu’il n’y a pas de performance absolue, mais que tout est affaire de compromis. Une variété végétale peut être considérée comme « performante » sur un caractère donné quand elle est cultivée seule dans une parcelle donnée avec un environnement donné, et être tout simplement incapable de se reproduire dans un espace naturel où elle subira une compétition féroce de la part des espèces sauvages indigènes. Dans ce cadre, elle sera alors dénuée de toute « performance ». Les anglo-saxons utilisent depuis longtemps la notion de « trade-off » (troc) pour expliquer la façon dont les être vivants gèrent l’affectation des « dépenses » consenties par les organismes pour faire face aux situations rencontrées. Par exemple un gain génétique en rendement peut s’accompagner d’une perte de qualité nutritive ou d’une plus grande sensibilité aux agressions climatiques ou biotiques. Inversement le développement d’une résistance à une maladie, parce qu’elle sera « couteuse » en énergie peut s’accompagner d’une baisse de qualité nutritive, ou de rendement. Pendant longtemps les dispositifs agricoles ont simplifié l’équation en tentant de contrôler l’environnement des plantes (techniques de culture et de récolte améliorées, irrigation, engrais, pesticides …..) et ont permis d’augmenter drastiquement la productivité agricole en combinant ces progrès techniques au progrès génétique (cf. la révolution verte liée à la découverte des céréales à paille courte). Mais les contraintes pesant sur l’environnement  évoluent et nous amènent à revoir la notion de performance de façon plus intégrative, y compris au niveau de la parcelle cultivée. C’est à dire plus en terme de recherche de meilleurs compromis : la meilleure productivité dans le plus grand respect de l’environnement pour préserver sa durabilité. C’est le double défi actuel de la sécurité alimentaire et de l’agroécologie. C’est un changement de paradigme pour les biologistes et agronomes qui ne peuvent plus adresser les questions d’amélioration (génétiques et techniques) autrement que de façon globalisée pour optimiser les coûts de « trade-off ». Un végétal cultivé devra être « globalement performant », avant d’être « le meilleur dans un domaine spécifique ».

 

 

Coordonnateur du cycle : Arnaud De Lajartre –enseignant-chercheur – Directeur adjoint de la SFR Confluences

Contact :
Annie Ribrault   -MSH/SFR- 02 41 22 63 90

annie.ribrault@univ-angers.fr

Les Mardis de Confluences – conférence du 17 juin

école ralentir

Mardi 17 juin   :     L’écolier doit-il être performant ?

 

                                                    Mardis de Confluences

            Cycle de conférences-débats organisé en partenariat avec la Maison des Projets et Terre des Sciences


( SFR Confluences – Université d’Angers )

 


 

L’exigence de performance, qui semble s’imposer de plus en plus dans nos vies privées comme professionnelles, s’applique-t-elle également aux enfants ? L’écolier doit-il être performant, et si oui, comment le mesure-t-on ? La performance de l’enfant à l’école est en effet une performance tout à fait spécifique que l’on pourrait qualifier de contre performance, ou d’anti performance. Les traits propres de l’univers scolaire, et plus largement ceux de l’univers savant, impliquent en effet une rupture avec les nécessités sociales et pratiques, et leurs exigences de performance, de réussite ou de réalisation. Dans cette perspective la suspension ou l’annulation de la performance sociale sont capitales pour que l’élève accède à la « performance » scolaire. 

 

Sous cet angle, la question de l’évolution de l’aménagement hebdomadaire des temps éducatifs et périscolaires de l’enfant permet de ré-interroger l’organisation et le cadre pédagogique dans lesquels peut (doit ?) s’épanouir cette performance de l’écolier. La performance ou l’efficacité des individus à être réceptifs aux informations délivrées durant la journée dépend étroitement de leur rythme de vigilance et de l’attention qu’ils prêtent aux objets de leur environnement, en lien avec l’attrait et la durée des activités exercées durant cette période journalière.

Tenter de remédier à l’explosion de la fréquence des problèmes attentionnels pose la question de la durée et de l’alternance des activités scolaires et périscolaires. Du côté des élèves, la performance attentionnelle dépend de la prise de conscience des objectifs de l’apprentissage, de la forme de motivation qui ne sauraient être détachées de leur chronobiologie.

INTERVENANTS :

Christophe DORÉ, professeur de philosophie, formateur à l’ESPE de Nantes

Christophe BOUJON, maître de conférences en psychologie à l’Université d’Angers, auteur de l’ouvrage « Attention et réussite scolaire »

 

LIEU :

Maison des Projets d’Angers – 12 place Imbach – Angers           18h-20h – Entrée libre et gratuite

 

Coordonnateur du cycle : Arnaud de Lajartre – Maître de conférences en droit à l’Université d’Angers, directeur-adjoint de la SFR Confluences

Contact : Annie Ribrault   -MSH/SFR- 02 41 22 63 90            annie.ribrault@univ-angers.fr

Les Mardis de Confluences – conférence du 27 mai

644224

 

 

Mardi 27 mai :   

Performance technologique :   l’homme « bionique » est-il pour maintenant ?

 

L’homme, la femme « bionique », désigne une créature faite de parties organiques et artificielles.

 

L’athlète Oscar Pistorius et l’athlète, mannequin et actrice, Aimee Mullins en sont des figures célèbres.

Augmenter l’humain par la technologie, le rendre plus fort, plus rapide, plus intelligent, etc. Quelle est la part de réalité et de fantasme ?

Qu’en est-il du posthumain, comme dépassement du biologique, souhaité par les transhumanistes ?

 

Vincent GUERIN, docteur en histoire contemporaine

Daniel LEWKOWICZ, chercheur en neurosciences

 

Lieu :

MSH –5bis boulevard Lavoisier – campus de Belle-Beille Angers           18h-20h – Entrée libre et gratuite

 

Le cycle des Mardis de Confluences est organisé en partenariat avec la Maison des Projets de la Ville d’Angers et Terre des Sciences.

Coordonnateur du cycle : Arnaud De Lajartre –enseignant-chercheur

Contact :
Annie Ribrault   -MSH/SFR- 02 41 22 63 90

annie.ribrault@univ-angers.fr

Les Mardis de Confluences – conférence du 8 avril : ORLAN

ORLAN

ORLAN

Mardi 8 avril   

18h-20h    Amphi A de la Faculté des Lettres, langues et sciences humaines  – 11 Bd Lavoisier Campus de Belle-Beille – Angers

Entrée libre et gratuite

 

 

 Dans le cadre du cycle de conférences « Les Mardis de Confluences » s’attachant cette année à explorer la notion de performance, la SFR Confluences accueille le 8 avril à l’Université d’Angers l’artiste ORLAN.

N’ayant de cesse depuis le milieu des années 1960 d’interroger le corps, ses identités et les pressions qu’il subit, ORLAN diversifie les approches en multipliant les formes de création.

La photographie, l’installation, la vidéo, le dessin, la sculpture et bien sûr la performance lui permettent de faire du corps, de son corps, une œuvre.

Politiques, féministes et engagées, ses créations n’ont de cesse de surprendre par leur originalité et leur audace. Il faut rappeler qu’ORLAN fut la première artiste, dans les années 1990, à utiliser la chirurgie comme medium lors de ses performances en bloc opératoire (Opera Surgery, 1991).

L’hybridation du corps ressort de son travail ainsi que les empreintes laissées dans la chair par une société normée. Aujourd’hui encore ORLAN propose des œuvres qui mélangent images de l’artiste et iconographies venues d’ailleurs pour mieux explorer la notion de standard au-delà des frontières de l’Occident (Self-hybridations amérindiennes, 2005-2008).

Faite Chevalier de l’ordre du Mérite en 2010, ORLAN est sûrement l’une des artistes françaises dont l’œuvre est la plus reconnue sur la scène internationale. Elle a reçu le prix E-Réputation en 2013, révélant qu’elle est la plasticienne la plus populaire sur le net français.

C’est donc une très grande joie et un honneur de recevoir à Angers  cette grande artiste dont la conférence va nous permettre d’explorer l’ampleur de son travail et de sa vision.

 

Les Mardis de Confluences : cycle de conférences organisé en partenariat avec la Maison des Projets de la Ville d’Angers et Terre des Sciences.

Coordonnateur du cycle : Arnaud De Lajartre – enseignant chercheur

Contact : Annie Ribrault       MSH/SFR- 02 41 22 63 90     annie.ribrault@univ-angers.fr

Les Mardis de Confluences – conférence du 18 mars

 

Conférence 3

 

 

IFEPSA fiche ERI Mardis de Confluences

 SFR Confluences – Université d’Angers 

 

 Mardi 18 mars 2014 

La « perf » en sport , un exploit physique ou mental ?

 

Depuis plusieurs décennies, la performance sportive de haut niveau bénéficie d’un apport scientifique des plus aboutis lorsqu’il s’agit de l’expliquer ou mieux encore de la prédire. En marge du microcosme du sport professionnel, ces modèles de la performance résonnent souvent comme un véritable diktat de la pratique sportive du sportif amateur assidu ou occasionnel. Planification de l’entraînement, travail intermittent, assouplissements, hygiène de vie, gestion des blessures, préparation physique, récupération, sont autant de concepts qui s’invitent dans l’organisation de l’activité sportive du plus commun du sportif. Cette quête de performance individuelle nous invite à questionner les conséquences psychologiques liées à l’application de ces modèles de performance sportive, qu’elles soient d’ordre motivationnel (comment évoluent dans le temps nos motivations ?) ou d’ordre affectif (quel plaisir prenons-nous ?).

 

Nicolas HAUW, enseignant-chercheur IFEPSA-UCO

David MAILLOCHON, coureur d’ultra-trail, coach sportif.

 

 Lieu : Maison des projets (12 place Imbach – Angers)

18h-20h

Entrée libre et gratuite

Les Mardis de Confluences / conférence du 18 février

photo (1)

 

 

18 février 2014 

(Contre-)performance et gouvernance urbaine : la ville lente ?

 

Il y a près de 15 ans naissait en Italie un réseau international des villes du bien vivre, baptisé « Cittaslow ». Les 170 villes adhérant aujourd’hui à ce mouvement, empreint par un nouvel urbanisme et par la décroissance, s’engagent à ralentir le rythme de vie de leurs citoyens. Dans une société obsédée par l’accélération permanente du temps, cette gouvernance questionne à la fois la notion de développement durable (quelle différence entre ces deux modèles ?) et celle du bien-être humain : comment la ville peut-elle faire notre bonheur ?

 

Colette LAURICHESSE, conseillère municipale chargée de la labellisation de Segonzac, première commune de France admise dans le réseau « Citta slow »

Emmanuelle QUINIOU, Directrice de l’AURA (Agence d’Urbanisme de la Région Angevine).

 

Lieu : Amphi Tillion à la MSH- 18h-20h, entrée libre et gratuite

Université d’Angers

UFR LLSH

Maison des sciences humaines

5bis, boulevard Lavoisier

49045 Angers cedex 01

Contact : Annie Ribrault   02 41 22 63 90       annie.ribrault@univ-angers.fr

Les saisons des migrations le mardi 16 avril 2013 à 18h avec Patricia Lambert

« Des filles de parole. Discours et pratiques de descendantes de migrants », voici une conférence proposée par Patricia LAMBERT, Maîtresse de conférences en sciences du langage, à l’ENS de Lyon.

« Mon intervention traitera de la problématique du rôle des langues et du langage dans l’expression et la construction identitaires d’adolescentes en contexte post-migratoire. Dans le champ sociolinguistique, les migrations représentent depuis près de quarante ans des contextes d’observation privilégiés pour des recherches sur les situations plurilingues. En France, une partie de ces travaux a débuté au détour de l’accession à l’indépendance des anciennes colonies. Les recherches sur les pratiques langagières de descendants de migrants originaires de pays du Maghreb se sont ainsi progressivement développées, apportant différents éclairages sur la manière dont des éléments des langues d’origine familiale étaient acquis, mobilisés et investis – pratiquement et symboliquement – au sein de différents réseaux de socialisation langagière. C’est dans la continuité de ces recherches que je situerai mon propos, en m’efforçant de construire un point de vue critique par rapport à des représentations communément véhiculées dans le débat public sur les migrations, le langage et les langues. La focalisation de représentations sur certaines dimensions de la diversité sociale, linguistique, culturelle et ethnique contribue notamment à l’essentialisation d’une partie des descendants de migrants maghrébins de milieux populaires. Sur le plan langagier, la typification de ces jeunes adultes ou adolescents articule généralement l’usage d’un style de parole spécifique et le refus ou l’incapacité à déployer des conduites langagières formellement, fonctionnellement et socialement adaptées (en français et dans les langues héritées des migrations). Si la mise scène médiatique focalise essentiellement les attentions sur des garçons, cette figure d’altérité radicale se décline également au féminin. Des adolescentes font ainsi l’objet d’évaluations sociales d’autant plus négatives que les attentes normatives à l’égard des filles les voudraient langagièrement plus policées que les garçons. À partir de données empiriques issues d’un travail ethnographique au long cours, on examinera comment les répertoires communicatifs d’adolescentes régulièrement catégorisées comme « jeunes des quartiers » se construisent, sont mis en œuvre et socialement évalués, notamment au sein de l’institution scolaire. Je m’attacherai en particulier à montrer comment les significations sociales attribuées à certaines de leurs pratiques jouent localement un rôle non négligeable dans le masquage de l’étendue des répertoires communicatifs et des registres identitaires de ces jeunes filles. »

Mardis de Confluences 2012-2013: les saisons des migrations

Les saisons des migrations [1]

La question des migrations, en ces temps de mondialisation conflictuelle, reste, plus que jamais un sujet d’étude important pour l’ensemble des sciences sociales et humaines. « C’est que les migrations sont un phénomène social total » (Liauzu, 1996) [2] .
Gildas Simon (1998)  rappelle cette forte contradiction qui apparaît entre « la libération des images, de l’information, des échanges, et le renforcement du protectionnisme sur le plan migratoire au Nord, comme d’ailleurs au Sud » [3]. Et pourtant, les hommes et les femmes n’ont jamais été autant mobiles que ce dernier siècle, inscrivant leurs déplacements dans une société en mouvement.
C’est pourquoi la réflexion proposée dans ce séminaire se veut résolument pluridisciplinaire et sera conduite par des  anthropologues, des sociologues, des géographes, des historiens, des sociolinguistes, des économistes et des artistes. Les interventions, par ailleurs, concerneront plus particulièrement telle ou telle composante  sociale des populations migrantes. Il s’agit de penser et de comprendre comment, pourquoi, selon quelles modalités, la dynamique de la pluralité (Liauzu) qui accompagne nécessairement tous les phénomènes migratoires reste problématique.
Les migrations internationales et, la mondialisation, la féminisation, le développement, les nouvelles technologies, les pratiques langagières, la jeunesse (etc…) seront certaines des thématiques que nous aborderons lors de ce cycle de conférences.
Un mardi par mois, des chercheurs viendront traiter une question précise, et parfois ils seront accompagnés également d’artistes, de réalisateurs, de membres de la société civile travaillant sur la thématique abordée.

Programmation et coordination:
Chadia Arab, géographe, chargée de recherche au CNRS, UMR ESO-Angers – Espaces et sociétés (6590)
Dalila Morsly, sociolinguiste, professeure émérite de l’université d’Angers

Références:
[1] Le titre du séminaire nous est inspiré du roman de Tayeb Salih, Saison de la migration vers le Nord, 1966
[2] LIAUZU, Claude, 1996, Histoire des migrations en Méditerranée occidentale, Paris, Éditions Complexe.
[3]  SIMON, Gildas, 1998, La planétarisation des migrations internationales. In La planète « nomade ». Les mobilités géographiques d’aujourd’hui. Festival International de Géographie de Saint Diez, Belin, pp.59-76

 

Programme complet (également téléchargeable ici)

Mardi 23 Octobre 2012, 18h – 20h : Migration et développement au Mali
Patrick GONIN, Professeur de géographie, Université de Poitiers,
Hamedy DIARRA, Président du Haut Conseil des Maliens de France et Vice-président du FORIM (Forum des Organisations de Solidarité Internationales Issues des Migrations)

Mardi 6 novembre 2012, 18h-20h : Migration et écriture ; critique et création en littérature
Christiane CHAULET-ACHOUR, Professeure de littérature, Université de Cergy-Pontoise.

Mardi 18 décembre 2012, 18h-20h, Histoire longue et migrations actuelles en Europe : les cas suédois et néerlandais (XVI-XXIème siècle)
Gildas SIMON, Professeur émérite en géographie, Université de Poitiers.
Débat animé par Christian Pihet, Professeur de géographie, Université d’Angers.

Mardi 22 janvier 2013, 18h-20h : Ce que les femmes seules nous apprennent sur la migration
Nassima MOUJOUD, Maîtresse de conférences en anthropologie, Université de Grenoble.
(en partenariat avec le Groupe Genre de l’Université d’Angers)

Jeudi 14 février 2013, 18h-20h : Jeunesse et origines : ethnicité et rapports sociaux
Mohamed MARWAN, Sociologue, chargé de recherche au CNRS à l’ENS à Paris.

Mardi 12 mars 2013, 18h-20h : Projection : C’est comme ça. Histoire d’Angevins venus d’ailleurs (1960-1980), documentaire réalisé par Julien Aouidad et l’Association Histoire et Mémoire de l’Immigration en Anjou.
Débat animé par Yves Denéchère, Professeur d’Histoire, Université d’Angers.

Mardi 16 avril 2013, 18h-20h : Des filles de parole. Discours et pratiques de descendantes de migrants
Patricia LAMBERT, Maîtresse de conférences en sciences du langage, CNRS, Université de Lyon 2.

Mardi 14 mai 2013, 18h-20h : Roms et migrations
Martin OLIVERA, anthropologue, Université Paris X.
Débat animé par Samuel Delépine, Maître de conférences en géographie, Université d’Angers.

Mardi 4 juin 2013, 18h-20h : Projection : Mouss et Hakim, origines contrôlées
Débat avec la réalisatrice, Samia CHALA.

 

Cycle Roumanie – Portrait de la Roumanie dans la crise

Une nouvelle conférence des Mardis de Confluences est prévue le mardi 13 mars à 17h30. Ce sont des géographes et un économiste qui ce mois-ci offrent leur regard sur la Roumanie, thème du cycle de conférences jusqu’en juin 2012. La programmation est assurée par le Centre ligérien d’études roumaines (CLER).

Emmanuel Bioteau (Géographe, Université d’Angers, ESO-Angers), Alexandru Dragan (Géographe, Master Chargé de Développement Entreprises et Territoires, Université d’Angers et Université de l’Ouest de Timisoara, Roumanie), avec la participation de Sébastien Fleuret (Géographe, CNRS, ESO-Angers) et Pascal Glémain (Economiste, CeRESS, ESSCA Angers) interviendront sur les thèmes :

« Retour sur les effets de la transition en Roumanie et l’impact de la crise financière actuelle »
« Rapports entre minorités, santé, microfinance »

La crise économique de 2008 met en lumière les difficultés conjoncturelles ainsi que le retard, voire la dégradation structurelle des États d’Europe centrale et orientale membres de l’Union européenne. La Roumanie est de ceux-là. Mais quelles en sont les conséquences pour la population au quotidien ?
Les conférenciers proposent de présenter dans un premier temps les principaux effets visibles de la crise sur l’économie et sur le niveau de vie de la population roumaine : à partir de données statistiques publiques et par comparaisons avec les États voisins, notamment la Hongrie.

Dans un second temps, deux champs exploratoires de la question seront ouverts :
– Les solutions de microfinancement pour les créateurs d’entreprises. Au travers de cette entrée il s’agira de montrer comment se développe et se structure l’offre en microfinance en Roumanie, et de discuter de ses apports potentiels à la lutte contre les difficultés économiques actuelles. Il s’agira aussi de débattre des déséquilibres internes au pays.
– Ces mêmes déséquilibres internes seront au centre de l’approche des problématiques en santé en Roumanie actuelle. Depuis le début des années 1990, différentes réformes ont été engagées dans le système de santé publique et dans le système assurantiel en santé en Roumanie. Elles conduisent à un recours croissant à l’offre privée en santé. Il en résulte un système à deux, voire trois vitesses, qui pose la question de l’offre à destination des populations les plus démunies dans la crise.
Ce portrait de la Roumanie dans la crise donne à voir le pays sous un angle différent, et cherchera à montrer quelles sont les perspectives à courts et moyens termes pour la population roumaine.

Rendez-vous le mardi 13 mars à 17h30
Maison des sciences humaines Confluences
5 bis boulevard Lavoisier, Angers
Amphithéâtre Germaine Tillion

Entrée libre et ouverte à tout.e.s

Le président de l’association Amis-CLER
emmanuel.bioteau@univ-angers.fr

Cycle Roumanie – « Logement précaire et habitat d’urgence à Bucarest et en Roumanie »

Le cycle de conférences « Les mardis de Confluences » concerne cette année la Roumanie.
La deuxième rencontre de l’année aura exceptionnellement lieu un vendredi, le 9 décembre, de 17h à 18h30 dans l’amphi Germaine Tillion de la Maison des sciences humaines (5 bis Bd Lavoisier).

Pour cette seconde conférence nous avons le plaisir d’accueillir Catalin Berescu, de l’Université d’architecture et d’urbanisme Ion Mincu (Bucarest), et également président de l’Association pour la Transition Urbaine à Bucarest. Il interviendra sur le thème:

Logement précaire et habitat d’urgence à Bucarest et en Roumanie

L’entrée est libre et ouverte à tous

 

Contact:
Président de l’association Amis- CLER : Emmanuel Bioteau (emmanuel.bioteau@univ-angers.fr)
Bureau de l’association: Cristiana Oghina-Pavie (cristiana.pavie@univ-angers.fr), Samuel Delepine (samuel.delepine@univ-angers.fr)

Représentations picturales du paysage nord-américain

   

J. F. Cropsey Starruca Viaduct, Pennsylvania (1865)

Dans le cadre du cycle « Les mardis de Confluences », portant cette année sur les Amériques, Confluence organise une conférence-débat :  

Lauric Guillaud (Professeur à l’Université d’Angers, CRILA) 

Représentations picturales du paysage nord-américain au XIXe siècle : mythe et idéologie. Du « regard magistral au Destin Manifeste »

 Le 10 mai 2011 à 18h à la MSH (5 bis Bd Lavoisier)

 Seance animée par Christine Bard (Profeseure à l’Université d’Angers, directrice de Confluences)

 Entrée libre, ouverte à tous.

 Présentation

  

Continuer la lecture de Représentations picturales du paysage nord-américain

Conférence de Mauro Vallejo

Dans le cadre de son cycle annuel de conférences-débats sur les Amériques,
La Maison des sciences humaines Confluences a le plaisir de vous inviter le mardi 19 avril à 18h à la conférence de

Mauro Vallejo
(Université de Buenos-Aires)

Freud parlait de: « …ce pays lointain ». La réception de la psychanalyse à Buenos Aires (1910-1970)

Animée par Annick Ohayon (Université de Paris 8 ) et Annick Weil-Barais (Université d’Angers)

 A la MSH, 5 bis Bd Lavoisier 49045  Angers

Résumé Continuer la lecture de Conférence de Mauro Vallejo