Assemblee generale 2019

L’assemblée générale 2019 de la SFR Confluences aura lieu le

jeudi 24 octobre après-midi

à la Maison de la recherche Germaine Tillion, campus de Belle-Beille

Elle se déroulera en deux temps :

   15h15-16h45 Temps d’échanges autour des axes

  • Axe 1 (Patrimoine, écritures et culture)     
  • Axe 2 (Changement social : genre, jeunesse, discriminations, inégalités)   
  • Axe 3 (Cultures du végétal et environnement)
  • Axe 4 (Innovations, risques, coopération)     
  • Axe 5 (Tourisme, développement, territoires)
  • Axe 6 (Santé, bien-être, âges et cadre de vie)    

   17h-18h30     Assemblée plénière

  • Ouverture par le Directeur de la Faculté LLSH : Cyril Fleurant
  • Bilan d’activité : Dominique Sagot-Duvauroux, Chadia Arab, Isabelle Trivisani-Moreau
  • MSH Ange Guépin : Arnauld Leclerc
  • AIDOC : Louise Coueffé
  • Collectif Réfugiés : Samuel Delépine
  •  Retours du COS
  •  Conclusion : Philippe Simoneau – VP recherche

Les mots pour dire les héritages

La SFR Confluences a le plaisir de vous inviter au lancement du cycle 2019-2020 des Mardis de Confluences.

Après avoir porté pendant 3 années sur “Les populismes”, la thématique retenue pour le nouveau cycle est celle des «héritages».

Cette thématique sera interrogée au prisme de : l’art, la culture, l’économie, le management, la littérature, la psychologie, les langues, la géographie, l’histoire, les sciences politiques, la sociologie …

Afin de croiser les regards des différentes disciplines de la SFR Confluences, nous vous convions, pour lancer ce cycle, à une table ronde sur «Les mots pour dire les héritages»,

Mardi 1er octobre
18h-20h

Maison de la recherche Germaine Tillion

Entrée libre et gratuite

Regards croisés interdisciplinaires sur le concept d’héritage avec :

  • Alix Bernard, psychologue
  • Hervé Davodeau, géographe
  • Arnaud De Lajartre, juriste
  • Frédérique Le Nan, médiéviste
  • Pierre-Henri Ortiz, historien
  • Bruno Séjourné, économiste
  • Thomas Williams, angliciste

Pour accéder à l’enregistrement de la conférence :

https://univ-angers.cloud.panopto.eu/Panopto/Pages/Viewer.aspx?id=4a79bdfe-ba49-497c-9ee7-aad9010e23a5

Exposition en mouvement

La SFR Confluences a soutenu l’exposition présentée à la MRGT le 26 juin dernier

L’exposition éphémère « Adolescents venus d’Afrique : parcours d’exil » a été présentée à la Maison de la recherche le 26 juin. Elle est le fruit du travail d’accompagnement de Mineurs non accompagnés mené par des étudiantes du master 2 Psychologie du traumatisme.

« Violence », « Terror », « Drogue », « Solitude »… Ces mots sont ceux laissés par de jeunes Africains. Ils résument une partie de ce qui a marqué leur dur voyage depuis leur pays d’origine jusqu’à la France.

Aubeline Vinay et deux jeunes accompagnés ont guidé les visiteurs

« Nous savons que les Mineurs non accompagnés vivent un traumatisme durant leur parcours d’exil, et peuvent présenter des symptômes post-traumatiques, indique Aubeline Vinay, professeure de psychologie clinique du lien social à l’UA. Mais il n’existait pas de prise en charge spécifique pour cela et le suivi individuel ne fonctionne pas ». D’où l’idée de créer un dispositif adapté.

Le programme est le fruit d’une collaboration entre l’association de l’Abri de la Providence (qui accueille 24 mineurs sur son site angevin), le Département de Maine-et-Loire et l’équipe de recherche BePsyLab, dirigée par Aubeline Vinay. Il a pris la forme d’ateliers animés par neuf volontaires, étudiantes à l’UA en master 2 Psychologie du traumatisme, parcours et contextes cliniques. À compter de septembre 2018, une douzaine de jeunes migrants se sont réunis toutes les deux semaines, durant 2 heures, pour échanger, partager et créer autour de leur expérience. Par la peinture, la musique, la danse, les participants étaient progressivement invités à s’exprimer. « L’objectif était qu’ils puissent raconter leur histoire, y compris ce qui avait pu les traumatiser », précise Aubeline Vinay, responsable du master. Continuer la lecture de Exposition en mouvement

Conférence des Mardis de Confluences “Ecologie(S) et Populisme(S)

Mardi 14 mai à 18h – Maison de la recherche Germaine Tillion – Entrée libre et gratuite


Bertrand Guest
Maître de Conférences en Littérature générale et comparée
Université d’Angers – 3L.AM (EA 4335)

La notion de populisme se charge peut-être encore plus de connotations problématiques (à commencer par la stigmatisation) lorsqu’elle est croisée avec celle d’écologie, autre concept passe-partout chargé de malentendus. S’il y a des populismes anti-écologiques (à commencer par le climatoscepticisme sous toutes ses formes), la thématique « écologique » est devenue incontournable au sein de toutes les sphères idéologiques, internes comme externes aux systèmes politiques établis (démocraties en tête). Mais que n’appelle-t-on pas par son nom ? Redéfinir ces deux mots l’un en regard de l’autre semble d’autant plus intéressant qu’il ne suffit pas, loin s’en faut, d’opposer une écologie sensément élitaire à un « peuple » soi-disant rétif aux questions d’environnement. Des écologies populaires aux carbofascismes en passant par l’écoblanchiment (greenwashing), la question écologique interroge de mille façons les mutations de la démocratie, et réciproquement. S’appuyant sur les travaux récents de l’écologie politique et culturelle mais, plus largement, au croisement des sciences humaines et de la littérature, d’Y. Citton à B. Latour, d’É. Chauvier à M. Macé, l’approche interdisciplinaire proposée pour décrire ce double nœud aura à cœur de croiser histoire des idées, histoire environnementale, analyse des discours et mémoire littéraire. L’enjeu étant d’espérer contribuer à démêler une grille complexe, d’émergence relativement neuve mais qui structure d’ores et déjà de plus en plus le champ politique des (é)lecteurs et (é)lectrices que nous sommes.

Xavier Metay, Cécile Chirat, Gilles Moret – militants du mouvement des Coquelicots


Le mouvement citoyen “Nous voulons des Coquelicots” lancé en septembre 2018 se développe de mois en mois en France. Des citoyens se retrouvent une fois par mois pour dire non aux pesticides de synthèse. Qu’est ce qui pousse des citoyens à s’engager dans ce combat ? Comment les associations de défense de l’environnement perçoivent ce type de mobilisation?

Lien audiovidéo vers la conférence :

https://univ-angers.cloud.panopto.eu/Panopto/Pages/Viewer.aspx?id=18f13c01-89b5-4c4b-84a1-aa4d00f9d4d6

Recherches en sciences humaines à l'Université d'Angers