Présentation du projet Filiation illégitime et bâtardise dans les sociétés médiévale et moderne: histoire, droit, lettres

Carole Avignon (MCF Histoire du Moyen Age, CERHIO-Angers, UMR 6258) coordonne un projet de recherche sur la filiation illégitime et la bâtardise dans les sociétés médiévale et moderne. Ce projet, soutenu par le conseil scientifique de l’Université d’Angers, s’inscrit dans les axes de recherche du projet quinquennal 2012-2016 de l’UMR 6258-CERHIO qui regroupe dans l’axe 2 : fonctionnement et représentations des sociétés : justices et norme ; enfance et parenté ; histoire du genre. Ce projet rejoint également les problématiques de la SFR Confluences : axe 1 : Écritures et cultures ; axe 2 : Changement social / Genre.

En prenant comme observatoire la question de la filiation, réalité sociale mais aussi lien de droit entre des parents et un enfant, on est amené à questionner des relations juridiques fondamentales au sein de la famille (hériter et transmettre), mais aussi des rapports de force complexes au sein de la société (par la détermination des compétences législatives et juridictionnelles en matière de filiation, conjointes au mariage ; par la place assignée aux illégitimes dans la société, mais aussi aux légitimés, qui ne jouissent pas toujours des mêmes opportunités que les légitimes). Ces questions sont affaire de nuances. La « macule de bâtardise » (dont on se demandera pour qui elle est pertinente) se conçoit-elle, se justifie-t-elle, s’énonce-t-elle, se manifeste-t-elle, se compense-t-elle ou se résout-elle de la même façon en toute circonstance? Les conditions juridiques du bâtard sont coutumières au Moyen âge ; elles sont donc loin d’être uniformes et des considérations sociales peuvent rendre inopérants les principes du droit. En outre, l’exclusion des enfants illégitimes n’est ni homogène, ni totale, ni rédhibitoire (droits aux aliments ; incidences de la renaissance du testament etc.) C’est le constat de cette complexité, de cette pluralité de déclinaisons de l’écart à la norme (ou aux normes réglementaires selon qu’il s’agit de celle du législateur, ecclésiastique ou séculier, du pasteur, du docteur, du juge etc.) qui motive le présent projet de recherche sur les représentations de l’illégitimité dans les sociétés médiévale et moderne, dans une approche pluridisciplinaire.

Enluminure d'enfant au berceau, 1402
Enfant au berceau 1402, Vocabularius breviloquus Johannes Reuchlin - BM Troyes inc. 080-f. 000a- copy IRHT-CNRS
D’octobre 2011 à juin 2012 ont eu lieu des réunions de travail internes au groupe de chercheurs et d’enseignants chercheurs  du CERHIO-Angers, du CERIEC, du 3LAM et du Centre Jean Bodin impliqués dans le projet. Pour l’année 2013 sont programmées trois rencontres scientifiques (janvier, juin et octobre 2013) qui permettront d’accueillir des collègues français et étrangers (historiens, juristes et spécialistes de littérature française et européenne). De jeunes chercheurs (doctorants ou jeunes docteurs) de plusieurs universités françaises et étrangères seront également invités à présenter leurs recherches spécialement consacrées à la question de la bâtardise, de la filiation naturelle ou de l’illégitimité. Des étudiants en master recherche en histoire ou en littérature de l’université d’Angers, mais aussi en histoire du droit des universités d’Angers, de Rennes ou de Nantes, pourront être orientés vers des sujets ayant trait à ces questions. Un atelier de travail leur sera dédié au cours de l’année universitaire 2012-2013. Une publication synthétique sera mise en œuvre à l’issue de l’année 2013.

Les rencontres scientifiques dans leur ensemble doivent permettre de préciser un état de la question dans les différents champs disciplinaires mobilisés, de préciser la méthodologie et les corpus documentaires à privilégier afin d’étudier la place de la thématique et du lexique de l’écart à la norme en matière de filiation dans différents corpus réglementaires, de questionner la pertinence de l’étude de la bâtardise comme observatoire de la parenté vécue, de repérer les différents marqueurs identitaires de la bâtardise, entre exclusion et assimilation dans les sociétés médiévale et moderne, ou d’étudier l’utilité littéraire de la figure du bâtard et de la thématique de l’illégitimité dans différents genres littéraires du Moyen âge au XVIIIe siècle. Ces premiers axes de réflexion ciblant la filiation entre normes (réglementaires et sociales) et déviances, l’histoire sociale de la famille et de la parenté, ou la question de l’ordre, du désordre, de la régulation au sein des familles et de la société doivent permettre de mieux apprécier la diversité des discours, des représentations et de la place assignée et/ ou réellement vécue par les enfants nés en dehors d’un légitime mariage.
À partir d’une première approche typologique des descendances hors mariage dont on questionnera l’écart à la norme en soi (selon que l’enfant naturel est né d’un inceste, d’un rapt, d’un viol, d’un adultère, d’une fornication simple, d’un concubinage, d’un mariage clandestin (que le couple, ou la femme séduite n’aurait pas réussi à prouver en justice), d’un mariage interconfessionnel devenu illicite etc.), on étudiera le vocabulaire  de l’illégitimité de cette filiation, les formes de représentations du bâtard (victime de la réputation viciée de sa mère ? victime de l’infériorité de son statut social, même dans la noblesse ?). Devront être pris en compte les différents moments de la vie sociale durant lesquels ces questions d’identification ou de fama peuvent être posées : naissance (abandons ou infanticides, modalités d’intégration dans un groupe domestique : droits au aliments); baptême et insertion dans l’ecclesia ; mariage ; entrée dans les ordres ; héritage ; action en justice etc. La différence des sexes devra être ici moins démontrée que décrite, d’un groupe social à l’autre, tout en posant la question de l’incidence d’un possible filtre documentaire. Pour proposer une étude pertinente de la filiation naturelle pensée comme illégitime, il sera donc nécessaire de faire varier un certain nombre de référents (chronologiques ; juridictionnels ; sociaux : roture/noblesse/genre ; etc.), en tenant compte des différents rapports de force ou équilibres entre morale chrétienne, droit canonique, droit coutumier, doctrine, jurisprudence en jeu selon les époques ou les espaces concernés. L’étude sur le temps long doit permettre de mieux appréhender apprécier l’incidence des variables juridictionnelles, politiques, sociales, confessionnelles et culturelles sur les représentations du « bâtard », et sur la place de l’enfant illégitime du XIIe au XVIIIe siècle. Une comparaison à l’échelle européenne s’imposera aussi (Pays Bas, Espagne, Italie, Angleterre, Empire etc.) pour mieux apprécier l’incidence éventuelle des tensions ou conflits de compétence entre Église et État en matière de droit de la famille mais aussi les dynamiques propres à chacun de ces espaces politiques.

Carole Avignon
2 juillet 2012

Colloque « Traces du végétal »

Empreintes et collages de feuilles. Oeuvre de Sandrine de Borman
Le colloque international pluridisciplinaire “Traces du végétal” aura lieu à l’Université d’Angers, les 13, 14 et 15 juin 2012 à la Maison des sciences humaines (Faculté des lettres, langues et sciences humaines, 5 bis Bd Lavoisier).  Il est organisé par l’axe Cultures du végétal de la Structure fédérative de recherche Confluences, les laboratoires CERIEC, CERHIO et ESO, avec le soutien de  l’Université d’Angers, du Conseil général du Maine-et-Loire, d’Angers Loire-M, du CNRS-ISCC et du Jardin botanique national de Belgique.
Le programme comprend des communications en littérature, histoire, géographie, histoire de l’art, psychologie, anthropologie. Deux événements artistiques accompagnent le colloque à la MSH : une exposition des œuvres de Sandrine de Borman (Belgique) du 13 au 15 juin et une représentation théâtrale – Hortus Minor – d’Isabelle Dumont (Belgique), le mercredi 13 juin à 17h.
Entrée libre.
Programme et inscriptions sur http://vegetal.hypotheses.org/colloque
Contacts :
Isabelle Trivisani (CERIEC) isabelle.trivisani@univ-angers.fr
 Nuscia Tiabi (ESO) nucia.taibi@univ-angers.fr
Cristiana Oghina-Pavie (CERHIO) cristiana.pavie@univ-angers.fr

Les mots pour dire le genre: journée d’étude

Première journée d’étude organisée par le Groupe genre de l’université d’Angers

Mercredi 6 juin 2012, de 10h à 17h

Le discours est un outil remarquable de la fabrique sociale du genre. Derrière une apparente évidence et neutralité, la langue, la mise en mots, la nomination et le récit de soi participent d’une catégorisation qui révèle généralement la domination du masculin. Judith Butler a mis en évidence l’effet performatif du discours, qui non seulement traduit mais construit une hiérarchie aussi forte que subtile de l’ordre social genré. En étudiant les différences entre langues (français, espagnol, anglais, arabe), cette règle semble immuable, mais s’applique avec des nuances liées à l’histoire, aux sociétés et aux cultures des pays. De fait, on ne peut que souligner l’intérêt potentiel d’une critique et d’une transformation de la langue, à dessein de révéler voire de contester la hiérarchie du masculin et du féminin.
Les interventions de la journée d’étude développeront des exemples pris dans l’écriture littéraire comme dans la pratique courante contemporaine. Il convient toutefois d’ajouter que le discours sur lequel porte notre intérêt n’est qu’un des vecteurs de la construction du genre, qu’il convient de replacer dans un univers codé plus vaste, avec le langage du corps si évident au théâtre en particulier.

Télécharger le programme

Entrée libre et gratuite
Amphithéâtre Germaine Tillion, Maison des sciences humaines

Atlas des Tsiganes

Les dessous de la question rom

Sorti le 4 avril aux éditions Autrement, l’Atlas des Tsiganes a pour ambition de « mettre des cartes sur un sujet confus », explique Samuel Delépine, co-auteur de l’Atlas et maître de conférences en géographie sociale à l’UA. Son objectif n’était pas d’ethniciser mais d’aborder les problématiques économiques et sociales autour des populations dites Tsiganes. Le géographe analyse également les mesures politiques prises en France et en Europe à l’égard des roms.

Sur les Tsiganes, les raccourcis vont bon train. Pour preuve, politiques et médias français ont récemment montré du doigt les Roms, stigmatisant et amalgamant gens du voyage français et migrants roms roumains.

L’histoire et la diversité des Tsiganes sont ignorées. Que sait-on de leur internement en France avant (et après !) l’occupation allemande et de leur génocide partout en Europe ? Qui sait que les Français d’origine tsigane ont en France un statut administratif bien particulier, avec un carnet de circulation permettant de contrôler leurs déplacements et une mise sous condition de leur droit de vote ?

Cet atlas remet en cause l’existence d’un « problème public rom ». Roms, Gitans, Sintis, Travellers, gens du voyage… migrants, nomades ou sédentaires, ils se heurtent partout en Europe et plus ou moins violemment aux problèmes d’emploi, de santé, de logement ou de scolarisation. Leur point commun : être catalogués comme une catégorie ethnique ignorante de leur diversité.

LES AUTEURS
Samuel Delépine
est maître de conférences en géographie sociale à l’Université d’Angers et membre du collectif de l’UMR Espaces et Sociétés. Il est spécialiste des tsiganes (auxquels il a consacré sa thèse) et a écrit plusieurs ouvrages sur le sujet dont Quartiers Tsiganes (L’Harmattan, 2007). Il a également participé à plusieurs publications du Conseil de l’Europe et a récemment dirigé un numéro de la revue Études tsiganes.
Alexandre Nicolas
est cartographe-géomaticien indépendant et officier géographe. Il a travaillé sur plusieurs atlas Autrement.

Samuel Delépine a présenté son approche de la « question rom » lors d’une conférence organisée par le CLER à la MSH le 22 mai dernier.

Archives du féminisme: histoire et mémoire des féminismes

L’association Archives du féminisme organise le 24 mars 2012 à la MSH Confluences une journée d’études intitulée « Histoire et mémoire des féminismes ».

L’association, qui vise à sauvegarder, faire connaître et valoriser les fonds d’archives féministes, travaille en étroite collaboration avec le Centre des archives du féminisme à la Bibliothèque Universitaire d’Angers. Elle est liée par convention à l’Université d’Angers depuis 2011 et elle est soutenue par la région Pays de la Loire, la délégation régionale aux droits des femmes et à l’égalité, et par le laboratoire d’histoire CERHIO (UMR CNRS 6258) de la faculté des lettres, langues et sciences humaines de l’Université d’Angers.
« Archives du féminisme » est également le titre d’une collection éditée par les Presses universitaires de Rennes.

Découvrez les activités de l’association sur leur site.

Le programme détaillé de la journée.

 

Samedi 24 mars
9h30 – 17h30
Maison des sciences humaines Confluences
Amphithéâtre Germaine Tillion
5bis bd Lavoisier, Angers

Entrée libre et ouverte à toutes et tous

Enjeux, problématiques et situation de la traduction de la poésie contemporaine

Traduire la poésie: journée d’étude pluridisciplinaire

En cette saison propice à la poésie (c’est le Printemps des poètes) le CERIEC et le 3L.AM s’associent à la faculté des lettres, langues et sciences humaines pour organiser, dans le cadre de l’axe « Écritures et cultures » de Confluences une journée d’étude consacrée aux enjeux de la traduction poétique.

Le programme de cette journée, qui devrait particulièrement intéresser les étudiants du Master 2 Traduction, propose des regards croisés sur les enjeux, problématiques et situation de la traduction de la poésie contemporaine, avec des intervenants spécialisés dans des aires linguistiques diversifiées: poésie nord- et sud-américaine, italienne et anglaise.

Vous pouvez télécharger ici le programme détaillé.

Vendredi 16 mars 2012
10h30 – 17h30
Maison des sciences humaines Confluences
Salle Frida Kahlo
5bis bd Lavoisier, Angers

Entrée libre

Le végétal dans tous ses états

L’Ecole doctorale Sociétés-Cultures-Echanges du PRES L’UNAM a organisé une journée d’études sur le thème du végétal le 14 mars 2012 à la Maison des Sciences Humaines de l’Université d’Angers. Cette journée rejoint les recherches de l’axe “Cultures du végétal” de Confluences.

Programme :

9h30 : Ouverture des travaux par Yves Denéchère, directeur de l’École doctorale SCE.

9h40 : Cristiana Oghina-Pavie (Université d’Angers),  L’Anjou et le végétal : histoire et innovation. 

10h30 Claire Salomon-Bayet (Université Paris 1), L’herbier de Jean-Jacques Rousseau

11h20 – 11h20 Pause

11h20 : Maëlle Levacher (Université de Nantes), La fonction rhétorique du végétal chez Buffon

14h : Isabelle Trivisani (Université d’Angers), L’intitulé  végétal à l’époque moderne

14h50 : Bruno Bajou, (Université de Nantes), Orobanche, un exemple de la difficile émergence de la notion de plante parasite

15h40 – 15h50 Pause

15h50 : Anne-Elisabeth Le Boulc’h (Université de Nantes), La greffe végétale, un problème idéologique ? Approche comparée des travaux de Lucien Daniel et Ivan Mitchourine

16h40 : Conclusion par Stéphane Tirard (Université de Nantes)

Cycle Roumanie – Portrait de la Roumanie dans la crise

Une nouvelle conférence des Mardis de Confluences est prévue le mardi 13 mars à 17h30. Ce sont des géographes et un économiste qui ce mois-ci offrent leur regard sur la Roumanie, thème du cycle de conférences jusqu’en juin 2012. La programmation est assurée par le Centre ligérien d’études roumaines (CLER).

Emmanuel Bioteau (Géographe, Université d’Angers, ESO-Angers), Alexandru Dragan (Géographe, Master Chargé de Développement Entreprises et Territoires, Université d’Angers et Université de l’Ouest de Timisoara, Roumanie), avec la participation de Sébastien Fleuret (Géographe, CNRS, ESO-Angers) et Pascal Glémain (Economiste, CeRESS, ESSCA Angers) interviendront sur les thèmes :

« Retour sur les effets de la transition en Roumanie et l’impact de la crise financière actuelle »
« Rapports entre minorités, santé, microfinance »

La crise économique de 2008 met en lumière les difficultés conjoncturelles ainsi que le retard, voire la dégradation structurelle des États d’Europe centrale et orientale membres de l’Union européenne. La Roumanie est de ceux-là. Mais quelles en sont les conséquences pour la population au quotidien ?
Les conférenciers proposent de présenter dans un premier temps les principaux effets visibles de la crise sur l’économie et sur le niveau de vie de la population roumaine : à partir de données statistiques publiques et par comparaisons avec les États voisins, notamment la Hongrie.

Dans un second temps, deux champs exploratoires de la question seront ouverts :
– Les solutions de microfinancement pour les créateurs d’entreprises. Au travers de cette entrée il s’agira de montrer comment se développe et se structure l’offre en microfinance en Roumanie, et de discuter de ses apports potentiels à la lutte contre les difficultés économiques actuelles. Il s’agira aussi de débattre des déséquilibres internes au pays.
– Ces mêmes déséquilibres internes seront au centre de l’approche des problématiques en santé en Roumanie actuelle. Depuis le début des années 1990, différentes réformes ont été engagées dans le système de santé publique et dans le système assurantiel en santé en Roumanie. Elles conduisent à un recours croissant à l’offre privée en santé. Il en résulte un système à deux, voire trois vitesses, qui pose la question de l’offre à destination des populations les plus démunies dans la crise.
Ce portrait de la Roumanie dans la crise donne à voir le pays sous un angle différent, et cherchera à montrer quelles sont les perspectives à courts et moyens termes pour la population roumaine.

Rendez-vous le mardi 13 mars à 17h30
Maison des sciences humaines Confluences
5 bis boulevard Lavoisier, Angers
Amphithéâtre Germaine Tillion

Entrée libre et ouverte à tout.e.s

Le président de l’association Amis-CLER
emmanuel.bioteau@univ-angers.fr

Groupe genre: résumé de la réunion du 16 janvier 2012

Le groupe genre de l’université d’Angers a réuni 17 collègues chercheur.e.s le 16 janvier dernier. Voici un court résumé des échanges :

Outil de publication
Le site Musea, en ligne depuis 2004, est aujourd’hui obsolète dans sa forme et dans ses outils : fenêtre trop petite, contenu des expositions sous flash et donc difficile à référencer dans les moteurs de recherche, concept de musée virtuel à faire évoluer.
Il s’agirait donc de profiter d’une nécessaire rénovation de Musea pour transformer le site en un espace de publication original et innovant, piloté par le groupe genre : Musea Nova, revue hypermédia (texte, image, son, vidéo).
La faisabilité du projet est actuellement à l’étude.

JE « Les mots pour dire le genre » – 6 juin 2012
La variété des domaines de recherche envisagés reflète la diversité des personnes présentes :
fictions, espaces publics, sources normatives médiévales, médias, linguistique, poésie, langage cinématographique, statistique textuelle, rapports psychiatriques, danse, graffiti, musique, corps…

Face à cette abondance thématique et pour déterminer un périmètre à la journée d’études le groupe décide de limiter les domaines étudiés le 6 juin au mot en tant qu’expression du genre à travers le langage verbal : écriture, lexique, discours, linguistique… Une autre journée pourra plus spécifiquement se consacrer aux langages non verbaux (corps, musique, danse) et aux signes et symboles exprimant le genre.

Nom du groupe
Faute d’inspiration la proposition d’utiliser « 2GUA – Groupe Genre de l’Université d’Angers » comme nom provisoire est adoptée. Acronyme, nom propre symbolique, nom(s) commun(s) : tout est possible.
Vous pouvez utiliser les commentaires pour faire vos propositions !

La prochaine réunion du groupe est prévue le mercredi 15 février à 16h, à la Maison des sciences humaines.

Journée d’étude – La plage: corps et territorialités

L’Université d’Angers, l’UMR 6590 Espaces et Sociétés et l’UFR Ingénierie du Tourisme du Bâtiment et des Services organisent, en partenariat avec Confluences, une journée d’étude consacrée à:

La plage : corps et territorialités

Le mardi 20 mars 2012
Campus de Saint-Serge, UFR ITBS, Amphi ESTHUA
9h30 – 16h30

Alors que la plage est devenue un lieu touristique emblématique, elle a pu susciter ironie et condescendance chez des scientifiques, voire chez certains auteurs de guides touristiques, condensées dans la formule du « bronzer idiot » et de la « foule grégaire ». Derrière cette disqualification et l’assimilation de la plage à l’espace d’une anomie, pointent les représentations sociales dominantes voire la paresse intellectuelle. Ce n’est qu’à la fin des années 1980, avec le « tournant culturel » et les travaux d’Alain Corbin (1988), suivis de ceux de Jean-Didier Urbain (1994), que la plage devient un objet dans le champ des sciences sociales. De fait, la reconnaissance de l’intérêt scientifique d’un « territoire du vide » de plus en plus fréquenté, investi de sens et révélateur de cultures, montre ainsi un retard de plus de deux à trois siècles par rapport à son « invention » comme théâtre social par les élites européennes. En géographie, la plage a d’abord été abordée en tant qu’objet biophysique, élément d’une géodynamique des littoraux, et tardivement en tant qu’espace des sociétés. Dans la géographie française, le numéro 67 de la revue Géographie et Cultures, « La plage : un territoire atypique » (2008) fait figure d’intéressante exception.
Espace construit, approprié et révélateur des représentations des groupes sociaux et des individus, la plage constitue un vrai laboratoire pour aborder les relations entre territorialités et corporéités. Médium assurant la relation entre l’individu d’une part, l’espace et les autres d’autre part (Duncan, 1996), le corps détermine l’expérience géographique de chacun. Son apparence et sa posture sont révélatrices des manières de vivre d’un individu et de sa façon de se placer dans le jeu social (Ory, 2008). Au-delà, le corps est un marqueur de l’appropriation de l’espace et un vecteur d’affirmation d’une identité aussi bien sociale, qu’ethnique ou de genre. Les interventions de la journée, faites par un historien et quatre géographes, développeront le rôle du corps dans l’émergence de la plage comme territoire touristique et dans la construction d’identités dans divers contextes spatiaux et culturels.
– CORBIN, Alain, 1988, Le territoire du vide. L’Occident et le désir du rivage 1750-1840, Flammarion.
– DUNCAN, Nancy (dir.), 1996, Bodyspace. Destabilizing geographies of gender and sexuality, Routledge.
– LAGEISTE, Jérôme et RIEUCAU, Jean, 2008, « La plage, un territoire atypique », Géographie et Cultures, 67.
– ORY, Pascal, 2008, L’invention du bronzage, Editions Complexe.
– URBAIN, Jean-Didier, 1994, Sur la plage, Payot.

 

Télécharger le programme complet

Contacts:
vincent.coeffe(arobase)univ-angers.fr
emmanuel.jaurand(arobase)univ-angers.fr
benjamin.taunay(arobase)univ-angers.fr

 

Journée d’étude: La retraduction des grandes oeuvres

Dans le cadre de l’axe Écritures et Cultures, les équipes de recherche du CERIEC (UPRES EA 922) et du 3L.AM (UPRES EA 4335) organisent, en partenariat avec Confluences, une journée d’étude sur le thème:

La retraduction des grandes œuvres

Cette journée propose une rencontre avec trois traductrices ayant retraduit de grands auteurs: Elisabeth Kargl (Elfriede Jelinek), Tiphaine Samoyault (James Joyce) et Aline Schulman (Miguel Cervantès).

Rendez-vous le vendredi 20 janvier de 14h à 17h30, dans l’amphithéâtre Germaine Tillion (Maison des sciences humaines, 5 bis bd Lavoisier, 49045 Angers).

L’entrée est libre et ouverte à tous.

Création d’un groupe d’études sur le genre

La thématique du genre traverse toutes les disciplines de l’UFR Lettres, langues et sciences humaines ; elle recèle un fort potentiel de recherches au sein de la composante et même au-delà. Il est aujourd’hui nécessaire de conforter, renouveler et valoriser ces études en les intégrant de manière plus visible aux recherches menées à l’Université d’Angers. L’Université, en adhérant à l’Institut du genre (GIS CNRS), encourage cette thématique en LLSHS.

Pour toutes ces raisons, et en s’appuyant sur la dimension pluridisciplinaire des activités sur le genre conduites à l’UA depuis les quinze dernières années, la MSH-Confluences lance la création d’un groupe d’études sur le genre. La première réunion du groupe a eu lieu le 6 décembre 2011 ; il est ouvert aux collègues et aux doctorant.e.s de toutes les composantes intéressés et/ou travaillant déjà sur ce thème.

Pour tester une première thématique de recherche et lancer les activités du groupe une journée d’étude va être organisée sur le thème « Les mots pour le dire (le genre) », mot étant ici synonyme de mode d’expression, de signe, pour couvrir tous les domaines disciplinaires permettant de mettre en lumière l’accès à l’expression du genre : à travers le langage, les vêtements, l’appropriation de l’espace… La date retenue est le mercredi 6 juin 2012.

Une prochaine réunion du groupe est prévue le lundi 16 janvier à 16h.
Cette réunion est ouverte à toutes celles et ceux qui souhaitent s’investir dans ce groupe d’études.

Pour plus de renseignements, contacter Christine Bard (christine.bard@univ-angers.fr)

Cycle Roumanie – « Logement précaire et habitat d’urgence à Bucarest et en Roumanie »

Le cycle de conférences « Les mardis de Confluences » concerne cette année la Roumanie.
La deuxième rencontre de l’année aura exceptionnellement lieu un vendredi, le 9 décembre, de 17h à 18h30 dans l’amphi Germaine Tillion de la Maison des sciences humaines (5 bis Bd Lavoisier).

Pour cette seconde conférence nous avons le plaisir d’accueillir Catalin Berescu, de l’Université d’architecture et d’urbanisme Ion Mincu (Bucarest), et également président de l’Association pour la Transition Urbaine à Bucarest. Il interviendra sur le thème:

Logement précaire et habitat d’urgence à Bucarest et en Roumanie

L’entrée est libre et ouverte à tous

 

Contact:
Président de l’association Amis- CLER : Emmanuel Bioteau (emmanuel.bioteau@univ-angers.fr)
Bureau de l’association: Cristiana Oghina-Pavie (cristiana.pavie@univ-angers.fr), Samuel Delepine (samuel.delepine@univ-angers.fr)

Séminaire Histoire et végétal – « La remontance des rosiers: problème génétique et historique? »

Rosier 'Chapeau de Napoleon' Vibert - Angers, 1825 (photo André Eve)


Le vendredi 2 décembre 2011 de 13h à 14h,

Amphithéâtre Germaine  Tillion,
Maison des sciences humaines
5 bis Bd Lavoisier (Faculté des  Lettres) 49000 Angers

Le thème du prochain séminaire Histoire et végétal porte sur les  rosiers et plus précisément sur leur capacité à refleurir dans  l’année. Les biologistes et agronomes angevins se préoccupent des  aspects génétiques de la remontance  et sont ainsi amenés à étudier la  généalogie de la remontance depuis le XVIIIe siècle. Tout  naturellement, ils soulèvent dans cette approche des questionnements  d’ordre historique. Le séminaire propose de croiser les deux  approches, biologique et historique, par les interventions d’Alix Pernet et Fabrice Foucher (INRA Angers-Nantes, UMR GénHort), et Cristiana Oghina-Pavie (Université d’Angers, UMR CERHIO).

La séance est ouverte à tous. Les doctorants et étudiants de toutes  les disciplines sont bienvenus.

Le séminaire Histoire et végétal est une série de rencontres  interdisciplinaires dans le cadre du programme HortiComBio (Air 2011  du CNRS).
Il est organisé par le laboratoire d’histoire CERHIO – UMR 6258,  l’IFR  Quasav  et l’axe Cultures du végétal du programme Confluences de la  Maison des sciences humaines d’Angers en partenariat avec le Centre  François Viète d’épistémologie et  d’histoire des sciences et des  techniques de l’Université de Nantes.

Contact :
Cristiana Oghina-Pavie
MCF Histoire contemporaine CERHIO Angers
cristiana.pavie@univ-angers.fr

http://horticombio.blogspot.com/

Assemblée générale de l’Association des Ami.e.s du CLER le 8 novembre 2011

Voici quatre mois bientôt que l’association des Ami.e.s du CLER a été créée.

Nous vous proposons d’adhérer à l’association, dont les objectifs sont :

 

 

1. La coordination

  • permettre un travail de coordination d’équipes et d’enseignants chercheurs qui travaillent ou qui souhaitent travailler sur et/ou avec la Roumanie,
  • inciter les travaux interdisciplinaires et pluridisciplinaires
  • valoriser, partager et renforcer la connaissance de la Roumanie forgée dans les disciplines LLSHS

2. L’appui aux programmes

  •  conseiller, mettre en relation, informer sur les programmes de recherche et pédagogiques  qui peuvent faciliter les relations avec la Roumanie (de type Egide, Europe etc)
  • orienter vers les services compétents de l’Université et contribuer à la recherche de partenaires roumaines

3. La promotion

  • des travaux et des études sur la Roumanie au sein de l’Université
  •  co-construction des objets de recherche et des outils de valorisation en partenariat avec les acteurs extra-académiques des relations franco-roumaines : associations (ex Maison de l’Europe, coordination Anjou-Roumanie), milieux scolaires, instituts culturels etc.

…et nous vous proposons de participer à la première Assemblée Générale de l’association, Mardi 8 novembre 2011, à 17h30, à la Maison des Sciences Humaines d’Angers.

Par ailleurs, le Centre Ligérien d’Etudes Roumaines (CLER), créé en avril dernier, lance à présent son programme de conférences 2011-2012 en lien avec Confluences-MSH. Cette année, les conférences des « Mardis de la MSH » seront conjointement organisées par le CLER. La première conférence, de Mme Marina Muresanu-Ionescu, aura lieu Mardi 8 novembre 2011 à 18h. Cette conférence a pour intitulé Le Paris de Ionesco et Cioran. Stratégie(s) et ambiguïté(s) de l’exil. Lire le résumé de la conférence. 

Président de l’Association des Ami.e.s du CLER : Emmanuel Bioteau

Secrétaire : Samuel Delepine. Trésorière Cristiana Oghina-Pavie

Bulletin d’adhésion à télécharger.

Recherches en sciences humaines à l'Université d'Angers