Archives par mot-clé : changement social

Journée d’études « Quand le corps dit le genre »

Confusion des genres I Carine Parola
Confusion des genres I, Carine Parola
Confusion des genres II, Carine Parola
Confusion des genres II, Carine Parola

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Après une journée en 2012 consacrée à l’étude de l’expression verbale du genre, le Groupe interdisciplinaire d’études sur le genre de l’Université d’Angers (SFR Confluences) organise une nouvelle journée d’étude dédiée à l’expression non-verbale du genre:

 « Quand le corps dit le genre »
Mercredi 13 mars 2013 – 10h-17h

 Programme:

10h30-10h45. Christine Bard. Professeure d’histoire contemporaine, CERHIO UMR CNRS 6258 – Université d’Angers.
Introduction à la journée.
10h45-11h15. Michel Nassiet. Professeur d’histoire moderne, CERHIO UMR CNRS 6258 – Université d’Angers.
Sexualité et pouvoir au XVIe siècle.
11h15-11h45. Elizabeth Claire. Chargée de recherche en histoire, CNRS – EHESS/CRH.
Le geste de l’intimité : la culture genrée du bal à l’aube du XIXe siècle.
11h45-12h15. Emmanuel Jaurand. Professeur de géographie, UMR ESO, UMR CNRS 6590, Rennes.
L’effet « dégenrant » et désexualisant du nudisme : une utopie à l’épreuve des territoires.
12h15-12h30. Débat.

12h30-14h. Déjeuner.

14h-14h30. Pauline Boivineau. Doctorante en histoire contemporaine, CERHIO UMR CNRS 6258 – Université d’Angers.
Anne-Marie Reynaud : une femme et une chorégraphe engagée. Du « Four Solaire » au CND.

14h30-15h. Floris Taton. Doctorante en histoire contemporaine, CERHIO UMR CNRS 6258 – Université d’Angers.
Interroger le genre par le biais du travestissement, une approche proposée par les artistes féministes de la performance.

15h. Pause.
15h15-15h45.
Rachele Borghi. Post-doctorante en géographie à l’Université Rennes 2.
Le post porno et l’usage du corps a-genre comme outil de lutte politique et féministe.

15h45-16h15. Carine Parola. Photographe.
Le corps photographié comme reflet du discours sur les valeurs sociales et l’évolution des mœurs.

16h15-17h. Débat et Conclusion.


Amphi G. Tillion, MSH Confluences
5bis bd Lavoisier, Angers
Entrée libre et gratuite

Colloque Figures de l’Utopie, hier et aujourd’hui

Plan de la cité de Palmanova, gravure peinteDans le langage courant actuel, « utopique » veut dire impossible, une utopie étant une construction de l’Imaginaire. Ainsi historiens et créateurs nous décrivent l’utopie comme un système clos visant à codifier a priori des formes instituées pour la vie sociale, culturelle, éducative. L’épanouissement du genre utopique correspond à une période où l’on pense que les hommes et femmes devraient construire autrement leurs formes d’organisation politique et sociale, que d’autres modes de vie, d’autres mondes sont possibles.
Y aurait-il aujourd’hui une fin des utopies (vs. Uchronies) ? Les formes historiques de l’Utopie éclairent-elles notre présent ? Y a-t-il une fin de l’histoire, quand, dans la confusion actuelle, fait rage le combat entre les prophètes du déclin et ceux du renouveau religieux ? Nous plaçons-nous dans un renouveau des perspectives cycliques? Notre actualité participe-t-elle d’une régression généralisée ou peut-elle contribuer au contraire à projeter vers l’avenir de nouveaux modèles alternatifs de société ou de contre-société (Nouvel Age, altermondialisme) quand se réinvente et s’actualise le concept de Citoyen du Monde ? Comme  l’idéologie, elle pose la question des « références ultimes », références à la fois d’ordre social et culturel pour qu’utopie, idéologie et culture fassent système, entre Utopies fermées et utopies ouvertes.

D’où le projet de ce colloque visant à mettre en évidence et exposer dans notre société mondialisée, diverses formes émergentes d’Utopies susceptibles d’ouvrir la voie à l’expression des significations imaginaires culturelles et sociales et à nos modalités d’être ensemble (utopies concrètes), quand elles visent à les questionner si ce n’est à les renouveler.

Le choix des organisateurs est d’étudier dans l’Histoire et le temps présent les créateurs et acteurs des Utopies, particulièrement dans les domaines français et américains.

Direction du colloque: Christine Bard et Lauric Guillaud pour l’Université d’Angers, Georges Bertin pour le Cnam Pays de la Loire.

Jeudi 27 et vendredi 28 septembre 2012
Faculté des lettres, langues et sciences humaines
Maison des sciences humaines
Inscription obligatoire, gratuite pour les étudiants, doctorants et membres des laboratoires partenaires

Télécharger le programme du colloque et le bulletin d’inscription

Journée d’étude – La plage: corps et territorialités

L’Université d’Angers, l’UMR 6590 Espaces et Sociétés et l’UFR Ingénierie du Tourisme du Bâtiment et des Services organisent, en partenariat avec Confluences, une journée d’étude consacrée à:

La plage : corps et territorialités

Le mardi 20 mars 2012
Campus de Saint-Serge, UFR ITBS, Amphi ESTHUA
9h30 – 16h30

Alors que la plage est devenue un lieu touristique emblématique, elle a pu susciter ironie et condescendance chez des scientifiques, voire chez certains auteurs de guides touristiques, condensées dans la formule du « bronzer idiot » et de la « foule grégaire ». Derrière cette disqualification et l’assimilation de la plage à l’espace d’une anomie, pointent les représentations sociales dominantes voire la paresse intellectuelle. Ce n’est qu’à la fin des années 1980, avec le « tournant culturel » et les travaux d’Alain Corbin (1988), suivis de ceux de Jean-Didier Urbain (1994), que la plage devient un objet dans le champ des sciences sociales. De fait, la reconnaissance de l’intérêt scientifique d’un « territoire du vide » de plus en plus fréquenté, investi de sens et révélateur de cultures, montre ainsi un retard de plus de deux à trois siècles par rapport à son « invention » comme théâtre social par les élites européennes. En géographie, la plage a d’abord été abordée en tant qu’objet biophysique, élément d’une géodynamique des littoraux, et tardivement en tant qu’espace des sociétés. Dans la géographie française, le numéro 67 de la revue Géographie et Cultures, « La plage : un territoire atypique » (2008) fait figure d’intéressante exception.
Espace construit, approprié et révélateur des représentations des groupes sociaux et des individus, la plage constitue un vrai laboratoire pour aborder les relations entre territorialités et corporéités. Médium assurant la relation entre l’individu d’une part, l’espace et les autres d’autre part (Duncan, 1996), le corps détermine l’expérience géographique de chacun. Son apparence et sa posture sont révélatrices des manières de vivre d’un individu et de sa façon de se placer dans le jeu social (Ory, 2008). Au-delà, le corps est un marqueur de l’appropriation de l’espace et un vecteur d’affirmation d’une identité aussi bien sociale, qu’ethnique ou de genre. Les interventions de la journée, faites par un historien et quatre géographes, développeront le rôle du corps dans l’émergence de la plage comme territoire touristique et dans la construction d’identités dans divers contextes spatiaux et culturels.
– CORBIN, Alain, 1988, Le territoire du vide. L’Occident et le désir du rivage 1750-1840, Flammarion.
– DUNCAN, Nancy (dir.), 1996, Bodyspace. Destabilizing geographies of gender and sexuality, Routledge.
– LAGEISTE, Jérôme et RIEUCAU, Jean, 2008, « La plage, un territoire atypique », Géographie et Cultures, 67.
– ORY, Pascal, 2008, L’invention du bronzage, Editions Complexe.
– URBAIN, Jean-Didier, 1994, Sur la plage, Payot.

 

Télécharger le programme complet

Contacts:
vincent.coeffe(arobase)univ-angers.fr
emmanuel.jaurand(arobase)univ-angers.fr
benjamin.taunay(arobase)univ-angers.fr

 

Errance juvénile – Journée d’études

Observatoire du Changement social – Journée d’études – le 19 mai 2011

organisée par la Maison des sciences humaines Confluences, le CERHIO-Angers, l’Ecole nationale de la protection judiciaire de la jeunesse, l’Association pour l’histoire de la protection judiciaire des mineurs.

Construction et déconstruction des catégories de l’errance juvénile

Continuer la lecture de Errance juvénile – Journée d’études